Absolument dé-bor-dée : où le PS montre son amour pour la liberté d\'expression

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Fab, le 2 juillet 2010.

  1. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

  2. Datchoo

    Datchoo
    Expand Collapse
    RAS

    C'est marrant, ma mère m'en a parlé hier, en disant qu'elle aurait pu l'écrire elle-même. Elle a passé 2 ans dans la fonction publique et me dit que les fonctionnaires méritent leur réputation de tire-au-flanc...
    Pour répondre à la question, et bien c'est vrai que ça me parait peu probable qu'elle garde sa place, visiblement ses propos ne font pas dans la demi-mesure. Ce qui est amusant c'est qu'il parait que pas mal de ses collègues se sont reconnus dans ses descriptions :)
    J'aimerais bien avoir l'avis des madz fonctionnaires s'il y en a...
     
  3. Believer

    Believer
    Expand Collapse
    C'est quand qu'on va où?

    C'est malheureux pour Aurélie/Zoé car elle a mis à jour via son blog et son bouquin ce qui se dit tout bas dans la fonction publique territoriale depuis de nombreuses années... (et je sais de quoi je parle puisque j'évoluais il y'a peu dans le même secteur qu'elle...)

    Le truc, c'est que de part sa profession, elle est tenue au devoir de réserve qui interdit au fonctionnaire d’exprimer publiquement des appréciations de valeur sur les ordres qui lui ont été donnés et au-delà sur les choix divers exprimés par sa hiérarchie.

    Il est donc "normal" qu'elle soit sanctionnée (comme un médecin qui lèverait le secret médical par ex)... mais de là à l'exclure de la FPT pendant 2 ans c'est quand même abusé...
     
  4. Malaussène

    Malaussène
    Expand Collapse
    42

    Juridiquement, ne connaissant rien en droit du travail dans la Fonction Publique, je ne sais pas trop quoi en penser. Faudrait voir le motif de licenciement : manquement au devoir de réserve (y'a un devoir de réserve pour tous les fonctionnaires ?), diffamation ? Bref.
    En tout cas, et c'est une chose que chaque salarié devrait savoir : en entreprise, la liberté d'expression n'est absolument pas garantie ! Cracher publiquement sur sa boîte peut être une cause réelle et sérieuse de licenciement.

    Par contre, c'est sûr que pour le PS ça la fout mal. Non seulement ils passent pour des censeurs, mais en plus, si ce que dit le bouquin est vrai (ou en tout cas basé sur des faits réels) ça remet sérieusement en cause l'efficacité de la gestion des collectivités territoriales.
     
  5. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Pour ce qui est de son exclusion, ça ne m'étonne pas. Lorsqu'on crache sur son entreprise, c'est ce qu'on risque (ça ne veut pas dire que je sois en accord avec ça.)

    Ce qui m'étonne, c'est plutôt.. Comment pouvait-elle ne pas être un peu au courant des risques ? Ne reste plus qu'à assumer, c'est pas aujourd'hui qu'on aura droit au beurre et au cul de la crémière :stare:
     
  6. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Ca me parait étrange de faire appel a la "liberté d'expression". Elle est bien là, la liberté d'expression, puisqu'elle peut s'exprimer. Enfin dans ma tête, porter atteinte à la liberté d'expression c'est quand on empeche la publication d'un certain nombre de trucs, ou qu'on fait taire certaines idées, qu'on les empeche d'exister.

    Or là, c'est pas le cas, elle a le droit de dire ce qu'elle dit sur le boulot des fonctionnaires (bien que je n'ai aucune idée de ce qu'elle dit, comme j'imagine la plupart des gens qui commenteront cet évènement et peut-être même comme le journaliste qui a écrit cet article). Mais il est évident ce que ce n'est pas sans conséquence.

    La liberté d'expression c'est de pouvoir tenir des propos racistes, d'avoir le droit d'exprimer cette opinion là. Mais derrière, il est normal que les propos tenus soient jugés par une loi établie.

    Là, je ne sais pas quels motifs sont valables pour ce licenciement (supposé!) et il aurait sans doute été plus "cool" de lui laisser le boulot, mais après tout elle dit "je voulais démissionner" donc bon.

    Ca n'empeche pas le fait que c'est une réaction égoïste et on va encore nous parler d'honneur - de même qu'on vire Guillon et Porte pour protéger son honneur - mais la différence est dans le fait que le boulot de Guillon et Porte implique l'humour, le second degré, et une certaine humilité de la part des employeurs. Mais là, le fait qu'elle tienne ces propos, ce n'est certainement pas prévu par son contrat de travail. Ce n'est pas son travail, point. Puis, le fait qu'elle écrive ce bouquin ne fait pas parti de son boulot, donc la renvoyer ce n'est pas pour autant l'empecher de s'exprimer. Tandis que virer les humoristes c'est les empecher de s'exprimer (parce que certaines vérités sur la façon dont est géré le service public ne doivent pas être entendue...)

    En bref, ça ne me choque pas plus que ça, et tant que son bouquin reste publié, ça m'est un peu égal de savoir si elle garde ou non son boulot, après tout, ce sont des conséquences "normales" (du moins dans le système actuel, ce qui vaut aussi bien pour la façon de gérer n'importe quel forum que pour la façon de gérer n'importe quelle entreprise).
     
  7. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Réaction pour le moins surprenante. Penses-tu vraiment que chacun d'entre nous ne vit et n'agit que pour se payer le beurre, l'argent du beurre, la crème, le petit lait, la crémière et la cuillère à pot ?

    Le problème posé par cette affaire est celui de la liberté d'expression dans notre joli petit monde. Le reste n'est que détail.
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest


    Non. Je crois qu'une certaine partie des gens aimeraient le pouvoir et je ne les blâme pas, ça serait hypocrite de ma part.

    Si un jour j'ai un poste qui ne me plaît pas mais que je garde pour x raisons et écrit un livre sur ce sujet qui chance, est publié, sincèrement, je ne vais pas pleurer. J'espererai même conserver les deux. Mais j'accepterai le licenciement, puisque les règles sont établies dès le départ.

    Et si je n'ai pas insisté plus que ça sur le coté liberté d'expression, c'est tout simplement parce que pour moi il ne s'agit pas de ça.
    L'a-t-on fait taire ? Son bouquin a-t-il été retiré de la vente ? Non. Sa liberté d'expression est intacte.
     
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    A lire le papier de Sud Ouest intitulé : qui a peur de Zoe Shepard, dont voici un extrait :

    "En refermant le livre, nul ne pouvait imaginer que la Délégation aux affaires européennes et internationales du Conseil régional d'Aquitaine, où travaillait Zoé Shepard, avait inspiré ce brûlot. Aucun détail ne trahissait Bordeaux, le Sud-Ouest ou l'hôtel de Région. Aucune description ne permettait d'identifier Alain Rousset, l'un de ses vice-présidents ou les directeurs de l'administration régionale. Tout du moins pour le profane. En interne, il n'avait pas fallu longtemps au responsable des ressources humaines du Conseil régional d'Aquitaine pour désigner Zoé Shepard."
     
  10. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    C'est peut-être tout simplement parce que nous ne partageons pas les mêmes valeurs, ce qui fait toute la richesse des débats sur les forum de Mad .

    La liberté de publier n'est pas la liberté d'expression. Si la publication d'une opinion se traduit par la suppression de ton statut social existant, alors il n'y a pas de liberté d'expression. J'ai mille exemples historiques à citer si le sujet t'intéresse.
     
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Denis : as-tu lu le bouquin en question?
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je n'attends que ça :)
    (ce n'est pas une pique, ça m'intéresse réellement)

    Edit : mais malgré tout, je continue de penser que dans la situation actuelle, elle a joué avec le feu et en a payé le prix. Même lors d'un bête contrat étudiant, je signe une clause parlant de confiance mutuelle.. Je crois qu'elle comprend le fait de ne pas cracher dans la soupe.
    Et autre point : tu dis être étonné de ma réaction première (être "déçue" de ne pas avoir le beurre et le cul de la crémière..), mais d'un autre coté, tu trouves que sa liberté d'expression est entachée ?
     
Chargement...