[Actu] Comment parler d?un livre que tu n?as pas lu

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Charlotte, le 9 février 2007.

  1. Charlotte

    Charlotte
    Expand Collapse
    Mannequin de cou

  2. Mae

    Mae
    Expand Collapse

    C'est drôle, je lisais à l'instant un article là-dessus dans le Times !
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Il me faut ce livre.
    Non, vraiment, s'il y a bien un truc que je sais faire dans la vie, c'est parler de livres que je ne connais pas. Coup de chances, je lis beaucoup, donc pas toujours "obligée" de mentir ; mais en cours (jamais sur le web, faut pas pousser), j'ai souvent besoin de parler de livres quand le prof pose des questions. J'ai réussi il y a deux jours à discuter de la structure de La Disparition, de Perec, alors que je n'ai jamais lu un seul Perec ... C'est assez comique, dans le fond, de réussir à blablater comme ça sur un livre jamais lu, et de rebondir sur ce que le prof dit, et tout.
    Le livre me tente bien. J'ai quand même l'impression que parler d'un livre qu'on a pas lu est facile, mais parler de livres quand on ne lit pas, est très très difficile ...
     
  4. Charlotte

    Charlotte
    Expand Collapse
    Mannequin de cou

    Ce qui est important dans ce bouquin, c'est qu'apparemment (bah oui, je n'ai pas lu le livre...) l'auteur ne fait ni le procès des lecteurs qui ne lisent pas vraiment avant de parler, ni ne les approuve. Il semble dire que l'essentiel c'est de parler de l'oeuvre et de la renouveler, chacun à sa sauce. C'est un peu ce qu'on est en train de faire là !
     
  5. 100drillon

    100drillon
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Je suis une pro pour ce qui est de parler sur les livres que je n'ai pas lu. En français l'an dernier j'ai fait ça toute l'année et le prof c'est jamais aperçu de rien, donc, pas besoin de ce livre pour m'apprendre à finter...
    Pour ce qui est du débat "un prof de français doit il avoir lu les classiques", je dis oui. Il y a un tel désamour pour la littérature chez les jeunes de nos jours que, si ce n'est pas le prof de français qui montre le bon exemple, qui le fera??
     
  6. Ambre

    Ambre
    Expand Collapse
    Hyène

    ANAIS FOR PRESIDENT. moi je dis.
     
  7. Ice

    Ice
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Les classiques servent d'exemples, non ? On parle bien de phrases proustiennes ou de romans balzaciens. (... mais il n'est pas nécessaire d'avoir lu Proust ou Balzac pour comprendre à quoi on fait référence. Jemetais !)
     
  8. 100drillon

    100drillon
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Ben, les classiques sont la bases de la littérature. C'est des livres qui, puisque leur notoriété (je trouve pas d'autre terme, dsl,il est trop tard pour mon cerveau) est restée intacte malgrès les années, apportent forcemment quelque chose de fondamental à la littérature. Comment peut on dire que l'on aime la littérature si l'on a pas lu Sartre, Zola, Flaubert, Proust,...? On n'est pas obligé d'aimer, loin de là, mais ont est obligé de l'avoir lu ne serait ce que pour donner son avis...
    Et pis on retrouve beaucoup de ces grands auteurs dans les romans d'aujourd'hui si l'on fait bien attention...

    Pour moi la culture que doit nous transmettre un prof de français doit être différente de la culture que nous transmette les lectures contemporaines et "populaires" si j'ose dire... Moi ce qui m'a toujours fait envie c'est quand les profs semblent avoir une culture sans bornes et surtout une culture qui nous dépasse: comme mon merveilleux prof de philo.:d
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Ca, c'est sans doute vrai surtout dans le supérieur. En terminale, j'avais des profs merveilleux mais qui avouaient parfois à mes questions, "Je ne sais pas !"
    Et puis ça se sent, quand un prof est passionné : cette année, ils le sont. C'est merveilleux, des profs passionnés. Mon prof de lettres à des allures d'autiste : il fait son cours les yeux baissés, en parlant tout seul semble-t-il, puis quand il lit, on croirait les feuilletons lecture de France Inter : il y met un tel ton, une telle énergie, un tel entrain que tu te sens obligée de te dire qu'il doit quand même y avoir des choses que tu n'as pas saisi dans ce texte pour que le prof semble si émerveillé. Puis il sourit tout seul en lisant, il se plait là quoi, ça se voit du premier regard, c'est formidable.
     
  10. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je suis assez d'accord avec Atsu, en fait.
    Même si au début de l'année, quand ma prof de Français a dit qu'elle n'aimait pas lire, j'étais un peu choquée.Il n'empêche que c'est une très bonne prof, on analyse des textes d'auteurs "classique" machin, et ya pas de problèmes.
    Après, c'est clair que quand t'as une prof qui t'annonces ça dès le début, ça refroidi.Les 3/4 de ma classe ont demandé à la prof "Madame, pourquoi on devrait lire ce livre, alors que vous-même vous n'aimez pas lire?"..

    Enfin, j'me rends bien compte que le débat n'est pas là, mais faut croire que j'aime raconter ma vie :P.
     
  11. Business Class

    Business Class
    Expand Collapse
    I am very busy.

    Je suis dans la même fac que toi. ;) (Licence de quoi ?)
     
Chargement...