Adieu, enfoirés de pics de colère — La leçon de la semaine, par Sophie Riche

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 18 avril 2016.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. lafeemandarine

    lafeemandarine
    Expand Collapse
    Y'en a pour trois pages...

    Merci pour cet article, très intéressant. :fleur:

    C'est marrant: moi c'est le contraire. J'aimerais bien ressentir et exprimer de la colère. Seulement, on me répète depuis l'enfance que les gentilles filles ne se mettent pas en colère, on m'a énormément dénigrée quand je l'exprimais (ouh, elle pique sa crise...) et j'ai intégré ça. Je n'arrive plus à exploser de rage, même quand un connard me harcèle dans la rue. :tears:

    Vous avez vu le film Vice-Versa?

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Arinelle, L0utrage, Beetle et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Beetle

    Beetle
    Expand Collapse
    Casse-pieds à plein temps

    Je suis EXACTEMENT dans le même cas que toi @lafeemandarine . Ca fait peut-être moins de vagues, mais c'est loin d'être plus sain que ne pas savoir se contrôler. D'ailleurs, si quelqu'un a des conseils pour apprendre à exprimer sa colère, je suis preneuse!
     
    L0utrage et lafeemandarine ont BigUpé.
  4. Kwack

    Kwack
    Expand Collapse
    ta maman l'ornithorynque

    Celles qui n'arrivent pas à s'énerver, je vous conseille de jouer à des jeux vidéos de l'enfer. Tu vas voir si ta colère et tes jurons ne vont pas se libérer et inonder ton écran de postillons vindicatifs.
     
    lafeemandarine a BigUpé ce message
  5. Nyzz

    Nyzz
    Expand Collapse

    Je n'ai aucun conseil à donner à celles qui n'ont jamais réussi à exprimer leurs colères, mais je fais parti de celles qui l'on peut-être un peu trop exprimée. Et j'en suis pas malheureuse, mais je sais que c'est une période qui a était très dur à gérer pour moi, mon copain de l'époque et mes parents. Quand j'y repense je suis honteuse de comment j'ai pu être, c'était durant mon adolescence et je suis bien contente d'en être sortie, et d'être un peu plus réfléchi, je veux dire par là ne pas gueuler et être mécontente d'une situation alors que l'on n'y voit que le mauvais dedans. Enfin tout ça, nous le jugeons sur des cas concrets et je me dis encore une fois merci Madmoizelle parce que vos articles permettent de voir les deux cotés d'un sentiment, de voir que peu importe notre coté on a toutes galéré :) !
    Que finalement on a toutes des choses à redire de notre vie/caractère... !
     
    Jiinxx a BigUpé ce message
  6. abou333

    abou333
    Expand Collapse

    Récemment, je me suis rendue compte que j'avais un problème avec la gestion de la colère, et j'ai fait quelques pics comme ça, mais toujours dans le confort de mon foyer... pour des banalités en plus. Et puis là on va dire que c'est pas si mal si je le fais pas devant des inconnus ou des collègues, mais en fait, il se trouve que c'est mon copain qui subit mes colères. Et je n'aime pas ça du tout, quand ça me vient, j'ai envie de casser des choses, mais j'ai encore assez de bon sens pour ne pas le faire, mais ça se passe avec moi qui gueule et qui fout une tape dans un mur ou sur une table. La dernière fois, j'ai tapé le dessus du poêle à deux poings et assez fort en plus. Et en lisant le texte, je pense aussi que c'est le stress qui me rend un peu plus violente qu'avant au niveau de la colère. Oui parce que au dire de mes parents, j'étais pas une enfant particulièrement colérique, les crises de bacon par terre au magasin, ça ne passait pas chez moi ( mon père a toujours eu une grosse voix : il avait seulement besoin de dire « Ça suffit! », le timbre de voix faisait le travail ). Mais ma mère dit que j'ai toujours été du genre exprimer ma colère, et à côté de mon frère qui la garde en dedans jusqu'à implosion (c'est pire et plus dommageable pour la santé mentale que l'explosion à mon avis), elle m'a toujours dit qu'elle trouvait cela plus sain. Je me souviens qu'avant, la colère me faisait faire du ménage ou aller courir, une façon de l'extérioriser, mais il se trouve que maintenant, mon stress vient beaucoup du fait que je manque de temps, avec le travail temps plein et les études à temps partiel en appart (quand c'était l'inverse, je vivais chez mes parents), mon copain que j'adore, mais qui n'est pas trop trop fort sur le ménage, disons que j'ai une accumulation de petites frustrations qui font que quand je me retrouve devant une situation où je n'ai pas la solution, là maintenant, ou le contrôle, j'ai envie d'exploser et parfois, ça arrive. Et puis ben ça arrive dans des circonstances où je n'ai pas le temps de m'adonner à mes exutoires. Par exemple, le dernier pic de colère en date : mon chéri m'apprend qu'il est certain d'avoir vu une souris se sauver derrière le poêle. Situation frustrante parce qu'on a déjà averti plusieurs fois les proprios et ils minimisent la situation et doutent même qu'on dise la vérité (bon finalement, ils sont allé faire un tour au sous-sol et ont admis en voir trouvé et avoir enfin bouché les trous par lesquelles ces demoiselles passaient). Sur le coup, je suis à la maison pour environs 40 minutes pour déjeuner et je ne peux pas régler le problème, et encore moins me défouler. Je suis coincée et j'explose.

    Après coup, je me rend compte que ça ne valait pas la peine et je me déteste, mais sur le moment, je suis incapable de m'en rendre compte. Bon, comme j'en suis consciente, je me dis que la prochaine fois que je ressentirai l'envie d'exploser, je devrai me le rappeler... mais c'est moins facile à faire qu'à penser.
     
    Jiinxx a BigUpé ce message
  7. Demezia

    Demezia
    Expand Collapse
    To infinity and beyond

    Big up à @lafeemandarine et à @Beetle ! Pendant tout l'article, je me disais que, pour moi, c'était l'inverse... Je n'arrive pas à me mettre en colère, souvent car je me met direct à pleurer. Ou alors, sur le coup mon cerveau "process" le truc, un peu sous le choc et après je me dit "mais putain, pourquoi je me suis pas mise en colère !?" et du coup ça sert plus à rien de s'énerver car le moment est passé.
     
    lafeemandarine a BigUpé ce message
  8. MésangeBleue

    MésangeBleue
    Expand Collapse

    @Sophie Riche C'est dingue comme on se ressemble:highfive:!
    J'adore ta façon d'écrire des trucs profonds, sincères mais avec humour. Et tes conseils sont vachement bien:top:! Mieux que beaucoup de psy qui si on leur dirait qu'on s'est énervée excessivement pour un truc tergiverseraient sur la cause de cet énervement (voir carrément sur l'inconscient, le symbolique du truc:eh:, le lien à notre mère:ko:) sans nous donner le moindre conseil sur comment faire pour pas que ça se reproduise; et si on oserait demander ils diraient "la solution est en vous" avec un air énigmatique:troll:moui on est bien avancé:hesite:!
    Bref MERCI:unicorn: !
     
  9. Thé vert

    Thé vert
    Expand Collapse

    Olalala c'est fou comme madmoizelle m'aide dans la vie de tout les jours! Merci pour cet article :jv:<3:bouquet:
    Pour la petite histoire, hier je sentais la colère me monter au nez une fois de plus pour un histoire toute bête de travail de groupe. Mes doigts me démangeaient d'écrire un sms vraiment vilain et d'envoyer cette personne paître à des kms!
    Mais j'ai repensé à l'article et soufflé un bon coup. Bon ça ne suffit pas, je me retint d'écrire le message assassin mais je me sentais très énervé et à cela s'ajouta une bouffée d'angoisse sur des sujets qui n'avaient rien avoir. C'était pas le top de la forme. Je me suis posée et j'ai écrit sur une feuille tout ce qui n'allait pas et pourquoi et une autre ce qui allait, histoire de pas creuser mon trou quoi!
    Et bin! C'est qui qui c'est engueulé avec plein de personnes? Bah moi, donc je me suis dis que je suis peut être un poil sur les nerfs en ce moment et que faudrait peut être arrêter d le faire payer aux autres. Alors j'ai réfléchi à une façon d'arranger un peu tout ça et je me sens beaucoup mieux et soulagée. :free:
     
    MésangeBleue a BigUpé ce message
  10. lagodiche

    lagodiche
    Expand Collapse

    J'ai moi aussi un gros problème de gestion de la colère.
    Ca me pourrit la vie, mes relations familiales et de couple.
    J'essaie de trouver des solutions mais je galère, j'ai lu plein de choses à ce propos pour essayer d'en trouver.
    Mais avant d'en arriver à la conclusion que c'était moi qui avais un problème, il a fallu pas mal de temps.
    J'avais tendance à mettre la faute sur le dos des autres trop facilement, c'était plus facile de dire "oui mais si tu n'avais pas dit (ou fait) ça, je n'aurais pas..."
    La première chose à admettre, lorsqu'on se met parfois (pas tout le temps, heureusement!) dans des colères NOIRES comme moi, c'est que ce ne sont pas les autres qui ne devraient pas, c'est que le problème vient de nous bien souvent. Personnellement j'ai tendance à garder toutes les petites frustrations et contrariétés pour moi, à ne pas les dire au moment même.
    Je ne sais pas pourquoi je n'en parle pas à ce moment là. Peur d'emmerder les autres avec mes états d'âme? Peut être que je me dis que les autres n'en ont rien à faire, et que de toute façon même si je le dis, ça va peut être créer une dispute, et que je préfère l'éviter à ce moment là... Je ne sais pas.
    En tout cas, j'ai pris conscience qu'il fallait que je me force à parler de ces petites contrariétés qui s'accumulent, et qui peuvent être désastreuses lorsqu'elles s'accumulent et ressortent en mode "rage folle" lorsque la coupe est pleine.
    J'ai aussi compris qu'il fallait apprendre à "se sonder", ce que je ne fais pas sur le moment même, lorsque l'émotion est déjà là. En fait je ne me rends pas compte consciemment que je suis déjà agacée, que je suis vexée, que je suis irrationnelle, et que j'analyse des choses qui ne devraient pas l'être...
    Là, aujourd'hui, j'en suis au point où je dois apprendre à déceller l'agacement lorsqu'il apparait, et apprendre à mieux le communiquer.
    Ca a été mon mode de fonctionnement depuis toujours, depuis 30 ans bientôt, tout déverser à un moment tellement anodin que ça en devient ridicule.
    Aujourd'hui, j'ai pris conscience que je devais changer, que j'avais un problème, car mon copain souffre de mes colères, parce que je lui en envoie plein la tronche. Qu'un grand gars comme lui souffre de ce que je peux lui dire, des reproches que je lui fais sous le coup de la colère, qui sortent d'une manière qui fait que je ne me reconnais pas.
    Je vois une psychanalyste, qui ne me donne malheureusement (à mon grand dam!) aucun conseil pour gérer cette colère, qui veut trouver la source.
    Alors je cherche, j'essaie de trouver. Mais ça prend du temps, et je sens qu'il faut agir vite pour ne pas détruire tout ce que j'ai, et arrêter de faire du mal autour de moi.
    J'essaie la méditation, pour mieux gérer mes émotions (je suis une grande sensible de manière générale). Ca ne fait que deux semaines, je n'ai pas encore eu assez de temps pour savoir si ça fonctionne bien ou non.
    Je lis des livres sur la colère, pour essayer de comprendre d'où ça vient, et ce que je peux faire pour éviter de me mettre dans des états pareils. Ca m'a beaucoup aidée d'apprendre que d'autres ont vécu/vivent ça, de voir certaines situations qui me sont arrivées écrites, et donc que je n'étais pas la seule.
    Petit à petit, j'avance dans mon évolution, et prends conscience que c'est dans mon tempérament d'être comme ça, mais que je peux apprendre à maitriser ça.
    J'espère un jour avoir de moins en moins de pics, et qu'ils soient aussi moins violents.
     
    #10 lagodiche, 12 mai 2016
    Dernière édition: 24 mai 2016
    MésangeBleue a BigUpé ce message
  11. MésangeBleue

    MésangeBleue
    Expand Collapse

    @lagodiche Je te soutiens:fleur:. Ça ne m'étonne pas DU TOUT que ta psychanalyste ne te donne pas de conseils:goth:, en France la plupart des psy sont comme ça:facepalm:, c'est ce qu'ils apprennent à la fac (pour les psychologues car les psychanalystes ne font pas d'études juste doivent faire eux-même une analyse je frois :hesite:).
    Je te conseille de chercher plutôt à faire une Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) . Liste des thérapeutes www.aftcc.org

    Gros bisous!:)
     
  12. lagodiche

    lagodiche
    Expand Collapse

    @MésangeBleue Merci!! :highfive:
    En fait, ça fait des années (5 ans... je crois) que je fais cette analyse, que j'avais commencée avec une autre psychanalyste, en France.
    Celle que j'ai actuellement (en Belgique) donne des cours mais suit une théorie différente de la première...
    Je sens que petit à petit je comprends des choses, mais que je commence à en vouloir à mes parents.
    Que je commence à penser que "si je suis comme ça, c'est de leur faute" et ça m'inquiète.
    Je ne veux pas de rancoeur, je veux juste que ça aille mieux...
    J'ai pas envie d'en vouloir à qui que ce soit, en faisant ça, c'est exactement l'effet inverse que j'ai, au lieu d'être moins en colère, je le suis encore plus, mais cette fois en étant tout à fait consciente de ce pourquoi je leur en veux! J'ai juste envie d'être un peu plus sereine, apaisée...
    Sinon, j'ai entendu parler des thérapies comportementales. J'avoue que je ne sais pas trop quoi en penser, il parait que c'est très bien... Mais je suis naturellement méfiante. Je vais me renseigner quand même.
    J'ai trouvé un livre intéressant, qui est de Didier Pleux "Exprimer sa colère sans perdre le contrôle". Je ne suis pas encore arrivée à la fin du bouquin, et donc aux trucs à faire lorsqu'on a tendance à vouloir péter des câbles pour des raisons parfois complètement différentes les unes des autres. Si j'avance un peu dans mon cheminement, (et que je reviens déjà un peu moins souvent à la case départ) j'essaierai de partager ce qui aura marché pour moi.
     
    MésangeBleue a BigUpé ce message
Chargement...