Aimer manger ouvertement en étant une femme.

Sujet dans 'Forum Cuisine et Recettes' lancé par watermelon, le 24 juin 2015.

  1. watermelon

    watermelon
    Expand Collapse
    FRIES BEFORE GUYS

    Bonjour, Bonsoir chères madz !

    J'ouvre ce sujet suite à mon dernier article de blog "Je suis une fille, et j'aime la food". En effet j'y décris un peu mon parcours du moment où petite je ne mangeais rien à maintenant une fois devenue une pure foodie. J'y décris surtout comment la société et mes proches n'ont cessé de me " Eat shamer" comme j'aime dire : où tout le monde attendait de moi que je mange d'une façon et pas d'une autre (vous savez, une fille ne doit pas manger beaucoup, à la tv on considère que comme je suis une femme je veux manger des légumes et non pas des burgers...)

    BREF. Du coup j'aimerais savoir ce que vous pensez de ce sujet : est ce que vous avez vécu la même chose? quel est votre rapport à la food ? comment voyez vous ce combat contre la food que beaucoup vivent sans vraiment s'en rendre compte ? J'aimerais avoir vos réactions là dessus, je n'en avais jamais parlé avant.

    [​IMG]
     
    #1 watermelon, 24 juin 2015
    Dernière édition: 25 juin 2015
    DovahKinder, Luully, Ursinae et 4 autres ont BigUpé ce message.
  2. Transatlantic

    Transatlantic
    Expand Collapse

    Je te comprends totalement, personnellement je subis une sorte de "eat shaming", mais pour des raisons inverses : je ne mange pas assez, j'ai un très petit appétit et je n'aime pas manger de gros trucs bien lourds. Et alors ?

    J'aimerais qu'on arrête de me seriner "tu mange trop peu, force-toi', qu'on cesse de me traiter d'anorexique juste parce que mes assiettes sont peu remplies alors que physiquement je suis mince mais pas maladivement maigre.
    L'anorexie est une maladie mentale qu'on ne juge pas au contenu de l'assiette de quelqu'un ou par son physique, mais par sa santé mentale, son rapport à la nourriture.
    Je n'ai aucun problème avec la nourriture, je n'ai pas un gros estomac, ni un gros appétit, c'est tout.
    Je ne me permets jamais de juger quelqu'un sur ce genre de chose, ça me sidère que tellement de gens se le permettent, de façon aussi débile et au risque de blesser la personne visée.

    Je ne sais pas si mon message a sa place ici vu le titre du topic, mais si on peut parler de eat-shaming en tout genre, ça m'intéresse :top:
     
    Zoug, mymoona, Shael et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Claudine_de_Lyon

    Claudine_de_Lyon
    Expand Collapse
    Bébé-entrepreneuz!

    Aaaah le mythe de Lafâme, cette créature délicate qui se nourrit de rosée et du parfum des roses! :yawn: Je comprends tout à fait ton ressenti!
    Dans "Autant en emporte le vent" il y a un passage qui résume bien ce concept WTF: Scarlett est invitée à un pique-nique, et sa nourrice vient lui apporter un plateau-repas qu'elle est sensée manger... Avant d'aller au pique-nique!! Comme ça elle ira au pique-nique en ayant presque plus faim, et elle picorera à peine, et elle renverra aux hommes l'image d'une délicate créature! :sweatdrop: (J'imagine que tout ça va avec le mythe de Lafâme qui pète des paillettes parfumées et ne fait pas caca...)

    Pour ma part quand je faisais beaucoup de sport, j'avais un très bon appétit, et il m'arrivait parfois d'entendre "Tu manges comme un mec!!". Alors que non, je mangeais juste comme une personne avec une bonne masse musculaire...
    Aujourd'hui je n'ai plus un si gros appétit (et un petit bug à la thyroïde qui fait que mon métabolisme est tout pourri), mais je suis gourmet et gourmande, pour toujours! Manger est un des plus grands plaisirs de la vie, pas question de m'en priver parce que j'ai un vagin! :thé:
     
    Luully, Ptit_Lili, Narcissa et 2 autres ont BigUpé ce message.
  4. TiaDalma

    TiaDalma
    Expand Collapse
    Femme officielle de Daryl Dixon (et -accessoirement- briseuse du coeur de Davy Jones (mais je m'en fous))

    C'est un sujet qui peut être intéressant...

    je fais partie de ces gens qui font/ont fait des réflexions à des personnes (filles... comme garçons... il me semble :hesite:) qui avaient des... comment dire... des comportements alimentaires qui m'interloquaient.
    Le "tu manges trop vite" étant ma préféré (manger trop vite, c'est pas bon après tout. Non ? :dunno:). Après y a le "tu manges beaucoup (trop) !!" (un menu big mac maxi best of + un autre big mac... avec les deux hamburgers mangés en moins de 10 minutes chrono en main... ça me sidère, désolée :fear:)

    Du coup... est-ce que je rentre dans la catégorie des "eat shamer" ?? :sad:

    Je comprends totalement qu'on puisse aimer manger. Moi-même, j'aime manger (et pas que des légumes, hein). Mais... j'aime profiter, donc j'essaye déjà de ne pas tout engloutir (même quand c'est super bon et/ou que je crève grave la dalle). Mais évidemment, je ne suis pas parfaite, et parfois... je craque XD.

    Je suis un peu l'opposé des "food lovers" (et encore...). Je fais partie de ces gens qui, selon certains, ne mangent pas beaucoup (c'est juste que je "cale" assez vite, surtout si j'ai décidé de prendre mon temps). Du coup, je connais un peu les réflexions "inverses" de ceux qui aiment la bouffe, à savoir "tu manges rien", "t'as jamais faim" ("tu manges lentement")... et aujourd'hui, un pote m'a demandé "quand est-ce que j'allais grossir ?" (alors que, merde, chui même pas "maigre" ni même spécialement mince. Je suis dans la "norme", si je puis dire...)
     
    Shael a BigUpé ce message
  5. watermelon

    watermelon
    Expand Collapse
    FRIES BEFORE GUYS

    Pardon, jai oublié de donner le lien de l'article ! http://dayoume.tumblr.com/post/122331250415/je-suis-une-fille-et-jaime-la-food

    @Claudine_de_Lyon Oui, c'est totalement ça ! d'ailleurs ça m'est déjà arrivé de manger avant de retrouver des gens pour être sure de ne plus avoir trop faim au bout des 3 graines que j'allais manger avec eux.

    @Transatlantic ça compte tout autant à mon sens. Autant j'ai été jugée parce que je mangeais trop, autant ça doit être bien oppressant lorsque tu ne manges pas beaucoup et que les gens t'attendent au tournant.

    @TiaDalma Tout dépend du contexte. Oui si ton pote engloutit son repas en 10 min tu peux être bienveillante et l'encourager a faire des pauses et puis savourer surtout (parce que c'est dommage de tout engloutir vite).

    Une remarque un peu taquine entre potes c'est marrant ça passe. Ou même quand c'est juste bienveillant "tes sure que t'as assez mangé?" mais quand c'est clairement pour juger, culpabiliser, pointer du doigt la ça passe moins et ça peut blesser.
    "Tu manges trop!/pas assez!" pour une fille/un mec = déplacé. Le problème que je pointe du doigt c'est surtout qu'en plus que le fait de reprocher aux gens leur façon de manger, on lie tout ça au genre de la personne :/ Et justement c'est pour ça que j'ai fais un lien avec la sexualité. Un mec peut manger comme un Ronflex et coucher à droite à gauche mais une nana sera contrainte de se taire sur sa sexualité pour être correcte et manger peu sous peine de se prendre des remarques.
     
    #5 watermelon, 24 juin 2015
    Dernière édition: 25 juin 2015
  6. teut

    teut
    Expand Collapse

    Bonjour a tous

    Je suis également dans ce cas, et j'ai toujours été persécutée par les autres concernant la nourriture. j'ai un bon appetit, et je suis food addict, j'aime cuisiner et découvrir de nouvelles choses.

    ayant été également sportive, je mangeais beaucoup, mais je me dépensais tout autant. j'avais souvent des remarques lors de repas, et ma mere m'a beaucoup suivie la dessus, j'enchainais régime sur régime dès l'age de 12 ans, sans meme réellement etre en surpoids. et ca a été de pire en pire, avec un passage en régime surprotéiné à l'adolescence ! je ne me voyais pas comme elle me disait, et ca a été dur. mes soeurs devaient manger des glaces ou des gateaux, moi c etait pommes et yaourts natures (je ne peux plus en manger!). j'ai souvent eu ces réflexions, tu manges trop, te resserts pas, manges pas ca,.... et j'ai eu des problèmes de thyroide arrivée à 22 ans. toutes ses betises (à maman) ont eu raison de mon métabolisme, et aujourd'hui je paye les pots cassés avec une obésité morbide, et selon mon gastroentérologue, aucun régime ne pourra fonctionner, je vais donc devoir passer sous le billard. un vrai bonheur. et je continue a avoir malgré tout des remarques même a 28 ans, de la part de mon entourage.

    on ne peut manger quoi que ce soit quelque soit son poids sans etre jugé. pour parler de mon expérience, si vous mangez un fruit, les gens vont vous dire "pas la peine de faire semblant, vu ton poids" et si vous mangez une glace, vous avez le droit à "t'es plus à ça près" !!!!
     
    Tubbs, Luully, Ptit_Lili et 6 autres ont BigUpé ce message.
  7. Meligood

    Meligood
    Expand Collapse
    Grumph.

    Ce sujet me fait tellement de bien !
    Je suis une grosse mangeuse, et même si je ne suis médicalement pas en surpoids, je suis loin d'être mince.

    Pendant toute mon enfance/adolescence, j'ai vécu dans une famille ou un repas = une ou deux parts de pizza (je parle des pizzas des supermarchés, pas des grooosses pizzas) par exemple, ou alors juste de la salade... Mon père avait toujours une grande assiette bien servie alors que nous avions une petite assiette avec presque rien.
    Bref, du coup, ma soeur et moi: on grignotait, tout le temps.

    Ma soeur ayant hérité du métabolisme de ma mère ne grossit pas du tout et a moins d'appétit que moi.

    Pour ma famille, j'ai toujours été au contraire celle qui "mange tout le temps", "ne pense qu'à la bouffe" et ma mère m'envoie des pilules coupe-faim par la poste sans me demander mon avis en pensant faire ça "pour [m]on bien".

    Beaucoup d'amis ou de connaissances m'ont fait des remarques sur mon appétit, comme quoi je mangeais "comme un mec" ou que j'avais un appétit d'ogre. Je le vis plutôt mal et me sens souvent anormale par rapport aux autres femmes.
    C'est pourquoi ce topic me fait plaisir et me rassure un petit peu..
     
    Ursinae, watermelon, Narcissa et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. watermelon

    watermelon
    Expand Collapse
    FRIES BEFORE GUYS

    @Meligood Tu n'imagines pas comme j'ai été frustrée en lisant ton message ! déjà parce que même en soirée entre potes je comprends pas qu'on puisse simplement manger deux huitièmes de petite pizza indus', mais en plus ta mère qui t'envoie des coupe-faim O_O C'est LE cliché que je ne supporte pas : le parent intrusif qui pourrit son enfant jusqu'à le dérégler parce qu'il n'aime pas les gros ou n'aime pas la nourriture donc estime que son enfant doit être pareil. J'ai la chance aujourd'hui de pouvoir remettre mes proches à leur place assez facilement mais ça me fait toujours réagir lorsque je lis/entends ce genre de choses. Vous en avez déjà discuté elle et toi ?
     
    Meligood a BigUpé ce message
  9. Meligood

    Meligood
    Expand Collapse
    Grumph.

    @watermelon Oui, j'en ai déjà discuté avec elle et son argument est: "c'est pour ton bien". Le pire c'est qu'elle ne pense pas du tout me blesser en faisant cela, je lui ai donc expliqué et comme j'ai renvoyé ses pilules, elle ne m'en envoie plus.

    Maintenant que je n'habite plus chez mes parents, je m'en fiche un peu et mange comme je veux de toute façon :supermad:.

    J'ai l'impression que la vision du corps de l'autre reste subjectif: la dernière fois que j'ai vu ma mère, elle m'a complimentée en me disant que j'avais l'air d'avoir beaucoup perdu et d'aller beaucoup mieux.
    Je n'avais perdu que deux kilos depuis la fois d'avant, seulement j'allais mieux moralement. Comme quoi ^^.

    Bref, tu vois que ton sujet est bien utile :).
     
  10. Luully

    Luully
    Expand Collapse

    Je me sens moins seule, merci :puppyeyes:
    Cet été pendant des vacances à la plage, je me plaignais dans une cabine d'essaye pendant que je faisais du shopping de maillots avec mon père, on en est venus à discuter de mon poids, et alors que je lui expliquais que j'avais beau aimer le sport, en faire plusieurs fois par semaine et manger équilibré, j'avais toujours mes jolis poignets d'amour (ils ne me dérangent pas la plupart du temps, mais que voulez-vous, on a toutes nos moments de faiblesse), il m'a envoyé en pleine face : "Oui mais tu MANGES aussi !"....
    Oui Papa, je mange... je ne savais pas que c'était une mauvaise chose, fin je pensais plutôt que c'était essentiel, pour vivre entre autres... mais voilà, je suis gourmande, et quand je passe des mois à bouffer des légumes vapeur avec du riz parce que je suis une étudiante fauchée, quand je retrouve mes parents pour les vacances, oui je profite du restau, et oui je vais finir cette assiette de moules-frites et peut-être même piquer dans celle d'un de mes frères.
    Ce que je trouve hallucinant c'est qu'il sait parfaitement que je fais attention, je suis végétarienne, j'évite au maximum l'huile de palme, j'adore cuisiner,... A partir de là comment peut-il être choqué par mon comportement alimentaire ? Venant d'un homme qui se dit féministe, se montre sensible à la cause des femmes et aime la bonne bouffe, ça prouve qu'il y a encore du chemin à faire !
     
    Mimi Pinkerton, Fanncy, Claudine_de_Lyon et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Fanncy

    Fanncy
    Expand Collapse
    Dealeuse d'herbe à chat

    Mon rapport à la bouffe est d'un compliqué !

    Depuis que je suis petite, je souffre de compulsions alimentaires. Je me cachais pour manger le paquet de 400g brioche et le camembert entier quand j'étais ado :facepalm: (et mes parents devaient le savoir mais ne m'ont jamais rien dit).

    J'ai passé mon temps à vouloir me remplir, à me rendre malade ... J'aime manger, j'aime les bons repas, les bons plats, les bon produits. Mais pendant des années j'ai été incapable de me maîtriser. Et puis être une fille, ça m'a pesé. au collège/lycée, je n'osais pas manger devant les gens. Je me disais que quelqu'un pouvait me faire la réflexion que j'étais grosse et que je ne devais pas manger et que c'était dégueu de me voir mastiquer. Les filles doivent être élégantes et manger des choses "propres" (oui c'est bizarre comme réflexion)

    Même aujourd'hui c'est compliqué parfois. En fait, j'en ai jamais vraiment parlé de ce rapport à la nourriture, parce que j'ai un peu honte.
    La seule fois où j'en ai parlé à une psychiatre, elle m'a dit que j'étais boulimique. Ca m'a fait bizarre et la solution que j'ai trouvé pour pallier ça, c'est de m'écouter.

    En fait, le fait que je sois une femme, je n'y pense même plus dans mon rapport à la nourriture. J'assume mon amour de la bouffe et de manger plus que mon copain (qui lui a un appétit de moineau, même si il aime la bouffe aussi). Essayer de se défaire de cette injonction que Lâfame est forcément une salade-loveuse (même si j'aime la salade), ça fait du bien. Et ceux qui critiquent mon assiette je me persuade que c'est de la frustration :cretin: Mais en vrai, ça n'est jamais encore arrivé qu'on me critique là dessus.

    Sur ce je vais aller me faire une bonne méga-omelette parce que je crève de faim :top:
     
    Luully et Mimi Pinkerton ont BigUpé.
  12. dodoindo

    dodoindo
    Expand Collapse

    J'ai vécu ce regard un peu accusateur quand j'ai "un peu" grossi. Où des amis me faisaient comprendre que j'avais "juste" à arrêter de manger pour maigrir... Simple n'est-ce pas ?! ;-)
    Sinon, étant d'une famille où on nous nourrit pour nous montrer qu'on nous aime... beaucoup manger n'a jamais été un problème !

    Petite anecdote légère :
    Pour notre anniversaire de rencontres, nous sommes allés au resto. J'étais tenté par la "farandole" de desserts, ce à quoi le serveur répond abasourdi "vous êtes sure ? C'est vraiment TRES copieux". Mon chéri a insisté poru que je le prenne. Quand le serveur a vu que j'avais tout mangé (et franchement j'avais encore de la place), il était tout gêné ! Enfin il était gentil, ça ne m'a pas choqué sa réaction, ça m'a fait rire...
     
Chargement...