Bright Star, de Jane Campion

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Titechoco, le 29 janvier 2010.

  1. Titechoco

    Titechoco
    Expand Collapse
    *Pétage de plombs inside*

    Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : Bright Star, de Jane Campion.

    Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis ;)
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je saurais plus dire exactement ce que j'avais pensé du film en lui-même mais je me souviens de plusieurs choses.

    Déjà, il y avait cette présence de la couture qui m'a semblé assez importante. Je sais pas, j'ai trouvé ça "touchant" la manière dont elle se réfugiait là dedans.
    Ensuite son amour a elle est très dévoué, elle se fiche de ce que l'on pourra penser d'elle elle est amoureuse et presque folle, il suffit qu'il lui dise une chose pour qu'elle se l'approprie et en fasse une obsession (je pense par exemple aux papillons).
    Bref, on voit qu'elle est très très attachée aux symboles et je trouve ça touchant.

    Tu parles du fait que Keats était "révolté" contre l'attitude méprisante de Fanny mais honnêtement je ne l'interpréterai pas au sens propre : je crois qu'il affichait un certain amusement et un peu de réprobation mais au fond c'est bien ça qui rendait Fanny admirable et qui a fait que Keats s'est intéressé à elle. C'est justement ce qui est formidable : dans une société où les femmes sont "en retrait", a moitié par facilité et a moitié parce qu'elles n'ont pas le choix, ce sont les êtres audacieux qui sortent du lot et qui se rendent admirable. C'est là qu'on peut vraiment aimer follement une femme : pour son courage, son audace.
    Je m'embrouille un peu mais disons que je trouve que cet amour est beau parce qu'il brave énormément d'interdit. Aujourd'hui on ne peut plus admirer de la même manière une fille qui ose l'ouvrir parce que c'est admit. Et les interdits créent toujours une dimension admirable de plus.

    A part ça, dans la réalisation je l'ai trouvé très beau. Oui certes il y a des longueurs et honnêtement la scènes des pleurs de Fanny m'a presque "dérangé", mais c'est tant mieux. Ca laisse le temps d'apprécier la saveur des décors, des lumières, de tout.

    Je n'aime pas la poésie, et pourtant moi aussi je suis "tombée sous le charme" de Keats. Pas pour son talent mais pour la façon dont il est mis en scène, ses attitudes, etc...

    Mais la chose que je retiens le plus c'est l'espèce de sentiment je sais pas... serein et en même temps plein ambition qui nous habite quand on sort de la salle. J'avais l'impression de pouvoir aimer de façon jolie.

    Bref pour moi ça reste un bon film qui arrive à manquer une fois qu'on sort de la salle.
     
  3. mwa_lilith

    mwa_lilith
    Expand Collapse
    Sempiternelle névrosée

    Je l'ai vu cet après midi même, et j'ai été agréablement surprise. Je pensais que j'allais m'ennuyer devant de beaux sentiments (et ce, pendant 2h) et en tant que anti-fleur-bleue, j'appréhendais un peu... Mais en fait, c'est que tu bonheur! Je n'ai pas vu les minutes défilées et comme c'est dit dans l'article, c'est bon d'être mise face à un amour pur et fort. Et puis, même si ça semble un peu surréaliste ce genre de love-story, Jane Campion arrive à nous y faire croire. Et on y croit à fond, on se laisse embarquer dans l'histoire de ce couple, qui a tant d'obstacle à franchir...
    Et la mise en scène, de véritables tableaux romantique, on se croirait presque dans un Renoir. Malgré la force des sentiments, les acteurs sont convaincants et jamais on a l'impression qu'ils en font trop.
    Pourquoi n'y a t 'il pas eut de prix à Cannes, où le film était présenté en 2009?
     
  4. NNN

    NNN
    Expand Collapse

    Fervente admiratrice des films britanniques concernant les auteurs, les adaptations de romans du XVIIIè et XIXè (fine allusion à Jane Austen), j'envisageais d'aller voir Bright Satr, ce fameux film sur Keats.

    Après vérification, je vois que c'est un film de Jane Campion, ayant adoré La Leçon de piano, je décide d'emmener mon specimen féminin préféré : celle qui fait des commentaires pendant les scènes de sexe pour cacher son embarras.

    Chemin faisant vers mon cinéma, je me remémore l'image d'une robe au milieu d'un champs de violettes, je décide donc d'aborder le film avec l'âme sentimentale qui a vu à son palmarès les Sissi, Marie-Antoinette, et autres The Duchess former le gout des belles robes et de l'art cinématographique pronant le retour du "fleur bleu".

    Mais voilà, le verdict est tombé, comme la guillotine.

    Les poèmes de Keats font éclore ce film en un sublime papillon, malheureusement ephémère. La sensibilité des vers de Keats ne parvient pas à rendre aérien ce film moulé -semble-t-il- dans un plat à tourte.

    L'histoire d'amour en elle-même conserve sa part de réel, l'idylle pourrait nous faire rêver, tous les clichés sont présents. Prenant le risque de passer pour cucu-la-praline, Jane Campion a choisi un décor floral, jouant la carte 'fleur bleue" dans tous les sens du terme.
    De jolies images, on voit effectivement le rapprochement qui se voudrait discret entre le travail de la broderie et la Poésie. Mais voilà, cela ne prend pas.

    On imagine devant l'affiche du filme, des personnages dont le flegme anglais laisserait entrevoir une intériorité des personnages. Mais il ne se passe rien.
    Seul le desespoir se montre lorsque Fanny fait demander un couteau "pour se tuer", mais finalement on a plus envie de lui mettre un coup de pied quelque part entre ses jupons et ses dentelles pour la faire avancer.

    Ben Wishaw, tout simplement magnifique incarne le poète maudit avec un naturel qui fait rêver. Le poète romantique par excellence, il passe son temps à ne rien faire, à penser sans partager ses songes. Peut-être à l'image de ce film, qui à l'inverse de la vie de Keats ne se termine pas trop tot.

    Un rapide coup d'oeil à sa montre au cinéma (chose tout à fait impossible en principe). Ah, voilà une heure qu'on est là. C'est pas grave, maintenant que les amants sont ensemble, on peut toujours se raccrocher aux merveilleuses scènes d'amour.
    Après tout, La Leçon de piano m'avait agréablement surprise, même contexte, un paysage boueux, pourquoi Keats n'irait-il pas inspecter les coutures de Fanny ?

    Sauf que, en sortant du cinéma, j'attendais encore qu'il se passe quelquechose. Dommage.
     
  5. Norma Jean.

    Norma Jean.
    Expand Collapse
    ALLONS-Y !

    J'adorerais le voir or les cinémas qui le passe le plus proches de chez moi sont assez éloigné,dommage je ne le verrais donc pas dans une salle obscure!
     
  6. HelenaWay

    HelenaWay
    Expand Collapse
    Summertime

    J'ai été voir ce film avec une amie qui l'avait déjà vu et qui adore le cinéma.
    J'étais émue a la fin du film, tout était beau , les décors, la musique , le jeu des personnages... Vraiment, j'ai adoré moi .
    C'était peut être long, mais j'étais a fond dedans alors bon , ça m'a pas dérangé.
    Et puis cet univers un peu vieux, et l'amour qui n'avait pas du tout le même contexte qu'aujourd'hui, c'est tellement beau... ♥
     
  7. Chlorophyll

    Chlorophyll
    Expand Collapse

    Comme l'a dit Cassis, quand on sort de la salle, on a l'impression de pouvoir aimer de façon "jolie". J'y partais sceptique, j'en suis revenue séduite! même si le film fait verser sa ptite larme, on en sort léger et ivre, comme à la fin d'un poème d'amour...
     
Chargement...