Celui qui... était dépressif

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 5 février 2015.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

    /Post maladroit, édité non par lâcheté mais par prise de conscience de mon impolitesse à l'égard des personnes dépressives, l'original est disponible si besoin. \
     
    #2 Mircea Austen, 5 février 2015
    Dernière édition: 5 février 2015
  3. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

    Ah ce n'était peut être pas clair, pour faire plus clair et moins émotif :
    Je suis systématiquement sortie avec des personnes dépressives, ça s'est systématiquement mal finis.C'est peut être parce que je suis une copine nulle, c'est peut être aussi parce que l'amour ne guéris pas de la dépression et qu'il faut de sacrée cojones pour la vivre au quotidien.
    J'ai vécu deux fois 6 mois à 1 ans avec des personnes dépressives et ça finit toujours par rejaillir sur toi et c'est horrible à négocier.

    Premier petit copain dépressif, 16 ans sous médoc, le premier amour tu penses que l'amour peut changer les gens, il a finit par être violent et abusif.
    Le second, j'ai appris au bout d'un an ses séjours en hôpital psychiatrique, ce qui explique sans doute avec le recul sa mythomanie puisqu'il n'avait pas 30 ans mais 24, ce qui est bon à savoir quand on aime quelqu'un.
    Le troisième a finit par me quitter parce que je réussissais mieux ma vie que lui (c'est juste qu'il bougeait pas du canapé all the day, pas que ma vie est cool, mais forcément à côté de fumer des pétards H24 acheter un pack d'eau c'est hot) lui et que la dépression c'est swag quand se rêve une carrière d'auteur alcoolique.

    Donc, du coup, les relations avec des personnes dépressives, j'aurais tendance à dire qu'il faut les fuir. Mais je suis pas objetive, cf la vanne sur le stress post trauma.

    (ps : ce message est voué à l'auto destruction, ne pas citer).
     
    #3 Mircea Austen, 5 février 2015
    Dernière édition: 5 février 2015
    Jauneparapluie a BigUpé ce message
  4. DouceNight

    DouceNight
    Expand Collapse

    Le comportement du mec me fait plus penser à une personne abusive qu'un mec dépressif...
     
    Dame Andine cogite, LeocadiaLee, Selby et 8 autres ont BigUpé ce message.
  5. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

    Alors je commencerais par m'excuser si mes propos on pu te choquer. Plates excuses, sans nuance : désolé, tout simplement.

    Avoir fréquenté, beaucoup, de personnes dépressives, et pas seulement parmi mes relations de couple mais aussi dans ma famille m'a laissé beaucoup d'amertume en bouche qui a nuit à mon objectivité.
     
    soshishi, Canapé, Bazinga- et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. Calypsow

    Calypsow
    Expand Collapse

    Ouah ... il a clairement le comportement d'un pervers narcissique mais allez ... mettons ça sur le compte de sa dépression ... !!
    Je suis dépressive depuis longtemps et diagnostiquée depuis peu ... et je suis aussi en couple depuis 6 ans ...
    Oui il y a des périodes où mon compagnon me porte à bout de bras et où, oui, ce n'est pas évident pour lui ... Vous savez ce qui est difficile aussi ?? Culpabiliser d'aller mal et de faire subir ça à l'autre ; avoir peur de s'ouvrir à l'autre parce qu'il en fait déjà tellement ou refuser de parler de ses pulsions morbides pour ne pas effrayer l'autre ...

    Cet article sous entend gentiment que les personnes dépressive parlent de leur problème pour manipuler les autres et aussi qu'il suffit de "se sortir les doigts du cul" pour en guérir ...
    Ça me fait GERBER !
     
    Dame Andine cogite, Fluotine, ninaloursio et 18 autres ont BigUpé ce message.
  7. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Un petit point car je vois que cet article heurte certaines personnes et que c'est sous ma responsabilité qu'il a été publié (rédac chef adjointe tout ça).

    Je ne l'ai pas lu comme vous, en fait. Je connais pourtant des personnes dépressives, dont certaines me sont très chères et très proches. Je n'ai pas eu l'impression que la madmoiZelle mettait les agissements de son copain (la surveillance constante de ses actions, la manipulation...) sur le compte de sa dépression. Je trouve qu'à la fin elle fait clairement son mea culpa en disant que rester avec une personne déjà dépressive parce qu'on a peur de lui faire du mal, en fait, ça lui fait du mal et que ce n'est qu'une fois qu'elle est partie que son ex a pu réapprendre à aller mieux, parce que ses agissements à elle et sa façon d'être le blessaient, et qu'il était déjà fragile du fait de sa dépression.

    Je n'ai pas lu cet article comme « sortir avec une personne dépressive est impossible » (c'est d'ailleurs dit au début !), ni comme « les personnes dépressives vous manipuleront et tenteront de vous contrôler ». Je l'ai lu comme l'introspection et les réflexions d'une jeune femme qui est sorti avec un jeune homme, lequel était entre autres dépressifs, et sait, avec le recul, reconnaître sa part de responsabilité à elle dans l'échec de la relation. Jamais d'ailleurs elle ne dit que la dépression de son ex est la raison de leur séparation. La seule chose qu'elle reproche, et elle se le reproche à elle, c'est d'être restée juste pour « ne pas lui faire de mal » alors qu'elle ne pouvait pas être une compagne positive et génératrice de bonheur puisqu'elle n'avait pas envie d'être là.
     
    Pauline!, Lilou la licorne, minim0a et 9 autres ont BigUpé ce message.
  8. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    On en a un ici, je vais l'ajouter à l'article :fleur:
    EDIT : en fait je suis zozo, il y est déjà : tout à la fin, « À lire aussi... » !
     
    Yokuri a BigUpé ce message
  9. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

    Je pense à vous lire qu'il y a un gros terrain d'entente de toute façon : dépression ou pas dépression c'est effectivement pas le problème, dans le prolongement de ce que disait @Het Kasteel : sortir avec un/e égoïste, même si c'est la personne la plus joyeuse du monde, ça craint.

    Après, les personnes vraiment égoïstes sont susceptible de se trouver toutes les excuses possibles, et la dépression peut servir d'argument. Mais effectivement mea culpa, les deux ne sont pas liés. On peut être un infâme personnage et très joyeux, dépressif et très dans l'échange, dans la communication.

    Ce qui serait intéressant, en tout cas moi ça me servirait beaucoup hein, c'est d'apprendre à mieux repérer les personnes égoïstes, quelque soit leur état émotionnel. Et, parmi eux, comment faire la part des choses entre "je suis dépressif et donc j'ai des besoins spécifiques au sien de notre relation" (ce qu'on a tous, au fond) et "je suis dépressif donc je vais être abusif sur certains points".

    Je prend un exemple concret ou j'aurais aimé qu'on m'aide, et peut être une personne ici dépressive peut elle le faire :

    -Quand une personne t'explique qu'elle est en dépression et qu'à cause de ça elle a besoin de prendre des drogues de façon régulière.
    -Mais que ce même usage des drogues fait aussi qu'au final cette personne change de personnalité.

    J'ai été deux fois dans cette situation.
    Et bien je n'aurais jamais su dire où commençait la réponse à un mal être dépressif (impossible à juger donc) et l'égoïsme (=ça me donne une excuse pour rien faire de mes journées).

    Parce que je n'ai jamais voulu blesser mes compagnons dépressifs, mais qu'en échange j'acceptais chaque jour un peu plus. Et il m'était à l'époque impossible de savoir si j'avais affaire à une vraie réponse de leur part à un mal être réel, la dépression donc ou à de la simple mauvaise fois. Ils m'aimaient pourtant, et je les aimais, mais il m'a fallut du temps pour comprendre que la dépression avait été utilisé pour me faire tout accepter.

    Alors je pose une vraie, sincère, question, vu que visiblement la loi des séries m'indique que je pourrais ressortir avec une personne dépressive : comment savoir quand on quitte le domaine médical pour celui du faux semblant ? Comment savoir si on aide une personne ou si on la conforte dans son mal être ?
     
  10. Y.

    Y.
    Expand Collapse

    Carrément.

    A la Madz qui a écrit ce texte : j'espère que ça se passe mieux maintenant dans tes relations, et que tu ne te reproches pas l'échec de ta relation avec ce gars. Indépendamment de sa dépression, on peut quand même dire qu'il se conduisait mal... Il y a un paquet de dépressifs qui sont tout à fait capables de ne pas mettre la pression à leur conjoint pour contrôler ses sorties et son apparence physique, je veux dire. Et rester alors qu'on n'a plus de sentiments parce qu'on s'est fait faire du "chantage au suicide" (je mets les guillemets parce que ce n'était peut-être pas délibérément du chantage, mais le résultat y ressemble), ce n'est pas une "faute", c'est une réaction d'être humain normal qui n'a pas envie de pousser une autre personne à se faire du mal.

    Et aussi : personne n'est une copine parfaite. On s'avachit, on n'écoute pas toujours, c'est ce qui arrive quand on n'est plus heureux dans une situation donnée. Par contre, engueuler quelqu'un pour l'empêcher de sortir ou lui faire perdre du poids, lui parler de se "foutre en l'air" au lieu de tout simplement prendre l'initiative de la rupture... je trouve ça un peu moche. Je sais qu'on a parfois plus de mal à avoir des réactions socialement acceptables quand on a une maladie mentale, je ne juge pas et je me mets à la place du gars qui souffre, mais en tous cas ce n'est franchement pas du tout de ta faute que votre relation ait foiré, personne ne devrait t'accuser d'avoir gâché des années de sa vie à lui.

    Des bisous d'encouragement pour la suite :hugs:
     
    Dame Andine cogite, Fluotine, Lilou la licorne et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Calypsow

    Calypsow
    Expand Collapse


    Dans ce cas pourquoi résumer cette personne par sa dépression, (c'est le titre choisi)... ? Les comportements décris ne sont pas des comportements de dépressifs ... elle ne fait peut être pas de reproche à son ex mais le lecteur lui en fera sans aucun doute..
    Je suis désolée je trouve cette article hyper stigmatisant, c'est déjà suffisamment difficile d'avoir une maladie psychique et d'entendre à longueur de journée que notre souffrance n'est pas valable et qu'on est juste des faibles.
    Oui, même les connards peuvent être dépressifs mais tous les dépressifs ne sont pas des connards ...
     
    Dame Andine cogite, Fluotine, bat-momo et 20 autres ont BigUpé ce message.
  12. LadyNightstalker

    LadyNightstalker
    Expand Collapse
    à l'ouest

    C'est pas de la dépression qui est décrite dans cet article. C'était un manipulateur. Le chantage au suicide, pas besoin d'être dépressif pour le faire...
    Pour moi la dépression c'est vraiment pas ça, et je trouve que cet article induit en erreur.

    Cependant, la conclusion est très juste.
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Melissa
    Réponses :
    29
    Affichages:
    2654
  2. jimbolove
    Réponses :
    10
    Affichages:
    1551
  3. Larcin
    Réponses :
    8
    Affichages:
    1085
  4. Armanilla
    Réponses :
    5
    Affichages:
    1971