Ces signes qui nous ont dit « il faut partir de chez tes parents »

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Chloé P., le 3 avril 2016.

  1. Chloé P.

    Chloé P.
    Expand Collapse
    Ancienne rédactrice sur la rubrique Devenir Adulte

  2. louise.schneider

    louise.schneider
    Expand Collapse

    Et les études ? On les oublie les études ?! :vieux:
     
  3. Camiouts

    Camiouts
    Expand Collapse
    Pas là. (mais t'es où ?)

    Hmm... De mon côté, c'est un peu arrivé comme ça. Je mettais sur post-bac mes voeux et la solution la moins coûteuse était de partir vivre chez ma tante à 500km. Pas vraiment l'indépendance, mais j'ai coupé le cordon avec mes parents dans un mélange d'excitation, de peur, puis de vide, un peu de tristesse :erf: et après... Ça s'est tout simplement (plutôt très) mal passé avec ma tante ! Six mois plus tard, je vivais seule et franchement... Me libérer de ma tante était vraiment génial ! :egyptian:
    Je m'en suis très bien sortie et je continue à trés bien m'en sortir dans une nouvelle ville ! Bientôt, ce sera dans un autre pays, youpiii :caprice:
    Je rentre pour les vacances, et quand j'y suis, je suis partagée entre le plaisir de se faire chouchouter :yawn: et le "déplaisir" d'entendre mes parents me dire de faire si ou ça dans ma vie :stare:
     
    Shay'n, Gargouillette, PousseMoussue et 6 autres ont BigUpé ce message.
  4. Nekhbet

    Nekhbet
    Expand Collapse
    Statut quo

    Pour moi, ça était simple : après ma licence, j'ai été accepté dans un master dans une autre ville que celle de mes parents. Donc je suis partie pour mes études et je ne suis plus revenue habiter chez mes parents. Je rentre de temps en temps pour les fêtes, les anniversaires, et des weekends où j'ai envie de passer. Eux viennent des fois chez moi, mais bon c'est plus petit, donc ils ne viennent pas souvent. Mes frères et soeurs me rendent visite plus souvent qu'eux. Après, c'est une fois partie, que j'ai gagné en autonomie et en indépendance mais je n'ai pas ressenti le besoin avant.
     
    Adios Badmoizelle, Alouwan et MrsBlueSky ont BigUpé ce message.
  5. tempsdance-89

    tempsdance-89
    Expand Collapse
    la vie m 'a beaucoup appris l 'amour j 'ai failli m 'y perdre le sourire toujours sera sur mes levres

    moi ce qui devenait le moins supportable c 'etait les horaires des repas trop tot trop tard, les repas ne me plaisaient pas plus que ca ducoup je grignotais beaucoup

    Les fameux "tu es ou "? tu vas ou ? tu rentre a quel heure ? tu devrais te coucher plus tot ?

    enfin bref je suis beaucoup mieux dans mon appartement tout en allant voir mes parents souvent
     
    PousseMoussue, Adios Badmoizelle, Castella et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. _s-krey_

    _s-krey_
    Expand Collapse
    j'ai tellement de choses à faire...et je squatte le forum pendant des heures

    J'ai limite l’impression de faire des études pour koter, j'ai vu ça comme une porte de sortie ^^ J'ai des parents hypers cool sur beaucoup de choses ça m’empêche pas de saturer par moments. Ils ont la vanne méchante et humiliante mais à côté quand j'en vois qui sont incapables de dire merde à leurs parents ou de juste dire non, je me sens chanceuse. Le plus chiant c'est le repas, c'est très difficile de changer d'alimentation quand ce n'est pas toi qui remplit le frigo :)
     
    PousseMoussue, Adios Badmoizelle, Kmarlou et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. captainpaillettes

    captainpaillettes
    Expand Collapse
    breakdanseuse étoile.

    Sujet qui tombe pile poil, merci MadmoiZelle.
    Je vis à nouveau chez mes parents depuis quelques années, après plus d'un an d'indépendance. Ils ont été là après quelques épreuves très difficiles, mais depuis quelques mois, on ne se supporte plus. Je n'ai pas d'intimité, l'impression d'avoir a nouveau 16 ans au vu de comment ma mère me parle, à me demander où je vais, avec qui, a quelle heure je rentre... Ma vie sociale, amoureuse et sexuelle en prend un coup dans les lattes car, vivant dans un village assez loin des grandes villes, et ayant la plupart de mes amis sur Lille, c'est dur de pouvoir profiter de la vie d'étudiante et de tout ce qu'elle peut offrir. De plus, je suis dans une université de proximité, ce qui fait que la grande majorité des étudiants y sont pour étudier et ça en reste là.
    J'ai une mère très maniaque, qui range ma chambre quand je ne suis pas là et qui me reproche de ne pas investir personnellement (déco et tout) cette espace... (oui c'est paradoxal, je ne comprends pas moi même)... On se dispute sans cesse, car on ne s'entend plus. J'ai beau dire que ça ne va pas, que je ne les comprends pas, que je ne supporte plus l'attitude de ma mère envers moi (elle n'arrête pas de m'embêter, de dire des choses qui sont pour rire mais qui agacent), rien ne change... De plus, mes parents ont des soucis financiers et de santé, du coup je culpabilise quand je dis que j'ai envie de partir mais que je ne peux pas. Ils se disent que c'est de leur faute, alors que c'est juste "la vie"...
    Je dois encore attendre tout au plus un an et demi avant de pouvoir partir, mais j'avouerai avoir très peur qu'il se passe une réelle rupture entre nous trois. J'ai toujours été très conciliante et respectueuse, et j'en viens à demander à ma mère de "fermer sa gueule" quand ça part un peu trop loin...
     
    Shay'n, ben quoi ?, PousseMoussue et 8 autres ont BigUpé ce message.
  8. Lionna

    Lionna
    Expand Collapse

    Au bon moment! Je suis pas complètement indépendante, mais je suis en cité universitaire depuis septembre de l'année dernière, vu que la fac est trop loin de chez mes parents. Je m'occupe seule de mes courses, mon linge, (même si c'est pas moi qui paye) mais je travaille quand même le dimache matin. Entre la fac et mon copain, hors vacances, j'y suis un jour sur sept, mais c'est quand même assez difficile. Surtout pendant les vacances quoi, et je crois que le pire c'est à table. C'est pas évident quand ils sont racistes et légèrement homophobes (nan parce que ma mère qui me sort que si on est bisexuel c'est qu'on a choisi de l'être...je lui dit comment que je suis pansexuelle? :facepalm:). Ouais, à table c'est le pire. Sinon niveau rythme, ça va, je suis plotôt silencieuse donc si je me couche à minuit ils entendent pas, et les repas c'est pareil à la fac. Mais toute seule ça reste bonheur comme je ne dois rien à personne, je suis tranquille. Vu que je change de filière l'année prochaine je change peut-être de fac (peut-être, parce que limité à 20 places), moins loin, moins de frais aussi du coup je vais perdre toute cette semi inndépendance que j'avais acquis jusque là. Avec un peu de chance, après ma L1 mon copain va suivre et donc là, même si mes parents risquent de donner un coup de main, je les aurai déjà moins sur le dos. Et puis comme on est tous les deux plutôt solitaires et calmes, ça sera encore mieux :top: Donc maintenant j'ai plus qu'à prendre mon mal en patience
     
    PousseMoussue a BigUpé ce message
  9. Coco.lalie

    Coco.lalie
    Expand Collapse
    Au bord du gouffre.

    Je suis aussi partie relativement tôt de chez moi : après le bac, à 18 ans, je suis partie en prépa sur Paris donc logement étudiant et tout, et je pense que ça a été un désir conjoint pour mes études et pour mon indépendance qui m'ont fait choisir ces prépas ^^
    J'ai maintenant bientôt 25 ans et mon logement à moi (enfin, avec mon copain) donc complètement indépendante de ma mère (qui me faisait parfois des courses, lavait mon linge ou des petits trucs comme ça) et ça fait du bien ! Pourtant, paradoxalement, j'aime bien rentrer chez ma mère, c'est complètement régressif, même si je sais que c'est sympa un week-end ou une semaine de vacances mais que plus longtemps ça finirait par m'agacer :danse:
     
  10. Mitchie

    Mitchie
    Expand Collapse
    une lumière dans la brume

    Sujet qui tombé à pic ah ah je me pose ce type de questions. Moi je suis partie il y a trois ans, parce que j'étouffais complètement et j'ai trouvé le prétexte de poursuivre mes études à 400 km, alors que j'aurais pû les continuer dans ma ville mais j'en pouvais plus. Je ne m'entends mal avec ma mère, j'en pouvais plus de son accumulation d'affaires et de son bordel, de cet appart trop petit où les murs sont en papier, et où on est jamais tranquille, de la télé allumée en permanence, de la tendance à gaspiller de ma mère (je passe toujours pour l'hippie écolo foldingue là-bas), et aussi de cette ville bruyante, et chère.
    Sauf que je finis bientôt mes études, et je me pose des questions, j'ai envie de faire un sve, mais par manque de temps et d'argent je sais que je ne pourrais pas partir tout de suite. Du coup j'aimerais bosser un peu dans ma branche ou non, le truc c'est que dans la région où je suis sans permis de conduire impossible de bosser sauf que je n'arrives pas à avoir le mien, même si j'ai tenté de le passer. L'autre possibilité ça serait de revenir dans ma région où il y a plus d'offres d'emploi, et de me rapprocher de mes proches, sauf que la vie est super chère là-bas, et c'est très très difficile de trouver un appartement. Du coup, je sens le possible retour dans ma famille, et j'ai pas du tout envie. Pourtant après avoir vécus à 400 km de ma famille, j'ai envie de me rapprocher mais pas sous le même toit.
     
  11. Elendile

    Elendile
    Expand Collapse
    L'automne ça sent bon

    Personnellement les signes s'illuminent tels des gyrophares plusieurs fois par jour et c'est assez invivable mais je n'ai absolument pas les moyens de partir pour le moment et étant célibataire depuis pas si longtemps, plus personne chez qui trouver refuge quelques jours salvateurs ...
     
    Pokeflora94, PousseMoussue, captainpaillettes et 4 autres ont BigUpé ce message.
  12. Billie_the_cat

    Billie_the_cat
    Expand Collapse

    Et quand il n'y a pas de signes ? Parfois on part de chez ses parents sans s'en rendre compte... Bon ok ça fait bizarre écrit comme ça :rire: Non mais plus sérieusement, cet article m'a foutu un sacré coup. Je vis depuis deux ans dans mon propre studio d'étudiante à plus de 800 km de chez mes parents. L'année dernière je revenais régulièrement voir mes parents pour un week-end et les vacances. Mon vrai chez moi c'était chez mes parents. Sauf que depuis quelques mois, je me rends compte que je ne reviens plus le week-end (trop occupée par les études et ma propre vie), lors de mes dernières vacances je ne suis pas rentrée et je ne rentrerai qu'une semaine sur les deux semaines de vacances en avril... En plus de ça, je serai en stage à l'étranger tout l'été. Puis rebelote en septembre avec les cours... Mon chez moi c'est mon studio maintenant, plus chez mes parents... En fait c'est venu tout naturellement, la prise d'indépendance, la vie de tous les jours qui te bouffe et t'éloigne du domicile familial... Dans un an je serai diplômée, avec un boulot je-ne-sais-pas-où très probablement. Donc je ne risque pas de retourner habiter chez mes parents. Je viens de m'en rendre compte grâce à cet article...

    Merci Madmoizelle de m'avoir fait comprendre que j'étais devenue une adulte indépendante et que je n'habiterai plus jamais chez mes parents XD !
     
    Tératogène, Kmarlou, MrsBlueSky et 4 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...