Cinq choses que j’ai apprises au lycée alors que c’était pas au programme

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mathilde Trg, le 9 novembre 2018.

  1. Mathilde Trg

    Mathilde Trg
    Expand Collapse
    Rédactrice à ses heures perdues
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. TennanTen

    TennanTen
    Expand Collapse
    Détendue

    J'ai juste appris, qu'il fallait pas se forcer à entrer dans un groupe qui ne nous correspondait pas et s'entourer de personnes bienveillantes. Qu'être soi même est beaucoup plus important que de forger un masque pour ressembler à tout le monde.

    Que défier l'autorité abusive de certains profs ne faisaient pas de toi une mauvaise élève ou une personne qui n'a aucun respect. Si, au contraire, les profs n'ont pas à te manquer de respect et ne pas t'écouter. ça fait de toi quelqu'un de réfléchis qui à droit au respect et à la dignité.

    Que tu as le droit de te faire entendre quand les choses de vont pas pour toi.

    Après, j'ai vécu toute ma scolarité avec du harcèlement scolaire donc je n'y trouve pas de trucs très positifs.
     
    Jane Morgendorffer, butterfly140, Amy-Amy et 14 autres ont BigUpé ce message.
  3. Sillysally

    Sillysally
    Expand Collapse

    En sortant du lycée... J'étais encore plus paumée qu'en arrivant. Je crois que quelque part j'avais régressé et je ne savais même plus de quoi j'étais vraiment capable. Je pense que c'était trop violent pour moi et je suis contente d'en être sortie. C'est plutôt à la fac que je me suis trouvée.
     
    butterfly140, Amy-Amy et hiraeth ont BigUpé ce message.
  4. Amy-Amy

    Amy-Amy
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Cet article a réveillé quelques vieux souvenirs et je me suis reconnue dans plusieurs exemples... J'avais dans l'idée d'en citer deux, mais au vu de la longueur du premier, je me contenterai de celui-là...

    Le lycée m'a permis d'apprendre que non, je n'étais pas une merde et que j'étais capable non seulement de me faire de nouveaux amis, mais aussi d'être populaire. Après 4 ans de harcèlement au collège, je suis entrée en Seconde dans une classe où je ne connaissais personne (entre autre car j'avais choisi Théâtre en option lourde). Très vite, j'ai réussi à créer des liens et parmi mes camarades, deux sont devenus mes meilleurs amis durant une bonne partie de ma scolarité. Ils étaient tout pour moi et ça me faisait un bien fou de pouvoir enfin être moi-même sans me faire taper dessus, sans qu'on se moque de moi. Je n'étais plus jamais seule et ça, c'était un véritable soulagement. Ayant doublé ma seconde avec mes deux meilleurs amis, je ne sais pour quelle raison ma meilleure amie et moi nous nous sommes présentées à l'élection des délégués, avec pour concurrent, entre autre, un camarade très charismatique, qui parlait bien, qui avait de bonnes idées, un peu l'intello beau gosse quoi... A ma grande surprise, j'ai été élue dès le premier tour à la majorité absolue... Ma meilleure amie fut élue au second tour... Pour moi, c'était totalement dingue ! Je n'avais rien fait pour, mais visiblement, être gentille et rigolote (et redoublante XD), ça suffit pour inspirer confiance... Cette année là fut très particulière, et je n'ai jamais été aussi bien entourée au sein même d'une seule classe... et de manière générale, j'avais réussi à faire ma place dans le lycée, beaucoup de monde me connaissait... Bref, j'étais populaire, mais dans le bon sens du terme... ça a boosté ma confiance en moi de manière phénoménale et je sentais que j'avais ma revanche sur des années de harcèlement.

    Mais la vie est souvent chienne, et la popularité c'est bien, mais ça ne donne pas des bonnes notes sans un minimum de travail, que je ne fournissais pas pour passer en 1ère L. Alors à la fin de ma deuxième seconde, on m'a gentiment fait savoir que j'allais devoir changer d'orientation, et de lycée... J'ai eu le coeur brisé et cette séparation fut extrêmement douloureuse...

    La rentrée suivante, j'ai donc intégré un autre lycée, dans une ville à côté de la mienne, en 1ère STT. Nouvelle classe, nouveaux cours... la seule personne que je connaissais s'avérait être ma prof d'histoire géo, celle-là même que j'avais eu en 6ème et qui ne s'était jamais gênée pour m'humilier publiquement.... Ce jour de rentrée était pour moi le premier jour d'une longue descente vers l'enfer. Du moins, c'est comme ça que je l'ai ressenti. La plupart des élèves qui peuplaient ce lycée avaient le même profil que mes harceleurs au collège. D'ailleurs certains d'entre eux y étaient encore, mais en Terminale. Et bien entendu, mes camarades de classe correspondaient parfaitement à ce profil... Oui, la vie est une chienne...

    A l'époque, j'arborais un look métallo-gothique ce qui n'arrangeait rien à mes affaires... si je voulais me fondre dans la masse, c'était peine perdue... j'avais l'impression de me retrouver dans la même ambiance qu'au collège, à la seule différence près que mes deux années de seconde avaient tellement boosté mon estime de soi, voire mon égo, que je prenais la plupart de mes camarades de haut, me croyant bien meilleure qu'eux surtout au niveau intellectuel... (je n'en suis bien sûr pas fière du tout). Ceci dit, je suis quelqu'un qui un véritable bon fond et au fil des ans, j'ai revu mon jugement... Parallèlement, j'avais réussi à intégrer une bande de métalleux, qui sont devenus de supers amis (on se fréquente d'ailleurs même encore pour la plupart). Ils étaient très différents de mes amis de mon premier lycée, mais moins pédants, moins petits bourgeois et grâce à eux, j'ai appris à redescendre de mon piedestal... Petit à petit, j'ai réussi à m'intégrer, dans plein de groupes : ma classe, des groupes d'autres niveaux... Tant et si bien que je gagnais de nouveau en popularité, mais sans l'avoir forcément voulu. C'est juste que les gens m'aimaient bien, et je le leur rendais bien ! A l'époque, on partageait une salle de musique, non pas pour y jouer, mais pour écouter. On avait un planning qu'on devait partager principalement avec une bande de gars qui étaient plutôt rap / hip-hop... c'était souvent la guerre entre les deux bandes (enfin, pas au point de se taper dessus mais pas loin). Eux nous voyaient comme des satanistes (les clichés ont la vie dure) et nous on les traitait de racailles... Sauf que moi, ça m'agacait un peu tout ça... Alors un jour, j'ai fini par discuter avec l'un d'entre eux. Une vraie franche discussion qui a duré un bon moment. A partir de ce jour-là, les choses ont été bien mieux. Nous étions passés au-dessus des clichés et des préjugés, parce que deux d'entre nous avaient eu la bonne idée de DI.SCU.TER. Mais ceci n'est pas le meilleur. Non, la consécration, fut lors de ma seconde terminale (oui oui, j'ai doublé ma seconde ET ma terminale...). Cette année-là, ce fut l'année des grands changements. Mon intégration dans ma classe (qui s'avérait être presque la même que la précédente, nous étions beaucoup à avoir raté le Bac) fut totalement établie. Ca n'a pas empêché quelques coups de gueule durant l'année, mais il y avait un vrai respect mutuel entre eux et moi. En parallèle, j'avais décidé de couper momentanément les ponts avec certains amis de ma bande, parce que j'étais trop tentée de faire autre chose que bosser et si eux avaient quelques facilités, moi je devais redoubler d'effort pour tenter d'avoir mon Bac. Ca a bien foutu la merde à l'époque entre nous, mais je ne regrette pas, car je savais que c'était nécessaire. Cette année-là, je ne sais pas pourquoi, je me suis présentée aux élections du Conseil de la Vie Lycéenne. Je trouvais l'idée sympa, j'avais envie d'avoir un but, de défendre des causes, d'être utile. Alors me voilà à préparer ma profession de foi, à en parler autour de moi, mais sans vraiment y croire. C'était une idée, presque une lubie passagère...

    Vint le jour des élections, et alors que je trainais dans les couloirs avec des copines, (ce qui était formellement interdit), on tombe sur une pionne qui nous apostrophe en nous demandant de nous rendre au rez-de-chaussée ou dans les espaces d'études... Et puis, elle s'adresse à moi et me dit "Au fait, on a les résultats des élections du premier tour... Tu as été élue à la majorité absolue !". J'en suis restée bouche-bée... Encore une fois. L'histoire se répétait, mais cette fois, à l'échelle d'un lycée ! J'étais totalement folle de joie. Pas d'avoir été élue au CVL. Mais d'avoir été élue de cette manière ! Pour moi, c'était LA REVANCHE de mes 4 années de harcèlement, de ces trois années plus ou moins difficiles dans mon second lycée... Ce que j'ai appris, grâce au lycée, c'était donc ça. Que je n'étais pas une merde. Que je pouvais me faire des amis. Qu'on pouvait m'aimer pour ce que j'étais. J'ai appris à avoir confiance en moi. A avoir de l'estime pour moi-même. A travailler aussi sur mon égo. A faire des choix difficiles pour mon propre bien, pour ma réussite. Je pense que ce jour-là fait partie de ceux qui ont marqué ma vie de manière indélébile. Un des meilleurs jours de ma vie, un de mes meilleurs souvenirs d'adolescente... Et quand les douloureux souvenirs de mes années de harcèlement refont surface, c'est entre autre à ce jour que je pense, et ça m'aide à me sentir mieux.
     
    #4 Amy-Amy, 11 novembre 2018 à 23:51
    Dernière édition: 12 novembre 2018 à 00:04
    Mathilde Trg, butterfly140 et hiraeth ont BigUpé ce message.