Comment j’ai fini par vivre de ma plume et être auteure à plein temps

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anne-Fleur, le 28 mars 2017.

  1. Anne-Fleur

    Anne-Fleur
    Expand Collapse

    #1 Anne-Fleur, 28 mars 2017
    Dernière édition par un modérateur: 3 novembre 2017
  2. Uncafé

    Uncafé
    Expand Collapse

    Samantha, pourrais-tu donner des conseils pour trouver des lecteurs objectifs, des lecteurs inconnus qui seraient intéressés pour donner un avis extérieur ? Est-ce qu'il vaut mieux faire un blog, et dans ce cas, comment présenter les choses, se faire connaître ? Ou alors passer par un forum, mais lequel choisir ? Et les salons du livre, sont-ils réservés uniquement aux personnes qui sont déjà rattachées à une ou plusieurs maisons d'édition, ou ont déjà publié ? Comment y accéder ?
    Merci !
     
    Dame de Pique a BigUpé ce message
  3. sinae

    sinae
    Expand Collapse

    J'avais lu La langue du silence (1er tome d'oraisons) au lycée dans le cadre du concours lycéen des imaginales et c'était super bien !! Tellement bien que dans mon lycée on a voté pour cette histoire et qu'elle a remporté le concours :)
    Du coup j'ai lu la suite du livre.
    Merci pour les conseils :)
     
  4. Neverland90

    Neverland90
    Expand Collapse

    C'est vraiment cool. Moi, faudrait déjà que je finisse mes romans et mon estime de moi est tellement basse, sans compté la procrastination, que je doute y arrivé un jour. En tout cas, tes conseils sont supers, merci :)
     
    Imago, Shay'n et misspoetia ont BigUpé ce message.
  5. Aktus

    Aktus
    Expand Collapse

    Je souhaite revenir sur une remarque de l'auteur:
    Vous en connaissez beaucoup des comptables qui font ce métier par passion? Vous avouerez qu'il y a davantage de gens passionnés par l'art, l'écriture, le cinéma, la musique que par la comptabilité et le contrôle de gestion, non? D'où les écarts de rémunération entre l'écrivain et l'expert comptable... C'est malheureusement la loi de l'offre et de la demande, ça ne légitimise pas les abus (que je condamne) mais force est de constater que l'on ne peut pas dire "c'est mon metier parce que c'est ma passion donc je dois en vivre dignement comme le comptable passionné vit dignement du sien", c'est un peu raccourci comme raisonnement, il faut penser que le comptable a sûrement choisi ce metier justement parce qu'il etait sûr d'avoir un salaire à la fin du mois et non par "passion"...
     
    yuyunaâ, Nastja et cloverinette ont BigUpé ce message.
  6. PS-

    PS-
    Expand Collapse

    @Aktus
    Malheureusement on entend plutot bien souvent l'inverse, à savoir "Ah mais c'est ta passion tu vas pas chicaner pour quelques sous quand même enfin c'est un plaisir pour toi de travailler". Les métiers créatifs sont souvent associés (à tort) au hobby par de trop nombreuses personnes qui ont du mal à envisager que oui, c'est du travail. Du plaisir aussi, bien sûr, mais avant tout du travail, et que dès lors on est en droit d'attendre une rémunération correcte. J'ai du mal à admettre et comprendre pourquoi une personne qui kiffe son job ne pourrait pas en vivre dignement justement. Bien sûr je suis d'accord que c'est une chance immense d'avoir une passion et encore plus d'avoir la possibilité de s'y consacrer, mais personne ne demanderait à un comptable (pour reprendre ton exemple) de travailler gratos ou pour des clopinettes, et je ne vois pas pourquoi une personne bossant dans les arts serait plus à même d'accepter ces conditions sous prétexte que bon c'est sa passion elle savait où elle mettait les pieds. (c'était bien illustré dans le blog "Mon maçon était illustrateur")

    Et je parle là de personnes comme Samantha qui sont déjà établies dans le secteur, mais pour qui la situation reste instable, je n'évoque même pas ceux qui sont encore sur le chemin à jongler avec 3 jobs tout en tentant de sauver un maximum de temps pour créer/écrire... :s
     
    Peace&Love&It;3, Nympheaa, Hikari78 et 6 autres ont BigUpé ce message.
  7. Denderah

    Denderah
    Expand Collapse
    Dragon à plumes

    Peace&Love&It;3, Nympheaa, Kyubey et 3 autres ont BigUpé ce message.
  8. Aktus

    Aktus
    Expand Collapse

    @PS-

    Mais ça n'est pas parce que l'on considère que c'est une passion que les métiers artistiques sont mal rémunérés, ni parce que l'on considère que ça n'est pas un vrai travail, ni parce que l'artiste aimant son travail on considère qu'il n'a pas à être rémunéré correctement, c'est seulement parce que les arts au sens large sont la passion d'énormément de gens qui sont prêts à accepter des salaires de plus en plus bas et des conditions de travail de plus en plus précaires, et que donc si une personne refuse il y en aura toujours une quelque part pour accepter, justement parce que ces personnes souhaitent avoir un travail qui soit aussi un plaisir ce qui est une chose extraordinaire quand tant de gens souffrent au travail. Ce n'est pas le fait de kiffer son job le problème. Si votre employeur s'aperçoit qu'il vous emploie comme analyste financier et que vous kiffez la finance il ne baissera pas votre salaire. Maintenant si de très nombreuses personnes se mettent à adorer la finance de sorte que le nombre de candidats excède le nombre d'offre d'emploi d'analystes financiers dans des proportions très importantes, les rémunérations sur ces postes baisseront et les conditions de travail se dégraderont. Sachant qu'objectivement il sera toujours plus agréable pour la majorité des individus (il y a toujours quelques exceptions mais elles sont rares) de dessiner, écrire ou faire de la musique que de remplir des tableaux excel et analyser des données financières, la situation restera telle qu'elle est. C'est la froide réalité. Ceci dit à titre personnel je trouve révoltant que des employeurs et des professionnels profitent de la situation mais il faut le savoir, c'est comme ça, si quelqu'un peut payer moins pour un travail donné il en profitera la plupart du temps (encore une fois les exceptions existent mais c'est rare). Alors certes il faut que les professions artistiques se battent pour être rémunérées dignement mais la précarité des artistes a toujours existé malheureusement et ceux qui font le choix de faire de leur passion pour l'art un métier y seront forcément confrontés.
     
    Elyon_64, Hikari78, Laoragwen et 5 autres ont BigUpé ce message.
  9. Aconiti

    Aconiti
    Expand Collapse
    Guest

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    J’aime pas trop les livres de Samantha Bailly mais c’est chouette de voir un article sur une auteure qui a réussi !
     
  10. Shay'n

    Shay'n
    Expand Collapse
    All I Want For Xmas Is .. Chocolate !

    J'adorerai vivre de mes bouquins..
    Mais la peur de la page blanche, c'est juste pas gérable (pour moi).. Je l'ai vécu pendant 6 mois, je ne me sentais vraiment pas bien !
    La peur de ne pas réussir à finir une écriture à temps.. non ce serait trop stressant pour moi :lunette:
    Mais savoir que des gens réussisent et en vivent, je trouve ça génial.
     
  11. Aconiti

    Aconiti
    Expand Collapse
    Guest

    @Tu as raison
    Elle n’a rien à défendre, ce n’est pas de son fait. Quand on est une femme auteure avec un relatif succès ça fait des jalouses et des jaloux. Surtout une femme.
    C’est juste que je trouve l’article assez « lisse ». Le monde de l’édition c’est pas vraiment la petite maison dans la prairie.
     
    Babitty Lapina et Tu as raison ont BigUpé.
Chargement...