Comment ne pas arrêter de vivre pendant une migraine

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 16 août 2017.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. melumelo

    melumelo
    Expand Collapse

    Câlins guérisseurs, la migraine c'est atroce :cupidon::cupidon::cupidon: .

    Plus sérieusement, se masser (ou se faire masser) les cervicales parfois, ça peut aider... Ma mère est migraineuse depuis... toujours. Elle a pris plein de traitements lourds, et ce qui a permis d'espacer les crises ce sont des séances de kiné et de massage car en fait cela venait en partie de fortes tensions dans le cou.

    Plein de courage!:jv:
     
    Shadowsofthenight, zazouyeah, Pau La et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Rosa Rosae

    Rosa Rosae
    Expand Collapse
    Rester immobile - seule façon ici de se mouvoir

    "Même les non-migraineux connaissent tou•tes un•e migraineux•se et savent que ça pique très fort, mais que ça va pas durer longtemps."

    Attention, mon post est sponsorisé par le ras-le-bol et un peu de mauvaise foi.
    Tu es fichtrement bien entourée @Sophie Riche, je t'envie ! En général les "non-migraineux" sont persuadés d'en être et te proposent systématiquement un ipubrofène (un peu comme quand tu as des couteaux te déchirant l'utérus et les reins et qu'on te refile un Spasf*n en levant les yeux au ciel :lol:) en t'assenant que "tiens, ça va passer, je connais". Non, NON, tu connais pas. Tu connais pas la brique qui remplace ma tête depuis trois jours, les yeux qui brûlent, ma difficulté à articuler, mes nausées et mon incapacité à tenir sur mes jambes - pour ne citer que ça. La migraine, ce n'est pas un simple (ni même un gros) mal de crâne.

    Pour en revenir au fond de l'article, de mon côté je ne peux rien faire quand la migraine s'est vraiment déclenchée :sad:. A part restée enfermée dans le noir sous la couette, rien ne me """"soulage"""". Maintenant (je suis migraineuse depuis l'adolescence) j'ai appris à repérer les auras (ça démarre souvent par les yeux ou par des picotements chez moi) alors j'enfile mes lunettes et je ménage mon environnement (plus de travail, plus d'écrans, du noir si possible, et un peu de menthe sur les tempes) et la plupart du temps, je m'en sors sans dommage (et sans grosse migraine ultra-violente - au pire, une lourdeur crânienne de fond pendant quelques jours). Avec l'habitude on repère aussi les douleurs préliminaires : si j'ai une barre au-dessus du front, même très douloureuse, je ne m'inquiète pas - si ça m'écrase un côté du crâne, il faut agir :lunette: !
     
    -Neil-, Swirly, Cirrannai et 18 autres ont BigUpé ce message.
  4. melumelo

    melumelo
    Expand Collapse

    @Rosa Rosae Tu imagines ma tête quand j'ai demandé quel traitement de fond elle prenait, quels triptan etc à ma collègue "migraineuse", que je plaignais beaucoup parce qu'elle devait rester chez elle parfois .... Et qu'elle m'a répondu " j'ai pris un doliprane et je vais m'allonger ça va aller mieux".

    J'avais envie de la claquer :d :d
     
    -Neil-, Demezia, cacahuu_ete et 8 autres ont BigUpé ce message.
  5. Sinistre Lombric

    Sinistre Lombric
    Expand Collapse

    Je compatis, je suis également migraineuse.
    N'ayant pas forcément le loisir de me cloîtrer en position foetale dans une pièce noire et fraîche, j'ai pris l'habitude, dès les premiers signes, de me passer la tête sous l'eau froide, prendre un ibuprofène (quand même) et me masser les tempes et le front avec un macaron au menthol (attention, pas trop près des yeux, ça arrache !). Et si besoin une bouillotte froide sur la nuque ou la tête ou le front... Selon ce qui soulage le mieux.
    Et ne surtout pas oublier de bien bien bien s'hydrater ! (boire beaucoup en plus ça fait quelque chose dans le ventre si comme moi ça vous fait également vomir :/ )
    Le temps que ça agisse j'essaie de rester active pour penser à autre chose, je privilégie une activité simple où j'ai les mains un peu en pilote automatique quand même parce que faut pas déconner non plus, pas moyen de réfléchir trop fort.
     
    MissWeird, Shadowsofthenight, Babitty Lapina et 2 autres ont BigUpé ce message.
  6. Rosa Rosae

    Rosa Rosae
    Expand Collapse
    Rester immobile - seule façon ici de se mouvoir

    @melumelo : Il ne faut pas oublier pour autant que comme beaucoup d'autres maux, les échelles de douleurs varient selon les personnes, et je crois qu'il y a plus de mésinformation que de bêtise et / ou de mauvaise foi de la part des gens sur ce point-là. J'ai appris à relativiser et à ne plus détester malgré moi ce genre de comportement ou de réaction des gens (qui en "profitent" malgré eux persuadés de souffrir d'une vraie migraine, ou qui sous-estiment le mot (puisqu'assimilé à une céphalée) par exemple), le principal c'est que nous trouvions comment nous soulager et vivre avec la migraine au quotidien - et ici tout dépend de l'environnement de travail dans lequel on évolue, je comprends très bien que le comportement de ta collègue puisse t'agacer au plus haut point !
     
    Shadowsofthenight, Babitty Lapina, melumelo et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. Dame de lotus

    Dame de lotus
    Expand Collapse
    La pensée ne doit jamais se soumettre

    J'aimerais bien réussir à vivre avec ma migraine, mais ça ne fonctionne pas du tout :erf:. Il vaut vraiment mieux que je m'isole et là, le combo gagnant, c'est d'être dans une pièce sans lumière vive ou directe, avec une bouillotte cervicale, du baume du tigre sur les tempes, une amie pas très loin et si elle veut me faire un massage des cervicales c'est encore mieux <3. En fait j'ai besoin d'être au calme, de soulager les tensions dans mes cervicales, mais j'aime bien entendre de la vie autour de moi, sinon je me concentre trop sur la douleur...
     
    Shadowsofthenight, Babitty Lapina, melumelo et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. Chambray

    Chambray
    Expand Collapse
    Sometimes being inside my own head is so exhausting it makes me want to cry.

    J'ai eu pendant un certain temps des migraines de plusieurs jours qui se répétaient deux fois par semaine environ et 400mg d'ibuprofene plusieurs fois par jour marchaient bien mieux que les triptans et cie :ninja:

    Pourtant j'ai bien reçu un diagnostic de migraines chroniques. Aura à base d'incapacité à trouver mes mots, nausées, photophobie+++, brique à la place du crâne et tutti quanti. Seule solution : s'allonger dans le noir complet et le silence total et attendre que ça passe. Finalement ca a duré genre un an et c'est parti comme c'est venu :hesite:
     
    #11 Chambray, 16 août 2017
    Dernière édition: 18 août 2017
    Tu as raison et MissWeird ont BigUpé.
  9. Kounette

    Kounette
    Expand Collapse
    Only Lovers left Alive

    Je faisais beaucoup de migraines étant petites, jusqu'à 12-15 ans je crois. Les médicaments ne fonctionnaient pas et je restais sous ma couette dans le noir complet à essayer de dormir en vain.
    Depuis elles sont plus rares mais beaucoup plus agressives. C'est bien simple, maintenant pour moi migraine = nausées puis vomissements, impossible d'y échapper. Ca ne dure pas plus d'une journée mais là vache j'ai une montée d'angoisse dès que j'en sent une arriver, surtout si je ne suis pas chez moi :fear:
     
    Narcissa, MissWeird, Demezia et 2 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...