Coupe du Monde de foot 2014 : la prostitution au coeur du débat

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Cami B, le 27 février 2013.

  1. Cami B

    Cami B
    Expand Collapse

  2. Melimelofolle

    Melimelofolle
    Expand Collapse
    "Songs are like hugs that mouths give to ears " Mable Pines

    Personnellement je trouve ça scandaleux.
    Je suis dans le domaine touristique et malheureusement le tourisme sexuel est l'une des chose qu'on arrive pas à éliminer.
    Je trouve ça atroce d'utiliser ces femmes pour ça ...
    Qu'on me dise pas " ça leur fait de l'argent " Je trouve scandaleux qu'on dépense de l'argent pour leur apprendre l'anglais pour "baiser" au lieu de les aider à sortir de cette misère ! :bomb:
     
  3. Nanaelim

    Nanaelim
    Expand Collapse
    Je suis un Bernard-L'Hermite du Flux!

    Tout à fait d'accord, de toute façon on ne peux pas empêcher la prostitution et je suis pour un encadrement... Après la question du choix (ou non) qu'a eu la prostituée d'exercer ce métier, c'est très difficile à gérer car on touche à l'individu, chaque individu est différent... Certaines n'ont pas vraiment eu le choix pour raisons financières mais diront avoir tout de même choisit de faire ça, d'autres diront que c'était la seule chose qu'elles pouvaient faire, certaines auront choisit ce métier plutôt qu'un autre, d'autres encore y auront été forcées...

    Pour moi la liberté passe aussi par la liberté d'utiliser son corps comme on l'entend et si certains veulent se prostituer qu'il en soit ainsi... Mais légiférer sur un choix, une liberté de choix c'est plutôt difficile...
     
  4. M-arinette

    M-arinette
    Expand Collapse
    Dessine! :)  

    La légalisation ne protège pas les femmes, c'est un leurre!

    Le fait que la prostitution ne disparaîtra sans doute jamais ne peut en aucun cas servir d'alibi pour la légaliser (sinon allons-y gaiement et légalisons tout ce qui ne disparaîtra jamais non plus, la pédocriminalité, le meurtre, l'esclavagisme, l'inceste...)

    Je considère également que ça n'est pas un métier, et que ça ne le sera jamais.On peut plutôt, dans la très grande majorité des cas, apparenter ça à du viol rémunéré. Le fait qu'une petite poignée "le vit bien" et revendique son droit à "exercer" ne me semble pas non plus un élément de poids: tant qu'une chose est lucrative, il y aura toujours du monde pour trouver ça bien.

    L'élément central pour moi est la question: pourquoi certains hommes estiment-ils normal de payer pour louer les orifices d'autrui?

    Et je conseille à tout le monde de lire ce témoignage, long, mais bouleversant de lucidité: http://www.veganimal.info/spip.php?article595
     
  5. Illithia

    Illithia
    Expand Collapse


    Du "viol rémunéré" ?
    C'est choquant et condescendant.

     Ces prises de position "anti prostitution" teintées de paternalisme et de condescendance m'agace. Vous savez mieux que ces femmes alors vous prenez des decisions à leur place en les évinçants même des débats parce que de toute façon elles ne sont pas en mesure d'emettre un avis argumenté et logique (leur discours sont guidés par l'argent, elles ont subit des traumatismes et ne sont pas en mesure de voir ce qui est bien pour elle, elles sont anti féministes et tire une balle dans le pieds de toutes les femmes etc.). Ah bon d'accord.

    Et je crois qu'il ne faut pas confondre désir et consentement. Dans le viol il y a absence des deux. Dans la prostitution il y a absence du premier. Et c'est bien le consentement qui définit le viol.

    Un reportage ultra intéressant (sur lequel j'ai travaillé il y a deux ans pour ma deuxième année de sociologie) sur la prostitution qui donne la parole aux travailleurs.euses du sexe. Certains théorisent vraiment leur métiers et l'imaginaire collectif qu'il y aautour de la prostitution et répondent aux attaques des féministes "anti-prostitutiion" ou abolitionniste.
     
  6. M-arinette

    M-arinette
    Expand Collapse
    Dessine! :)  




    (Je pense que personne n'a lu le lien que j'ai posté plus haut, c'est dommage, sans vraiment se positionner il apporte un point de vue très intéressant... enfin je trouve ^^)


    Tout le monde n'est pas de cet avis... (dixit l'excellent article d'une prostituée: http://melange-instable.blogspot.fr/2013/01/l-assimilation-violprostitution-une.html

    Je connais le mouvement du strass et leurs arguments, et son pendant opposé, le Nid...

    Le viol ne se définit pas par le consentement, au regard de la loi c'est très précis, il s'agit de toute pénétration du corps d'autrui par surprise, menace ou contrainte. La contrainte de l'argent reste une contrainte.

    Je ne cherche pas à faire dans le paternalisme, je suis contre la banalisation de la prostitution. Et contre le fait de prendre pour parole d'évangile celles qui "ont le choix". Je pense plutôt aux milliers et miliers de femmes qui ne peuvent pas faire entendre leur voix. Je pense à toutes celles qui sont dans la m*rde jusqu'au cou, à toutes celles qui le seront à l'avenir.

    Le fait que pour une grande majorité d'hommes, ici et ailleurs dans le monde, il soit acceptable voir normal d'avoir accès à la prostitution me semble quand même jouer pas mal dans la balance... Je me focalise sur les clients, pourquoi sont ils là? Et d'où s'allouent ils le droit de louer le corps d'une autre personne? C'est un problème qui passe largement à la trappe lorsqu'on parle de prostitution, aveuglés que nous sommes par le "mais si elles sont consentantes?! De quel droit les en empêcherions nous?". Je n'empêche personne de forniquer avec qui que ce soit, en revanche, mettre la loi de l'offre et la demande là-dedans, oui, ça ça me gêne. Parce que c'est un "jeu" où il y a plus de demande que d'offre (je parle d'offre volontaire, consentie et assumée), alors que fait-on pour palier à ce fâcheux problème? On va chercher ailleurs la marchandise (de gré ou de force), et voilà la traite humaine est en marche. Et puis le client est exigeant, il faut toujours plus, toujours mieux. Toujours plus jeune. Pour info, l'âge d'entrée en prostitution à l'échelle mondiale est actuellement en moyenne entre 13 et 14 ans. N'allez pas croire que les clients européens, tout gentils et proprets qu'ils soient, dérogent à ces envies d'optimisation du "produit"... D'ailleurs ils n'hésitent déja  pas à aller donner leurs avis dans des forums dédiés spécialement à ça, pour prévenir les copains que "attention celle-là elle est naze, elle refuse de prendre dans le cul".

    Je ne me sens pas du tout contre les putes. Par contre je suis fondamentalement contre les clients. Et les proxo, ça va sans dire. Si les consommateurs de prostitution était dans les chiffres plus ou moins à égalité des hommes et des femmes, le problème serait autre, mais ce n'est clairement pas le cas. La prostitution est à mon sens l'enfant de la phallocracie. La réglementer c'est un peu comme dire aux hommes "allez-y, c'est open bar!!!"
     
    #6 M-arinette, 27 février 2013
    Dernière édition: 27 février 2013
  7. Altheea

    Altheea
    Expand Collapse
    20, 24 hours to go, I wanna be sedated

    Sauf que la réglementation met justement des limites aux hommes qui n'en ont pas forcément sans.

    Je m'explique: Si on peut considérer d'un point de vue moral que la prostitution est "mal" et donc devrait être interdite. Il ne faut pas se leurrer et ne pas oublier qu'elle a toujours existé et existera toujours...Et que quand on l'interdit purement et simplement on crée un vide juridique extrêmement dangereux.

    Si la prostitution est "illégale" tout prostitué(e) est en infraction face à la loi et par conséquent n'a aucun moyen de se protéger des abus, vu que s'il/elle va porter plainte y a de forte chance que lui aussi se retrouve poursuivi....Résultat certains client/e en profitent et pense que le fait de payer leur donne tous les droits sur le travailleur/euse sexuelle, y compris celui d'être violent, humiliant, de le voler etc...

    Donc en bref refuser de "voir" la prostitution, à mon sens c'est là qu'on donne tout pouvoir aux client/es... Alors que si la profession est reconnue ou du moins tolérée, les clients savent que s'ils dérapent ils ont plus de chance d' être poursuivi.

    Sinon pour en revenir à l'article si je peux comprendre la démarche j'avoue qu'elle est assez dérangeante car elle a un côté "incitation à la consommation de service sexuel" qui me semble un peu hors de propos concernant le football et assez réducteur envers les hommes qu'on assimile à des primates avant tout intéressé par le foot et le cul.
     
    #7 Altheea, 27 février 2013
    Dernière édition: 27 février 2013
  8. M-arinette

    M-arinette
    Expand Collapse
    Dessine! :)  


    Je n'ai pas dit qu'ils étaient tous vulgaires, en revanche ils ont tous une chose en commun, ils considèrent ok de louer un corps.

    Les clients de prostitué(e)s sont majoritairement des hommes mariés, ou des hommes ayant eu un nombre de partenaires dans leur vie supèrieur à la moyenne (une étude avait été faite la-dessus, je ne sais plus laquelle :neutral:)


    Réglementer ou non la prostitution n'empêche pas les hommes d'être irrespectueux ou même violents, du moments qu'ils paient, ils s'estiment en droit d'avoir ce qu'ils veulent... Tout est là.
     
  9. Altheea

    Altheea
    Expand Collapse
    20, 24 hours to go, I wanna be sedated

    Sauf que en réglementant on donne aux travailleurs/euses sexuelles le droit de se plaindre et de se défendre Légalement et je crois que si un homme sait qu'en frappant une prostitué, elle sort et peut aller se plaindre à la police, il y réfléchira à deux fois...
     
  10. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Les abollitionistes ne proposent pas de rendre l'exercice de la prostitution illégale, mais plutôt de punir les clients qui achèteraient les services de prostituées. C'est les clients qu'il s'agit de stigmatiser, pas les travailleuses du sexe!
     
  11. M-arinette

    M-arinette
    Expand Collapse
    Dessine! :)  

    Je n'ai pas dit que quelque chose pouvait réglementer l'irrespect :), on me dit "oui mais la réglementation permettrait d'instaurer un certain respect par peur de représailles" (grosso merdo), ce à quoi je réponds "non, pas si sûr"...

    Et je n'ai à aucun moment dit que la prostitution pouvait cesser d'exister. Tu dis "tu ne peux pas être contre ça", effectivement je ne peux pas être contre le fait que ça existe, quoi que j'en pense ça ne fait rien changer! En revanche, je peux être contre le fait que la loi dise "il est légal de louer le corps d'un autre, il est légal d'acheter un "service" sexuel". Là je peux dire "non, le capitalisme doit avoir des limites, louer son intimité ne peut être banalisé"

    Je pense très fermement que domination masculine et prostitution sont liées, et que l'éducation à plus de respect entre hommes et femmes pourrait réduire la prostitution.... Je ne sors pas mon avis et mes arguments de derrière les fagots ( l'expression suranée ^^), je me suis intéressée de près au sujet ces dernières années. Avant je ne savais pas trop qu'en penser. Au final après avoir écouter les arguments des uns, puis des autres, au fil des articles et des émissions, je pense à ce jour que l'abolition (et non PAS la PROHIBITION, c'est pas la même chose!) est le positionnement le plus respectueux des droits humains.
    J'essaie juste de défendre cette position :)
     
  12. Altheea

    Altheea
    Expand Collapse
    20, 24 hours to go, I wanna be sedated

    Je comprend qu'on puisse vouloir punir les clients (même si le profil du "client" de prostitué est bien plus varié que ce qu'on ne pense) , mais ici je m'exprimais plutôt sur le problème du statut des travailleurs du sexe, si on omet toute considération morale un travailleur sans statut et donc qui travaille de Facto au noir  est sans droit face au client et face à la société et le flou juridique est ce qui amène des dérives, donc je pense qu'il vaut mieux légiférer un minimum pour limiter les problèmes.

    Sans compter qu'effectivement certaines personnes considèrent le sexe comme une prestation de travail comme une autre et y trouve leur avantage, et pour ceux qui l'ont choisi et le vivent bien je  trouve ça dérangeant de venir leur dire "tu te sens bien mais ce que tu fais n'est pas bien alors on va te remettre sur le droit chemin".

    Après qu'on aide ceux et celles qui veulent sortir de ce système je suis à 200 % pour mais qu'on fiche la paix à ceux qui l'ont choisi et l'assument.
     
Chargement...