Courrier Internation "Des bébés qui vont à l'école avec leur maman"

Sujet dans 'L'actu dans le Monde' lancé par AncienneMembre_13, le 13 janvier 2010.

  1. AncienneMembre_13

    AncienneMembre_13
    Expand Collapse
    Flamme à lunettes

    Un article tiré du n° 1001 du Courrier International.

    Au Chili, il existe 60 pouponnières au sein des lycées et ce chiffre est en constante augmentation. Elles permettent aux jeunes mères de pouvoir faire garder leur enfant, leur donnant ainsi la chance de pouvoir continuer leurs études.
    Certaines employées de ces pouponnières sont des jeunes diplômes des différentes écoles de Puériculture qui existent dans le pays.

    L'avortement étant interdit au chili, 15% des nouveaux-nés auraient une mère ayant moins de 19 ans et une grossesse pour une adolescente signifiait la déscolarisation immédiate.

    (Je voulais vous mettre l'article en ligne mais il faut être abonné au site du Courrier International, je vais voir si je peux le scanner pour vous le fournir !)

    Quels sont vos avis sur cette mesure ? Inciterait-elle les grossesses précoces ? Est-ce une bonne mesure de soutien aux jeunes mères ?
     
  2. Mylouze

    Mylouze
    Expand Collapse
    Sud un jour, Sud toujours

    c'est vrai que vu de l'exterieur comme ça, ça pourrait peut etre inciter
    ou peut etre pas inciter mais au moins dire "bah c pas grave si tu te fais engrosser va, on est là !!!"

    apres, je trouve ça qd meme pas mal, ça reduit la separation mere/bébé alors que la relation est hyper importante les 1eres semaines...
     
  3. emi974

    emi974
    Expand Collapse
    Joyeuse et enjouée

    :up: je trouve ça très bien pour tout ce que vous avez décrit jusque là. C'est très important pour les jeunes mères de pouvoir continuer à étudier, le contraire pourrait leur être néfaste pour leur avenir en société :

    • exclusion
    • analphabétisation dans le pire des cas
    Puis le lien entre la mère et l'enfant est essentiel pour bâtir des liens solides, partir sur de bonnes bases dès les première semaines. Surtout être une bonne mère, être là pour son enfant. L'enfant plus tard ne doit pas se sentir comme un enfant dont "on n'a pas voulu", même si l'avortement est interdit au Chili, il est nécessaire que l'enfant reçoive la meilleure éducation possible et entretienne de bonnes relations avec sa mère. Cela leur sera bénéfice à eux deux plus tard. Relation basée sur la confiance et l'estime de soi...
     
  4. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je trouve que c'est une très bonne idée ! Aidez-les jeunes mamans à continuer leurs études ça ne peut qu'être bénéfique !

    Pour ce qu'y est de l'incitation, je ne crois pas que ça concerne grand monde...être mère c'est pas seulement de 8h à 17h pendant la journée de cours, alors d'accord une aide sera apportée pendant les cours, mais ça n'empêche pas qu'il n'y aura pas quelqu'un derrière elle le reste du temps et qu'elles devront se débrouiller...
     
  5. Betty Blue

    Betty Blue
    Expand Collapse
    Work in progress

    Je ne vois pas en quoi ça pourrait avoir un effet pervers. Je ne connais pas beaucoup d'ados qui aimeraient tomber enceintes, prises en charge ensuite ou pas .

    D'ailleurs si je dois suivre votre raisonnement, les ados en France devraient encore moins s'inquiéter de contraception puisque l'avortement est légal et relativement facile. Et l'avortement, tout douloureux mentalement et physiquement que ce soit, il est moins lourd à assumer (en tout cas quelqu'un qui n'y a jamais été confronté pourrait le croire)et on peut encore le cacher aux parents, tandis que la grossesse...
     
Chargement...