De l'influence de l'éducation sur notre rapport au sexe

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Brigitte Lebuysson, le 20 juillet 2012.

  1. Brigitte Lebuysson

    Brigitte Lebuysson
    Expand Collapse

  2. minguinho

    minguinho
    Expand Collapse
    Viens plus tard, on aura un steak haché de compagnie! Guest

    L'apprentissage, il s'est fait tout seul, au détour des conversations entre amies, des réactions de chacune, des fous rires et de nos embarras. Mais pouvoir en parler librement, accepter mes envies et mes préférences, ça s'est surtout fait grâce à Madmoizelle. Madmoizelle qui a dit que non, la masturbation ce n'était pas mal, et que ce n'était pas nos préférences sexuelles qui définissaient ce que nous étions. C'est aussi grâce aux madz et leurs témoignages, et à Josée (vous toutes) qui a su parler librement de ses aventures avec un ton moins moralisateur et directeur que dans les magasines féminins. Alors, merci à vous toutes, à vous les madz pour votre tolérance et vos avis.
     
  3. Dies Irae

    Dies Irae
    Expand Collapse

    Ah bah les miens n'ont même pas fait le minimum syndical, ils m'ont jamais parlé de protection de quoi que ce soit, haha

    Coucou les parents ! :hello:
     
  4. Chapou

    Chapou
    Expand Collapse

    AH, je ne suis donc pas la seule à ne pas avoir eu le "minimum syndical"! ;)
     
  5. Wade.

    Wade.
    Expand Collapse
    Ti bouzin

    J'ai même pas eu le droit au minimum syndical!

    Quand j'ai eu mes règles "Tu peux tomber enceinte maintenant"
    Quand je lui ai dit que j'avais un copain à 16ans "fait gaffe les garçons de son age (20ans) ils ne pensent qu'a ça"
    C'est tout, merci maman!

    J'ai tout appris par moi meme, la pilule je suis allé la chercher au planning familliale, quand j'ai cru que j’étais enceinte, planning familiale aussi.

    Chez nous c'est tabou, ma mère non plus n'a pas eu d’éducation sexuelle donc je ne peux pas lui en vouloir, on en parle pas et puis c'est tout!

    Enfin j’espère que si j'ai des enfants j'arriverais à leur parler de tout ça sans honte, qu'il n'apprennent pas tout par le porno ou je ne sais quoi!
     
  6. Leshayaa

    Leshayaa
    Expand Collapse
    Par principe, je n'en ai pas.

    Euh mais sinon moi j'ai pas du tout envie de parler de ma vie sexuelle avec mes parents...

    Quand j'ai eu mes règles ma mère m'a expliqué... Les règles. (au sens menstruations seulement hein). J'ai découvert le sexe peu à peu, toute seule, en parlant un peu avec des copines plus avancées. J'ai eu le net en 2nde, donc en entrant au lycée, mais j'y ai pas vraiment fait mon éducation sexuelle.
    Je savais qu'il fallait se protéger, donc j'ai acheté des préservatifs quand j'ai commencé à avoir une relation avec mon premier copain, et que s'est-il passé quand ma mère a trouvé la boîte en "fouillant malencontreusement" (ah c'est pas de bol de trouver des trucs en fouillant! ça m'insupporte au plus haut point qu'elle fouilles mes affaires. Heureusement il semblerait qu'elle ait arrêté) oui donc elle a vu. Elle n'a rien dit. Je me suis rendue compte qu'elle avait vue quand j'ai ouvert le tiroir et vu que la configuration interne avait changé. J'ai rien dit non plus.
    Quelques jours plus tard, je sais plus trop où/pourquoi/comment, y'a eu une allusion un peu sexuelle et elle m'a dit "j'ai trouvé la boîte dans ton tiroir..." "'oui maman, j'ai bientôt 19 ans, c'est normal" "bon" "ben je me protège" "oui c'est bien"
    POINT A LA LIGNE.
    Hoho merci maman! Qu'aurais-je fait sans toi?!
    En même temps, j'ai jamais été suffisamment proche de ma mère pour ça.
    Par contre elle m'a toujours accompagnée quand j'avais besoin. Quand après je lui ai dit que je voulais prendre la pilule elle a pris rdv chez sa gynéco, m'a expliqué, accompagnée, je sais que si j'ai un problème ou une question je peux compter sur elle malgré tout.
    Mais je pense qu'elle me prenait toujours pour son bébé (je veux dire, coucher à 19 ans, 'fin ça va quoi, j'étais majeure et vaccinée, et même au-dessus de la moyenne, j'ai pas compris pourquoi ça l'a autant retournée)

    Aujourd'hui y'a moins de "tension" on blague un peu sur ça même si ça me met parfois mal à l'aise, elle essaye de me faire parler mais c'est juste hors de question que je parle de ma vie sexuelle à ma mère! J'en parle avec mon mec tout ce qu'il faut, et avec quelques amies sans pour autant entrer dans les détails.
     
  7. sozelle

    sozelle
    Expand Collapse
    Useless. Guest

    C'est fou comment est-ce que mes parents peuvent être très ouverts sur certains points, me parler de beaucoup de choses "taboues" sans complexe, m'aider à me construire et à me sentir libre et comment je me rend compte en lisant cet article que pour moi, il n'y a jamais eu de minimum syndicale par rapport au sexe. C'est le SEUL sujet que mes parents ont loupés.

    Quand j'étais petite, et que mon petit frère de 4 ans parlait de "faire l'amour des grands", chose qu'il avait entendu de nos grands cousins ados tiraillés par leurs hormones, ma mère coupait en disant "L'amour, c'est pour les cons". Paf, dans ma tronche. Et la seule et unique discussion que j'ai eu sur le sujet avec ma mère sur ma future sexualité, c'était à 13 ans, quand visiblement pas à l'aise, elle m'a fait comprendre que le mieux pour moi, c'était de ne pas coucher avant le mariage. Parce que pour mes parents, je devais rester vierge jusqu'à ma nuit de noce. Quelle joyeuse perspective.

    Tout ce que je sais aujourd'hui, la contraception, les IST, mais aussi la masturbation, les positions sexuelles, la façon de vivre sa sexualité librement selon ce que l'on souhaite, je l'ai appris toute seule et dans les livres.

    Pourtant, même informée, cet absence de dialogue avec mes parents est à l'origine de mes problèmes avec la sexualité aujourd'hui. J'éspère ne jamais être comme ça avec mes enfants...
     
  8. Ymotana

    Ymotana
    Expand Collapse
    Bouffe du bokoblin au petit dej'

    Bizarrement j'ai jamais eu le sentiment que mes parents aient du m'expliquer beaucoup de choses concernant la sexualité. Jeune j'ai appris comment on faisait les bébés à la manière scientifique : spermatozoïde(s) + ovule = cellules qui se divisent et qui finissent par créer un bébé. (Coucou le papa professeur :hello: ). Après quand ça a commencé à me questionner j'ai juste eu la prévention habituelle : les maladies, le fait de ne surtout pas se forcer, mais pas plus de détails et ça m'arrangeait. Mais je n'ai jamais vraiment été intéressée par ça quand j'étais plus jeune, c'est juste venu quand je suis tombée amoureuse.

    Par contre ça m'aurait mise mal à l'aise que mes parents me parlent de masturbation ou de sexualité de manière poussée (positions, techniques ...etc) parce que pour moi c'est des choses à apprendre seul(e)(s) ou plus tard avec son / sa / ses partenaire(s) :shifty:
     
  9. Floue

    Floue
    Expand Collapse
    Inadapté sociale.

    Bon bah ça me rassure un peu tout ça, parce que j'ai aucun souvenir de mes parents abordant avec moi le sexe, les relations amoureuse etc, y compris le minimum syndical (alors que ma mère est médecin). J'en ai parlé très tôt avec mes copines en fait, parce que l'une d'entre elle était beaucoup plus rencardée sur le sujet (genre ses parents lui en ont parlé)
    La seul allusion avec ma mère, ça a été vers mes 19 ans, quand, en complet hors suj et avec un air méga gêné, elle m'a sorti "de toute façon, toi les garçons ils t'intéressent pas trop, il sont encore trop bêtes".
    J'ai pas eu le coeur de lui répondre "c'est surtout qu'ils me trouvent trop moche". :sweatdrop:
    J'aurais peut être du, ça aurait débloqué un truc [​IMG]
     
  10. aniochka

    aniochka
    Expand Collapse
    Roule une pelle a la vie

    Avec ma mère aussi, silence radio... J'ai eu le droit à "la chenille qui devient papillon" quand j'ai eu mes règles mais la prévention, les maladies, tout ça... Peanuts !
    J'ai pris rendez-vous toute seule chez le gynéco, me suis renseignée sur les protections, et fait le test HIV avec mon copain.

    Même encore maintenant, on évite d'en parler : elle reste choquée parce que j'ai des relations avant le mariage et pour elle, la capote et la pilule, c'est péché, puisque ça empêche d'avoir des enfants !

    Du coup, j'ai fait mon éducation sur internet principalement, et pitain, j'ai appris un paquet de conneries sur les forums : jusqu'à 12 ans, je croyais qu'on pouvait tomber enceinte en embrassant le pénis d'un mec, ou en se faisant lécher le frifri ! (Oui, je suis un boulet :red:)
     
  11. Gandalf

    Gandalf
    Expand Collapse
    Fly you fools !

    De mon côté, même pas le minimum syndical non plus.

    Ma mère m'a vaguement parlé des règles en étant super gênée (et moi avec), mais bon, le jour où c'est arrivé, c'était juste super gênant à discuter, quoi. Elle m'a acheté des serviettes hygiéniques. Que j'ai assez rapidement troqué toute seule contre des tampons. Ha, et les protèges-slips, si t'en as besoin, c'est que "tu as un problème d'incontinence". Magnifique.

    Évidemment, toutes les histoires de maladies & contraception, j'me suis démerdée toute seule avec les copines, Internet et autres?

    Le top du top restant le jour où, dans la voiture, j'ai demandé un rendez-vous chez le gygy, sous couvert de "J'ai des cycles irréguliers", mais que bon, j'sentais bien que ça serait quand même plus safe si j'avais un moyen de contraception.

    Elle s'est garée à la oneagain, avant de me regarder, hyper crispée : "T'es en train de me dire que t'es enceinte ???"

    Pouet pouet pouet, mother epic fail !!!

    XD
     
  12. Polly Jean

    Polly Jean
    Expand Collapse
    You're standing on my neck.

    Ma mère nous a surtout expliqué l'importance d'avoir confiance en son premier partenaire sexuel (et si on l'aime, c'est encore mieux), et la nécessité de se protéger quoi qu'il arrive (on ne transige pas sur le préservatif). Elle nous a parlé de contraception et nous a toujours demandé d'aller lui en parler quand on penserait en avoir besoin (en précisant qu'une IVG n'est pas un moyen de contraception).

    Elle nous a aussi expliqué les règles vers l'âge de 8-9 ans (elle a eu ses règles à 12 ans, sa mère ne lui en avait jamais parlé, ça l'avait traumatisée).

    Par contre, ça m'aurait embêtée qu'elle me parle de plaisir sexuel. Pour moi (et je précise bien "pour moi"), les parents doivent rester en dehors de ça. Ce n'est pas à ma mère de m'expliquer comment pratiquer une fellation ou de me décrire ses positions préférées, ni comment atteindre l'orgasme...Après, chacun voit midi à sa porte mais c'est comme ça que je vois les choses. Le plaisir, c'est quelque chose qu'on découvre autrement: avec ses partenaires, en parlant avec ses copines, en se touchant, même avec des bouquins si on veut. Mais ça ne me viendrait même pas à l'idée de demander à ma mère si elle est vaginale ou clitoridienne et de m'expliquer comment atteindre l'orgasme.

    Je pense que le rôle d'un parent dans l'éducation sexuel est principalement à titre préventif. Après, il est évident que leur propre rapport au sexe va conditionner le notre. le fait que ma mère m'en parle si facilement, même en se cantonnant à l'aspect "protection et contraception", m'a aidée à être un peu moins inhibée dans ma vie sexuelle.

    Quant à mon père...eh bien, on n'était pas très proches, alors on n'en parlait pas du tout.
     
Chargement...