Défi d'écriture #6 Spécial Halloween

Sujet dans 'Forum Ecriture' lancé par SarahBooksandTea, le 1 octobre 2016.

?

Sur quoi allons-nous écrire le mois prochain?

Sondage fermé 1 novembre 2016.
  1. le courage?

    25.0%
  2. une situation improbable?

    33.3%
  3. ou bien encore le fait d'être seul-e au monde... ?

    66.7%
Les votes multiples sont autorisés.
  1. SarahBooksandTea

    SarahBooksandTea
    Expand Collapse
    Guest

    Bonjour, bonsoir à tou-te-s!
    Avec du retard (pardon, pardon, pardon) voici le sixième défi d'écriture!
    :halloween:
    Comme nous sommes en Octobre, le défi de ce mois-ci va porter sur Halloween :frotte:
    Vous pouvez donc écrire par exemple du fantastique, du moment que vous nous provoquez des frissons ou que vous nous plongez dans une ambiance liée au thème. Cette fois encore pas de limites de genre littéraire ou de longueur de texte.
    :halloween:
    Pour ce-lles-eux qui ne sauraient pas sur quoi écrire voici quelques exemples:​
    • la folie​
    • la sorcellerie​
    • créatures fantastiques​
    • ...
    :halloween:
    Cette fois aussi nous partons sur un mois de défis (donc jusque début novembre)
    :halloween:
    Merci à celles qui m'ont proposée des thèmes la dernière fois, car il faut bien avouer que je commençais à manquer d'inspiration. :fleur:
    :halloween:
    Sur ce, bon défi!
    :halloween::halloween::halloween:
     
    Caliance, Polgara la Sorcière, _Lena et 3 autres ont BigUpé ce message.
  2. _Lena

    _Lena
    Expand Collapse
    "Time flies indeed, but the good new is you are the pilot"

    Super!
     
    SarahBooksandTea a BigUpé ce message
  3. Caliance

    Caliance
    Expand Collapse
    You won't ever bring me down, down, down, down, down!

    Hello. Je veux bien participer à ce petit défi sur ce thème. J'aime beaucoup. Par contre j'ai une petite question, en fait plusieurs.
    Je n'ai jamais participé auparavant, du coup comment cela se passe ?
    Merci d'avance pour vos réponses !
     
  4. Caliance

    Caliance
    Expand Collapse
    You won't ever bring me down, down, down, down, down!

    Il ne s'agit pas d'un texte à proprement parlé. En fait j'avais écrit tout cela pour un petit rp avec une amie. Elle devait faire interagir son personnage tandis que je mettais en place diverses situations. Une sorte de jeu de rôle mais via internet.
    Ce n'est pas très effrayant mais c'était pour un jeu un peu spécial et pour Halloween ! Je le poste ici.
    J'ai hâte de voir vos écrits.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    SarahBooksandTea et Ignis Aurae ont BigUpé.
  5. Ignis Aurae

    Ignis Aurae
    Expand Collapse
    See, the Sun is shining...

    Coucou, voilà ma petite participation :happy:

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    J'espère que je suis dans le thème, je me suis laissé emporter par le roman que je suis en train d'écrire :ninja: Du coup, ce sera un supplément exclusif :drama: quand mon roman sera publié :shifty:
     
    SarahBooksandTea, Polgara la Sorcière et Caliance ont BigUpé ce message.
  6. Sylves

    Sylves
    Expand Collapse
    Coucou mon amour je suis tout près.

    Coucou :d voilà ma participation avec un peu de retard, je suis assez contente de mes idées !!

    "Je balade mon caddie à travers le supermarché. Rayon tablettes de chocolat.
    -Maman, achète-moi des bonbons pour Halloween, réclame un petit garçon à sa mère.
    -Quand tu veux quelque chose cornichon, déjà tu dis S'il te plaît c'est la moindre des choses je ne t'ai pas élevé parmi les macaques et ensuite si tu veux vraiment des bonbons tu iras avec tes copains en demander à notre voisine, la sorcière conclut-t-elle.
    Je souriais, il venait de se prendre une gentille raclée méritée. A cet âge, je n'aurais jamais pu m'adresser à ma mère ainsi.
    Je passais en caisse et sortis du magasin, je passai en trombe devant une étrange femme, l'air affolée et les cheveux en désordre qui m'arrêta. Elle était vêtue d'une longue robe blanche de mariée en lambeaux.
    -Aidez-moi je vous en supplie, cet homme veut m'emmener et je ne veux pas l'épouser cria-t-elle.
    Et effectivement, un homme se plaça derrière elle et la tira par le bras.
    -Allons ma mie, calmez-vous je vous mène à l'autel, je vous prends pour femme et nous conjurerons ensembles la malédiction.
    -Non...laissez-moi, ce n'est pas vous que j'aime.
    -Mais enfin vous êtes insensée ma mie, je nous en ai débarrassés, comment pouvez encore aimer ce godelureau s'étonna-t-il en toute sincérité
    Je me fis la réflexion que je venais peut-être de tomber sur le lieu d'un tournage, mais aucune caméra ne pointait dans les parages.
    -Si elle ne vous aime pas pourquoi ne la laissez-vous pas,demandais-je.
    -Je l'ai achetée à ses parents, je leur ai donné un titre et des terres, je ne fais que récupérer ce qui m'appartient de plein droit.
    Je tombais totalement des nues, je vis les larmes couler sur les joues de la jeune femme, son bras se lever, je tentais de comprendre la situation pendant ce temps-là, lorsque trop tard, elle s'ouvrit les veines si profondément, que très rapidement, elle tombât et devint très pâle.
    Je tentais de la secourir, mais il n'y avait plus rien à faire. Je secouais la tête, choquée.
    -Vous connaissez sa famille demandai-je, il faudrait les contacter !
    -Êtes-vous vierge ?
    -Non écoutez, je ne sais pas ce que vous me voulez mais j'ai autre chose à faire, je vais y aller là.
    -J'en suis sûr, vous avez cette odeur délicate de rose qui ne demande qu'à éclore.
    Outre les énormités qu'il venait de m'asséner je remarquais une chose étrange, le corps de la pauvre jeune femme n'était plus là, à mes pieds.

    (…)

    -Alors que je vous explique un peu, ce soir je vais rentrer chez moi comme chaque soir, je vais donner à manger à mon chat et tenter d'oublier moi-même cette drôle d'histoire autour d'un plateau repas devant une série !!
    -Dans ce cas, je ne vais pas vous laisser le choix, vous m'attendez ici pendant que je vais chercher un prêtre.
    J'éclatais de rire comme une furie en manque d'oxygène face à la menace, prévoyant simplement de m'enfuir quand il serait parti mais en s'en allant il tapa deux fois dans ses mains et des liens vinrent enserrer mes mains et mes jambes.
    C'était mon tour d'appeler à l'aide.
    -Madame, criais-je interpellant une passante, détachez-moi !
    La dame me passa devant, elle me regarda avec un sourire qui voulait tout dire, elle ne semblait pas voir que la situation était anormale.
    Je pris mon sac de courses entre les dents, et en progressant par petits bonds je finis par atteindre le seuil de l'entrée de mon immeuble. J'arrivais complètement épuisée jusqu'à mon étage. En rentrant chez moi, je détectais alors instantanément un changement. Aussi impossible que cela puisse paraître la pièce avait changée. Les murs étaient devenus blancs, la table du salon était recouverte d'un drap blanc lui aussi et avait été érigée en autel au milieu du salon, plus effroyable encore un prêtre en fonction se trouvait derrière la nouvelle installation. Ma respiration se bloqua dans ma gorge sous l'effet de la surprise, et de la peur qui commençait à me gagner. Je reculais toujours en traînant par bonds jusqu'à la porte du fond, ma chambre. Je passais la nuit pelotonnée par terre dans une couverture m'empêchant d'entendre leurs appels en me bouchant les oreilles avec le tissu, lorsque j'entendis un déclic comme s'ils venaient de partir! J'attrapai alors le balai qui traînait dans le coin de la pièce au cas où le psychopathe se serait trouvé derrière près à me cueillir. A cet instant précis, je me sentais prête à braver tous les dangers pour sortir de cette pièce et échapper à cette folie latente. J'ouvris donc avec fracas la dite porte et ne voyant personne, je m'engageai. Mon pied gauche ne rencontra que le vide intersidéral, mon corps tomba en avant lui aussi happé, mon balai pointé tel un sceptre pourfendant la terre.

    Ma chute ne semble jamais pouvoir s'arrêter, j'ai arrêté de dénombrer le temps. Récemment, j'ai récupéré un jeu de cartes qui flottait dans l'espace, j'ai joué avec et tenté en vain de me rappeler combien de temps dure une partie sur terre. Je philosophe, et je suis parfois interrompue dans mes pensées par un cri strident, j'aperçois parfois plus bas cet homme perdu lui aussi dans le néant, qui ne peut retourner qu'un jour tous les 30 ans sur terre pour se marier et briser enfin sa malédiction. C'est à chaque fois un éternel recommencement."
     
    #6 Sylves, 4 novembre 2016
    Dernière édition: 4 novembre 2016
    SarahBooksandTea a BigUpé ce message
Chargement...