Des conditions de travail des enseignants

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 15 février 2010.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    Je ne sais pas quoi penser, je n'arrive pas à m'en rendre compte.
    Quand j'étais collégienne/lycéenne, les profs étaient en salle des profs, je n'ai jamais su à quoi elle ressemblait, il suffisait d'une semi-ouverture laissant apercevoir 2 tables et 3 chaises pour qu'un prof se dirige furax vers la porte pour la fermer.

    Les heures de travail : bah oui il y a les heures de travail à la maison en plus de celles en classe : préparer les cours, corriger les copies... etc. mais enfin les salariés aux 35h qui font en réalité beaucoup plus sans être payé, c'est pas ça qui manque. Enfin, ce que je constate, c'est qu'autour de moi il n'y a que ça. C'est dur d'évaluer le niveau de "plaignabilité" des profs à ce sujet tant qu'on n'a pas tâté de tous les côté : privé/ public. j'avais bossé chez des fonctionnaires, et les choses dont ils se plaignaient m'avaient tout bonnement fait halluciner, mais ce n'étaient pas des profs. alors je n'en sais rien, même si parfois ya un côté "on se monte le bourrichon entre profs". Bon ça c'est pour les heures de travail, mais le comportement des élèves, c'est tout une autre histoire.

    Le comportement dramatique des élèves, la vache ça doit être horrible pour prof qui a à subir ça tous les jours. Et on ne le répètera jamais assez, ce n'est pas le boulot du prof que de s'occuper de l'éducation des élèves (de toute façon ceux qui s'y essaient se prennent des procès de parents...) pour une raison que j'ignore, le "droit" aux décisions concernant le niveau d'un élève n'appartient désormais plus aux profs mais aux parents, qui ont désormais le dernier mot. on devrait sans doute rendre ce droit aux profs.

    (Je connais un ex-prof qui a fait une dépression nerveuse suite à des élèves horribles. Quand il est sorti de sa dépression on l'a mis dans un endroit encore pire. Il a refait une dépression+ un procès à l'éducation nationale qu'il a gagné. Aujourd'hui il ne travaille plus mais il touche son salaire de prof grace à ce procès gagné. c'est l'éducation nationale, donc nos impôts, qui payent.)
     
  3. Llits

    Llits
    Expand Collapse
    Vide

    Le problème aussi, c'est que d'un côté il y a d'excellents profs, qui travaillent vraiment leurs cours, les revoient chaque année, n'ont pas peur de prendre du temps pour s'améliorer, aller plus loin, font des évaluations régulières qu'ils corrigent. Genre ma prof de français en 1ere.
    Et à côté, y'a les gros branleurs qui tapotent tranquillou sur leur pc pour trouver un truc vaguement en rapport avec ce qu'ils sont censés enseigner en cours, qui se l'impriment et le lisent à leurs élèves pendant une heure, font une interro tous les 36 du mois et rendent les copies deux mois après. Genre mon prof de lettre, en Tal ( véridique, le coup du pc, on a retrouvé l'intégralité de son cours de m**de sur internet )

    Alors bon, à côté de ceux qui passent des heures et des heures à bosser, qui méritent de la considération, et ceux qui en foutent pas une ramée, bah les gens se fixent plutôt sur le glandeur. C'est sûr qu'en le voyant lui, c'est vraiment un boulot de feignasse, et oui, il est tout le temps en vacances. Ce qui ne l'empêche pas d'être aussi bien payé que le prof qui bosse vraiment...
    J'étais dans le privé donc les problèmes de discipline n'existaient pas vraiment ou étaient réglés avec une rapidité fulgurante ( mais bon, c'est bien plus facile de virer un élève d'un établissement privé, alors que dans le public, ils sont obligés d'assurer le service ), mais ça doit être vraiment très dur de devoir aller au boulot avec une boule au ventre parce que ta collégue s'est faite agressée la semaine d'avant, que les gamins sont des cons fouteurs de merde ou qu'un élève t'as menacé de mort...
     
  4. Yana

    Yana
    Expand Collapse
    <<= Gauche // Droite =>>

    Pardon pour cette intervention on ne peut moins pertinente, mais j'ai mis deux minutes à comprendre que le "SNES, premier syndicat du second degré" était lié à l'éducation et non pas à l'humour. :yawn:


    Oui, je suis fatiguée.
     
  5. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  6. Decemble

    Decemble
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je trouve ça marrant cette façon de taper sur les fonctionnaires genre "ceux qui bossent pas sont payés comme les bons", ouais bien sur, mais dans le privé c'est la meme chose, un secretaire qui bosse bien ou un cadre est payé autant que son voisin de bureau qui peut ne pas en foutre une.
    Sinon oui c'est dur, ils sont sous payés, l'education va mal, le monde va mourir (et je pars en vacances :))))
     
  7. Llits

    Llits
    Expand Collapse
    Vide

    Ah mais je dis pas le contraire. Mais c'est pas pour autant que je trouve ça "normal", quoi. Je sais pas, tu bosse toute la journée, le soir tu ramène du taf chez toi histoire d'avancer, pendant que le branleur d'à côté est parti une heure en avance avec une excuse à deux balles, ça te gêne pas, tu te dis pas qu'il y a un problème quelque part ? Mon copain bosse dans le privé, il fait 8h/20H, il va au bureau pendant ses vacances parce qu'ils ont un boulot de dingue, et le voisin de bureau arrive à 11h, repart à 17h ( voire midi le vendredi parce que bla bla bla ), fais rien pour aider les autres et en plus est mieux payé que tout le monde parce qu'il a été rétrogradé mais pas son salaire, bah désolée si j'assume de dire que c'est un gros con et qu'il faudrait le virer. Il mérite pas sa paye, clairement, pas pour le boulot qu'il fournit ( pas, justement ). Pas plus qu'un prof pourri qui en fout pas une ramée pendant que ses collègues bossent vraiment.
    C'est pas parce que c'est une généralité et que c'est partout pareil que c'est normal, ou juste, c'est tout. Si on part comme ça, tous les problèmes qu'il peut y avoir bah c'est rien et on s'en fout.
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest


    Non.
    Je pars du principe que chacun sa merde, chacun sa popote interne, si un système a des failles on ne va pas en vouloir aux gens d'en profiter.
     
  9. DestyNova_

    DestyNova_
    Expand Collapse
    Monde de Merde.

    J'ai une amie qui est professeur des écoles et franchement c'est pas la joie.

    Le gouvernement fait tout pour rabaisser l'éducation. Des exemples il y en a plein.
    Par exemple quand on voit à la TV "l'échec de la méthode global" etc. Ben la méthode globale ça fait au moins 20 ans que plus personne ne l'utilise.
    Aussi on parle des échecs des élèves aux évaluations qui ont été mises en place en primaire. Oui sauf que l'évaluation a lieu en Janvier alors que les élèves sont interrogés sur le programme de toute l'année.
    Ensuite il faudrait quand même prendre en compte le type d'établissement et le lieu.
    Bref on pointe du doigt ceux qui sont tout en bas de la chaine.

    Et le résultat c'est que les profs sont peu respectés (comment respecter un prof si même l'éducation nationale ne les respecte pas).
    Dans d'autres pays comme le Japon, les professeurs sont très respectés et sont même mieux payés en moyenne que les médecins! Forcément les parents et leurs élèves ne les voient pas de la même façon.

    Bon après ya des classes difficiles et des mauvais profs partout mais c'est pareil dans tous les domaines. Ya ptetre des profs qui sont ignobles avec les enfants, mais ya aussi des gens qui travaillent avec des femmes et qui sont sexistes. Ya aussi des types qui n'ont pas les épaules pour diriger, et des malades de l'autorité, bref.

    Enfin, toujours au niveau social, c'est très dur d'être prof je pense quand les parents n'éduquent plus leurs enfants, attendent que le prof le fasse, mais si le prof punit un peu c'est procès direct.
    Les enfants sont de plus en plus insolents, et les parents arrivent de moins en moins à faire face.

    Ensuite, pour ceux qui disent que les profs se plaignent d'être mal payés, qu'ils ramènent du taff à la maison etc. et que pour les salariés c'est pareil.

    Ya quand même une différence. Quand tu est prof tu es bac +5, et tu es cadre. Mais tu es loin d'en avoir la rémunération, et surtout aucune entreprise ne va te proposer mieux. En plus les possibilités d'augmenter son salaire sont longues et faibles (bref tu commences plus bas que ce que tu devrais et tu finis à peine plus haut).
    Il y a aussi le fait que tu as peu de possibilités d'évolution. On peut être directeur, mais aujourd'hui c'est s'exposer à énormément de paperasse et des responsabilités très importantes (les démêlés en justice vous suivent comme une épée de Damocles), tout ça pour une très faible augmentation du salaire.
    Ce qui fait que plus personne ne veut s'exposer à ce poste et qu'ils sont obligés de recruter en dehors de l'éducation nationale!

    Bien sure il y a quand même d'autres avantages.

    Mais bon prof c'est pas la joie, finalement c'est beaucoup de responsabilités, pour un salaire un peu maigre et une reconnaissance très faible.

    Le pire je crois c'est au collège, j'ai au moins trois profs qui ont fait des tentatives de suicide.

    Edit : ah oui et aussi, c'est une des seules professions où il n'y a PAS de MÉDECINE DU TRAVAIL, ce qui est à la fois effrayant et inquietant, mais qui pourrait aussi expliquer certaines choses
     
  10. Evinrude

    Evinrude
    Expand Collapse

    De toute façon l'éducation va mourir, on fonce droit dans le mur.
    J'ai 21ans, et la vocation d'être prof. Mais voila: réforme. En gros on me propose de faire trois ans d'études en plus avec des chances de réussite réduite de 80%. En gros un bac +6 pour prendre le risque d'être précaire. Une formation honteuse, et bien sûr d'être de la chair à remplacement, c'est à dire être ballotée de droite à gauche. Ben ouais mais précarité= pas de voiture? la solution?
    Pour ma part j'hésite énormément à abandonner et à me recycler ailleurs. Et je suis malheureusement pas la seule. En plus plus les années passeront, moins il y a des postes (ex: 1200 postes de profs d'hist-géo il y a dix ans, 600 aujourd'hui)
    J'ai rencontré beaucoup de profs pendant un stage, sur 30, 20 en ont vraiment leur claque et veulent tout plaquer. Il y en a un qui enchaine les contrats précaires depuis 24ans!!!!!
    Ca, l'abandon du gouvernement pour tout ce qui concerne l'éducation, et le mépris de la population pour cette profession. Merci maiiiissss..non merci!
     
  11. Spicycaro

    Spicycaro
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Encore un vaste débat ...

    Moi ce que je me demande, c'est pourquoi l'IUFM est ultra blindé de futurs profs et que les classes soient toujours autant surchargées (et ça commence en maternelle avec 27 élèves minimum demandés par classe sinon on la ferme et on dispatche dans les autres)

    Je plains sincèrement les (bons) profs de nos jours car vu qu'ils ne peuvent de toute façon plus rien dire ou faire sans se taper un procès. Les professeurs sont (étaient?) là aussi à la base pour suivre les élèves, les faire réfléchir et prendre part à leur éducation mais maintenant dés qu'un prof s'énerve un peu trop, on lui jette des cailloux :neutral:

    Sinon globalement je pense que tout le système d'éducation est à reprendre de zéro parce que là on va vers la cata ............ autant avant on se prenait souvent le mur à partir du bac et la fameuse fac qui sert à rien et qui nous désoriente, autant maintenant c'est dés le collège qu'on se le prend.
     
Chargement...