Du choix des mots.

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par AnonymousUser, le 18 avril 2007.

  1. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'espère que le sujet n'existe pas déjà (mes recherches ont été peu fructueuses), j'ai eu l'idée d'un sujet sur les mots anglophones dans la langue française et le fait de les franciser.

    En fait j'ai eu cette idée en lisant une page sur Wikipédia, et tout compte fait, je me dis que je trouverais effectivement bien plus logique de dire états-unien et non américain. (La seule chose qui me retient c'est la surprise des gens qui m'entendraient dire ça !) Ca m'a fait penser aux autres mots qu'on peut absolument franciser ... surtout au Québec. Trouvez-vous cela positif ou négatif ? Pensez-vous que la langue française soit réellement en danger si on utilise des mots anglais au lieu d'en inventer un plus français ? Ou pensez-vous que c'est au contraire une richesse d'avoir une langue métissée ?
    Ou avez-vous un avis mitigé (oui, mais pas tous les mots ...) ? Par exemple, quels mots seraient à franciser, lesquels seraient très bien en restant anglophones ?
     
  2. Reiyel

    Reiyel
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Perso ça ne me gène absolument pas d'utiliser des mots étrangers quand on n'a pas de mot équivalent en France (hand-ball ou week-end mettons, et puis tous le vocabulaire informatique), après j'ai du mal quand on dit challenge pour défi par exemple, je vois pas l'intérêt.
     
  3. siorac

    siorac
    Expand Collapse
    Plus amoureuse

    Je pense avoir un jugement assez mitigé là dessus. Disons que je ne vois pas l'intérêt de franciser les noms anglais (ou autres d'ailleurs), ni d'anglicisé les phénomènes français. Je pense au contraire que c'est plus respecteux pour le pays d'en face d'utiliser l'expression "en vo" quand on parle d'un fait culturel américain par exemple. Notamment pour ce qui est des noms de villes ou de personnages célèbres. En histoire de l'art, beaucoup de noms sont françisés, et je ne trouve pas ça respectueux.

    Ce qui m'a inspiré cet avis, c'est mon passage aux etats unis. Ca m'a gonflé que l'on m'appelle mariann par ce qu'on ne peut pas prononcer marion (ou mary, encore pire). Mon prénom, c'est marion. point. Et ma ville c'est Paris (proncer Pari), na!

    Après, pour ce qui est des mots courants, ça dépend un peu des contextes. Mais c'est vrai que souvent je trouve ça débile. Alors que j'en utilise plein moi même.

    Pour finir, un avis sur la politique québecoise: c'est un faux exemple, franchement. J'ai TV5, et je regarde quelques séries quebecoises. Il y a des mots que nous utilisons en anglais (comme week end, parking, etc), alors que eux utilisent des mots américains pour certains autres (cute, subject, etc).
     
  4. Vice-Versa

    Vice-Versa
    Expand Collapse

    ça ne me dérange pas vraiment.

    J'avoue que ds le langage courant, j'utlise le terme "américain" plutot qu'"états-unien", terme que j'utilise seulement ds mes copies d'histoire-géo. Par habitude, j'pense.

    Pis la langue française a des orignes qui viennent de partt, donc j'pense que ça pt être une richesse. Après, ça reste à nuancer, y a des termes anglais que j'supporte pas, , mais là, ça me vient pas à l'esprit.
     
  5. Stille

    Stille
    Expand Collapse
    Blasée

    Comme les autres. Le strict nécessaire ne me dérange pas, mais je n'aime pas quand on en rajoute. Et je hais par dessus tout les gens qui parlent en franglais... c'est absurde.
     
  6. Mae

    Mae
    Expand Collapse

    Pour ne répondre qu'à une seule chose, j'emploie beaucoup états-uniens, puisque que la notion d'américain concerne toute l'Amérique! Enfin je le fais plus à l'écrit qu'à l'oral, malheureusement.
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je trouve cela ridicule de dire "pourriel" pour spam.
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    En fait, le problème avec l'anglais, c'est peut-être "un problème d'image". Tout le monde croit parler anglais, mais très peu le parlent effectivement bien. Les "bilingues" sont souvent incapables de lire Dickens ou Jane Austen. Et peut-être que alors, le français parait immédiatement supérieur à l'anglais qui rayonne actuellement beaucoup dans le commerce, les affaires, alors que le franais, en comparaison, apparait comme "la" langue culturelle. Non pas parce que la culture anglophone est inexistante, évidemment, mais parce qu'on la sous-estime, parce que en France, on parle assez peu des auteurs anglophones, que dans les médias les plus courants (TF1 et cie), l'anglais c'est le fric ou le ciné (qui est un art dévalorisé, bien souvent, surtout s'il est américain ...) ...
    C'est peut-être de là que vient le problème de l'anglais qu'on veut éliminer de la langue française. Le latin, dans le fond, c'est bien vu parce qu'auréolé d'une grande aura culturelle, de Cicéron et compagnie ...

    Je réponds à mon propre sujet en disant que je trouve les emprunts aux autres langues très faisables s'ils sont logiques ; s'il n'y a pas de mot français existant, tout ce qui est technologique par exemple. Je trouve absurde de vouloir à tout prix franciser des mots déjà ancrés dans la langue courante. En fait, je ne pense pas que l'ajout de mots anglais nuiera à la langue française, je pense que ça n'a rien à voir ... ça n'est pas une guerre.
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Oh, les gens qui disent anyway, ça m'énerve aussi, on a un mot français qui marche bien, alors je ne vois pas l'utilité de anyway. C'est comme les just, les 'cause et les no souci ...
     
  10. Creamm

    Creamm
    Expand Collapse
    gloutonnise.

    Ah, moi aussi ! Surtout que vu le domaine que j'étudie, je dois hérisser les poils des puristes.

    Je trouve la langue français, et ses défenseurs, d'une grande prétention. Il n'y a que le français qui a son Académie des Lettres avec ses partisans qui chassent tout ce est contre le bon usage. Une langue vivante prend ses expressions de d'autres langues, je ne crois pas que les anglophones se tracassent des heures pour affirmer que it's so cliché ! Le français est enrichi d'expressions d'origines barbares et de multiples patois, et si je retrouvais mes notes de cours, je pourrais vous dire précisement combien de mots viennent de telle ou telle origine, mais je doute que ça intéresse qui que ce soit, ahah, mais l'apport de d'autres langues au français est incroyable.

    Je ne crois pas qu'on soit en train de se faire envahir par l'anglais. La langue francophone a une littérature touffue et multivoix, si on pense à tout les pays francophones. Je ne crois pas que dire 'cheap' va précipiter notre langue parlée vers un nivellement par le bas, par exemple. Il y a plusieurs niveaux de language, et je crois que ce qui est important, c'est de se départir d'un snobisme propre aux francophones, qui pensent qu'une certaine pureté de language garantit automatiquement une norme intellectuelle qui a des tendances assez élististes. Les USA sont en ce moments la plus grande puissance mondiale, si ce serait la Chine, notre vocabulaire serait rempli d'expressions empruntées au chinois. C'est NORMAL.

    Pour en revenir au cas plus spécifique du Québec, nous avons deux influences anglophones : Les Britanniques qui ont été présents sur le territoires durant deux siècles ( ou trois ? ), et la proximité des Etats-Unis. Nous disons bécosses pour toilettes extérieures à cause de back of the house, nous avons des expressions à la syntaxe directement calquées sur celle de phrases américaines : la plupart des gens ignorent cela, ils ne savent même pas que certains pourraient dire que nous sommes assimilés parce que nous parlons de cette manière. C'est une des subtilités de notre 'dialecte', et tant mieux ! Le québécois est une langue belle et très intéressante, il suffit de lire Ducharme ou Hervé Bouchard pour se rendre compte que même le québécois parlé, aussi truffé d'anglicismes soit-il, est tout à fait littéraire.
     
  11. Mae

    Mae
    Expand Collapse

    Faux ! la Real Academia Española est aussi une chieuse \o/ Et elle a une très bonne image et bien plus d'influence que l'Académie Française (par rapport à l'Académie des Lettres, je ne sais pas, je viens d'apprendre ce que c'était, merci google).
     
  12. Reiyel

    Reiyel
    Expand Collapse
    Mélange instable

    J'suis d'accord avec à peu près toutes en fait, et j'ai pas forcément l'impression qu'il y ait des contradictions dans ce que vous dites.


    Pour pousser un peu loin, disons que j'ai rien contre le fait que la langue évolue, seulement ça me semble assez dommage d'être obligé de traduire Rabelais ou Descartes pour qu'ils soient compris, alors que ces auteurs font partie intégrante de notre culture et qu'ils l'ont même a bien des égards fondée.
    Et j'me dis qu'à la vitesse où ça va, bientôt le Français moyen ne comprendra plus Proust ou Zola, à un siècle d'écart...
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. tchi popy
    Réponses :
    7
    Affichages:
    868
  2. Foraday
    Réponses :
    0
    Affichages:
    1550
  3. Kaelooo
    Réponses :
    0
    Affichages:
    700
  4. tchitcha04
    Réponses :
    74
    Affichages:
    7411