EnjoyPhoenix nous parle de harcèlement scolaire : « J'avais l'impression d'être une moins-que-rien »

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 11 mai 2016.

  1. elisabellissima

    elisabellissima
    Expand Collapse
    Hold the door!

    C'est fou mais d'une vidéo à l'autre, je la reconnais pas la petite Marie :oo:
     
    copaulette, Kounette et CitronVertCool ont BigUpé ce message.
  2. Wéro

    Wéro
    Expand Collapse

    Wow, c'est fou la manière dont je me suis reconnue dans la manière qu'a Marie de parler du harcèlement : les profs que ça fait doucement rigoler, les gens qui pensent que "oh ça va c'est juste des gosses c'est la vie hein" (sauf que se retrouver la tête sous un robinet ou se prendre un claque, mouais. Vive la vie.). Pareil pour tout ce qui est de la difficulté à faire confiance aux gens. J'adore être toute seule chez moi, dans ma petite bulle, même si j'ai un groupe d'ami-e-s auquel je tiens énormément. J'ai énormément de mal à faire confiance aux gens, j'ai toujours cette petite voix qui me dit que, si ça se trouve, ils se foutent juste de moi et qu'ils ne m'apprécient pas, etc. Et dès que je vois un film, une série, qui parle de près ou de loin du harcèlement scolaire, wow, j'ai des réactions assez vives. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai quasiment fait la morale à des amis, à des gens de ma famille, à des amis de ma petite sœur, quand ils racontaient ce qu'ils faisaient subir à des gens sans même se rendre compte à quel point ça pouvait être blessant... Certains comprennent, d'autres non, mais je me dis qu'avec un peu de chance ça peut marcher et les faire réagir.
    Je suis devenue assez grande gueule maintenant, j'ai beaucoup plus de répondant qu'avant, mais quand j'ai recroisé dans le tram 2 mecs qui m'avaient fait la misère, ça a été la cata. Heureusement que 2 potes qui étaient avec moi ont fait partir les mecs en question qui m'avaient reconnue et qui du coup commençaient à m'emmerder. Mes potes étaient choqués de me voir sans répondant et complètement amorphe face à eux.
    Je suis très contente qu'une Youtubeuse avec une telle audience en parle aussi ouvertement et franchement. Je ne suis pas fan de tout ce qu'elle fait et je suis loin d'être le public visé par ses vidéos, et on peut penser ce qu'on veut de Marie, mais c'est vraiment appréciable qu'elle mette sa notoriété au service de ce genre de cause :fleur:
     
    #3 Wéro, 11 mai 2016
    Dernière édition: 11 mai 2016
    Jimmie., miss_caro, Uryuu et 23 autres ont BigUpé ce message.
  3. naelia

    naelia
    Expand Collapse
    Be a rainbow, not a shadow!

    très chouette démarche et super interview !
    J'ai été victime de harcèlement en 2001 et 2002 (6e et 5e) et je dois quand même dire que c'était déjà reconnu à l'époque. On ne parlait effectivement pas de "harcèlement", mais il y avait l'opération Ruban Vert qui portait sur la violence en générale. Je me souviens que tout le monde, même mes harceleurs, avaient pris part à cet événement et avaient leur petit ruban. Moi dans mon coin je trouvais ça très hypocrite. J'espère qu'il n'y a pas eu ici le même cas de figure (un jeune en silence qui serait à cet évènement de Marie et qui penserait en son for intérieur que untel ou unetelle ont été primé pour leur vidéo, mais sont des harceleurs).

    Sinon, rétrospectivement parlant, je sais désormais pourquoi j'ai été victime de harcèlement et ce qui a mené à ça. Je pense que suivre des cours de sociologie et de psychologie m'ont été très thérapeutique. J'ai pu mieux comprendre pourquoi la situation a eu lieu, quels ont été les déclencheurs etc. ...
     
    Electron_Libre, MassimilaDoni, copaulette et 3 autres ont BigUpé ce message.
  4. Ryun

    Ryun
    Expand Collapse

    Je suis vraiment très mitigée sur la question du harcèlement scolaire… J’ai moi-même été « harcelée » plusieurs années, notamment au collège, et je ne vois pas vraiment comment on pourrait y trouver de véritables « solutions ». D’un côté, je suis très heureuse qu’on en parle de plus en plus, que des « célébrités » communiquent dessus, que le gouvernement s’en mêle, etc. C’est une très belle avancée qui permet déjà de poser un mot sur ces souffrances, mais aussi d’en ôter le tabou et d’inviter les enfants/adolescents à y réfléchir sincèrement. Soit.

    Le véritable problème du harcèlement, c’est que dans la plupart des cas, on ne se rend pas compte qu’on harcèle. Parfois c’est violent avec des coups et de la méchanceté pure, et parfois c’est beaucoup plus vicieux, c’est des remarques tous les jours, de mauvaises blagues, des coups en douce pour amuser la galerie. Dans mon cas, mes harceleurs se sont souvent trouvés êtres mes « amis »… Ou du moins je le pensais et m’y accrochais. J’avais donc toujours l’impression d’être la mauvaise copine, de n’être pas assez bien, même si je ne trouvais jamais les réponses, et je cherchais sans cesse à me rapprocher d’eux, mon but ultime était de leur plaire. Donc même s’ils me faisaient des crasses, je revenais. Ils avaient beau se moquer de moi cruellement, je tentais de ne rien laisser paraître en riant aussi. J’essayais de rentrer dans le moule, de montrer que moi aussi j’avais de l’humour, de l’auto-dérision… Même si j’en pleurais la nuit et que j’en arrivais à me faire du mal pour exorciser.

    Ce qui me frappe à chaque fois, c’est qu’on réduit le harcèlement scolaire à « la pauvre victime » et « les méchants harceleurs ». Sauf que c’est beaucoup plus compliqué que ça. Soyons honnêtes : combien de fois avons-nous ri en voyant quelqu’un tomber, galérer à corriger un exercice, dire une mauvaise réponse, se ramener avec une tenue qu’on trouvait ridicule, changer de look, etc. ? Énormément de fois, aujourd’hui encore. Il faut être sincère : même moi, avec mon passif, il m’arrive de rigoler de quelqu’un, sans vouloir être méchante, alors que j’essaie d’être le plus tolérante possible. Mais on ne se rend jamais compte de la limite avec l’humour. J’ai essayé de confronter certaines personnes à leurs actes, elles se justifient par l’excuse du « tu exagères tout, c’était pour rire! » ou « je ne m’en souviens pas ». Personne ne se rend compte que son attitude peut profondément blesser l’autre. Et beaucoup de personnes qui m’ont harcelé m’ont reparlé bien plus tard, par hasard, en me faisant des compliments, en me félicitant sur ce que j’étais devenue, ou même pire : en me draguant. Comme si rien de tout ça ne s’était passé (et conne comme je suis, j’en était heureuse, d’enfin leur plaire)… Et pourtant, ces années-là me pourrissent encore, ça date de 10 ans et ça me hante encore. J’ai toujours l’impression de ne pas être à la hauteur, je panique quand on ne répond pas à mes messages ou qu’on sort sans moi, j’ai toujours l’impression qu’on se moque de moi, qu’on ne m’aime pas. Même avec mes amis proches je me sens comme un fardeau, un boulet.
     
    Jollymeh, Slwing, Angy_who et 30 autres ont BigUpé ce message.
  5. Angele12

    Angele12
    Expand Collapse

    Je trouve que ce concours est une bonne idée, c'est bien d'impliquer les premiers concernés dans la la création de la campagne.
    Par contre soit j'ai de mauvais souvenirs de moi en primaire, soit j'étais vraiment super con mais certaines de ces affiches sont vraiment top et j'ai du mal à croire que ce soit des enfants qui aient pondu ces idées ( dans leur totalité). Je ne doute en aucun cas de leurs implications dans la phases de fabrication ( dessin, photos, etc) mais l'idée générale de certaines me semble tellement poussée que j'ai l'impressions que c'est les prof qui ont crée tout le fond et qui ont balancé le bébé aux gamins.

    En ce qui concerne cette ITW, c'est cool, j'ai vraiment du mal avec la façon de parler d'EnjoyPhenix, mais c'est bien qu'elle fasse ça parce que c'est une personne "abordable" et aimé des jeunes qui peuvent être victimes de harcèlement.

    Et je rejoins totalement @Le Morse de Pingu quand elle dit que nous avons tous été le "harceleur" de quelqu’un au même titre qu'on à presque tous été victime à plus ou moins grande échelle ( si je dis n'importe quoi tu me corrige hein :)
     
    Babitty Lapina et Lunafey ont BigUpé.
  6. Lily Fraser

    Lily Fraser
    Expand Collapse
    High Functioning sociopath. With your number.

    @Ryun
    Je comprends tes interrogations mais je pense qu'on a un vécu différent, ou une vision différente des choses. Dans mon cas, quand j'ai été harcelée (grosso-modo toutes mes années collège), ce n'était pas des petits rires à moitié innocents, c'était un acharnement réel et extrêmement violent.
    J'avais des grandes dents et on m'appelait Jano Lapin. Et pour ne rien gâcher, j'étais une petite intello. J'avais le malheur d'essayer de trainer avec les gens "populaires" dont je ne comprenais ni les références culturelles (je n'avais pas la télé) ni l'humour, ni le fonctionnement.
    Pour bien me faire comprendre que je n'étais pas la bienvenue, et pour m'humilier publiquement, j'ai eu droit à différents petits cadeaux: on m'a envoyé des lettres d'insultes, on m'a glissé de charmants dessins me représentant "au pays des lapins" (autant vous dire que j'étais moi-même un lapin sur les dessins), on m'a fourré des babybels en forme de carottes au milieu de mes cahiers, et quand j'ai eu l'audace de prendre la parole sur scène à un spectacle de fin d'année (le dernier de ma vie vu comment j'ai été reçue), on m'a huée en criant "dégage, Jano Lapin!". Ce ne sont que des exemples.

    Donc non, le harcèlement ce n'est pas, pour moi, des petits rires qu'on laisse échapper. C'est une violence réelle et acharnée, d'un groupe sur un individu.

    En revanche je ne retrouve pas trop l'indifférence des professeurs dans mon expérience, ils n'ont jamais pris ma défense, mais ils écoutaient ma tristesse et me soutenaient à leur manière (qui n'est sans doute pas la meilleure, mais je ne sais pas trop ce qu'ils auraient pu faire, je m'interroge).

    EDIT: j'ai aussi été intimidée physiquement, mais ça n'est jamais allée plus loin que l'intimidation.

    Je veux pas dire qu'être victime de rires et tout c'est pas du harcèlement, je veux juste pas qu'on minimise le harcèlement en le réduisant à "un petit rire qu'on laisse échapper mais après tout on l'a tous fait". Non. Être constamment victime de rires, de moqueries, de méchancetés, c'est pas normal. C'est pas juste la fatalité.
     
    #7 Lily Fraser, 11 mai 2016
    Dernière édition: 11 mai 2016
    Froshia, Imago, MintOctopus et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. Angele12

    Angele12
    Expand Collapse

    @Princessechat
    Euh alors moi aussi j'ai été harcelée
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    .
    Donc tu ne t'es jamais moquée de quelqu'un ? Pour aucune raison ? Jamais ? Si c'est le cas respect. Mais sinon, même si c'est du tout petit harcèlement ça en est ( en tout cas ça peut être vécu comme tel par l'autre). Et c'est humain. Le problème c'est de continuer et de ne pas se rendre compte des conséquences.

    EDIT Princessechat ceci dit si mon commentaire, parmi les autres, t'as blessé sorry, ce n'était vraiment pas mon intention de blessée qui que ce soit
     
    #8 Angele12, 11 mai 2016
    Dernière édition: 11 mai 2016
    Jimmie., naelia, Métempsycose et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  8. Angele12

    Angele12
    Expand Collapse

    Euh bah la par exemple t'es assez vexante et méchante dans ta réponse.
     
    PrincessMey, tarolime, -Loreleï- et 15 autres ont BigUpé ce message.
  9. Aquarium

    Aquarium
    Expand Collapse

    @Princessechat
    Je suis d'accord avec toi. En tant qu'ex ""harcelée"" (je n'ai jamais subi de brimades violentes donc j'ai du mal avec ce terme mais j'ai eu à subir quantité de regards, de rires, de moqueries, d'insultes, de ma primaire jusqu'à mon collège) j'ai toujours mis un point d'honneur à ne pas rire quand quelqu'un tombait, à ne pas me moquer même gentillement de quelqu'un qui n'arrivait pas quelque chose en classe, qui portait quelque chose de "bizarre", qui rougissait quand il parlait devant tout le monde... Pour l'avoir vécu, c'est une violence très pernicieuse dont on ne mesure pas la portée des conséquences tout de suite, mais qui est bien réelle. Je ne m'autorise pas dès lors à la reproduire.
    (après j'ai conscience de toutes les difficultés que cela pose + qu'est-ce qui relève du harcèlement dans l'absolu + je suis quelqu'un de très sensible et susceptible et on prend tous les choses différemment mais pour l'instant : dodo)
     
    Cellindes, Red_lady, MrsBlueSky et 10 autres ont BigUpé ce message.
  10. Angele12

    Angele12
    Expand Collapse

    @Princessechat
    Sous-entendu : comme vous dites que vous avez déjà harcelé quelqu'un vous êtes pourris jusqu'à la moelle. Non.
    Donc déjà tu n'es pas obligée de répondre avec condescendance et méprit. C'est un petit peu désagréable, soit on discute tranquilles même si on est pas d'accord soit on discute pas.
    Et oui cataloguer les gens de pourris comme ça bim-bam-boum, alors qu'on t'as donné des arguments (avec lesquels tu as le droit de ne pas être d'accord évidemment) sans autre forme de procès et bien je trouve cela brutal.
    Et ce sont des petites phrases comme ça lancées à des personnes déjà fragiles qui peuvent faire très mal. Alors oui je réitère je te trouve vexante et méchante dans ta réponse. T'as réponse, pas toi, je ne me permet pas de cataloguer les gens de méchants parce qu'ils m'ont dit quelque choses qui ne m'a pas plus/blessé.
     
    Saperlipopette_, Ymotana, Métempsycose et 7 autres ont BigUpé ce message.
  11. Patriarcaca

    Patriarcaca
    Expand Collapse
    L'autre troll, ambassadrousse, les 12.

    C'est chouette qu'on en parle hein, comme d'hab, mais sinon il y a des vraies solutions qui existent. C'est chouette de s'engager toussa, mais là j'ai envie de dire "on fait quoi du coup" ? La prévention c'est cool, mais pour les gamins qui sont aujourd'hui dans la cour, pour qui la prévention c'est trop tard, on fait quoi ?
    Je comprends pas comment elle peut dire qu'il faut en parler à des adultes, alors qu'elle dit elle-même que ça n'a pas marché ! Dans 90% des cas, ça EMPIRE la situation, et même quand ça marche, les gamins restent avec le sentiment d'être incapables. Et vous savez ce que c'est le pire ? C'est que les gamins le savent ! C'est pas par hasard si ils en parlent pas, ils savent quels risques il y a le faire. (Vous voulez qu'un gamin harcelé vous parle ? Promettez lui de pas intervenir sans son accord. Et tenez votre promesse.)

    Je suis exaspérée, il y a pas d'autres mots, qu'on continue à parler du harcèlement avec des sanglots dans la voix au lieu de chercher des vraies solutions qui marchent, et qui marchent sur le long terme ! Il faut pas oublier que les harceleurs de la cour de récré, on les retrouve à la machine à café, donc le plus tôt on apprend à s'en débarrasser, le mieux on se porte.

    (oui j'ai été harcelée, j'en ai fait mon métier, des gamins harcelés j'en vois tous les jours, les numéros verts et autres vidéos "parlez en un super héros viendra vous sauver", ça les fait même plus rire.)
     
    Green Mile, Jimmie., Red_lady et 26 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...