Entretien de motivation

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par Myra Lee, le 6 juin 2008.

  1. Myra Lee

    Myra Lee
    Expand Collapse
    Et tu criais. Et tu criais.

    Bon les filles, je sollicite votre aide parce que je vais devoir passer des épreuves orales d'admission dans des écoles, et j'ai besoin de tous vos trucs et astuces pour avoir l'air à l'aise, spontanée, et naturelle. Comment faire pour gagner en répartie d'ici là (je suis du genre facile à déstabiliser)?
    Faut que j'ai l'air hyper motivée, alors que j'ai pas trop confiance en moi et que je suis souvent découragée.

    Racontez vos expériences, dites nous le bon comme le mauvais. Ce qu'il faut faire/dire, ce qu'il faut éviter. Et surtout des moyens de déstresser!
     
  2. liuw

    liuw
    Expand Collapse

    D'abord, il faut te dire que s'ils te reçoivent, c'est que les intéresse (ça vaut pour une école comme pour un boulot ou un stage!) donc qu'il faut partir positive.
    Ensuite, je pense que le mieux, c'est de t'entraîner. Mais pas seulement à voix haute devant ton miroir ou en ressassant ce que tu vas dire dans ta tête, il faut s'entraîner en vrai.
    Donc : passer des vrais entretiens avec qui tu veux (ton père / ta frangine / ta meilleure copine / ton mec) qui soit capable de le faire sérieusement.
    L'idée, c'est de repérer tous les points un peu compliqués de ton parcours, ou quoi que ce soit qui pourrait te destabiliser. Pour donner un exemple (très) grossier, ça pourrait être un truc genre : "vous écrivez que vous aimez les voitures de course, mais vous postulez chez nous qui oeuvrons dans le développement durable, expliquez-moi ça". Plus sérieusement, ça peut être un truc genre (c'était mon cas) : "vous avez fait un bac S, puis des études littéraires, pourquoi?" ou "vous changez de filière tous les deux ans, vous vous cherchez encore, on dirait?"
    Une fois ces points là identifiés, il faut travailler ton sujet, savoir quoi dire. Pas la peine de mentir, normalement ce sont des choses qui te sont propres. Pour moi, ça donnait : "j'ai fait un bac S parce que j'étais très bonne à l'école, mais je déteste les maths et j'adore les matières littéraires, donc je suis allée en prépa pour récupérer un bon niveau littéraire". En fait, si tu y réfléchis, tu sais très bien pourquoi tu as fait tel ou tel choix. Si tu as fait une année sabatique, par exemple, tu peux la justifier en expliquant pourquoi à ce moment là, c'était indispensable pour toi. En gros, ça permet de ne pas se dire après coup : "mince, c'est ça que j'aurais dû lui dire, à cette question là", puisque tu l'as déjà préparé.
    L'idéal, c'est de faire de ces points "faibles" des forces. Dans mon cas, par exemple, mon parcours compliqué se justifie par ma voie finale : la communication. Pour rester si l'année sabatique, si tu as bossé pendant ce temps là, parle de cette expérience professionnelle.
    En gros, il faut t'habituer à parler de toi à l'oral d'une manière positive.
    C'est le point clef d'un entretien : il faut montrer à ton interlocuteur que tu te connais bien et que ce qu'il te propose te convient parfaitement (même si c'est pas toujours vrai, notamment pour des écoles !)
    Il faut aussi que tu saches d'avance ce sur quoi tu comptes mentir (je sais, c'est pas bien!) : par exemple, si on te demande si tu comptes préparer d'autres écoles, il vaut mieux dire que non... sauf si tu trouves que c'est mieux de le dire, bien sûr.
    Ensuite, avec la personne que tu as choisie, tu t'entraînes, en lui préparant des questions type.
    Par exemple, les questions sont souvent :
    - Qu'avez-vous fait avant / Que voulez vous faire après?
    - Dans 10 ans, vous vous voyez comment et où?
    - Vos 3 qualités / vos 3 défauts
    - Vous vous décririez comment?
    Comme ça, le jour de l'entretien, sans connaître par coeur ce que tu vas répondre (bonjour la spontanéité, sinon), tu as des facilités pour commencer ta phrase ou organiser tes idées.
    En ce qui concerne la gestion du stress, ça varie énormément d'une personne à l'autre.
    Pour ma part, je suis une méga traqueuse (genre mains gelés, voix qui speede et qui tremble et tout le tintouin) à la base, mais j'ai beaucoup travaillé là dessus, notamment avec la tonne d'oraux que j'ai fait pendant mes études. La respiration, c'est important, donc tu peux apprendre quelques exercices simples. Il faut faire attention à ses mains, qui trahissent souvent le stress (on évite le crayon qui s'agite nerveusement, par exemple).
    Et surtout, faut éviter de paniquer : à part quelques cas extrêmes (genre le grand oral de l'ENA), la personne en face n'a pas vocation à te démolir. Et quand bien même ce serait le cas, tu vas lui prouver que tu es à la hauteur !
    Voilà mon pavé de conseils, si ça peut servir.
    Bonne chance en tout cas !
     
Chargement...