Et vous, les intermittents du spectacle, ça vous parle ?

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Mademoiselle_Patate, le 28 février 2014.

  1. Mademoiselle_Patate

    Mademoiselle_Patate
    Expand Collapse
    La vie est belleeee. :)

    Bonjour à toutes!
    J'aurais voulu votre avis ( fondé et construit si possible .. :top:) sur ce qui est à la base de cette polémique de la MEDEF en ce moment : Le statu d' intermittent du spectacle, ce que ça représente pour vous, ce que vous pensez des projets de réforme et pourquoi pas d'autres idées pour "améliorer" la situation, par exemple.

    Bref tout point de vue est le bienvenu ! :)
     
  2. Kafkanorexia_

    Kafkanorexia_
    Expand Collapse
    Le courage des oiseaux. 

    Quand je vois les réponses données à ma prof de théâtre (pour trouver un logement, etc), je me dis qu'il y a vraiment des améliorations à faire. Donc non, ce qu'a proposé le MEDEF, je ne veux même pas y penser.
    Il faut améliorer les aides apportées à ce statut, et non les supprimer.
     
  3. Brunette_

    Brunette_
    Expand Collapse
    En mode (Disciple) Ninja hyperactive \o/

    Bon, je prends bien parti parce que je suis intermittente moi-même, mais avec les paies qui nous sont accordées et avec la conjoncture économique dans laquelle on est, je pense que ça va être compliqué de joindre les deux bouts sans allocations, surtout que quand on ne bosse pas, on ne sait jamais pour combien de temps c'est (mais les recherches de boulot ne manquent pas).
    Après, j'ai remarqué qu'on supprime pas mal de choses en ce moment, et de ce côté-là je vais me passer de commentaires si vous le voulez bien.
    Enfin personnellement, je veux bien qu'ils réduisent (décemment, même si ça me ferait vraiment vraiment chier!!) les allocations si ça nous permet de les garder, parce que sans, c'est pas toujours possible :dunno:
     
  4. Junipa

    Junipa
    Expand Collapse
    Muahahahahaha... Ou pas !

    J'ai lu un article récemment, qui détaillait les bénéfices économiques liés au ministère de la culture, j'essaierai de le retrouver.
    Je suis scandalisée par cette proposition. Je ne comprends absolument pas qu'on puisse même en avoir l'idée, avec le tollé que les réformes de l'intermittence avaient déjà fait en 2003. Que le gouvernement juge nécessaire de réduire les dépenses de l'Etat dans la conjecture économique actuelle me semble parfaitement logique ; mais les choix de réductions budgétaires actuels me laissent pantoise...
    Alors, non, pas touche aux intermittents, qui sont pour moi garant de cette vie culturelle riche que l'on a en France. Les artistes et techniciens ont besoin de ces allocations pour survivre, du fait de leurs rythme
    mes de travail peu classiques (déjà abordés par @Brunette_ et @DropOfMilk )Supprimer ces aides reviendrait à ne laisser la possibilité de création et d'expression qu'aux grosses majors des industries culturelles, réduisant ainsi tant l'offre que la qualité des oeuvres produites.
    Quitte à troller un coup, à ce niveau-là, à quand la suppression de l'AAH, parce que les handicapés ne rapportent pas d'argent... ?
     
  5. Naphtaline

    Naphtaline
    Expand Collapse
    Keep your head up, keep your heart strong.

    Didier Super a tout dit :

    "Comme je dis toujours, on peut comparer l'intermittent du spectacle au militaire. Le militaire, son boulot c'est quoi ? C'est de faire la guerre. Or, la plupart du temps, qu'est-ce qu'il fait ? Tout comme nous autres, Il répète sa guerre ! Sauf que lui, il de la chance, personne ne remet en cause la rémunération de ses répétitions."

    Sinon ça me fait doucement rire, ce n'est pas en supprimant l'intermittence que l'économie va repartir, puisque, sur tous les travailleurs du spectacles, il n'y a qu'une minorité qui arrive à ouvrir son droit à l'intermittence !
    Et big-up à Ségolène Royal qui veut les envoyer sur leur temps d'arrêt faire des interventions en milieux scolaire et en maisons de retraite :facepalm: :stare: Ce type d'intervention ça se paie, cocotte...
     
    #5 Naphtaline, 1 mars 2014
    Dernière édition: 1 mars 2014
  6. Apaloosa

    Apaloosa
    Expand Collapse

    J'ai un scoop pour vous : le MEDEF s'en contre-branle du soit-disant milliard de déficit des intermittents.

    Pourquoi je parle de "soit-disant milliard de déficit" ? Parce qu'en fait, ce calcul est le résultat d'un artifice comptable qui crée une catégorie à part pour les intermittents, simplement parce que leur régime d'indemnisation est différent du régime "normal" (du fait de leurs conditions de travail particulières, que je ne rappellerai pas).

    En fait, TOUTES les catégories de travailleurs précaires sont structurellement en déficit. Petite explication dans cet extrait d'un article du Monde du 26 Février dernier, "Le régime des intermittents coûte-t-il un milliard d'euros ?" :

    "Ce déficit est pourtant “logique”, dans la mesure où le système d'assurance-chômage repose sur la solidarité entre travailleurs et demandeurs d'emploi. Les employés en contrat à durée indéterminée (CDI), dont le régime est bénéficiaire, paient pour les autres : contrats à durée déterminée (CDD), intérimaires et intermittents.

    Le calcul opéré par la Cour des comptes pour isoler le déficit des seuls intermittents peut ainsi être appliqué à d'autres catégories, par exemple, les seuls CDD. Ainsi, dans un rapport paru fin 2013, la Cour dénonce une hausse du nombre d'emplois précaires en période de crise, qui ne touche pas seulement les intermittents. Résultat, dans les comptes de l'assurance-chômage, le déficit le plus lourd provient des salariés en CDD : 5,592 milliards d'euros, et celui des intérimaires s'élève à 1,464 milliard d'euros.
    "

    Donc contrairement à ce qu'expliquent à longueur de temps les commentateurs des grands quotidiens sur le net, ce ne sont pas les courageux travailleurs salariés qui cotisent pour les saltimbanques intermittents, ce sont ceux qui ont un emploi stable qui cotisent pour ceux qui sont précaires. Ca s'appelle la solidarité nationale.

    Pour en revenir au MEDEF, ces gros malins se servent simplement des intermittents comme d'un chiffon rouge, ils savent très bien que 1 milliard ce n'est rien à l'échelle du budget de la France, et que ça n'a rien d'extravagant pour financer la vie culturelle de la France. Seulement, ils savent que ces braillards de Français sont toujours prompts à se battre entre eux dès qu'ils s'imaginent que leur voisin a droit à quelques miettes de plus, de manière indue évidemment. Et pendant que tout le monde est occupé avec ça, ils ont toute la latitude nécessaire pour réclamer SANS contrepartie que l'Etat leur aboule TRENTE milliards dans le cadre du Pacte d'Entubage de Responsabilité.

    Ils jouent pas dans la même cour hein, finalement c'est des petits joueurs ces intermittents...

    Et à la toute fin des négociations, quand ils auront bien campé sur leurs positions, ils auront beau jeu de faire l'immense "contrepartie" de ne pas toucher au statut des intermittents... C'est simplement un dérivé de la technique "si je veux la main je dois demander le bras", technique que le MEDEF utilise avec succès depuis toujours.

    Et pour ceux qui imaginent que les intermittents sont payés à ne rien faire, quelques rappels salvateurs :
    - ils ont 10 mois pour totaliser le nombre d'heures qui leur ouvrira des droits, contre 2 ans ans pour le régime général (sachant que les salariés du régime général doivent totaliser plus d'heures, mais pas beaucoup plus)
    -ils cotisent aux alentours de 10 %, contre environ 6 % pour le régime général
    - ils sont indemnisés 8 mois en cas de chômage, contre 2 ans pour le régime général.

    Gros gros privilèges...

    Voilà, désolée pour le pavé, j'ai essayé d'être exhaustive sur le sujet :flappie:
     
    #6 Apaloosa, 4 mars 2014
    Dernière édition: 4 mars 2014
  7. Pix_Elle

    Pix_Elle
    Expand Collapse

    Moi aussi je suis intermittente,

    Et ce changement de statut c'est de la connerie, de plus, il faut savoir que l'Etat veux réduire ses dépenses, soit, mais ce qu'il faut dire c'est que la caisse des intermittents n'est pas déficitaire, donc au final on ramène plus d'argent que ce qu'on coûte à l'état, donc le trou du chômage etc... c'est pas nous (cqfd)

    de plus ce statut permet à des personnes dans le métier du cinéma, du théatre etc... de subsister quand ils n'ont pas de contrats, car oui les métiers d'arts c'est beau mais c'est précaire... alors que les gens qui me disent "oh mais en fait tu profite du système, t'es une assistée "lol" etc... Bah non pas "lol", parce que moi je n'ai pas comme vous un travail stable qui me permet de ramener un salaire fixe tout les mois, des fois j'en chie et si je n'avais pas ces allocations je serai à la rue...
    maintenant j'ai une situation qui tend à se stabiliser car je bosse dans un studio (et je ne touche pas d'allocs car je travaille) mais je continue de cotiser grace a mon boulot pour la "caisse intermittente" ce qui permettra à d'autres de s'en sortir
    c'est un système solidaire mais ça personne le dit , tout le monde à l'impression qu'on pioche dans l'argent du contribuable pour rien foutre mais c'est faux.

    Et aussi ça arrange bien les boites qu'on bosse comme ça parceque au final on a des "missions" mais le mec peut te promettre de te garder 2 mois mais si au bout de 5 jours il change d'avis bah hop, il te signe ton contrat, te file tes sous, et t'es a nouveau demandeur d'emploi,
    Intermittent c'est bien ce que ça veut dire, on bosse pas intermittence mais c'est pas notre choix, voila !!!
     
  8. Pix_Elle

    Pix_Elle
    Expand Collapse

    Merci Apaloosa :d

    sinon autre chose,
    les gens ont tendance à croire que les intermittents c'est juste le théâtre et les artistes, mais ça rassemble bien plus de métiers :
    preneurs de sons, musiciens, monteurs, costumes, maquilleurs que ce soit pour le théâtre et la TV... mais aussi les infographistes (comme moi) qui bossent pour les grands de la pub ou chaines télé (qui eux ne sont pas intermittents) et nous ont est les petites mains derrières vos dessins animés,vos publicités, vos émissions de télé, vos reportages, vos films, vos spectacles etc...

    en fait ça regroupe un tas de métiers d'art et d'audiovisuel qui font qu'en fait nous sommes presque partout mais que bon on sert à rien et on se touche apparement
     
  9. Brunette_

    Brunette_
    Expand Collapse
    En mode (Disciple) Ninja hyperactive \o/

     Oh purée, bien dit! Paillettes sur toi! :paillettes:
     
  10. Pix_Elle

    Pix_Elle
    Expand Collapse

  11. Lennyy

    Lennyy
    Expand Collapse

    Je n'aurais pas mieux dit.
    Il est difficile de prévoir des situations avec Monsieur, qui peut se retrouver à devoir travailler n'importe quand.
    Surtout quand il enchaîne les doubles piges et dort à peine deux heures sur trois jours.

    Mais c'est vrai, les allocations sont de trop :stare:
     
  12. Miawou

    Miawou
    Expand Collapse

    Même Laurence Parisot est contre... c'est dire!


    Plus sérieusement quand j'entends dire que intermittent "c'est la planque" j'ai un peu envie de leur proposer de quitter leur boulot pour essayer d'avoir le statut pour voir...
    On a justement la chance en France d'avoir ce régime qui permet aux artistes d'être rémunérés pendant les longues heures de répétition, qui permet aux techniciens d'avoir de quoi vivre si jamais y a des mois plus creux... Et ce statut permet d'avoir de nombreux festivals, de nombreux théâtres et structures culturelles ouvertes...

    Alors oui y a des abus, surtout dans l'audiovisuel et la radio, mais ces abus ne sont pas le fait des intermittents, si TF1 décide de déclarer ses femmes de ménages comme intermittentes, c'est quand même pas la faute des intermittents...


    D'ailleurs dans plusieurs villes de France, une nouvelle marche est organisée le 12 mars!
     
Chargement...