Évanouissement collectif devant un H&M

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Josephine, le 26 septembre 2012.

  1. Josephine

    Josephine
    Expand Collapse

  2. Hannah Mc Kay

    Hannah Mc Kay
    Expand Collapse
    I was thinking I would keep waiting for life to get easier. You know, lower stakes, less risk, easier. And I was thinking, maybe it doesn't. Maybe the struggle, the climb, one obstacle after another... maybe that's just life.

    Campagne choc qui, je l'espère, fera prendre conscience aux consommateurs qu'ils cautionnent involontairement ces conditions de travail déplorables..
     
  3. DolceVita

    DolceVita
    Expand Collapse
    home sweet home

    Merci d'en parler !
     
  4. Albany

    Albany
    Expand Collapse
    Mrs Gordon-Levitt

    Je suis allée faire un tour sur leur site et c'est vraiment choquant le salaire misérable que ces travailleuses gagnent.
     
  5. Sweet-Louisa

    Sweet-Louisa
    Expand Collapse
    Joyeuse et enjouée

    Zara c'est déjà assez cher, mais s'ils descendaient un peu leurs marges pharamineuses, ou si le prix était plus justifié par la qualité aussi ... Voilà c'était le coup de gueule zara !
    Elles sont fichtrement mal payé. Le truc c'est qu'il ne faudrait pas que les prix en boutique augmentent, mais que les marques descendent un peu leurs marges . Quand je vois qu'une entreprise comme France Arno vend une chaussure en solde à 16 €, qu'elle en coûtait 85 , et que su 16 € elle se fait encore de la marge c'est du foutage de gueule.

    Sinon la culpabilisation du consommateur, je suis pas pour à 100%. C'est vraiment aux industries de se bouger les fesses pour donner à ces femmes des conditions de travail meilleures, vu qu'elles sont en relation directe avec ces femmes. Il faudrait trouver un autre moyen que le culpabilisation pure et simple de la cliente.
     
  6. FlashForward

    FlashForward
    Expand Collapse
    Comme si j'étais le roi de la pomme de terre, J'envoie la purée!

    Mais c'est bien ce qui est dit dans l'article. Le but de cette campagne n'est pas de culpabiliser le consommateur, mais simplement de l'informer. L'informer sur les méthodes de production de ses vêtements, et l'informer sur les méthodes de "pression" qu'il pourrait exécuter pour que ça change => Non pas en arrêtant de consommer, mais simplement en en faisant la remarque directement aux industriels. Si tout le monde s'y met, si c'est médiatisé, on a alors les moyens de faire "plier" les entreprises. Au moins un peu. Pour redonner à ces femmes des conditions de travail décentes.


     
  7. Berlin_Est

    Berlin_Est
    Expand Collapse
    Et tu verras qu'un jour dans notre vie on nous illuminera.

    Et bien j'étais pas du tout au courant moi. Et pourtant je consomme énormément à H&M. j'espère que les marques réagiront, en tout cas ça me fait réfléchir à mon mode de consommation.

    ( et si Zara pouvait arrêter de se prendre pour une semi marque de luxe et d'avoir des prix exorbitant pour souvent des trucs hyper cheap ( 30€ un mini short en jean, sérieusement?) ce serait super sympa de leur part aussi)
     
  8. Josephine

    Josephine
    Expand Collapse

    Je pense que tu as mal compris ma formulation : 51$ c'est justement le salaire de base cambodgien, les ouvrières sont parfois payées moins que ça ! (sachant que les activistes réclament qu'elle touchent au moins 100$)
    Et ça ne représente pas beaucoup pour les patrons des grandes chaînes, qui eux ne vivent pas au Cambodge... :)
     
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Il est effectivement souhaitable de ne "pas tout ramener a notre echelle"

    Mais en l'occurrence, c'est toi qui le fait, pas Joséphine.

    Le smic est une notion très française qui n'existe quasi nul part ailleurs dans le monde. En Asie du sud-est où est délocalisée la production textile mondiale, c'est la loi de l'offre et de la demande qui fixe les salaires. Dans ces pays surpeuplés où les gens ne bénéficient d'aucune prestation sociale (chômage, rsa et compagnie), les patrons fixent librement le coût horaire du travail. Si tu veux bouffer, il faut travailler au prix que l'on te propose.

    Imagine ce cas de figure en France. 3 millions de chômeurs ne bénéficiant d'aucune aide et des patrons libres de fixer les salaires. Il ne faudrait pas longtemps pour que des millions de Français exerçant des métiers à faible valeur ajoutée se retrouvent payés quelques centaines d'euros à travail égal...

    On a d'ailleurs connu ça il n'y a pas si longtemps. Pour les détails, il suffit de lire ou relire les Rougon-Macquart de Zola. Tout y est...
     
  10. Albany

    Albany
    Expand Collapse
    Mrs Gordon-Levitt

    C'est sûr qu'il ne faut absolument pas comparer ça à notre SMIC à nous et ne pas se baser sur notre échelle.

    Je vous conseille d'aller regarder la vidéo sur leur site, c'est édifiant (et flippant !).

    Ils expliquent que sur un salaire de 60 $, les jeunes femmes en donnant une partie à leur famille pour qu'elle survive, en payant leur loyer (conditions misérables) et en ne pouvant absolument pas mettre de côté pour les coups durs, n'ont au final pour manger qu'un dollar par jour, avec des repas avoisinants les 500 calories alors qu'elles devraient en avoir pour au moins 2 000. Ce qui explique les évanouissements. Le Cambodge est un pays très pauvre mais on ne peut pas y vivre avec 1 dollar par jour. Il faudrait pour qu'elles vivent décemment (mais toujours chichement) qu'elles gagnent environ 150$/mois et les pauvres en sont loin surtout qu'une fois malades, l'entreprise ne les paye pas.

    Bref, en augmentant un peu les salaires, les grosses entreprises diminueraient (un tout petit) peu leurs marges mais permettraient à ces femmes de s'en sortir dans la vie ou même tout simplement de survivre avec leurs familles !
     
  11. EllaFitz

    EllaFitz
    Expand Collapse
    La valse des monstres

    Le problème du coup c'est : quels vêtements sont produits véritablement de manière "éthique", c'est-à-dire par des employés qui touchent un salaire moyen voire bon dans le pays où ils vivent ? (sans prendre en compte les autres sens du terme éthique ici).

    Moi j'en connais pas personnellement. Mais j'suis pas hyper documentée non plus sur la question hein, si des Madz ont des marques à me soumettre ça serait avec grand plaisir :flappie:.

    Du coup moi j'achète énormément vintage / Emmaüs, et petits créateurs quand c'est la fête dans mon compte en banque. Pour l'instant, c'est le seul moyen que j'ai trouvé.
     
  12. melanaka

    melanaka
    Expand Collapse

    c'est plutot les grands patrons qui devraient s'en mettre moins dans les poches, pas au consommateur de payer tout ca, dans un esprit "responsable"! j'ai travaillé chez h&m et je peux vous dire qu'en tant qu'employée on a déja 25% de remises sur les achats ce qui veux dire qu'il y a au moins 25% de bénéfices sur leur vetements mais il faut savoir que même lorsqu'on achete en achats perso, ils font de la marge quand même!
     
Chargement...