Féminisme et féminité ne sont pas incompatibles !

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 4 novembre 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    MayuraTama a BigUpé ce message
  2. Ildrynn

    Ildrynn
    Expand Collapse

    J'ai quand même du mal avec les attributs "féminins"... Mode, presse people et j'en passe... Mais c'est QUOI une fille féminine une fois pour toute, bordel ? Perso, je me maquille (presque) jamais, je porte un soutif une fois sur deux et je passe mon temps avec des chiens qui me maculent de boue en 30 secondes, pourtant j'embrasse mon genre féminin et n'en changerai pour rien au monde. Ca me révulse un peu de voir qu'on m'en "exclue" consciemment ou non, en glissant subtilement par ci par là qu'une fille féminine doit être "fraîche" "pimpante" "propre sur elle" "toujours éblouissante" "soucieuse de son apparence" et que, par conséquent, je suis destinée à rester un ersatz asexué.
     
    Meligood, JAK-STAT, Dame Andine cogite et 8 autres ont BigUpé ce message.
  3. MayuraTama

    MayuraTama
    Expand Collapse

    Je ne lis jamais cette "presse féminine" dans laquelle je ne me reconnais absolument pas. Elle instaure des standards de féminité absurdes, puis essaie de récupérer des causes...
    Sortir pas maquillée, être célibataire, avoir une tenue sortie à l'arrache de mon placard le matin, manger ce que je veux où je veux quand je veux sans faire attention, ne pas faire un 36... ne font pas de moi moins une femme que la "trentenaire pimpante à la pointe de la mode" souvent présentée dans ces magazines...

    Je suis féministe, je me sens féminine et ce n'est pas Grazzia qui va me faire changer de perception de moi-même. Je trouve ça vraiment dommage qu'une presse autant appréciée par les femmes et qui dit défendre la cause féministe mette une telle barrière entre féminité et féminisme... Ca n'aide pas du tout, mais vraiment pas.
     
    #3 MayuraTama, 4 novembre 2014
    Dernière édition: 4 novembre 2014
    Meligood, Nightfall, Thedreaming et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. Solstice

    Solstice
    Expand Collapse
    Il faut imaginer Sisyphe heureux.

    @yabloko :puppyeyes::puppyeyes: Dans mes bras ! :pelle: Je pense tout pareil. (Voilà c'est tout, juste parce que ça fait plaisir de lire ça. :halp:)


    En ce qui concerne l'article en lui-même (féminité et féminisme) je pense que c'est un peu comme tout : on peut apprécier quelque chose sans s'en sentir coupable (genre la presse people) mais à mes yeux ce qui reste archi-important quand on fait ça, c'est justement d'avoir le recul sur la chose, réfléchir sur la question. On peut adorer se maquiller tout en réfléchissant sur les injonctions sociétales qui vont avec, pour moi c'est une attitude assez saine à adopter en fait, justement car elle nous libère des injonctions intrinsèques à ce plaisir car on a su les identifier et du coup, elles sont plus facilement "neutralisables" si j'puis dire.
     
    katnissvsw, PousseMoussue, TheRealTryphon et 4 autres ont BigUpé ce message.
  5. yulia

    yulia
    Expand Collapse
    I'm still standing. YEAH YEAH YEEAAH !

    Grazzia se réveille d'un coma de combien d'années ?

    Attention, je suis bien contente que Grazzia se rende compte que le féminisme c'est nécessaire (droits humains powa), que plus on est nombreux plus on arrivera à faire bouger les choses et que le terme fait encore peur ce qui est problématique.

    Mais croire que personne avant eux n'avait conscience qu'on pouvait être féminine (et là chacun a sa propre définition) et féministe, ça me fait buguer.

    "On tirera la sonnette d'alarme en cas de crise et de retour des réac". Heu pourquoi parler au futur ? Il me semble que le retour des réac ne date pas d'hier ! Oui c'est pire en période de crise, mais on ne subit pas la crise depuis 15 jours seulement ! (Ouhou, les espagnoles ont failli devoir se mutiler au cintre/aiguille à tricoter, etc...).

    Pour ma part j'ai arrêté d'acheter des magazines féminins et je me contente avec joie de Madmoizelle et de mes vieux "20 ans" qui offrent des sujets légèrement plus variés que "C'est l'été, il faut baiser à mort et faire du 36, sinon tu crains." (Je ne dis pas qu'il ne faut s'intéresser qu'aux trucs sérieux hein, ces deux magazines ont bien démontré que l'humour n'est pas réservé aux hommes).
     
    katnissvsw, Thedreaming, PousseMoussue et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. Silure_

    Silure_
    Expand Collapse

    :worthy: Merci mille fois pour ce post !
     
  7. Pollok

    Pollok
    Expand Collapse

    Cet article est vraiment génial, parfait. Merci Marie.Charlotte! :cupidon:
     
  8. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    Personnellement quand je trouve un Grazia ou Femina aux chiottes (oui, c'est le seul endroit de ma maison où je trouve parfois des numéros de presse féminine) je m'amuse à écrire des commentaires, des notes, et à relever tout les clichés sexistes, homophobes ou autre dedans.
    Et je m'amusais sur les pubs aussi. Genre comme ça :
    1391727_613787932002883_88818331_n.jpg
     
    milla-tamtam, Ildrynn, Bear et 5 autres ont BigUpé ce message.
  9. Lady Von Duck

    Lady Von Duck
    Expand Collapse
    Blame It On The Boogie

    Sémantiquement cette phrase m'a fait tiquer
    "La nouvelle féministe a le droit d’être féminine, pas forcément tournée vers la théorie, mais ça n’en fait pas une potiche pour autant. Et surtout, Emma Watson a tapé juste : 71 % des Français veulent faire cette révolution « en alliance avec les hommes"
    Première partie : la femme féministe a le droit d'être féminine
    Deuxième partie : et surtout de faire alliance avec les hommes

    Sous entendu quoi ? Les (anciennes ?) féministes pas "féminines" sont les ennemies des hommes ?
    J'ai eu l'impression de lire le texte d'une personne qui se dit féministe mais qui a intégré tous les clichés dénigrant le féminisme comme des vérités, et qui du coup veut revendiquer tout en se distanciant du mouvement au lieu de s'y intégrer.
     
    Irideae et Junie Bean ont BigUpé.
  10. Thedreaming

    Thedreaming
    Expand Collapse

    C'est ce que je fais aussi !!! :hugs:
     
    katnissvsw et PousseMoussue ont BigUpé.
  11. Coronille

    Coronille
    Expand Collapse
    Parfois, l'herbe est plus verte chez toi, j't'assure.

    J'ai toujours trouvé débile les clichés de l'homme qui ne doit pas pleurer, de l'homme fort qui doit protéger la femme faible, alors que les femmes ont une espérance de vie plus longue (donc robustes) et stockent du gras pour les périodes dures (style froid polaire de l'ère de croc magnon t'as vu).
    J'ai toujours trouvé débile qu'on accorde l'étiquette rose pour le féminin et le bleu pour le masculin, j'adorais le vert étant gosse, et j'adore toujours autant.
    J'ai toujours trouvé débile qu'une bande de filles dans la cour de récré décide à ma place du jeu auquel on joue toutes ensemble, tout comme une bande de mecs refuse que je joue au foot avec eux. C'est sympa de courir derrière un ballon, j'adore courir. Et à l'époque, j'avais pas de seins, juste les cheveux un peu plus longs qu'eux.
    J'ai toujours trouvé rabaissant que les garçons du collège veuillent reluquer mes seins qui avaient poussé trop vite en me demandant de leur montrer, alors qu'il ne me serait jamais venu à l'idée de leur demander de montrer leur bite. J'ai toujours trouvé encore plus débile que certains soumis mâles au sein des clans garçons se fassent insulter, mais en plus, osent insulter des faibles ou des filles.
    J'ai toujours trouvé débile cette hiérarchie animale, le mâle alpha et sa femelle bêta-sse.
    Nous ne sommes pas QUE des animaux, nous savons que chaque être vivant est doté de conscience, a un ressenti, de l'esprit, et j'en passe et des données évidentes de conscience ressenti existence, toussa toussa.
    Donc, pourquoi, réduirait-on la femme au rang d'objet ? Pourquoi un homme saint d'esprit n'aurait pas le droit de pleurer, de ressentir ? o0
    Alors qu'à 50/50 il faut un ovule et un spermatozoïde pour créer soit un homme soit une femme.
    Expliquez moi la logique intersidérale : si un être vivant est né de deux êtres de sexe différent, si l'homme est surpuissant, et la femme sous-merde, de la surpuissante et de la sous-merde ça fait quoi ? Un mâle surpuissant ou une femelle merdique ?
    Hein ?
    Non, nous sommes des êtres géniaux, hommes comme femmes, et en nous unissant par le fruit d'un amour partagé, nous recréons de petits êtres géniaux. Voilà voilà.
    Je suis niaiseuse à souhait.
    Mais j'ai toujours considéré le garçon comme la fille, et l'homme comme la femme, égaux, avec leurs similitudes et leurs différences. Est-ce qu'une prise électrique mâle fonctionne mieux qu'une prise électrique femelle ?! Non ? Bah voilà. Elles sont différentes mais elles fonctionnent, épicétout.
    Le féminisme est juste venu jusqu'à moi pour me dire, hé, j'ai des mots à mettre sur tes ressentis profonds bafoués par la société.
     
    JAK-STAT et Thedreaming ont BigUpé.
  12. JennSykes

    JennSykes
    Expand Collapse
    "Meow" - Citation de chat, date inconnue

    Personnellement, j'ai été élevé dans l'optique qu'une femme ne doit dépendre de qui que ce soit. C'est vraiment la notion d'indépendance qui prédomine. En grandissant, ma vision des choses a encore évolué.
    J'ai rencontré du monde et j'ai pu observer ces gens, et chercher à comprendre pourquoi ils pensaient de telle ou telle manière. Au même moment, je suis passé d'un style très classique et passe partout, à quelque chose de plus affirmé, ce que d'autres appellent plus "féminin". Quoi que pour certaines, je reste encore très garçon manqué semble-t-il.

    Pourtant, j'aime des "trucs de filles": j'aime le parfum, je prends soin de mes cheveux, mais à côté de ça, je ne sors plus sans mes Dr Martens et mon sac bandoulière en cuir qui appartenait à mon père.
    Ma façon de voir le Féminisme a donc forcément beaucoup évolué. Avant je partais du principe que la gent masculine n'était pas nécessaire, et puis je me suis rendu compte à force, que de toute façon à la base de la base, nous sommes identiques. Ce n'est qu'une histoire de chromosomes. Et que donc, nous devrions pouvoir faire les mêmes choses aussi bien Hommes que Femmes, avoir les mêmes droits sans que cela ne pose problème à qui que ce soit.
     
Chargement...