Féminisme, militantisme et pédagogie, un équilibre délicat

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 4 août 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Galaadina

    Galaadina
    Expand Collapse

    Je ne réagis pas directement sur l'article mais voulais juste remercier @marie.charlotte pour sa production à la fois abondante ET très bien écrite/pédagogique/de qualité.

    :fleur:
     
  3. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Oh, you :red: :bouquet: <3 :unicorn:

    Merci :red: :red: :red:
     
  4. clarybulle

    clarybulle
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    @Marie.Charlotte je suis toujours très impressionnée par tes articles sur le féminisme, ils sont très bien expliqués et ce que tu dis concernant les WAF et les moqueries dont elles ont fait l'objet est vraiment pertinent. On pense que c'est OK de les rabaisser parce qu'elles seraient stupides, alors que c'est avant tout une absence de connaissance du féminisme (et ce ne sont pas les seules malheureusement). C'est déjà irrespectueux de les traiter comme ça, mais en plus ça ne fait rien avancer et ça les conforte dans leur idée que le féminisme serait néfaste. Donc juste pour ce paragraphe l'article est super :) <3

    Sinon je réagis juste sur ça:

    Et la tentation est grande de répondre à un argument « bingo » de type « mais tous les hommes ne sont pas mauvais ! » par un mème ou un gif qui roule des yeux.

    Mais ces réactions ne font pas avancer la cause. Renvoyer une personne à son ignorance ou lui répondre avec mépris (comme si elle n’était pas capable de comprendre, comme si elle était nécessairement responsable de son ignorance, ce qui n’est pas le cas de tout le monde), ces comportements sont contre-productifs.


    En tant que féministe je pense qu'on a toutes notre lot quotidien du "bingo féministe", et je suis complètement d'accord avec toi sur le fait que ça ne mène à rien de traiter avec mépris la personne qui sort un argument "bingo". Mais dans un sens, je pense que parfois c'est compréhensible, quand on entend toujours les mêmes arguments qui ont été démontés sur des tonnes d'articles/blogs, quand on entend une personne sortir un tel argument sans prendre la peine de réfléchir ou de se documenter, ben... de s'énerver ou de rouler des yeux ^^ Je ne dis pas que c'est bien mais juste qu'on a tout-e-s nos limites et que ce genre de comportements est compréhensible... mais pas excusable !

    Voilà maintenant que j'ai fait ma casse-pieds je m'en vais :shifty:
     
  5. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    @pikanyan Merci ! :fleur: 

    Et je suis d'accord avec toi : je comprends la réaction de certaines militantes, bien sûr. 

    Au 12 657ème qui vient me dire "vous les féministes", j'ai surtout envie de lui péter le nez avant même d'écouter la fin de sa phrase. 

    Mais comme tu l'as dit, si c'est compréhensible, ce n'est pas excusable. 

    Les jours où je n'ai vraiment aucune patience, bah je me mets « sur messagerie » : je ne réponds pas aux sollicitations (cyber ou IRL), je ne réagis pas à des propos sexistes, je laisse filer. Surtout si le propos me touche directement, parce que je sais que je vais réagir sur le coup de l'émotion et que je ne vais accomplir qu'une chose : m'énerver encore plus. 

    Ce n'est absolument pas un conseil, c'est juste ma façon perso de gérer la frustration... (et il n'est pas dit que "laisser couler" est forcément plus productif que de réagir sans patience... :dunno: )
     
  6. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai l'impression que vous infantilisez votre lectorat en mode "vous êtes trop stupides ou pas assez informéEs pour comprendre " surtout que comme tu dis, vous mettez des liens explicatifs dans cette partie:"Elle implique, souvent, de passer à côté de problématiques trop difficiles à vulgariser, ou trop délicates à traiter par notre équipe.".
    J'ai l'impression que le but ultime de certaines féministes, c'est de trouver des alliéEs mais la lutte se fera avec ou sans elleux et que ça risque très fort d'aller vers le populisme. D'ailleurs dans la BD, elle s'attaque aux clichés sur le féministe (sachant qu'il y a des féministes qui y correspondent: perso, je suis poilue et je me suis sentie blessée mais bon je devrais fermer ma gueule parce que c'est pour la bonne cause , c'est ça?Après tout, ça rapporte des allié(e)s.)
    Alors, oui, parfois,j'ai eu des embrouilles avec des militantes féministes mais on s'est expliqué et soit tout est rentré dans l'ordre ,chacun s'excuse la vie est belle ou soit j'ai laissé tombé car la discussion menait à nulle part tellement nos visions étaient trop divergentes.
    Les discussions avec des débutants en général se passe bien sauf avec certainEs mais en général, illes étaient vraiment de mauvaise foi.
     
  7. Y.

    Y.
    Expand Collapse

    @Marie.Charlotte : dans l'idée, je suis complètement d'accord avec ton article. Quand on passe pas mal de temps sur des blogs féministes ou anti-discriminations en tous genres, effectivement, les coups de gueule et les indignations permanents finissent par mettre une ambiance assez pénible, et on finit par se dire que ce serait plus productif de laisser passer quelques "broutilles" de temps en temps au lieu de s'énerver, pour ne pas faire peur à tout le monde et être plus efficace point de vue pédagogie. C'est vrai.

    Seulement... des fois, on se demande un peu aussi où doit être la limite. Parce que c'est très dur de faire la différence entre une personne qui a réellement envie d'affiner ses positions sur le féminisme (ou toute autre cause), et une personne qui n'a absolument pas envie de se renseigner et qui tient à camper sur son sexisme. Et c'est vrai que des fois, comme le disent @DestyNova et @pikanyan, ça devient très dur d'avoir une autre réaction que "MAIS TU PEUX PAS PASSER 5 MINUTES SUR WIKIPEDIA B**DEL ?". Peut-être pas très productif, mais des fois c'est vraiment, mais alors vraiment dur de résister.

    J'ai aussi un tout petit doute sur le fait de diffuser une BD même quand on lui trouve des détails douteux, comme le coup de la femme noire et de la femme blanche. Ce n'est pas une question de "perfection" (personnellement, j'adore Buffy malgré le fait que ce n'est franchement pas une série irréprochable point de vue féminisme). C'est que le risque, c'est de hiérarchiser les discriminations, genre "le sexisme c'est super grave donc on va vous éduquer, par contre le racisme on ne va pas en faire tout un foin, donc si notre BD féministe a un message raciste, bah c'est pas la mort". Je ne dis pas qu'il faille forcément monter au créneau contre la BD en question, mais pour les féministes blanches, ça vaut peut-être la peine de se demander comment elles y réagiraient si elles étaient noires : est-ce qu'elles passeraient outre le côté douteux du message, ou est-ce qu'elles le considèreraient comme un détail ?
     
  8. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    @Y. 

    Je ne pense pas que les défauts de la BD soient des détails. 

    Non, le cliché femme noire/excision vs femme blanche/« problèmes de riches » est loin d'être un détail. 

    On peut très bien pointer ces problèmes et les expliquer sans pour autant invalider toute la BD, dont le but n'est pas d'aborder le féminisme de manière rigoureuse et exhaustive, mais de rendre son intérêt accessible à celles et ceux qui n'en voient pas l'intérêt. 

    Cette BD en particulier prend des « gros » exemples, dont certains sont caricaturaux : mais celles et ceux qui sont sensibles à ces problèmes n'ont pas besoin de cette BD. 


    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !


    Si un contact venait m'en parler en me disant « j'ai vu passer ça, mais je sais pas, y a des trucs qui me gênent, j'arrive pas à mettre le doigt dessus », je n'hésiterai pas à engager le dialogue avec elle/lui. 

    Pour répondre à ta question « où doit être la limite », à mon avis très humble, c'est à voir au cas par cas. Chacun milite à son échelle, selon ses moyens (et j'inclus la patience, qui découle aussi des expériences individuelles).

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Si pour entrer dans le féminisme, certains passent par cette BD, je considère que c'est positif. Ce qui ne veut pas dire que ça y est, le job est fait. C'est juste ce que c'est : un point d'entrée.

    Quand on part d'un mouvement de « femmes contre le féminisme », arriver à un point d'entrée dans le féminisme c'est déjà un progrès ! ;)
     
  9. Y.

    Y.
    Expand Collapse

    Oui, c'est vrai.

    Disons que mon inquiétude vient plutôt du fait que parfois, certains mouvements peuvent faire preuve d'un gros manque d'empathie pour toutes les questions qui ne les concernent pas, et certaines féministes blanches n'ont malheureusement plus à faire la preuve de leur racisme ou de leur homophobie, donc cela vaut-il la peine de risquer de contribuer à ce contexte (normaliser les blagues ou commentaires racistes/homophobes/etc.) pour faire passer un message qui bénéficiera surtout aux femmes blanches hétéro ?

    Ce qui n'est certainement pas pour dire que cette BD (ou tout autre du même genre) n'a aucune valeur et devrait être brûlée. Je me disais simplement qu'il pouvait aussi être utile d'insister sur le fait que lorsqu'un discours est productif niveau sexisme mais contre-productif niveau racisme, par exemple, il vaut mieux y aller avec prudence. (ce qui n'est pas la même chose, d'ailleurs, que d'éviter de diffuser des messages dont on sait qu'ils ne passeront pas, à mon avis ; là, je parle spécifiquement du fait de relayer des messages au contenu potentiellement problématique)

    Bref, c'est juste ma manière de dire que dans mon expérience, c'est un terrain vraiment miné... Et même si je trouve souvent dommage que certaines personnes montent au créneau un peu rapidement en ignorant la partie positive du message, lorsque les problèmes les concernent directement, je les comprends.


    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  10. GoldLion

    GoldLion
    Expand Collapse

    Je ne crois pas que ce soit de l'infantilisation non plus, puisqu'ils précisent que certains sujets peuvent être trop pointus pour leur équipe aussi. C'est juste que certaines choses sont sensibles, délicates et très complexes... Je pense notamment au voile et à la prostitution qui sont souvent des sujets bombe.

    Le truc des poils, c'est pour déconstruire un cliché qui entoure le féminisme, c'est le couteau entre les dents du communiste si je puis dire. Certaines peuvent y correspondre, mais c'est pour dire que le féminisme n'est pas représenté par un type de femme. Mais je comprend que celles qui y correspondent puisse mal le vivre au final.

    Perso j'ai déjà été prise de haut par certaines militantes, et ça les brise un peu. Parce qu'on a toutes notre vécu, on en est toutes à un certain point dans notre cheminement, on peut avoir des divergences, mais quand tu te prends une avalanche de mépris par des personnes qui pourtant sont certainement passéEs par la, ça soule.
       Pour parler de ce qui s'est passé dans cet exemple, je n'ai plus les même positions que celles que je défendais à ce moment, parce que parfois, même quand on est informéEs, on a besoin de temps pour y penser, assimiler les informations et en tirer un avis. Qui ne sera pas forcément celui des autres. Mais dans ce cas ce n'est pas grâce à cet échange qui m'a complétement fermé sur le sujet pendant un bon moment que j'ai changé d'avis, mais grâce à des articles. (du genre si la on me donnait un "cookie", ça aurait tendance à m'agacer :d)
       Donc la mauvaise foi, peut-être pour les cas qui t'ont concerné mais parfois certaines militantes tapent dans le mauvais camp.
     
    #10 GoldLion, 5 août 2014
    Dernière édition: 5 août 2014
  11. LilyCissa

    LilyCissa
    Expand Collapse

    Excellent article ! J'ignorais tout de ce nouveau courant féministe (ou anti-sexiste, si ce mot leur fait moins peur) contre les féministes. Enfin, certain(e)s.

    Je pense qu'il faudrait surtout rappeler que ces dernières années (décennies ?), les courants féministes se sont construits parfois les uns contre les autres, et que toutes les féministes ne sont pas d'accord, que ce soit sur le fond ou la forme.

    Seulement, quand quelqu'un balance "Quoi ? t'es féministe ?" ou "J'aime pas les féministes." comme si c'était une insulte, ça ne donne pas envie d'être patient avec. De même, on n'a pas forcément envie d'être pédagogue 24h/7. Dans ce cas... autant ne pas répondre, plutôt que de se mettre à hurler.

    J'ai hurlé. J'ai perdu mon calme quand, après avoir pointé non sans condescendance, qu'on était dans la 'minute sexiste' de la soirée, on m'a sorti que j'avais pas d'humour et que les féministes se fatiguaient pour rien parce que l'égalité est là. Finalement, je me suis rendue compte qu'une fois qu'on a défini le terme 'féminisme', et précisé que les féministes n'étaient pas un groupe uniforme où tout le monde a les mêmes idées, cette personne a compris et tout est rentré dans l'ordre.

    Sur Facebook, il m'est arrivé de perdre mon calme et d'être un peu trop "lapidaire", comme a dit une de mes contact. Oui, sûrement. Parce que ça me paraît évident, ou que je ne supporte pas qu'on trolle ou qu'on ironise sur des souffrances qui sont réelles. Toutes les femmes ne les vivent pas ? Tant mieux ! Mais on ne peut nier que certaines les vivent.

    Je pense être un peu plus diplomate maintenant, ne serait-ce qu'en sachant définir tout de suite où est le problème.
    1. La personne ignore ce qu'est le féminisme.
    2. La personne assimile toutes les féministes à un seul courant féministe, ce qui est réducteur.
    3. La personne ne voit pas ce qui a de blessant ou d'insultant dans ce qu'elle fait ou dit.

    Très peu de gens - mais quelques uns - ont fini par me dire qu'ils étaient contre le féminisme parce que l'égalité entre deux sexes différents est par définition impossible et que l'homme sera toujours le plus fort. Bon ok, là y'a plus besoin de discuter... Mais c'est tout de même assez rare.

    En prenant le temps de parler avec des personnes qui se disent 'contre le féminisme', on peut en faire des allié(e)s. Alors, il ne faut pas se décourager ! Ni perdre notre sang-froid ! (même si parfois c'est dur, je sais.)
     
  12. kittendarkness

    kittendarkness
    Expand Collapse
    NutellAddict

    Je suis désolée mais étant moi même assez anti féminisme (au sens militant beauvoirien du terme j'entends, pas l'idée que des femmes qui sont maltraitées me plaise bien sur) je trouve cet article un peu sectaire car il affirme clairement que les femmes qui disent ne pas avoir besoin du féminisme (du moins de cette chose qui s'appelle le féminisme) ou qui sont contre manquent d'informations et mériteraient plutôt de comprendre les enjeux etc pour adhérer.. Comme si c'était l'évidence que donc, à défaut de métier le mépris, les femmes et les filles de ce forum également qui ne sont pas féministes ont juste loupé un truc?... Je me permet de dire que pour ma part être anti féminisme est une position mûrement aboutie sur plusieurs années d'observations de la société, de mon entourage et de moi même, (avant j'étais féministe, du moins ce que je croyais être le féminisme) et il m'apparaît clairement que vouloir été une guerrière solitaire qui préfère militer pour l'avortement à la chaîne et la féminisation des noms de métier plutôt que de se risquer à critiquer l'excision (par exemple) de peur de froisser une certaine complaisance gauchiste et revendiquer l'affranchissement du besoin des hommes, pour se retrouver dans une société qui tend à nier l'altérité et à transformé les jeunes filles en dépravées qui a défaut d'être "libre" sexuellement se retrouvent "obligées" de répondre à un "cahier des charges sexuel" et parlent (notamment ici même avec la rubrique josee l'obsédée) de sexe comme des routier avec tout un jargon et autant de passion et de spontanéité (bah non la spontanéité c'est mal le sexe c'est la "communication" maintenant!) qu'un réverbère en traitant les hommes qui elles n'aimaient pas qu'ils les traitent, je dis non. Alors navrée si je froisse certaines, ce n'est pas mon but, et navrée également si ce commentaire m'exclure de la mentalité de "mademoizelle.com", mais c'est mon opinion. Peut-être qu'elle sera comprise qui sait..
     
Chargement...