Question (pas si) con Freud et le féminisme

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par Caroushka, le 5 mai 2016.

  1. Caroushka

    Caroushka
    Expand Collapse
    Guest

    Bonjour :lunette:

    Depuis quelque temps, je me pose la question de mon rapport à la psychanalyse et aux théories de Freud. J'ai été élevée par une mère assez portée sur la chose (patiente depuis longtemps et très intéressée par la pratique), pas mal de gens dans mon entourage ont vu des psys de diverses orientations et certain.e.s en voient encore. Je n'ai personnellement qu'une toute petite expérience de patiente donc mon questionnement ne se base pas là-dessus.

    J'ai longtemps cru que les psys détenaient la vérité ultime, que tout pouvait se régler grâce à une bonne thérapie et que celleux qui allaient voir d'autres types de psys avaient tout simplement peur de se poser des questions.
    Et puis, je suis un peu sortie du cercle familial, j'ai rencontré des gens, je suis progressivement devenue féministe, j'ai passé énormément de temps sur internet à lire des articles en tout genres et j'ai découvert qu'un certain nombre de personnes concernées (notamment LGBT+ et tout le spectre de la neurodiversité) témoignaient de la violence des théories freudiennes, de leur aspect problématique sur bien des points et de leur partialité.
    Je savais, bien entendu, que beaucoup de gens méprisaient toutes les formes de ces sciences inexactes, mais les arguments que j'avais entendus n'allaient pas plus loin que "c'est des conneries tout ça" et je n'y prêtais donc pas trop attention.
    En revanche, les arguments portés par celleux que j'appellerais les concerné.e.s (ayant le combo blanche-hétéro-cis-valide, je ne me mets pas mon expérience au même niveau que des personnes qui vivent des oppressions multiples) m'ont réellement ouvert les yeux.

    Je n'ai des théories psychanalitiques qu'une connaissance superficielle, et c'est peut-être ce qui me fait me poser des questions, mais l'impression que j'en ai, c'est que le tout est quand même fortement imbibé de sexisme et de toutes les –phobies possibles. Tout ce qui n'est pas l'homme cis hétérosexuel est écrasé. Ajoutons à cela que Freud était, chez moi, vu comme le créateur-qui-a-raison, une sorte de gourou impossible à remettre en question, et nous avons quelque chose de fort douteux.

    Du coup, j'aimerais beaucoup avoir vos avis, que vous soyez patient.e, étudiant.e, praticien.ne ou autre.

    Est-ce que vous pensez que l'on peut être féministe inclusi.f.ve ET accorder du crédit à la psychanalyse ou ces deux mondes sont-ils séparés ?
    J'aimerais savoir comment la psychanalyse est enseignée actuellement. Est-ce que Freud est remis en question dans l'enseignement et la pratique ? Si oui, comment et qu'en pensent les étudiant.e.s ?
    Existe-t-il des pratiques qui reconnaissent les différentes sexualités, la conception sociale du genre et qui ne soient pas essentialisantes ?
    Y-a-t-il une "doctrine" psychanalytique ou tout est-il laissé à l'appréciation et aux convictions de chaque praticien ?
    Est-ce que, au fond, la psychanalyse, c'est comme la religion, une question de foi ?

    Je précise que mes questions ne sont pas une charge contre la psychanalyse, et que s'il y a des psys dans l'assistance, je serais ravie d'avoir leurs avis sur leur pratique. Comme je l'ai dit, je suis actuellement le cul entre deux chaises à essayer de concilier ce que j'ai toujours cru vrai (la psychanalyse) avec la réalité de la vie et de mes convictions.

    Si vous avez des articles, des livres ou autres qui ont été éclairants pour vous, je suis toute ouïe !
     
    Allitché, LuluDesBois, Giacomo et 4 autres ont BigUpé ce message.
  2. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Pour ta question sur les études : rares sont les facs où on étudie sérieusement Freud (surtout Hors-france), et les profs parlent de Freud à la psychologie comme de l'astrologie à l'astronomie: c'est sympa à savoir pour comprendre d'où on est partis, mais on insiste pas sur le sujet. On passe quelques heures dessus en mode "histoire de la psychologie", et on passe vite aux approches modernes (TCC, psy cognitive, neurosciences, psy sociale, psy du développement, psy expérimentale...), parce que ça fait partie du code de déontologie des psychologues d'utiliser des méthodes et des théories valides, hors, la psychanalyse ne permet que très peu d'infirmer ou confirmer ses théories, ce n'est pas de la science. La psychanalyse couvre moins de 2% des publications scientifiques/expérimentales de psychologie ;)
    Mais la psychanalyse à d'autre auteurs que Freud hein, les psychanalystes ont avancés sur plein de questions et ne sont pas restés coincés au début du XXe ^^
     
    #2 Lunafey, 5 mai 2016
    Dernière édition: 7 mai 2016
    Allitché, LuluDesBois, Caroushka et 4 autres ont BigUpé ce message.
  3. Nyu_

    Nyu_
    Expand Collapse

    @Lunafey Tristement dans ma fac ce n'est pas le cas.. Le point de vue Freudien ou même néo-Freudien est enseigné comme étant ce qui est appliqué, ce qui est valable, aucun autre point de vue sur les théories valables et encore moins sur les critiques. Pour te dire, le seul cours sur les TCC a été supprimé cette année de l'enseignement en première année ( et ne semble apparaître nulle part en L2, ni L3).

    ~

    Sinon @Caroushka , concernant la psychanalyse, je pense tout n'est pas à jeter (exemple : thérapie par la parole, verbalisation), mais à mon sens le paradigme Freudien a sa place en cours de littérature, en introduction à la discipline, c'est tout..
    Si tu veux t'informer concernant des critiques constructives faites contre la psychanalyse (surtout la vision Freudienne et ceux qui en sont proches/en découlent.), le livre noir de la psychanalyse (Catherine Meyer) est pas mal du tout.
    Aperçu ici : http://www.cairn.info/revue-francaise-de-psychanalyse-2006-2-page-571.htm

    J'ai clairement pas la foi de le développer ici, je rage assez quand j'entends les stupidités en cours et en relisant mes cours pour les partiels.. Je crains de faire une attaque si je m'étend sur le sujet. :cretin:
     
    Allitché, Caroushka et Growing Entish ont BigUpé ce message.
  4. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Nyu_ a BigUpé ce message
  5. Nyu_

    Nyu_
    Expand Collapse

    #5 Nyu_, 7 mai 2016
    Dernière édition: 7 mai 2016
    Allitché, PousseMoussue et Lunafey ont BigUpé ce message.
  6. Nyu_

    Nyu_
    Expand Collapse

    Effectivement les idées freudiennes/psychanalytiques sont incroyablement ancrée dans l'imaginaire commun :
    Cf : Complexe d'oedipe (comme tu l'as dit), l'idée qu'il ne faut pas materner trop son enfant en bas-âge sinon il ne pourra pas s'épanouir et donc qu'il faut le laisser pleurer, ne pas le prendre dans les bras trop longtemps par exemple.. (cf : Article référencé intéressant sur la question )

    Le souci est que la psychanalyse, les sociétés et groupes autour de cette pratique, sont très ancrés dans la société Française et sont en général intouchables. Ils marchent quasiment en indépendance vis-à-vis de l'Etat, résultat personne n'a un droit de regard sur les pratiques et surtout sur la validité scientifique de la méthode. Faut rappeler aussi qu'on devient psychanalyse au sein de groupe de psychanalystes et après avoir été suivi en psychanalyse, ce "diplôme" n'est pas reconnu par l'Etat mais il est reconnu par les groupes de Société de Psychanalyse et la population.. :stare: Article référencé sur le pouvoir et l'immunité de la Psychanalyse L'emprise sur les médias

    Je n'ai pas vraiment l'impression qu'il y ait de consensus inter-université concernant le parcours de Psychologie et donc tout simplement le cadre et les limites de la discipline..
    Il y a eu une tentative pour exclure les enseignements de psychanalyse vers 2013 (impossible de retrouver de trace de la réforme sur internet) mais ça n'a pas abouti, petit lien de média-part pour résumer un peu tout ça..

    Tout ça pour dire que les langues commencent à se délayer, les critiques apparaissent.. Mais ça reste très compliqué de se détacher de la psychanalyse, de ses influences au sein de notre société :gonk:
     
    Allitché et Caroushka ont BigUpé.
Chargement...