J'ai 16 ans et je suis (quasiment) indépendante #2 — Vos questions

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 3 octobre 2014.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

    Éh béh ! A titre personnel je trouve que ces réponses dénotent d'une très belle maturité et d'une précision dans la réflexion que j'aurais bien aimé avoir à 16 ans tiens ! Longue vie à tes et vos projets, ils semblent entre de bonnes mains :P
     
  3. morrigan

    morrigan
    Expand Collapse
    Keep the smile Guest

    Y'a toujours des choses que j'ai du mal à comprendre, malgré ces explications. :hesite:

    Pour moi, tu n'es "indépendante" seulement parce que t'es parents le veulent bien. Parce qu'ils t'aident.

    Non, tout le monde n'a pas le choix. Toi tu as pu partir GRÂCE à tes parents. Personnellement, je ne peux pas partir de chez moi. Je n'ai pas le choix. Ma mère ne peut rien me payer, et je touche rien de la société, pas de bourses, pas d'APL, rien. Nada.

    Tant mieux pour toi si tu t'en es sortie, mais je reste perplexe sur l'indépendance à 16ans.
     
  4. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    @morrigan
    Techniquement, tu as le choix de décider de partir vivre sur les routes sans un sou en poche. Ou rester chez tes parents. :lalala:
     
  5. Kafkanorexia

    Kafkanorexia
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai un peu de mal avec la définition d'indépendance en elle-même. J'ai toujours la notion de liberté définie par Rousseau par rapport à l'indépendance. On parle carrément de liens coupés.
    Je pense qu'à cet âge-là, on pense surtout à la liberté (de tomber amoureux, de quitter le foyer familial...). Alors oui, on reste dépendant de plein de choses. Comme tu l'expliques, il y a des habitudes, des addictions (la cigarette, par exemple). Mais pour moi, ça va au-delà de la dépendance.
    Puis, je pense toujours à l'indépendance "par rapport" à quelque chose ou à quelqu'un. Or, tu es aidée. Ce n'est pas un reproche, mais pourtant, ça montre quand même qu'on reste toujours dépendant.
    Par exemple, je suis encore mineure et je vis encore chez ma mère, mais je peux me sentir indépendante concernant plusieurs sujets.

    Je sais que je pourrais partir dans un ou deux ans. Ma mère a un salaire de prof mais je pourrais bosser (ce que je fais déjà). Pourtant, je préfère rester encore à la maison. Pas pour le confort, mais pour plein d'autre choses. Pourtant, je me sens aussi autonome et indépendante.

    J'appellerai plus ça de l'émancipation ou de l'autonomie. Mais je me trompe peut-être.
     
    #5 Kafkanorexia, 3 octobre 2014
    Dernière édition par un modérateur: 3 octobre 2014
  6. Hawley

    Hawley
    Expand Collapse
    Retraitée sans scrupules

    @pinceau_ Je pense que c'est bien là la nuance que beaucoup n'avaient pas saisie avec le premier article : on a toujours le choix, ça veut dire que techniquement, c'est ça, on a toujours le choix.

    J'ai le choix de partir de chez moi sans le sou et de vivre sur mes économies si j'en ai, si je n'ai rien, mais vraiment rien, j'ai le choix de partir quand même et de vivre dans la rue. Si j'ai une personne à charge ou des gens qui vont avoir des problèmes si je les quitte, j'ai le choix de le faire quand même, de rejeter les conséquences morales : oui c'est méchant, mais c'est possible techniquement, il y a des gens qui le font. Le tout dans tout ça, c'est d'assumer les conséquences quelles qu'elles soient, et ça ne regarde que la personne qui "lâche tout".

    Ayant des amis qui ont tout lâché et vécu dans la misère la plus totale en toute connaissance de cause, je pense que tout le monde n'a pas le même niveau de confort requis pour être heureux (et je me demande d'où vient cette haine, s'ils ont envie, pourquoi pas ?).
     
  7. Lumiciole

    Lumiciole
    Expand Collapse

    J'aimais bien le premier article, mais je crains que de telles réponses n'apaisent en rien ses détracteurs, bien au contraire. Le fond est tout à fait intéressant et je partage globalement l'opinion de la madz, mais à mon avis, la forme laisse à désirer et ressemble trop à un règlement de comptes.

    Dans l'ensemble, les réponses manquent d'approfondissement, mais cela me gène moins dans la mesure où elles ont été écrites par une jeune personne (qui est déjà bien réfléchie pour son âge).

    Bonne continuation Margorambo. :fleur:
     
  8. Gressinni

    Gressinni
    Expand Collapse

    Je trouve ça un peu dur de qualifier le système scolaire français d'"inhumain" à cause des horaires... Il est loin d'être parfait, mais on ce n'est pas le bagne non plus niveau traitement et attentes horaires. Je comprends que chacun le vive différemment, et parfois tellement mal qu'il faille quitter l'école pour se remettre sur pied, mais inhumain par ses horaires, faut pas pousser mémé.
     
  9. MadmoiLue

    MadmoiLue
    Expand Collapse

    J'ai 16 ans aussi et je pense que c'est pas une mauvaise chose le fait que tu ne vives plus avec tes parents. Celles (et ceux) qui te pensent trop jeune ou quoi ont tord pour moi, on a chacun son chemin et toi tu fais le tien, reste sur ta lancée et bon courage pour la suite :rainbow:
     
  10. marion-perso

    marion-perso
    Expand Collapse
    Mieux vaut être une vieille moche tatouée, qu'une vieille moche tout court.

    Méga gros big-up pour ta partie sur l'indépendance financière :fleur:.

    J'ai 20 ans et je ne travaille pas. Je vis avec ma chérie qui subvient à nos besoins et je souffre parfois de dépendre d'elle financièrement. Je réfléchis à un projet professionnel pour espérer pouvoir, moi aussi, gagner de l'argent mais j'avoue que ton commentaire m'a fait me sentir mieux sur la notion d'indépendance. Oui pour moi aussi personne n'est réellement indépendant et je ne trouve pas ta réponse absurde loin de là.

    J'ai déjà eu des réflexions du style "et toi alors tu fais quoi ? Ah ba moi aussi je ferais du bénévolat si j'étais en couple avec une chef d'entreprise" qui m'ont mis bien mal à l'aise...
     
    #10 marion-perso, 3 octobre 2014
    Dernière édition: 3 octobre 2014
  11. Lynze

    Lynze
    Expand Collapse
    Paranoiac

    Je viens de lire le premier article et je tombe sur celui la... Qui comment dire, accentue beaucoup le côté cité par pas mal de madz, "rebel". Mais la n'est pas le sujet: pour moi c'est clairement un caprice que tu n'arrives pas à justifier, tu as décidé de vivre jeune dans une chambre avec ton copain, grand bien te fasse, mais alors l'article aurait pu, du, s'intitulé "mon choix soudain d'emménager avec mon copain à 16 ans". Cela aurait était, selon moi, plus judicieux.

    Après je ne considère pas cela comme de l'indépendance. L'indépendance, du moins la vision que j'en ai, c'est pouvoir s'assumer sans compter sur l'aide financière des autres" et donc forcement tes critères n'y sont pas..

    J'espère tout de même qu'à côté de ça tu as trouvé un petit boulot, parce que les cours par correspondance ne sont pas gratuits, j'imagine? et bien sur pour toutes vos dépenses diverses...

    En espérant tout de même pour toi que ce "choix" (que tu n'as malheureusement pas réussi à nous faire comprendre dans ton paragraphe "on a tous le choix" que je ne commenterais pas) ne sera pas une erreur pour toi par la suite, et que vos projets à ton copain et toi aboutissent sur quelque chose. Bonne chance
     
  12. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Ben oui, et d'ailleurs personne ne dit le contraire. :happy:
    Bêtement, le matin tu as le choix d'aller en cours/au boulot, ou de ne pas y aller. Si tu y vas, "tout va bien", si tu n'y vas pas, tu t'exposes à des conséquences plus ou moins négatives (louper un cours, te faire virer). Mais y'a personne avec un revolver sur ta tempe qui te "force" à y aller.

    Cela dit, moi quand je dis qu'on a "tous le choix", je m'adresse davantage aux gens qui ne sont pas satisfaits de leur vie telle qu'elle est, qui s'y sentent "prisonniers". Et qui vont avoir des tas de raisons plus ou moins figées pour dire "non mais je ne peux pas faire autrement". Effectivement on peut y perdre en confort, mais si c'est pour faire quelque chose qui épanouit davantage ?

    Je ne comprends pas ton "je ne comprends que ça puisse apporter un sentiment de liberté". :confused: J'ai envie de dire : qu'est-ce que la liberté ? :cretin: On la définit plus ou moins chacun comme on le sent je crois, non ? Le simple fait, pour moi, de faire ce que JE veux sans me sentir "obligée" de faire autre chose par une tierce personne, pour moi c'est une liberté totale.
     
Chargement...