J'ai testé pour vous... avoir de l'herpès génital

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Caliodë, le 15 mars 2013.

  1. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

  2. Pinkbassist3

    Pinkbassist3
    Expand Collapse

    Eh bah dis donc, j'en apprends beaucoup avec cet article. Ayant moi même de l'herpès labial depuis ma tendre enfance (merci ma nounou qui en avait et qui goutait mes plats avec ma cuillère avant de me les donner), j'ai toujours fait attention et je pensais tout savoir avec mon expérience, mais j'ignorais plein de choses apparemment

    . Pour moi, j'ai cru que ça restait à certaines zones seulement : j'en ai toujours eu sur la lèvre supérieure et à mon adolescence dans le nez (plus sexy, mais tellement plus douloureux), je pensais que me l'être refilée toute seule, en essuyant une goutte avec ma manche, qui avait surement frottée ma bouche avant (Je suis sexy, n'est-ce pas).

    Je savais qu'il existait de l'herpès occulaire, donc j'ai toujours fait gaffe à ne jamais toucher mes yeux en pleine crise, pareil pour l'appareil génital (je n'ai jamais rien eu à cet endroit là d'ailleurs, ma théorie de l'auto-transmission de zone est-elle réelle ?)

    Par contre, comme j'étais restée sur mes propres hypothèses et que je pensais ne rien avoir, je ne me suis pas protégée avec mes deux partenaires de longue date. Les deux n'ont jamais rien eu...

    Bref, tout ça pour dire que je lirais les deux liens bientôt, histoire d'être encore plus rassurée et de protéger les autres.
    Mais du coup, si tu veux en parler, tu as quelqu'un qui s'en trimballe depuis plus de 20 ans et je te jure qu'on peut vivre avec sans soucis :)
     
  3. Polly Maggoo

    Polly Maggoo
    Expand Collapse
    .

    Wow merci pour cet article super long et super intéressant !

    J'ai l'impression que quand on est très jeune (ado) on n'a peur que de deux choses : le Sida et une grossesse non désirée. Le reste, c'est limite si on est pas courant ! Puis en grandissant et en "découvrant la vie" (en découvrant le sexe quoi) on prend conscience de toutes ces infections, certes pas aussi graves mais sérieuses quand même, et surtout hyper répandues et hyper relous ! On prend conscience aussi qu'on peut penser être "clean" car sans symptômes et au moindre test on découvre qu'on a une maladie surprise logée dans "les parties" et qu'on est susceptible de la refiler. Qui va se protéger à vie avec son partenaire régulier à cause d'un herpes qui pousse tous les 6 mois ? Qui va utiliser des capotes ou autres protections chelous pour les préliminaires ? Moi j'ai régulièrement des boutons de fièvres sur la gueule, je ne vais pas ne plus jamais rouler de pelles de ma vie parce que le risque de transmission existe en dehors des poussées :lol: Comme l'explique le dernier médecin que tu as vu, il faut vivre avec ces risques. ET aller voir son médecin régulièrement pour supprimer les symptômes rapidement afin de minimiser les transmissions et surtout traiter les infections qui pourraient devenir graves.

    Eh sinon @Caliode j'ai une question :shifty:

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  4. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Je réponds pour moi, mais en arrivant à Lyon je n'avais pas de gynéco attitrée et j'ai dû avoir un rendez-vous un peu vite la première fois donc je suis passée par le Planning Familial. Ensuite comme ça se passait bien j'y suis toujours retournée même pour mes consultations "de routine", sans souci, on ne m'a jamais dit "Non, il faut aller voir un-e autre gynéco pour vos check-ups" donc je pense que tu peux tout à fait t'adresser à eux !
     
  5. Apaloosa

    Apaloosa
    Expand Collapse

    Franchement, je te trouve très forte, une de mes meilleures amies a de l'herpès (chopé également lors d'une relation protégée...), et elle le vit très difficilement. Ca fait huit mois maintenant, et elle a des poussées toutes les 2-3 semaines (depuis quelques temps, c'est tous les mois, elle "respire" un peu), à chaque fois la douleur est insoutenable au point qu'elle doive éviter de marcher, et bien sûr elle est totalement épuisée, elle dort tout le temps.

    Bon après c'est une fille extrêmement sensible, qui a tendance à beaucoup somatiser, et je pense que la multiplication des crises fait partie de la somatisation, il y a donc peut-être quelque chose à creuser de ce point de vue là...

    Sinon, après quelques recherches sur Docissimo (çay mal, je sais), je lui ai conseillé des cataplasme de soucis, ou calendula, direct sur le miaô (ouais ouais), + une consommation journalière d'infusion de soucis pour aider le corps à garder le virus bien au chaud dans les ganglions, et éviter qu'ils ressortent et provoquent une poussée.

    Le truc, c'est que je sais pas trop si ça a fait effet, elle m'a pas tenue au courant. Du coup, si des MadZ ont des astuces, d'autres expériences (en particulier si vous avez testé le calendula magique), ben ça m'intéresse !
     
  6. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    D'après ma gynéco le risque est quand même bien plus grand quand on avale parce que si on "crache", et qu'on avait pas de plaie dans la bouche, il y a peu de risque d'infection. Alors que quand on avale ça passe forcément dans le corps, et là s'il y a une infection, dur d'y échapper !
     
  7. Polly Maggoo

    Polly Maggoo
    Expand Collapse
    .

    Merci @Myriam H. pour ta réponse sur le planning familial !! ;)

    J'ai jamais compris ces trucs d'auto-transmission parce que j'entends tout et son contraire. On m'avait dit qu'il existe une sorte d’immunité et qu'il était hyper rare d'avoir les tissus de l'herpès à la fois sur le visage et sur les parties génitales. Mais bon dans le doute...

    Et sinon tu as de la chance de pouvoir vivre avec sans soucis parce que moi ça me pourrit vraiment la vie ce truc à la con
     
  8. Danaëv

    Danaëv
    Expand Collapse
    En pleine introspection

    Je mettais l'herpès génitale un peu sur le même pied que la mycose donc merci beaucoup pour cet article !
     
  9. Pinkbassist3

    Pinkbassist3
    Expand Collapse

    Encore une fois, c'est une théorie perso due à mes expériences. J'étais un peu crado pendant l'adolescence (grunge, gothique, tout ça), et il me semblerait que c'est ça.

    Je fais partie de la catégorie de personne en ayant régulièrement (au moins une fois par trimestre) et jamais je n'en ai eu au frifri. Encore une fois, je me renseignerais parce que j'ai aussi entendu tellement de théories que je ne distingue plus vraiment le vrai du faux, je crois que ce que j'vois, ma bonne dame !

    Ca me pourrit aussi, mais bon, dans le nez je risque de ne rien filer à personne (sauf si je me mouche dans leur nez, mais je crois pas que je le ferais un jour... Ou alors je serais très bourrée et la personne en face de moi très chelou :P). Pour la bouche, pas de bisous ou que ce soit et sexe comme une pute et son mac, on s'embrasse pas huhu
     
  10. Hawley

    Hawley
    Expand Collapse
    Retraitée sans scrupules

    Merci pour cet article ! C'est cool de pouvoir lire un témoignage qui inclut toutes les étapes, le questionnement, la panique, et surtout l'analyse des mauvaises informations pour en donner des correctes.

    C'est vrai que ça doit faire sacrément flipper sur le coup, mais il faut dédramatiser, énormément de personnes sont sujettes à de l'herpès. Du moment qu'on a eu un bouton de fièvre une fois dans sa vie, on est porteur d'herpès labial. 67% de la population française est porteuse du HSV-1, qui est responsable dans 95% des cas d'herpès labial, et le reste en herpès génital. Pour le HSV-2 qui déclenche majoritairement de l'herpès génital, c'est 17% de la population française. (source)

    En bref, c'est quand même très courant, même si certes chiant. Et pour ce qui est de l'auto-contamination (si on a de l'herpès labial, se contaminer le frifri), c'est rare et ça arrive le plus souvent lors de la toute première poussée, lorsque le virus n'est pas encore "géré" par l'organisme. Du coup pour celles qui ont de l'herpès labial, continuez bien sûr à vous laver les mains, mais pas de panique quant à la contamination en bas :fleur:
     
  11. Geek-i

    Geek-i
    Expand Collapse
    Ultimate Bavouze

    On n'a pas dit(ou j'ai du sauter une ligne) est-ce héréditaire?

    Parce que, mes parents ont eu des herpes(et l'origine... entre ma mère qui dit que c'est la nervosité[il est migraineux] de mon père, et mon père qui dit que ma mère était.... vous m'avez comprise...), et j'ai "comme eu" un début d'herpes(edit: bouton de fièvre) un jour:
    J'étais très nerveuse pendant une année d'étude et je devais passer des exam'. Un jour, j'ai comme un début de boursouflure, mais je ne me souviens pas avoir eu(ou mettre fait) mal. Ma mère a couru acheter une crème anti-herpes(?) à la pharmacie, et dès le lendemain,ça semblait partir, et le surlendemain, plus rien.

    Bon, ça date, et je ne sus plus sure, mais quitte à savoir.
    Tant que je me pose la question, je vais regarder via google se qu'il me donne comme réponse.

    Mais au final, il n'y a que par partenaire qu'on l'attrape??? Parce que, j'en ai qu'un, il en a eu que 2(moi étant la seconde).
     
  12. Pinkbassist3

    Pinkbassist3
    Expand Collapse

    Perso, je ne suis allée chez le médecin mais que pour de l'herpès labial et nasal. Ils savent très bien les reconnaitre. C'est lui qui m'a filé les traitements les plus efficaces (et les moins disgracieux, parce que la crème blanche sur la lèvre et dans le nez, paye ta sexyttude), car malheureusement, même quand on est sujet régulièrement à des crises, on ne peut pas acheter tous les traitements sans ordonnance. Il existe quelques produits sans ordonnance mais ils sont bof bof ...
     
Chargement...