J'ai testé pour vous... déménager sans cesse

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 19 septembre 2012.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. gabyska

    gabyska
    Expand Collapse
    Guest

    TOI ! Je VEUX te rencontrer !!! Ha ha je compatis plus que pleinement à ce calvaire mais qui a ses petits avantages (comme c'est rageant de voir des gens amis depuis le primaire !!! Mais en même temps se sentir assez libre de tout :P)

    Courage ! On arrive à se fixer un peu de temps en temps (à moins que la bougeotte ne fasse parti de tes habitudes aussi, comme pour moi !)
     
  3. Fraen

    Fraen
    Expand Collapse
    Quand je reste trop dans ma baraque, je conspire, c’est un réflexe.Du coup, je prends l’air, ça vaut mieux pour tout le monde.

    Copine !
    Cet article me rappelle pleins de souvenirs, bons comme mauvais. ( Aaah le joie des déménagements qui n'arrivent pas, des containers volés, oubliés, mal rangé, pillés. Arriver dans une nouvelle maison et se battre avec son frère pour choisir la chambre. Faire les cartons, défaire les cartons. Ne pas tout défaire parce que dans 2 ans on repart )

    Entre mes 2 ans et mes 14 ans j'ai déménagé 8 fois. Ca fait pas beaucoup dit comme ça mais c'était dans 5 pays différents espacés chacun d'environ 10 000 km. Depuis que j'ai quitté le domicile familial j'ai déménage plusieurs fois aussi.
    Alors quand on me demande " tu viens d'où " j'ai toujours un moment de flottement. Est ce que les gens veulent savoir où je suis née ? Où mes parents habitent actuellement ? Où je suis en ce moment ?

    Quand j'étais ado j'ai eu une période difficile, ne pas savoir d'où on vient, ne pas avoir de souvenirs de vacances en famille ( bah oui, nous l'été on faisait des cartons... ), voir les autres se connaître depuis la primaire... Maintenant je me rends compte que c'est une force. Je peux être loin de ma famille pendant des mois ça ne me fait pas peur, j'ai l'habitude. Mes parents comprennent mon besoin vital de partir en voyage et m'y encourage, même quand ils ont appris que dans 3 ans je pars pendant 1 an sans revenir les voir. J'ai des amis au 4 coins du globe, j'ai peut-être pas fais de colo avec mes meilleurs amis mais j'ai aidé des bébés tortues de mer à éclore. Ok j'ai pas la même maison depuis mes 3 ans mais dans mon jardin quand j'avais 11 ans il y avait des singes en liberté.

    Et je n'échangerais mon enfance contre aucune autre !
     
  4. Insert_Spoon

    Insert_Spoon
    Expand Collapse
    Troll de qualité

    Alors quid des gens qui survivent au Béarn depuis 23 ans =D

    C'est marrant j'ai une origine plutôt précise mais comme toi je ne me sens attachée à aucun endroit, du coup, la bougeotte! Ca doit être l'effet BéARN :3 (et encore si t'étais à Pau, considère-toi comme chanceuse)
     
  5. Améline

    Améline
    Expand Collapse

    Heu cet article m'a laissé perplexe... Il ne correspond pas vraiment au titre...

    La madmoizelle cite un tas de ville dans lesquelles elle a habité et si je ne m'abuse ce sont toutes des villes françaises ? Je suppose donc qu'elle a la nationalité française (ou une autre nationalité)...

    Etre apatride c'est n'avoir aucune nationalité, la personne apatride n'est ressortissante d'aucun pays du monde.

    Alors c'est peut être le cas de la Mad'z en question mais c'est pas vraiment ça qui ressort de l'article.. (ou alors j'ai rien compris.)
     
  6. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    J'ai fait ça jusqu'à la sixième aussi, j'ai même vécu en allemagne dans 2 villes différentes, et je me rappelle le soulagement en rentrant en France, dans cette même ville que nous avions quitté pour l'allemagne. Du coup, quand on me demande d'où je viens, je donne le nom de cette ville. Je n'y habite plus, je n'y suis pas née, mais quand je suis là-bas, j'ai l'impression d'être "là d'où je viens".
     
  7. Aelyse

    Aelyse
    Expand Collapse
    Enniaisée

    Je trouve ça un peu douteux aussi d'utiliser le terme "apatride", qui est très fort, pour parler de déménagements multiples. Du haut de mon grand âge j'ai déménagé plus d'une quinzaine de fois, je n'ai pas non plus de "maison de famille", et je n'ai pas gardé d'attaches de la plupart des villes où j'ai vécu, mais de là à me dire apatride, mince quoi, c'est super fort. Ca me fait presque l'impression d'un manque de respect face à ceux qui n'ont vraiment pas de pays, pas de nationalité, même si je me doute que ce n'est pas l'intention de l'auteur. Ca me met super mal à l'aise, en fait.
     
  8. attilalahune

    attilalahune
    Expand Collapse
    Kamé Hamé Ha!

    C'est un peu gros d'utiliser le terme "apatride" quand même. Quelqu'un d'apatride c'est quelqu'un qui n'a pas de nationalité légale.

    Je m'attendais à un article intéressant avec un vrai témoignage, d'ailleurs l'histoire de l'athlète des JO apatride m'a laissée pleine d'interrogations. Mais là franchement, c'est juste j'ai testé pour vous... les déménagements fréquents. Moyen hein :erf:
     
  9. dots

    dots
    Expand Collapse

    Même réaction perplexe que les commentaires précédents en ce qui me concerne, j'ai connu une camarade de lycée qui était réellement apatride, et c'est un problème bien plus complexe qu'une série de déménagements...
    Là c'est comme si on titrait "j'ai testé pour vous... avoir une maladie orpheline" pour parler de rhumes à répétitions, je trouve le titre assez irrespectueux vis-à-vis des vrais apatrides, et suis assez déçue de la discordance entre le titre d'un article qui m'intéressait et son contenu qui m'intéresse... moins.
     
  10. Lil'Nyx

    Lil'Nyx
    Expand Collapse
    Goat Goal

    Il n'y a que moi ça choque l'idée de déménager en abandonnant ses animaux de compagnie ? :sad:
     
  11. SallyVonHolle

    SallyVonHolle
    Expand Collapse
    Psychedelic Mind

    Non, moi aussi. Si tu sais que ta fonction va t'obliger à déménager, tu n'en prends pas. Ou alors, à moins de ne vraiment pas avoir le choix, tu fais en sorte que l'animal t'accompagne.

    Bon et sinon, je m'attendais à un article sur les apatrides, comme certaines madz l'ont fait remarquer, et au final, j'ai été déçue en le lisant, même si je conviens que c'est assez dur, et pas du tout évident de ne pouvoir créer un véritable lien avec le lieu où l'on habite, ou avec les gens qu'on rencontre, à cause de déménagements incessants.

    En revanche, ce qui m'a un peu attristée en lisant ce témoignage, c'est cet égoisme qui semble émaner des parents. Ce n'est pas une attaque contre les parents de la mad qui a écrit bien sûr, mais on dirait que étant eux-mêmes pas très sociables, pas très attachés à un lieu en particulier, ça ne les a pas déranger de faire subir ça à leurs enfants, malgré un mal-être profond chez ceux-ci.
     
  12. Altheea

    Altheea
    Expand Collapse
    20, 24 hours to go, I wanna be sedated

    Bon article.....Mauvais titre;
    L'apatridie c'est très costaud comme problème de vie et juridique aussi, avec tout ce que ça implique comme le fait de disposer de très peu de droits et de protection en cas de problème avec la loi, de ne pas avoir de passeport etc...

    le titre "J'ai testé pour vous les déménagements multiples" auraient été plus adapté.

    Mais bon on se répète par rapport aux autres Mad
     
Chargement...