J'ai testé pour vous... être prof stagiaire

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 11 septembre 2012.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Fraen

    Fraen
    Expand Collapse
    Quand je reste trop dans ma baraque, je conspire, c’est un réflexe.Du coup, je prends l’air, ça vaut mieux pour tout le monde.

    Ca me donne envie de faire un article : J'ai testé pour vous... être en couple avec un prof stagiaire. :nerd:
     
  3. Glouns

    Glouns
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    Youhou, coucou les copines profs stagiaires !
    J'enseigne l'anglais depuis la rentrée (ok donc c'était mon troisième jour aujourd'hui) ! C'est crevant dis-donc !

    Sinon je trouve que l'article finit un peu en eau de boudin, j'aurais bien aimé avoir les impressions de la madmoizelle sur le métier en général, éventuellement un bilan...
     
  4. finite-incantatem

    finite-incantatem
    Expand Collapse
    I want Hermione Granger ! And a rocketship. Guest

    Glouns, bonne chance pour la suite :jv:

    Cette article est super. Mais le truc triste, ce que les expériences aussi positives, comme c'est souligné dans l'article, sont rares et les plans foireux continuent à foutre la merde un peu partout :erf:

    L'éducation nationale, c'est un peu caca.
     
  5. Dberry

    Dberry
    Expand Collapse
    Insomnies bonjour.

    Ca me fait réaliser à quel point j'ai de la chance d'être actuellement en alternance en école primaire ! Quand je vois les PE1 lancés dans une classe au hasard, parfois des doubles niveaux etc. C'est de la folie !

    Sauf qu'on parle de vocation, de passion... Moi je suis surtout paniquée et me sens incapable de tenir une classe, j'ai peur d'en être dégoutée, je ne suis qu'en alternance mais déjà paumée... C'est vraiment un métier fastidieux !
    Je crois que je vais m'en aller repasser le concours d'orthophoniste :stare:
     
    #5 Dberry, 11 septembre 2012
    Dernière édition: 11 septembre 2012
  6. capri

    capri
    Expand Collapse

    Très bon article !
    Néanmoins moi je vais vous parler de l'autre coté du bureau, celui des élèves. Car l'année dernière nous avons eu aussi un professeur stagiaire de Français : j'étais en première et devais donc passer mon bac à la fin de l'année. C'est malheureux à dire mais bien que gentil et volontaire il nous a complétement fait raté notre année à cause de son manque d’expérience et de formation. La moyenne des bacs blancs de la classe était de 4/20 (Pourtant nous étions une classe travailleuse de S section euro). Nous n'avons jamais étudié la dissert, n'avons pas étudié un chapitre obligatoire... : une catastrophe. Résultat on a passé le bac à "la chance" et la plupart des élèves de ma classe ont eu des résultats désastreux (J'ai réussi perso à avoir de bonnes notes grâce à beaucoup de travail à coté). Bref je suis pas sure que "lâcher" des professeurs comme ça dans les classes ayant un examen à la fin de l'année, soit une très bonne idée.
     
  7. duendecita

    duendecita
    Expand Collapse
    étrange alliage!

    Hey les collègues!
    J'ai vécu à peu près la même expérience que dans l'article, avec comme changement de ville... De Paris à Lille!!
    Donc une belle découverte en fait, j'ai demandé ma mut définitive à Lille :cupidon:

    Par contre, moi je suis prof de français, latin et grec (lettres classiques quoi) et je suis tombée en lycée avec une tutrice... En collège... Et en lettres modernes... (donc pour les cours de latin, bernique!) Et mes collègues ne m'ont pas lâché un cours.
    Ce qui fait que j'ai vraiment bien, bien galéré au début, même si ma tutrice était génialissime et super présente, mais elle ne pouvait pas me donner de "matière".

    Et malgré le système pourri (je connais beaucoup de monde qui a beaucoup plus souffert de l'organisation de m**** de l'Éducation Nationale) j'ai ADORÉ mon année de stage.


    Je suis maintenant à Lens, au collège... Ça change. :eh:

    Donc perdez pas le nord pour celles qui sont en stage, le retour des élèves vaut toutes les peines du monde, et c'est vraiment ce qu'on retient à la fin de l'année!

    PS: mes collègues aussi m'ont fait le coup de "c'est plus dur après" à chaque vacances:erf:
    PS 2: je retirerais quand même la "chance" de n'avoir que deux niveaux car même si ce n'est pas appliqué, il est normalement INTERDIT de donner des niveaux à examen à un stagiaire... Donc en lycée il ne reste que seconde et première!


    Les inspecteurs de l'académie de Lille m'ont demandé d'intervenir en août auprès des stagiaires de cette année, en tant que "néo-tit", donc voilà les conseils que j'ai donnés (en français mais ça s'applique à toutes les matières!):

    - pratique: il faut absolument s'organiser. Moi qui ne l'étais pas du tout, j'ai du apprendre. Pensez à faire un tableau ou une feuille par semaine, ou un cahier, avec le cours, les devoirs que vous donnez, et les annonces à faire en avance (un DS, un livre à acheter etc). Ou les signatures/punitions à vérifier.
    - pensez qu'un DS se corrige, donc prévoir une séance de correction dans votre planning.
    - pensez aux jours fériés! (c'est bête mais moi j'avais prévu 2h de cours comme ça... Et j'ai du avancer bien plus vite quand j'ai vu ça!)
    - pensez à DIRE STOP: il vaut mieux, et j'insiste, un cours pas si bien préparé, qu'un prof à bout de nerf qui craque devant sa classe ou finit par être injuste.
    - dédramatisez les erreurs: elles sont normales. (pensez qu'un élève n'a pas que votre cours dans la journée, et que sa vie est bien remplie, donc votre cours, il l'oubliera vite (eh oui ça fait mal...) mais résultat vos erreurs aussi!)
    - Il faut que vous vous sentiez LÉGITIME: oui vous êtes nouvelle, mais vous avez eu un concours, donc vous êtes prof, c'est tout. Votre rôle doit dépasser vos angoisses.
    - ECLATEZ VOUS! Au delà du travail, harassant, mes meilleurs souvenirs restent les projets un peu fous que j'ai essayés, les activités marrantes qui ont marché, ou non, mais qui ont marqué la classe!

    C'est vraiment le meilleur métier du monde pour moi, et même si cette année je dois revivre un rythme assez dur (aller à Lens tous les jours, et faire tous mes cours puisque je passe du lycée au collège), j'adore toujours autant!

     
  8. Purdey

    Purdey
    Expand Collapse
    Allons-y Alonzo!

    Sans vouloir me faire l'avocat du diable, il faut laisser les professeurs stagiaire apprendre, pas à pas leur métier. Par exemple, quand je vois ma formation actuelle pour devenir enseignante, ça me fout en rogne: aucune formation concrète, pas de méthodologie alors forcément quand on arrive devant les élèves, on est un peu perdu et j'en passe. Le système de formation est un désastre. Quand la formation des enseignants sera enfin complète, encadrée et moins mise de côté, mes futurs collègues et moi même seront moins pommés/à l'ouest devant une classe :sweatdrop:

    Je suis désolée mais voir ce genre de commentaire me désole (pour un tas de raison), surtout quand on connait les rouages de la machine "éducation nationale" (et qu'on y est, les deux pieds) de près... .
     
  9. Fraen

    Fraen
    Expand Collapse
    Quand je reste trop dans ma baraque, je conspire, c’est un réflexe.Du coup, je prends l’air, ça vaut mieux pour tout le monde.

    Ce qui me tue, c'est de voir que d'un établissement à l'autre et donc d'un stagiaire à l'autre les choses vont du tout au tout.
    Mon copain a eu 5 jours de formation en aout organisé par l'académie de Poitiers avec au programme conférences, intervention du recteur, des inspecteurs etc. Des amis à lui qui sont mutés ailleurs ont eu soit 1 journée de présentation de l'académie soit juste une feuille avec des informations rapides sur comment gérer une classe et les numéros utiles.
    Et je ne parle pas des collègues qui ne sont pas toujours ravis de devoir accueillir un nouveau prof et qui refuse de donner des conseils.
     
  10. Frais le gardon !

    Frais le gardon !
    Expand Collapse
    "La seule blatte dans le velouté"

    De l'école primaire jusqu'à la fin du lycée, j'ai eu affaire à un paquet assez honorable de stagiaires, paix,amour&prospérité pour leur courage !)
    Avec du recul aujourd'hui, je me taperais volontiers la tête contre un mur en implorant leur pardon pour avoir critiqué à l'époque les cours scabreux pour certains, les manques de crédibilité évident face aux élèves (tout le monde sait que gérer une classe d'ados pré-pubères puériles est un régal pour les yeux et les oreilles) et autres joyeusetés que rencontrent ces profs en devenir. Dont l'élève hautaine et nombriliste a-do-ra-ble que j'étais !

    Je suis sur la voie pour passer du côté obscur de l'éducation nationale (en temps que prof d'arts plastique, UTOPIE j'écris ton nom !) dans quelque temps. Au vu du système actuel de formation, des témoignages des M1-M2 que je croise tout les jours, des réformes bien flippantes, .. et bah disons-le, nous futurs professeurs, on va devoir se battre !

    ps : pour la blague, à la lecture d'une expérience si positive, j'ai soupçonné ce post d'être sponsorisé par le gouvernement ahah :cretin:
    Débile, je suis !
     
  11. Glouns

    Glouns
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    Au sujet des classes à examen confiées à des stagiaires, j'ai deux classes de Terminale cette année (avec le nouveau bac en plus, qui donne beaucoup plus de pression aux enseignants puisqu'ils évaluent eux-mêmes certaines parties du programme). Il a bien été stipulé qu'il fallait éviter ce genre de choses, seulement voilà, il faut éviter, ce n'est pas interdit. Il faudrait donc une circulaire qui interdise ce genre de choses ! Quand j'ai appris que j'avais des Terminales, j'ai fait remarquer au proviseur que c'était à éviter, et il m'a dit qu'ils n'avaient pas eu le choix (hum oui c'est ça...donc pour le stagiaire de physique-chimie de mon lycée, c'est pareil, ils n'ont pas eu le choix que de lui donner la seule Terminale STI du lycée...).

    Personnellement, j'essaie de prendre cela comme un challenge. Tant pis, c'est comme ça, je ne vais pas passer la moitié de l'année à me morfondre sur mon sort alors qu'on ne peut rien y faire (malgré l'intervention de mon tuteur et de l'inspectrice - qui va réessayer de faire bouger les choses mais j'y crois moyen). Je vais tâcher de faire de mon mieux mais je tenais à rappeler que les élèves ont eu une ribambelle de profs d'anglais avant moi et qu'ils ont donc normalement des bases. Ils ont 17 ans, ils peuvent travailler de leur côté, parfois ils n'ont pas envie de travailler, alors je tiens à décharger une partie de la responsabilité sur eux-mêmes. Si ils ratent leur bac en juin, peut-être que ce sera en partie ma faute, mais je refuse de me sentir coupable, on m'a mise dans cette situation, je travaille pour faire du mieux possible, et on verra !
     
  12. krokotiili

    krokotiili
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai pas eu autant de chance. J'ai su le 24 aout que j'allais à 250 bornes de chez moi (et mon mari et tout). Pour commencer le 29 aout.
    J'ai eu une tutrice pourrie. Absente, puis larguée, puis menteuse, voleuse de cours etc.
    Je n'ai aucune formation pour ma matière, quant aux autres formations, on ne parlait que du collège, moi, en LP, autant dire, un autre monde. Les formations m'ont fait perdre mon temps et mon énergie.

    Deux ans après, j'en suis toujours pas remise.
    Pourtant ça s'est bien passé avec les élèves. C'est tout le reste qui a été horrible.
     
Chargement...