J'ai testé pour vous... la vie d'apprentie en cuisine

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 6 avril 2014.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Tapioca

    Tapioca
    Expand Collapse
    -

    Très chouette témoignage. On sent l'emballement et la passion de cette madz pour la cuisine ^^

    Je suis admirative des personnes qui travaillent dans l'hôtellerie-restauration : beaucoup d'heures de travail, des heures sup' parfois non payées, le fait d'être un peu "esclave"... Je ne supporterai pas ça, je ne veux pas courber l'échine et je résiste mal à la pression.

    Parfois quand au restaurant je vois les serveurs qui courent dans tous les sens, je me dis que ça doit être encore pire en cuisine...

    Une petite question cependant : dans le restau étoilé Michelin, les plats surgelés n'étaient donnés que dans les cuisines... Ou aussi aux clients ? :annoyed:
     
  3. syndrompeterpan

    syndrompeterpan
    Expand Collapse
    Pouet!

    Il est chouette cet article, merci, j'ai voulu me diriger dans cette branche en 3 ème mais mes parents m'ont dit de réfléchir que je travaillerai lorsque les autres s'amuseront... Elle avait pas tort j'ai travaillé de nuit (je suis maintenant dans le paramédical) et bien c'est pas facile.

    Dans mes études,  j'ai loupé médecine ce  que je ne regrette pas du tout, par contre je me demande ce que m'a vie aurait donné si j'avais suivis cette branche.  En fait, ce n'est pas la fonction que je regrette mais de ne pas avoir le savoir.
     
  4. Ayling

    Ayling
    Expand Collapse

    Dire qu'il y a seulement deux trois mois j'étais prête à partir dans un CAP cuisine en alternance, mais au final après plusieurs entretiens remplis de remarques sexistes et d'expression du type ''ici c'est pas Top Chef'' comme si j'étais juste une ignorante qui regardait trop la télé, je me suis dit que je ne pourrais pas supporter ça, et je me suis redirigé vers une formation plus classique.
    Et au final mes proches et mon copain surtout ont bien appréciés cette décision. ^-^
     
    #4 Ayling, 6 avril 2014
    Dernière édition: 6 avril 2014
  5. arya-s

    arya-s
    Expand Collapse
    Mélange instable Guest

    Je pense que les surgelés étaient seulement pour le personnel ( en tout cas j'éspère :hesite: )


    Bref sinon, plutot coool ce témoignage, je m'y reconnait sauf que je suis passé par le lycée hôtelier pour faire mon bac pro et j'avais des périodes de stage, et l'ambiance en cuisine à l'air d'être un peu la même pour cette Madz !
     
  6. Le_lA

    Le_lA
    Expand Collapse
    derrière toi

    "Apprentie en cuisine, c’est le métier assez méconnu" Oo
    "apprenti" n'est pas un métier, c'est un statut.

    @tapioca : les surgelés sont partout. juste parce que c'est un mode de conservation très pratique.

    sinon, je me retrouve pas mal dans cet article (du moins pour l'entreprise où ça se passe bien) bien que je suis une formation légèrement différente

    bon courage à toi Madz' !
     
  7. HortenseLaChance

    HortenseLaChance
    Expand Collapse
    danse avec les choux

    J'ai eu à peu près le même parcours que toi, (bifurcation un peu après le bac, alternance, rupture de contrat pour cause de ménage/plonge/inventaire non-stop, puis petite entreprise plus sympa, meilleure expérience, toussa toussa...) et aujourd'hui je suis journaliste culinaire ;-) Tu peux y arriver, tiens bon !!
     
  8. Kvet

    Kvet
    Expand Collapse
    Conan le détective barbare

    Je souhaite une bifurcation profssionnelle parce qu'il n'y a pas d'embauche dans mon domaine et que je sature du chômage (3 ans c'est lourd tmtc) et je pensais à la cuisine, j'ai trouvé un CFA dans ma ville et ton témoignage me conforte dans cette décision.
     
  9. Lieve

    Lieve
    Expand Collapse

    Le témoignage est intéressant mais clairement ça ne (me) donne pas du tout envie!
     
  10. Laboukineuze

    Laboukineuze
    Expand Collapse
    http://forums.madmoizelle.com/sujets/college-of-wizardry-apres-poudlard-la-fac-de-magie.118817 Friendship is magic!

    Big Up madmoizelle, je veux pas faire ma fière mais j'ai fait pire. Presque comme toi, je n'ai pas l'appellation "apprentie en cuisine" mais "matelot restauration".

    Ton témoignage me conforte dans l'idée que mon métier, c'est n'importe quoi. Je dois savoir aussi bien dresser la table que les assiettes, ou vérifier une livraison, faire un inventaire, et tout connaître en cuisine, service et gestion. Wéééé...
    Trois spécialités réduites en une. Trois fois plus de chances de se faire traiter comme du flétan gangréné, sans compter le domaine de la marine, ou le sexisme est un sport apprécié.

    Enjoy... je suis contente que tu aies pu trouver un bon chef!
     
  11. Judy.Fox

    Judy.Fox
    Expand Collapse
    A bouffé du clown

    Super témoignage, très réaliste ! T'as eu du bol de pouvoir t'intégrer dans une brigade de mecs !!

    Par contre, juste pour celles que ça fait rêver, ce que dit Ayling n'est pas une exception, les émissions culinaires ont effectivement encore plus pourri l'image des patrons sur "ces petites nanas qui viennent bosser pendant 2 ans et qui abandonnent parce que c'est pas comme à la télé", donc en tant que fille... Soyez préparées à répondre...

    J'en profite pour amener mon témoignage sur le "travail garanti une fois le diplôme en poche". C'est vrai en cuisine, et c'est vrai en restaurant. J'ai eu mon CAP Pâtisserie (boutique) il y a maintenant 1 an, et j'ai toujours pas trouvé de boulot... Je suis "obligée" d'abandonner ma passion si je veux espérer gagner ma vie un jour. Et pourtant je me suis autant défoncée (voir plus) que les mecs avec qui j'ai fait mon apprentissage, mais les patrons que je croise sont persuadés que "je tiendrais pas le coup" (mini gabarit, 1m60 pour 43 kilos)... Faisez gaffe si vous vous lancez là dedans et que vous êtes pas à Paris !

    Voilà, mon moment "écoute la voix de l'expérience" est terminé. Bisous.
     
  12. Fadara

    Fadara
    Expand Collapse

    **Racontage de vie ON

    Moi aussi j'ai changé d'orientation après le bac pour me lancer dans un CAP cuisine.
    Et je ne regrette absolument pas mon choix!
    La première année n'a pas vraiment correspondu à mes attentes (je faisais uniquement l'épluchage de légumes, je n'ai pas dressée une seule assiette en un an, 70h par semaine et heures sup' non payées, CFA pendant les vacances de l'entreprise ect…) Mais je me suis accrochée et je suis allée au bout de mon contrat.
    La seconde année, après avoir décroché mon CAP j'ai voulu (masochiste que je suis) faire une mention complémentaire dessert de restaurant. J'ai changé d'entreprise, et là ce fut totalement différent! De meilleurs horaires, le chef me demandait systématiquement mon avis sur les assiettes que je devais dresser moi-même, et pendant la saison j'ai été chef de parti avec 2 commis sous ma responsabilité!

    Actuellement je ne suis plus apprentie , je travaille en Angleterre dans une entreprise géniale, où je décide ce que je veux mettre au menu des desserts chaque jour, et où j'ai énormément de libertés!

    ** Racontage de vie OFF

    Tout ça pour dire qu'aujourd'hui je ne changerais mon métier pour rien au monde (sauf peut être les repas de Noël en famille ^^) Et que même si j'ai eu des doutes je me suis accrochée. Ce métier est (très) dur, mais si tu as de la chance d'être avec une bonne équipe et avec un chef qui accepte tes idées, alors croyez-moi, c'est que du bonheur!
     
Chargement...