Je m'inquiète pour ces enfants...

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par PousseMoussue, le 13 décembre 2014.

  1. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    Bonjour les Madz !
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Donc voilà.
    A partir de là j'ai plusieurs questions :

    Cet enfant est-il autiste ? Ou c'est autre chose ?
    Je me suis renseignée et il présente plusieurs symptômes qui sont dit alarmants (il ne répond pas lorsqu'on l'appelle, a des difficultés à interagir avec les autres, est angoissé face au changement, ne parle absolument pas à deux ans, a du mal à comprendre ce qui se passe autour de lui et à exprimer son ressenti -il rit quand on le gronde, ou va se mettre à sauter partout parce qu'il a vu un dessin-animé qu'il connaissait à la télé par exemple-, a "perdu" brusquement les choses qu'il avait acquises au niveau du langage, ...), donc on s'inquiète un peu...

    Que faire pour l'aider ?
    Il va bientôt rentrer à l'école, et ma belle-mère ne sera pas là pour le protéger des autres enfants et j'ai peur qu'il se renferme encore plus sur lui...
    Ma belle-maman s'est prit la tête avec la mère du petit plus d'une fois (parce qu'elle lui parlait super mal, le traite de débile, de bébé quand il a peur, elle lui parle de manière très brusque, le rabroue tout le temps) et supporte de moins en moins cette situation.

    Et que faire pour aider sa sœur pour ses problèmes à l'école ?
    J'ai été martyrisée pendant un certain temps et je m'en voudrais énormément si je laissais une enfant vivre la même chose alors que j'ai les moyens de l'aider.

    Leur mère ne veut rien entendre, et leur père n'en parlons même pas.
    Ma belle-mère vit vraiment ça très très mal, je sens qu'elle a de plus en plus de difficultés à faire bonne figure devant leur mère.
    Voilà voilà, merci d'avance les maaaaaaadz !
     
    #1 PousseMoussue, 13 décembre 2014
    Dernière édition: 13 décembre 2014
  2. Ju-

    Ju-
    Expand Collapse

    Moi ce qui me préoccupe plus dans ce que tu dis, c'est que le gamin son père s'amuse à lui faire peur, et que personne ne le prenne dans les bras.
    Et la petite, toute la journée sur internet, c'est vraiment pas top.

    Est ce qu'on peut parler d'une forme de maltraitance ?
    Parce que le fait que le petit soit autiste, c'est presque secondaire par rapport à ca. Vu qu'il n'est pas dans un environnement "sain".
     
  3. Remus

    Remus
    Expand Collapse
    L'enfer, c'est les autres

    Coucou, c'est touchant cette histoire... et triste aussi.

    Ta belle-maman ne pourrait-elle pas, en tant qu'assistance maternelle, parler à la maîtresse de la petite et lui faire part du problème ?
    Ne pourrait-elle pas aussi, lorsque le petit entrera à l'école, lui parler de ses problèmes à lui ?
    Sans parler de dénoncer les parents (j'imagine que ta belle-maman doit être inquiète et embarrassée à l'idée de se "mêler" de tout ça) aux professeurs, ni de les critiquer ouvertement, peut-être pourrait-elle leur parler des difficultés qu'elle a remarquées chez les enfants (sans directement mettre en cause les parents donc) ? Peut-être pourront-ils agir auprès des enfants, peut-être auront-ils plus de poids et plus de pouvoir auprès des parents pour leur conseiller telle ou telle solution (faire diagnostiquer le petit par exemple) ?
    Ta belle-maman se sentirait peut-être soulagée de ne plus être la seule à tenter d'agir, à tenter de raisonner les parents, tout ça tout ça...

    Bon courage en tout cas, c'est admirable ce que vous faites ta belle-maman et toi pour ces petits.
     
  4. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    @Ju- : Il dit que c'est soi-disant pour en faire "un homme" :stare:
    Il a commencé à appeler ma belle-mère "maman", c'est le seul et unique mot clair qu'il arrive à assimiler et elle ça la fout mal, parce que quand la mère arrive, elle jette le gamin, va fumer sa clope, rentre et lui demande des câlins. Du coup lui il refuse d'aller vers elle et se réfugie dans les bras de ma belle-mère ou de mon copain.
    J'ai la sensation qu'il n'a aucune attache avec sa famille, et je suis profondément atterrée par la façon dont ils "éduquent" leurs enfants...
    Ah oui, j'ai oublié quelque chose : pour "avoir la paix", sa mère le fout au lit quasiment toute la journée. Une fois je me souviens, il avait mal dormi dans la nuit alors il avait récupéré chez ma belle-mère, il avait été éveillé 4h dans la journée grand max, et quand ils sont rentrés elle l'a foutu au lit à 17h30/18h quoi.
    Pour la petite c'est pareil : elle la laisse devant l'ordi toute la journée parce qu'au moins ça lui évite d'avoir à s'en occuper :erf:
    (Edit : J'ai oublié de le préciser, mais elle a un compte Facebook avec lequel elle dialogue avec des gens. Sa mère le sait, ne surveille aucune des personnes avec qui elle converse et n'a pas prit la peine de restreindre son compte (pour empêcher des inconnus de la contacter.)

    @Remus : Elle lui a écrit un mot, mais la gamine reste super angoissée à l'idée d'aller à l'école... En même temps, le mieux serait de la mettre dans un établissement spécial où le programme serait adapté, où elle ne s'ennuierait pas et où les élèves seraient surdoués comme elle, mais sa mère refuse sous prétexte qu'elle est trop jeune pour être en internat...
    Quand au petit, c'est assez délicat. Sa mère ne veut absolument pas voir qu'il y a un problème. Pour elle, il est stupide et elle ne veut surtout pas remettre en cause ses méthodes d'éducation :sad:
     
  5. Lilou la licorne

    Lilou la licorne
    Expand Collapse
    Wit beyond measure is man's greatest treasure.

    Ça me fend le coeur, cette histoire :tears:... C'est vrai que ça doit être très dur aussi pour ta belle-mère qui voit des enfants manquer d'attention et se sentir impuissante...
    Je plussoie absolument l'idée d'alerter d'autres "professionnels" comme les instituteurs ou institutrices ; eux (comme ta belle-mère) voient beaucoup d'enfants, en ont une grande habitude, et avec un peu de chance pèseront un petit peu dans la balance...
    Pour le petit garçon, s'il ne répond pas quand on l'appelle, ta belle-mère peut peut-être prétexter des problèmes d'audition. Parfois quand c'est "médical", purement "physique", les gens sont plus réceptifs. Auquel cas, ses parents feraient peut-être tester son ouïe, et le pédiatre qui s'en chargerait pourrait ainsi voir ce qui cloche vraiment :dunno: ?

    Bon courage et n'hésite pas à nous donner des nouvelles.
     
  6. Lumiciole

    Lumiciole
    Expand Collapse

    Je rejoins complètement le message d'Oprah Gaufrette, sauf sur le doute du début. Ce n'est pas fréquent mais ça arrive que de jeunes autistes cessent subitement de parler. A mon avis (d'autiste Asperger), c'est parce que l'écart entre la communication sans mot et la parole est plus grand chez les autistes que chez les non-autistes. Il est donc tentant de faire l'impasse sur la parole quand on en a l'occasion ou quand on est anxieux. Pour ma part, le stress est toujours synonyme de mutisme, plus généralement si je ne peux pas assez me concentrer, la parole est laborieuse, voire inaccessible.
    Après, je ne dis pas qu'il est autiste, vu son profil et sa situation les causes peuvent être très diverses. Mais ça ne me semble impossible.

    L'idéal serait que les parents fassent différents tests et éventuellement qu'ils voient avec le Centre Ressources Autisme de leur région. Malheureusement, je doute fort qu'ils soient prêts à supposer l'autisme (ni quoi que ce soit d'autre). C'est déjà difficile dans une famille stable d'envisager un diagnostic si tôt et si mal connoté...

    J'aimerais pouvoir te rassurer et te proposer des pistes pour aider le petit mais je ne vois pas quoi faire à part ce qu'Oprah a suggéré. Éventuellement, si on part sur la supposition d'autisme, quelques petites choses peuvent l'aider (mais il faudrait que ce soit appliqué chez lui aussi !) :
    - pour la parole, on peut tenter de le faire parler d'un sujet qu'il apprécie particulièrement. Les autistes ont souvent un sujet préféré, qu'ils aiment énormément par rapport aux autres. Et souvent, ils parlent beaucoup plus sur ce sujet que dans n'importe quelle autre situation. Donc éventuellement, lui poser des questions simples (et pas trop rapides) sur son thème favori (ça peut être n'importe quoi, les dinosaures, les bus ou même les toilettes), des questions qui l'inviteraient à expliquer ;
    - favoriser la régularité, ce qui peut être prévu à l'avance. Les autistes aiment avoir un plan précis de ce qui va se passer et sont facilement perdus ou frustrés s'il y a des modifications. Ils aiment aussi avoir des habitudes immuables ;
    - éviter les sons forts et/ou très aigus (métal contre métal par exemple), éviter de lui imposer un contact. Les autistes ont souvent des sens aiguisés, surtout le toucher et l'ouïe. Un bruit fort ou aigu peut être réellement douloureux.

    Socialement, je ne vois pas quoi tenter si les parents ne participent pas et même vont dans le mauvais sens.

    Bon courage pour la suite, au moins c'est une bonne chose que quelqu'un se préoccupe de ces enfants !
     
    Growing Entish a BigUpé ce message
  7. Fanncy

    Fanncy
    Expand Collapse
    Dealeuse d'herbe à chat

    J'ai l'impression qu'il y a un peu un côté maltraitant de la part des parents quand même :erf: La maltraitance ce n'est pas que les coups, mais aussi ne pas s'occuper des besoins psychologiques/emotionnels d'un enfant (internet toute la journée, faire peur, crier sans arrêt, insultes, au lit tout le temps...).
    Pour l'autisme du petit, il n'y a qu'un médecin qui peut le diagnostiquer. Ca peut -être tellement d'autre chose. Et si les parents veulent rien faire, bah on en saura pas plus.


    Je te donne le lien concernant les signalements et comment ça marche. Ca peut peut-être t'aider.

    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F781.xhtml
     
    Lilou la licorne, katnissvsw et Charuru ont BigUpé ce message.
  8. Nol-Wenn

    Nol-Wenn
    Expand Collapse
    Magnifaïque.

    Je suis d'accord avec les filles, il y a négligence et maltraitance pour moi.. Si le père s'amuse à faire peur au petit et qu'ils le craignent tous les deux c'est qu'il y a un problème !
    Je comprends la situation de ta belle mère, ma mère est aussi nounou et elle a gardé des enfants qui n'avaient pas une vie toute rose à la maison.. Notamment des enfants rejetés par leur père parce qu'il s'était blessé à la jambe. Mais rejetés dans le sens il ne les touchait pas, il ne leur parlait pas et si un d'eux osait l'approcher il se mettait à hurler dessus.. Sympa quoi.
    Pour la question de l'autisme, je ne m'y connais pas donc je ne m'avancerais pas. Le rejet/la peur de ses parents a peut-être un rôle à jouer s'il s'est fermé automatiquement à partir d'un certain âge. Après je sais qu'il existe des maladies régressives (je crois que c'est le terme) comme les maladies lysosomales. Les meilleurs amis de mes parents avaient un fils qui marchait, parlait, jouait, criait jusqu'à ses six ans pour finalement régresser et en revenir au stade de bébé/légume dans sa tête. C'était vraiment triste..

    Pour la petite fille, de base, les surdoués ne sont pas vraiment taillés pour le système scolaire. Mon copain a été dans le même cas, jamais soutenu et toutes ses études ont été un échec. Selon lui c'est très difficile de rester concentré parce qu'il se passe 10 000 trucs en même temps dans sa tête. Après au niveau du rejet.. C'est vraiment pas facile l'école. J'ai l'impression qu'importe la situation les autres trouveront toujours un moyen de te rejeter. Pour moi le pire c'est le collège. J'en ai vu de toutes les couleurs à l'époque et j'ai l'impression de le revivre maintenant avec ma petite soeur de 14 ans, qui n'est pas handicapée à proprement parlé (aucun médecin n'arrive à savoir ce qu'elle a) mais qui est retardée. C'est juste horrible de l'avoir au téléphone en train de pleurer parce qu'elle a dû manger toute seule au self, parce que personne voulait jouer avec elle à la récré, parce que les garçons se moquent d'elle.. Elle aussi elle a peur d'aller à l'école maintenant et on ne sait plus quoi faire non plus.. Mes parents voulaient au début la transférer dans une école spécialisée mais au final elle se serait retrouvée dans une classe avec des enfants souffrant d'handicaps beaucoup plus lourds et elle n'aurait pas vraiment évolué. Donc elle est restée dans un collège "normal" et elle a juste moins de cours.
    Mais déjà de base je ne vois pas comment un enfant, surdoué, "normal" (je hais ce mot) ou handicapé, peut bien évoluer dans un environnement comme l'école s'il est martyrisé. Dans tous les cas ses préoccupations seront ailleurs et ça ne l'aidera pas du tout à se concentrer. Si effectivement quelqu'un a des solutions autre que voir le directeur, etc (déjà fait) pour arrêter tout ça, je suis preneuse également.
     
  9. Oraki

    Oraki
    Expand Collapse

    Bonjour,
    Ce que tu dit a propos de ces parents est très préoccupant. Je parle en tant que médecin généraliste, il s'agit d'une véritable maltraitance même si tu n'évoques pas de danger physique. Un enfant qui a peur de ses parents ce n'est pas normal du tout. Dans ces conditions il est impossible de faire à un diagnostic médical, c'est loin d'être la priorité. Les enfants maltraités ou négligés (ce qui est une autre forme de maltraitance) peuvent avoir des troubles du développement psycho moteur parfois très importants.
    A mon avis ta belle mère devrait demander conseil sur la meilleur façon d'aider ces enfants en appelant par exemple le 119 "allo enfance en danger".
    Dans le but d'aider ces enfants il faudra peut être envisager une implication des services de l'aide à l'enfance qui ne sont pas là uniquement pour "placer" les enfants, loin de là, mais aussi accompagner les parents qui doivent être en souffrance également.
    Ta belle mère n'a pas a avoir peur de se "mêler de ce qui ne la regarde pas" car la santé des enfants est l'affaire de tous, et en particulier celle des professionnels en contact avec eux.
    Par ailleurs si la question du signalement doit se poser il peut être fait de façon anonyme.
    En tout cas c'est admirable de ta part de souhaiter aider ces enfants qui ont l'air d'en avoir en effet bien besoin. N'hésite pas à t'adresser à des professionnels de l'aide à l'enfance, tu n'as pas à porter ce poids toute seule.
     
    Kwoptyx, Léodagan de Carmélide, susiq et 10 autres ont BigUpé ce message.
  10. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    @Lilou la licorne : Comme je l'ai dit ma belle-mère a déjà prévenue l'enseignante de la petite qu'elle avait besoin d'un programme adapté en raison de ses capacités, et du fait qu'elle ait des problèmes vis-à-vis des autres élèves. Le truc c'est qu'elle n'ose pas parler des "méthodes éducatives" de ses parents : leur mère est une de ses amies et elle culpabilise énormément de ne pas arriver à lui faire entendre raison elle-même (elle lui a dit plusieurs fois qu'elle angoissait les enfants, qu'elle criait trop, qu'elle ne leur accordait pas assez d'attention)... D'autant qu'elle a peur de ne pas être prise au sérieux (il n'y a pas de violence physique, et il est très difficile de prouver la maltraitance psychologique)... et ça me fout vraiment mal de la voir toute retournée comme ça :erf:

    @Oprah Gaufrette : Ma belle-mère a déjà lancée l'hypothèse du problème d'audition mais comme je l'ai dit plus haut, sa mère en a pas grand chose à faire (quand elle lui a dit elle a répondu : "Ouais ben ça va, il faut je sais pas combien de temps pour avoir un rendez vous avec un pédiatre), et je la soupçonne d'être satisfaite de cette situation parce qu'au moins, tant qu'il ne parle pas elle n'a pas à se fatiguer à lui faire la conversation. Ca peut paraître horrible, mais elle lui donnait uniquement de la bouffe en compote jusqu'à y'a quelques mois parce que c'était plus simple à faire (je rappelle qu'il a deux ans). A la fin le gosse ne voulait plus toucher à ses assiettes heureusement que ma belle-mère lui faisait à manger à côté.
    Personnellement je ne pense pas que cela vienne d'un problème d'audition, parce qu'il réagit aux sons (un dessin animé qu'il aime bien, il se retourne quand on parle, par exemple) et qu'il a même l'air d'y être très sensible (il a très peur des bruits trop forts ou trop "agressifs"), mais comme tu le dis seul un professionnel pourrait nous fixer.

    @Lumiciole : Comme je l'ai dit plus haut les parents s'en fichent totalement, tout au plus ils pensent qu'il est stupide et je soupçonne sa mère d'être satisfaite de cette situation... :sad:
    Ensuite, on essaie de le stimuler (activités, on lui parle beaucoup, on lui lit des histoires, ...) mais il ne dit absolument rien (en dehors de "maman" quand il appelle ma belle-mère), même pas oui ou non... Alors que la nièce de mon copain a 18 mois et elle dit énormément de choses en comparaison. Les rares fois où je l'ai entendu prononcer quelques mots c'était lorsque c'était absolument nécessaire (par exemple quand il veut sortir et que les portes sont fermées : si on ne comprend pas ce qu'il veut, au bout d'un moment il finit par lâcher un "dehors" si il voit qu'il n'arrive pas à se faire comprendre par ses gestes). Pour ce qui est de la régularité on est de toutes façons obligés : si une chose est déplacée, si les portes ou les fenêtres sont ouvertes ou si la télé est éteinte il est totalement perdu et pleure jusqu'à ce que tout soit remit en place :erf:.
    C'est la même chose pour les sons : si c'est trop fort ou trop agressif il est très effrayé et se met en général à pleurer ou a crier.
    Je dois avouer que l'attitude des parents n'aide absolument pas...

    @Fanncy et @Oraki : J'ai beaucoup pensé au signalement, le truc c'est que la maltraitance n'est pas "claire", je veux dire : ils mangent à leur faim, ont des vêtements, un toit, leurs parents ne sont pas physiquement ou sexuellement violents avec eux, et il est extrêmement difficile de prouver la maltraitance psychologique (je parle en connaissance de cause), donc j'ai un peu peur de lancer un pavé dans la mare même si je pense que ce serait effectivement la solution :erf:
    Ceci dit j'en parlerais à ma belle-mère, ne sait-on jamais ?

    @Nol-Wenn : Effectivement : les seules interactions que le père a avec ses enfants sont très négatives (ils passent la journée à se crier dessus mutuellement avec la petite, et le petit le fuit parce qu'il en a peur), j'ai l'impression que c'est un vrai gamin qui ne voit pas ses enfants comme ses enfants, c'est comme s'il voulait juste leur faire des sales coup... pour leur faire des sales coups, comme si ça l'amusait ! La dernière en date : il a dit à la grand-mère de la petite de lui offrir un dictionnaire pour Noël, alors que la petite n'en a pas commandé et en a déjà un (sans compter que... paie ton cadeau de Noël quoi, si elle l'avait demandé à la limite, mais là c'était vraiment juste pour l'embêter). Du coup elle ne veut aucun cadeau ni même fêter Noël tellement elle est dégoûtée.
    J'ai l'impression qu'elle se rend compte que la façon dont se comportent ses parents est anormale, mais qu'elle n'arrive pas à mettre des mots dessus, à l'exprimer correctement.

    Au niveau de l'école, comme je l'ai dit plus haut l'idéal serait de la mettre dans un établissement spécialisé. Elle est vraiment très en avance (mon copain lui fait faire des calculs avec "x", des équations, etc., je rappelle qu'elle a sept ans) je pense que le programme n'est absolument pas adapté à son niveau, d'autant que le fait d'être "entre surdoués" (je sais pas comment le tourner autrement) pourrait sans doute stopper (ou limiter du moins) les moqueries et le harcèlement des autres élèves.
    Sauf que sa mère refuse et ne veut rien entendre sur le sujet... :erf:
     
    Denderah a BigUpé ce message
  11. Nol-Wenn

    Nol-Wenn
    Expand Collapse
    Magnifaïque.

    Ah la la mais c'est horrible :tears:
    Des équations ? Mon dieu.. Et dire qu'à 21 ans j'ai jamais compris ce concept étrange. Respect ! C'est vrai que pour l'école "entre surdoués" ça peut être une bonne chose, au moins elle serait comprise quelque part et si c'est un internat ça lui permet de prendre ses distances avec les conflits familiaux.. Mais il reste le petit frère..

    C'est vrai que signaler une maltraitance psychologique c'est pas facile.. Sans preuves ça risque de ne même pas intéresser les autorités concernées (je parle en connaissance de cause, ma petite soeur nous avait dit des choses très louches par rapport à son psychomotricien... finalement les flics ont dit à mes parents de laisser tomber et que c'était probablement ma soeur qui inventait. Parce que l'avis d'un mec de 50 ans a plus d'importance que la petite qui raconte des bêtises - vachement précises pour son âge quand même). Après ta belle mère serait probablement amenée à témoigner et si elle a conscience de l'impact que ça a sur les enfants ça peut être un premier pas ! Et les enfants seront aussi amenés à devoir "témoigner" devant des spécialistes de l'enfance je pense.. S'ils sont si mal que ça dans leur peau, ces spécialistes devraient être à même de le voir, en tout cas je l'espère.

    Courage :calin:
     
  12. Oraki

    Oraki
    Expand Collapse

    Désolée d'insister mais de ce que tu décris ces enfants au moins l'air d'être négligés, par exemple le fait de ne pas vouloir l’emmener chez le médecin est considéré comme un acte de négligence. Je suis d'accord avec @Nol-Wenn la peur de ses parents que tu perçois chez le petit doit être assez franche pour pouvoir être identifiée par des professionnels de l'aide à l'enfance et je suis persuadée qu'il faut au moins leur demander leur avis.
    Bon courage en tout cas et bravo pour ton engagement.
     
    Lilou la licorne a BigUpé ce message
Chargement...
Sujets similaires
  1. agnes971
    Réponses :
    4
    Affichages:
    1433
  2. passione
    Réponses :
    4
    Affichages:
    464
  3. shirel
    Réponses :
    76
    Affichages:
    7076
  4. Isoline
    Réponses :
    32
    Affichages:
    3047
  5. Angelito_chanel
    Réponses :
    89
    Affichages:
    9077