Je suis obsédée par les notes — Témoignage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 29 novembre 2016.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

    Black Phillip a BigUpé ce message
  2. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  3. Renma

    Renma
    Expand Collapse
    C'est l'histoire d'un zoophile qui rentre dans un bar... voilà c'est tout.

    Hier, j'ai eu un 9 en arts appliqué, ma note précédente dans cette matière était un 17, ça m'a fait descendre à 14 de moyenne, qui restait la meilleure moyenne de la classe. Bin j'ai quand même eu sacrément envie de me flageller, j'ai un peu chialé et j'étais pas confiante pour retourner en cours.

    Du coup MERCI MILLE FOIS pour cet article, ça fait du bien, ça fait relativiser, c'est parfait, merci merci merci.
     
    Ovna, Nebel, Black Phillip et 2 autres ont BigUpé ce message.
  4. UranusMarie

    UranusMarie
    Expand Collapse

    Cet article m'a beaucoup touchée parce que j'ai été dans le même cas. Très attachée à mes notes, très perfectionniste, et me "flagellant" dès que j'avais une note qui ne me paraissait pas assez bonne pour moi (15 par exemple, alors que je sais qu'OBJECTIVEMENT, c'est une bonne note !).
    Mes parents étaient aussi dans ce genre là. Je suis la troisième d'une fratrie de 4 : les deux grands ont fait de brillantes études, alors forcément, tu te sens en compétition. Quand je ramenais une note, mes parents me demandaient toujours combien j'avais eu, mais surtout combien avaient eu les autres.
    Je pense que tu ne vois qu'une partie du problème : tu ne veux pas seulement avoir de bonnes notes, tu veux être la meilleure.
    Et comme toi, en première, j'ai rencontré un garçon qui était encore meilleur que moi. On est sortis ensemble pendant deux ans, et je le vivais au final très mal : quand je travaillais et que j'avais 19 en maths, lui n'avait pas travaillé du tout et avait 20. C'était comme ça partout, et je me mettais la pression pour être "aussi bonne que lui", parce qu'il n'y a qu'au travers de mes notes que je me sentais reconnue, intéressante, et surtout que j'avais l'impression de valoir quelque chose.
    Et le fait de me retrouver avec des gens meilleurs que moi a fini par me faire me sentir tellement mal et nulle que ça a dégénéré en anorexie.
    Bref, mon conseil est de faire très attention. Ce n'est pas qu'une question de notes, c'est une question de perfectionnisme je pense, et continue le suivi psy pour arriver à réaliser qu'il y a des choses plus importantes que les notes et que ta valeur ne s'arrête pas là, tu es bien plus que des notes !!!!! Essaie de trouver quelque chose qui te permette de te sentir bien et valorisée autre que le travail scolaire.
    Surtout qu'au final, ce n'est pas forcément en faisant de longues études ou un job qualifié que tu t'épanouiras !

    Je t'envoie tout mon courage !
     
    Leronira, Amplified-sOund, Nebel et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. VeganFox

    VeganFox
    Expand Collapse
    Feel the fire where she walks

    Un article qui manque énormément de recul à mon point de vue.
    A retravailler je pense parce qu'on a aucune explication, aide pour s'en sortir, solutions trouvées par la madz, c'est juste "ça va mieux".
     
    Ame de Knulpette, Camicamica et Gabelote ont BigUpé ce message.
  6. Ptitepousse

    Ptitepousse
    Expand Collapse
    J'aimerai débrancher mon cerveau de temps en temps et le laisser se reposer tandis que j'irai manger des gauffres au sucre

    J'étais également comme toi, enfin jusqu'à l'explosion en prépa qui m'a laissé sur le carreau pendant de longs mois. Depuis j'essaie de changer mais mon perfectionnisme revient souvent beaucoup trop. Courage <3<3<3
     
    Tante Clara a BigUpé ce message
  7. VeganFox

    VeganFox
    Expand Collapse
    Feel the fire where she walks

    Justement je pense que c'est à la rédac de retoucher l'article @Mrs Sulu . J'ai été dans ce cas et n'aurais pas voulu lire ce genre d'article..
    C'est une question plus générale mais je trouve bancal de balancer un témoignage tel qu'il a été écrit. Notamment ici où on parle de personnes sensibles, globalement jeunes, et de mutilation voire de suicide si j'ai bien suivi. Pour moi il faut absolument accompagner ce sujet de pistes : psy, support des proches ...
     
    Powine, lafillelabas, Rose Cantel et 5 autres ont BigUpé ce message.
  8. Gazpacho

    Gazpacho
    Expand Collapse
    Hum.

    Coeur avec les doigts pour la Madz qui témoigne <3
    Je me reconnais dans son témoignage. J'ai sauté le CP, comme elle, et quand j'ai vu mes notes baisser en seconde j'ai sciemment choisi de rejoindre la filière où tous "les cancres" de mon lycée allaient (dans le mien, c'était ES) afin de ne pas me retrouver avec des gens plus intelligents que moi (qui étaient en S).
    Résultat, j'ai été sur-notée jusqu'au bac. La mention très bien m'a filé sous le nez, et j'étais aussi dégoutée que ceux qui se retrouvaient aux repêches.
    Franchement avec presque dix ans de recul...Je trouve que ma réaction était pitoyable. Je n'avais pas la maturité de la Madz du témoignage et j'étais complètement enfermée dans mon orgueil et la volonté de rendre mes parents fiers.
    Il m'a fallu des années pour me rendre compte du peu d'importance des notes. Je veux dire, hormis pour les validations d'année ou les concours...Et encore, c'est un moyen d'évaluation totalement arbitraire qui a bien des faiblesses.
    Ce que je vois aujourd'hui, c'est ce voisin meilleur que moi et qui rêvait de faire carrière dans l'armée, qui n'a pas bougé parce qu'il a trouvé l'amour. Ou ce type qui a manqué de redoubler sa première, pour finalement être diplômé avec mention après des études dans le commerce international. Ou cette copine du collège discrète aux résultats moyens, qui fait médecine parce que c'est une vocation. Ou cet ami d'enfance surdoué qui se demande à quoi rime d'être dans cette grande école, alors qu'il n'est heureux que dans l'associatif.
    Bref, ce que je veux dire à cette Madz et elle le découvrira par elle-même tôt ou tard...Les résultats scolaires ne nous définissent en rien. Cultive tes passions jusqu'à trouver ta voie, et fonce :)
     
    Kowalski, Hyoid, Roanne et 5 autres ont BigUpé ce message.
  9. SaSaï

    SaSaï
    Expand Collapse

    Je conseille la lecture du roman d'Elena Ferrante L'amie prodigieuse, qui, en plus d'être un roman génial <3, problématise à mon avis très bien ce genre de questionnements.
     
    Cloclo(pas le chanteur) a BigUpé ce message
  10. Fenotte

    Fenotte
    Expand Collapse

    Je me reconnais un peu dans la Mad quand elle dit qu'elle a l'impression que les notes, c'est son point fort et qu'elle se sent sans valeur si elle n'a pas cette particularité.

    Mais il faut qu'elle prenne conscience que ses notes ne la reflètent pas "elle". Elles ne sont qu'une "photographie" d'un instant, elles dépendent de plein de choses.
    Moi j'étais première de classe en primaires, puis j'ai grandi avec cette image d'intello alors que comme la plupart des gens, j'ai eu des difficultés dans ma scolarité au lycée (3/20 en cours de maths, suivi 15 jours plus tard d'un 20/20, le prof m'a soupçonnée de tricherie XD).

    J'étais une "intello", pourtant j'ai raté des contrôles, j'ai galéré en maths et en néerlandais, à l'université j'ai pas laissé ma part de séchage au chat, et j'ai carrément redoublé ma 2e année, avec à la clé un magnifique 2/20 lors d'un oral (je crois que le prof m'avait mis 2 points pour le courage d'avoir fait l'andouille devant lui). Mais j'ai eu mon diplôme avec mention et je travaille depuis presque 10 ans. J'ai eu quelques 20/20 dans mes études de traductrice, fait extrêmement rare dans mon école, pourtant ça m'arrive de galérer et de rendre des trucs pas géniaux. Les notes "Excellent" qu'on m'attribue sont vites effacées par une évaluation moins bonne (oui, même après l'école on se fait noter, c'est la joie). Tout ça pour dire qu'on est pas que des chiffres, ce n'est pas parce que tu te casses la figure sur un travail que tu es nulle, et ce n'est pas parce qu'on te couvre de louanges à une autre occasion que tu es la meilleure. Fact: tu trouveras toujours à un moment quelqu'un de meilleur que toi (et des gens bien pires aussi :cretin:) Ça s'appelle être un être humain et c'est le mieux qu'on puisse faire ;)
     
    Moryortie, Orukoh, Roanne et 7 autres ont BigUpé ce message.
  11. Folle Furieuse

    Folle Furieuse
    Expand Collapse

    @Mrs Sulu Peux-tu détailler ta question ? Parce que, comme ça, je ne comprends pas en quoi arrêter de travailler permet d'échapper à cette pression. Les notes n'arrêtent pas d'arriver à partir du moment où tu ne travailles plus :rire: Et pour ma part, ça aurait été encore plus dévastateur d'avoir une note VRAIMENT catastrophique parce que je n'ai rien fait. Du coup je dis pas non à un peu d'explication :)
     
  12. Black Phillip

    Black Phillip
    Expand Collapse

    Elle a toujours eu de bonnes notes facilement, tout le monde lui a toujours dit que sa valeur résidait dans le fait qu'elle soit la meilleure de la classe, plus "mature" que les autres enfants : "les autres sont jaloux" etc, donc forcément le jour où elle a eu d'un peu moins bonnes notes elles s'est sentie nulle et inintéressante parce que c'est comme si elle avait perdu sa qualité, sa particularité, ou ce qui lui donnait sa valeur en tant que personne et qui la faisait se sentir un peu intéressante et pas interchangeable. Moi je trouve au contraire que l'article est très clair et plein de recul.

    @Mrs Sulu C'est exactement ce que je fais.
    J'étais comme elle quand j'étais petite, j'avais toujours de bonnes notes sans rien faire, les profs me prenaient toujours en exemple pour les autres : "regarde **** comme elle est bien sage et comme elle est bien bonne en classe, tu devrais être comme elle" (ça m'a juste donné l'impression d'être la plus ennuyeuse du monde, et que ma seule valeur tenait dans le fait que j'ai de bonnes notes / en plus de faire que j'agaçais tout le monde sans rien faire), et quand je suis arrivée au collège et qu'il a fallu commencer à travailler à la maison pour que ça marche je ne l'ai pas fait, mes notes ont baissé et je me suis sentie la plus nulle du monde, exactement comme ce qui est décrit dans l'article.
    Maintenant j'arrive à la fin de mon master mais j'arrive toujours pas à travailler, chaque année d'étude je l'ai passée dans l'angoisse totale. En fait je me comporte à l'opposé de la personne de l'article, je suis tellement angoissée par l'idée de rater que je suis complètement bloquée, je ne fais rien du tout, ou alors dans l'urgence à la dernière minute parce que c'est une question de survie, je rends toujours tout en retard, je fais mes dossiers de 10 pages en une nuit la veille, du coup j'ai pas toujours des notes à la hauteur de mes espérances et ça me déprime, parce que paradoxalement je suis super perfectionniste. En fait j'ai tellement peur de faire quelque chose de nul ou d'imparfait que je préfère ne rien faire du tout au cas où ce serait raté et par peur de me décevoir. C'est un cercle vicieux mais j'arrive vraiment pas à me sortir de ce fonctionnement et ça risque de mettre la fin de mes études en péril là.
    Et le pire c'est qu'à cause de ce comportement beaucoup de personnes pensent que je m'en fous de mes études et que j'en branle pas une parce que je suis complètement chillax, alors que c'est l'exact opposé, je suis la personne la plus stressée du monde et j'ai super peur de ne pas réussir.
     
    #12 Black Phillip, 29 novembre 2016
    Dernière édition: 29 novembre 2016
    zazouyeah, Kaytra, Bananas Bleue et 5 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...