Je suis une nuit, ou 2 minutes pour parler du handicap et de prostitution

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lucie Kosmala, le 20 décembre 2017.

  1. Lucie Kosmala

    Lucie Kosmala
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    #1 Lucie Kosmala, 20 décembre 2017
    Dernière édition par un modérateur: 3 janvier 2018
    ----- Publicité -----
  2. na-Thalia

    na-Thalia
    Expand Collapse

    Alors par contre...vraiment..... Si vous pouviez arrêter de nous spoiler tout le film dès le titre de l'article ça serait vraiment chouette !!! Parce que là c'est quand même la 3ème fois que je me fait avoir avec les films du Nikon festival et à chaque fois ça m'a gaché tout le film . ("Je suis un cadeau", "Je suis une robe" et celui là) Films que j'ai trouvé très bien par ailleurs mais que j'aurais bien aimé découvrir sans spoil .

    Voilà c'était mon cri du coeur, j'ai rien dit les 2 premières fois mais là vraiment ...
     
    Kand'x, nat_, CherryHana et 11 autres ont BigUpé ce message.
  3. mistral

    mistral
    Expand Collapse

    Ouais je plussoie. Le film était top au niveau réalisation mais je n'ai eu aucune surprise, aucune émotion, et c'est vraiment à cause du titre de l'article, puisque je m'attendais déjà à tout ce qui allait se passer. Franchement c'est pas cool de votre part :/
     
    Bad Ass, Kounette, lafillelabas et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. issabill

    issabill
    Expand Collapse

    J'allais dire la même chose... :fleur:
     
    yuyunaâ a BigUpé ce message
  5. Ccile13

    Ccile13
    Expand Collapse

    Désolée d'en rajouter une couche, mais comme dit plus haut, le titre de l'article révèle tous les enjeux de ce court-métrage et donc je n'ai rien ressenti en le regardant... C'est bien dommage non ?
     
    Kounette, yuyunaâ, château fort et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. Emily's

    Emily's
    Expand Collapse
    Keep calm and ... Let the Karma finish it !

    J'ai beaucoup aimé la vidéo ... Mais bon on s'y attendait un peu à cause du titre c'est dommage :sad:
     
    yuyunaâ a BigUpé ce message
  7. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    à propos du titre : c'est vrai qu'on ne le fait pas souvent, d'être aussi explicite sur le contenu du film. Mais vous êtes aussi moins nombreuses à cliquer sur l'article, à aller découvrir le film. En l'occurence, c'est une vidéo de 2m20, pas un long métrage. "Prostitution et handicap" donnent les thèmes sur lesquels le film fait réfléchir. Ils ne vous disent rien des situations personnelles des personnages, c'est le jeu des acteurs qui construit cela, l'histoire respective des deux protagonistes.

    Vous pouvez considérer que "ça spoile trop" ; je pense qu'on peut avoir un débat sur ce qu'est un spoiler ou non à chaque fois qu'on parle d'une oeuvre à la rédac (un de mes ex considérait que dire "telle actrice est au casting du film", c'était un spoiler. Perso je considère que me raconter la fin, ça n'est pas forcément un spoiler, parce que c'est "comment on arrive à cette fin" qui est intéressant, pas comment ça fini. Ce n'est pas le cas des polars, par exemple : là, le dénouement ET le déroulement ont autant d'intérêt à mes yeux :yawn: BREF)

    J'estime que ce film mérite d'être vu, la dure loi d'Internet et du festival Nikon, où les films sont très nombreux, c'est qu'il faut attirer le regard de l'internaute. Vous auriez préféré qu'on titre "Je suis une nuit, l'histoire d'une rencontre qui va vous surprendre" ou "le court-métrage qui ne raconte pas l'histoire que vous croyez" ? Ça aussi ça fait cliquer, et ça aussi, ça amène une ribambelle de critiques "vous faites du clickbait, c'est relou". Et ces critiques aussi sont légitimes.

    Oui, pour beaucoup de gens, ce titre est un spoiler. Pour d'autres, c'est un bon teaser. Je ne vais pas préjuger, et on prend soin d'alterner, ne pas faire QUE du clickbait agressif, QUE des titres teasing "trop spoiler", QUE des titres très factuels et descriptifs, etc.

    J'ai les stats en direct : et oui, "prostitution et handicap" dans un titre, ça fait cliquer. Je préfère que les gens voient ce film, quitte à en frustrer une partie pour en avoir "trop dit" dans le titre, plutôt que l'inverse. Oui, c'est un divertissement, ET certains films sont un peu plus que cela. Je considère que la valeur de ce film en particulier est davantage dans la réflexion qu'il amène que dans sa fonction de divertissement.

    En voilà un débat intéressant ;)
     
    Babitty Lapina, Solidshnek, Thinocephale et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. 100drillon

    100drillon
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Je venais aussi en rajouter une couche. Je l'ai vécu comme quand je sais plus quel journal à spolié la fin de Harry Potter en une le jour de sa sortie
     
    Lottie Biggs a BigUpé ce message
  9. Tippi

    Tippi
    Expand Collapse
    Élevée en plein nerf

    Ce film m'a mis extrêmement mal à l'aise, je ne saurais pas dire exactement pour quoi.

    C'est très maîtrisé, les lumières sont belles, l'image est hyper (trop ?) léchée l'enchaînement des plans audacieux. Formellement, c'est beau à la façon d'un Sorentino (encore faut-il aimer Sorentino).

    Mais Je ne comprends pas du tout ce que veut y dire le réalisateur. Je ne parle pas des flashbacks, j'ai compris la structure du film, mais en quoi ce dispositif sert-il le court-métrage ? Quel est/quels sont le(s) point(s) de vue ?
     
  10. flying thing

    flying thing
    Expand Collapse

    Je ne comprend pas bien la fin de l'article, et je la trouve un peu rapide dans ses conclusions.

    " [...] à la tristesse devant les situations étriquées des deux personnages" Quelle tristesse ?
    Je trouve qu'on présente la chose comme s'il était forcément triste d'être handicapé et triste d'être prostituée, certes la jeune femme paraît un peu timide à la fin, et l'homme pensif, mais je pense qu'ils pourraient très bien être tous deux satisfaits de cette situation et de leur relation. Je ne dit par que l'homme est satisfait d'être handicapé, mais il pourrait très bien être heureux et vouloir faire appel à une prostitué, qui n'est pas forcément dans ce métier par précarité ! Ça ressemble un petit peu à de la victimisation, même s'il est vrai que beaucoup (trop) d'étudiantes peuvent être forcées par leur situation à se prostituer, il ne faut pas généraliser et juger cela beaucoup plus dégradant que le fait d'être caissière pour payer ces études même si les deux choses sont très différentes par beaucoup d'aspect.

    Qu'avez-vous voulu dire avec cette interprétation ? Est-ce des propos rapportés du réalisateur ?
     
  11. Ka

    Ka
    Expand Collapse

    Je m'interroge vraiment sur le propos du réalisateur ... Mais j'ai lu les commentaires sous sa vidéo et il a pas l'air d'avoir envie qu'on lui pose trop de questions.
    C'est vrai que ce film est beau ! Tout est beau. Le beau jeune homme dans son fauteuil, dans son bel appartement qui offre de beaux vêtements à la belle jeune fille, qui lui dit des mots d'amour, avant de l'emmener dans un beau resto ... A la fin on a presque envie de se dire "quelle belle histoire" !
    Mais est-ce que c'est vraiment une belle histoire ? Et si le décor et les personnages avaient été différents, ce serait-on dit la même chose ? Par exemple, si l'homme avait eu un handicap plus lourd, qui marque son visage ou gène son élocution ? S'il avait habité un petit studio (l'Allocation Adulte Handicapé ça paye pas des masses !) avec son lit médicalisé au milieu ? S'il avait emmené la jeune femme (qui aurait pu aussi être plus vielle et moins jolie) au McDo ? Est-ce que le film nous aurait fait le même effet ?
    En fait je trouve que ce film donne une image très lisse et très "rose" du handicap et de la prostitution. Je trouve que ça éclipse complètement une grosse partie de la réalité. Je comprend pas trop pourquoi avoir voulu que tout soit beau à regarder. Est-ce que, si les personnages avaient été pauvres et "laids", ça aurait changé quelque chose au propos ?
    Bref, tout ça m'interroge beaucoup ! :hesite:
     
    Lady Stardust, Kopses, Tippi et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. Tippi

    Tippi
    Expand Collapse
    Élevée en plein nerf

    @Ka je suis assez d'accord. Je ne comprends pas trop le parti-pris esthétique très léché du film. On dit que la forme c'est du fond qui remonte à la surface, là je vois un fossé entre la forme et le fond, aucune prise de risque réelle. En somme la forme (extrêmement maîtrisée avec des choix esthétiques assez marqués) ne dit rien. Il ne s'agit pas de faire du misérabilisme, mais là on dirait juste que le réalisateur a pris 2 sujets hyper sensibles et "sensationnels" pour... pour en dire quoi ?
    Je vais le dire de façon un peu abrupte mais ce que je ressens avec ce dispositif de cacher la réelle situation et statuts de se personnages c'est "ahahah je vous ai bien eu-es, en fait elle est prostituée et lui handicapé !!! :d. Façon freaks quoi.
    Après, ma lecture de l'article avant de voir le film a très certainement orienté la réception que j'en ai et je ne comprends pas trop l'interprétation qui en est faite non plus (même si honnêtement' le personnage masculin n'a pas l'air des plus épanouis).

    Je me trompe peut-être et je serais ce curieuse de connaître les différentes façons dont ce film a été reçu.

    Petite remarque : j'aurais trouvé ça bien qu'on évite l'expression "souffrir d'un handicap" au profit d'une expression plus neutre "personne porteuse d'un handicap" ou "en situation de handicap" ou "personne handicapée" qui me paraît bien aussi :fleur:
     
    #12 Tippi, 22 décembre 2017
    Dernière édition: 23 décembre 2017
    Kopses a BigUpé ce message