[Je veux comprendre...] Le conflit au Darfour

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mademoiselle Coco, le 1 avril 2007.

  1. Mademoiselle Coco

    Mademoiselle Coco
    Expand Collapse
    a un magnifique brushing

  2. Constanz

    Constanz
    Expand Collapse
    ?

    Très clair et très complet.
    Merci, je comprends mieux maintenant.
    Manquerait peut-être juste une petite carte pour les quiches en orientation de mon genre.
     
  3. myfunnyvalentine

    myfunnyvalentine
    Expand Collapse
    Teubê et fière de l'être

    Très bien expliqué, c'est clair et simple.
    Par contre, c'est vrai que ce serait bien quelques cartes, non seulement pour reperer le pays (mais ça, à la rigueur, on le peut le faire soi-même en ouvrant un Atlas), mais aussi pour illustrer les frictions entre Sud et Nord, la répartition ethnique, etc... Ca illustrerait le texte et c'est plus facile à retenir (en tout cas pour moi).
    Mais c'est super quand même !
     
  4. Mademoiselle Coco

    Mademoiselle Coco
    Expand Collapse
    a un magnifique brushing

  5. Ancien membre

    Ancien membre
    Expand Collapse
    Guest

    J'vais adorer cette rubrique, je crois. Ci-mer. :)
     
  6. Kyona

    Kyona
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Merci pour cet article complet.
    J'ai habité au Tchad pendant 5 ans, ce conflit me fais peur d'autant que les populations Soudanaise et Tchadienne n'ont vraiment rien avoir avec ces histoires de corruption de dictateur!
     
  7. Mademoiselle Coco

    Mademoiselle Coco
    Expand Collapse
    a un magnifique brushing

    Ruby, je comprends parfaitement tes "objections". Je vais utiliser mon "droit de réponse" ;)

    Si j'ai placé l'aspect ethno-religieux avant l'aspect économique, c'est dans un souci de clarté, parce que ça venait avant chronologiquement, et que l'opposition économique entre éleveurs et cultivateurs me semble centrale et découle d'une opposition ethnique.

    En ce qui concerne les violences intercommunautaires, j'ai essayé de nuancer sur l'opposition entre les communautés à plusieurs reprises. Je sais que le conflit a évolué, mais je n'ai pas réussi à trouver des sources suffisamment récentes et fiables pour l'aborder "sérieusement". Le livre de Prunier, que j'ai mis dans "Pour en savoir plus", aborde cette question de façon plus approfondie que je ne pourrai jamais le faire dans cet article.

    Pour finir, sur les corridors humanitaires, je savais que je m'engageais sur une pente glissante... Je n'ai pas tes connaissances sur le monde de l'humanitaire, donc je présume que si tu défends cette position, c'est qu'elle est sans doute la plus fondée. Le "problème" que j'ai eu en me renseignant pour écrire l'article sur cette question est que j'ai eu l'impression de tomber dans une querelle idéologique, chacun ayant une opinion totalement opposée à l'autre, et la défendant plus par "croyance" que par approche rationnelle... Je ne sais pas si c'est clair :confused: Mais en gros, en étant extérieure au problème, quand tu as d'un côté Kouchner et Elie Wiesel qui demande l'ouverture de corridors humanitaires sécurisés et de l'autre Brauman et alii qui disent que c'est une connerie sans nom, il faut choisir... J'ai choisi en me fondant sur une apparence de crédibilité (c'est la position soutenue par le Gouvernement français). Donc voilà, c'est un choix qui n'est pas forcément le bon. Mais si c'est si con que ça, je ne comprends pas pourquoi Kouchner, qui s'y connaît quand même un minimum en opération sur le terrain, défend cette idée... Si tu peux m'expliquer, j'aimerais vraiment comprendre !
     
  8. Mademoiselle Coco

    Mademoiselle Coco
    Expand Collapse
    a un magnifique brushing

    Tu sais, c'est marrant, parce que vraiment, en écrivant l'article, je pensais vraiment à toi, j'étais certaine qu'on ne serait d'accord sur tout et que la discussion après serait intéressante...

    Je suis vraiment à l'opposé de toi sur les ONG. Je reconnais que certaines sont irréprochables et font vraiment des choses absolument nécessaires qu'aucun gouvernement n'accepte d'assumer. Mais par mon expérience à l'ONU, je suis devenue extrêmement méfiante vis-à-vis de la "nébuleuse" ONG, des informations qu'elles transmettent avec l'alibi du "on est sur place" et qui sont parfois fausses, du fait que ces organisations jouissent d'une présomption de bonne moralité irréfragable et d'une légitimité absolument pas démocratique, etc. J'arrête ma charge ici, parce que 1. ce n'est pas le sujet et 2. ça ne concerne qu'une partie des ONG. D'où le fait que j'aie plutôt penché pour Kouchner que pour Brauman.

    En ce qui concerne l'intervention armée, c'est effectivement ce que j'ai introduit dans la conclusion, en rappelant que le Darfour était grand comme la France et qu'il ne s'agit pas d'un petit soulèvement dans une ville. Je suis entièrement d'accord avec toi qu'une intervention armée n'est pas la solution à la crise du Darfour et qu'elle ne servirait qu'à donner bonne conscience aux opinions publiques occidentales. D'ailleurs, il n'y a aucun gouvernement à ma connaissance qui défende l'idée d'une intervention armée comparable à l'Irak (sutout vu la succès de cette dernière :confused: ).
     
  9. Mademoiselle Coco

    Mademoiselle Coco
    Expand Collapse
    a un magnifique brushing

    Le problème autant pour les sanctions économiques que pour le fonctionnement de l'ONU en général, c'est qu'il faut systématiquement l'accord des Etats. En l'occurrence, sur le Soudan, je pense que jamais la Chine n'acceptera des sanctions économiques gelant les exportations de pétrole par exemple... Et puis on a vu l'efficacité des sanctions économiques en Irak aussi :confused: Ca pénalise avant tout les populations civiles sans rien changer au gouvernement en place ! Si l'Irak avait été une démocratie, bien sûr que ça aurait pu faire quelque chose. Mais par définition, on n'applique pas ces sanctions dans les régimes modèles. Donc le peuple, censé souffrir tellement que ça devient insupportable et qu'il renverse le régime, ne peut absolument rien faire. Et puis on a vu à quel point Saddam Hussein a réussi à utiliser les sanctions pour être le martyr de la communauté internationale, protégeant son peuple jusuq'au dernier souffle, blablabla.

    Pour les niveaux de sortie de crise, je pense que si ça ne fonctionne pas sur le terrain, c'est parce que les mandats sont votés non en fonction de la situation (situation A = il faut du peace enforcement = on vote un mandat de peace enforcement) mais en fonction des forces que les pays acceptent de mettre à disposition et les risques qu'ils sont prêts à leur faire prendre (situation A = il faut du peace enforcement mais non, on veut pas se faire chier = on vote du peace keeping pour être tranquille).

    L'autre truc qui montre vite ses limites, ce sont les casques bleus eux-mêmes, qui sont à 99% des soldats d'armées de pays en développement, pas formés, pas équipés et qui ne savent tout simplement pas comment agir :confused: Et là, c'est plus la responsabilité des Etats développés qui refusent d'envoyer leurs soldats formés et équipés que le problème de l'ONU en elle-même. Il faut que ce soit le Liban pour que la France (réticente) accepte de mettre les mains dans le cambouis...

    Sur la bureaucratie en revanche, je ne peux que te suivre. Mais des choses qui apparaissent parfois totalement dérisoire (rédiger des rapports annuels sur le trafic de drogue par exemple) sont en fait des instruments très importants. Ca n'a l'air d'être que du papier, mais c'est ensuite une "arme" pour le naming and shaming d'avoir des chiffres établis par l'ONU, que les pays hésitent quand même à remettre en cause publiquement.

    Pour la réforme, oui à 100%. Le problème, ce sont toujours les Etats. Je crois que c'est d'ailleurs le problème principal de l'ONU. Et je crois qu'il faut bien différencier les actions de l'ONU (réalisées avec les fonctionnaires internationaux de l'ONU) et les actions menées par l'ONU au nom des Etats (avec l'accord nécessaire des Etats et du personnel mis à disposition par les Etats). En l'occurrence, la première partie (ce dont je parlais pour la rédaction de rapports par exemple) me semble fonctionner nettement mieux que la deuxième, justement parce qu'il n'y a pas de blocages de la Russie ("ah non, je ne veux pas qu'on dise qu'il y a des drogués et des malades du SIDA dans mon pays"), de la Chine ("ah non, je ne veux pas qu'on dise qu'il y a des atteintes aux droits de l'Homme chez moi") ou de la France ("ah non, je ne veux pas que mes soldats meurent"). Ce sont deux parties distinctes, pas en droit, mais dans les faits, de l'activité de l'ONU, et ça ne fonctionne pas du tout de la même façon.

    Je trouve ça bien aussi de ne pas être d'accord, c'est enrichissant ;)
     
Chargement...