Je veux comprendre : le débat sur la prostitution

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lady Dylan, le 26 juin 2012.

  1. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

  2. SallyVonHolle

    SallyVonHolle
    Expand Collapse
    Psychedelic Mind

    J'avoue que je ne sais pas trop comment me positionner sur cette question, qui est super délicate.

    Le prohibitionnisme est vraiment inutile selon moi. Il me semble que c'est se voiler la face sur des problèmes qui de toutes manières ne disparaitront pas (concernant les réseaux de traite des humains). On risque de mettre encore plus en danger les femmes (et les hommes aussi) qui exercent cette activité, qu'elle soit décidée de son plein gré ou non.

    Concernant le néo-règlementarisme, c'est super limité comme solution. On a vu les dégâts aux Pays-Bas où les "loverboys" fleurissent.

    :erf:
     
  3. Miawou

    Miawou
    Expand Collapse

    Moi du coup je pense que je suis "neo-reglementariste". Du moment qu'elle est choisie, je vois pas le problème avec la prostitution. Mais si elle est choisie, il faut qu'elle puisse s'exercer dans des conditions dignes de ce nom : avec de la protection, de l'hygiène, et du respect. J'avais vu un reportage sur une maison close de je sais plus quel pays, ou les prostituées travaillaient un nombre d'heure raisonnable (qu'elles choisissaient elles-même), où les draps, serviettes etc, étaient changés à chaque passe, avec douche obligatoire avant pour le client, et salle de repos commune pour les filles. Et caméras de surveillance. Et bien sûr elles pouvaient arrêter quand elles voulaient. Voilà, c'est quelque chose comme ça qu'il faudrait selon moi en France.
    Par contre il évident que pour ce qui est de la traite des humains... aucune pitié, il faut lutter et l'abolir!
     
  4. Aude14

    Aude14
    Expand Collapse

    En Suisse, certains cantons l'autorisent et l'encadrent. Je vais essayer de trouver des rapports à ce sujet, mais j'avoue que ça risque d'être difficile avec les 3 langues officielles...

    Je suis d'accord avec Chl0é. Cela peut être un choix de vie, tout comme les stars du porno l'ont parfois choisi.
    Ce n'est pas pour rien qu'il s'agit du "plus vieux métier du monde". L'interdire ne servira à rien.
     
  5. Croquelicot

    Croquelicot
    Expand Collapse
    It's a TRAP² !

    Je comprends l'idéal de l'arrêt de la prostitution, mais je ne comprends pas comment on peut imaginer que le sort des filles "forcées" va être amélioré si la prostitution devient un délit : soit elles seront plus cachées (et donc plus en danger), soit il y aura un "tranfert" vers les pays moins répressifs. Les macs et les réseaux vont pas se dire "ah tiens, la France en fait un délit, bon allez, on s'assoit sur nos gros sous, rentrez chez vous les filles..." :erf:

    Et pour les femmes qui ont choisi de se prostituer, elles ont payé des impôts toute leur vie pour finalement financer une loi qui leur interdit de travailler ?

    Je trouve ça tellement pertinent le comparatif avec l'esthéticienne, la caissière ou l'ouvrière à la chaîne. Et si moi, je trouve ça moins dégradant d'être payée 200 euros de l'heure en échange de sexe que 10 euros à boulonner ou épiler à la chaîne ?

    C'est très archaïque de considérer que faire du sexe contre rémunération, est forcément une atteinte à la dignité.

    Je pense que cette loi est inutile voire dangereuse pour les filles forcées et liberticide et infantilisante pour les "indépendantes".
     
  6. Apaloosa

    Apaloosa
    Expand Collapse

    « La prostitution est toujours le résultat d’une souffrance, la conséquence de blessures profondes et anciennes. »

    La suffisance dont fait preuve Le Nid à chaque nouveau débat sur la prostitution m'ulcère. Mais pour qui se prennent ces gens qui s'arrogent le droit de penser à la place des autres ??? La position de Marcela Iacub est tellement plus sensée et subtile que le victimisme à la con des abolitionnistes.

    Ce qui est surtout intéressant dans ses propos, c'est qu'elle ne procède pas à la dichotomie purement judéo-chrétienne entre le travail sexuel, et le travail considéré comme "normal". Je n'irai pas jusqu'à dire que l'on devient prostituée comme on devient marchand de chaussures, mais nous avons tous un rapport différent à notre corps et à ce que nous en faisons, et je reste persuadée qu'on peut gagner sa vie en louant son corps et très bien le vivre, voire y prendre du plaisir.

    Pour ma part, je trouverais par exemple plus "économe psychiquement" de me prostituer que de travailler dans un service de soins palliatifs pour enfants (oui je sais, la comparaison est cheloue).
     
    pépé le moko a BigUpé ce message
  7. Leech

    Leech
    Expand Collapse
    Have less. Do more. Be more.

    Erf, c'est typiquement le genre de débat où je n'arrive toujours pas à avoir une opinion... "tranchée". C'est tellement "délicat" et un univers qui m'est tellement étranger que me prononcer là dessus me semble presque impossible. J'ai toujours l'impression que, peu importe l'opinion que je vais avoir, il ne sera ps "légitime" vu que, au fond, je n'y connais strictement rien, de la réalité de la prostitution.

    A part ça, sur le forum il y a déjà eu pas mal de débats sur ça (avec notamment l'article "J'ai testé pour vous la prostitution", puis sur d'autres topics), et il y avait eu des témoignages vraiment très intéressants, qui me font en partie comprendre la tendance abolitionnistes. En fait, je crois que je comprends les arguments de chaque parties, mais j'arrive pas à me décider...
     
  8. Ancien membre

    Ancien membre
    Expand Collapse
    Guest

    Je n'ai pas particulièrement d'avis sur la prostitution mais il y a quelque chose qui me chiffone:
    Comment NVB veut-elle abolir la prostitution forcée (je ne parle pas de la prostitution choisie) si elle ne s'attaque pas aux causes de celle-ci ?
    Il m'est arrivé de passer par le bois de boulogne le soir, et je me suis toujours posé la même question, qu'est ce qui fait que ces filles/mecs sont là ? Il doit y avoir d'une part celles/ceux qui ont choisi ce métier parce qu'ils aiment ça (je pense à Annie Sprinkle, causette n°12 par exemple) , ok; et d'autre part, celles/ceux qui y sont arrivé en dernier recours, par "choix forcé" je dirais (chômage, problèmes financiers, pas de diplôme ou que sais-je...), ou par obligation (réseaux trafiquants etc...).
    Ceux/celles qui n'obéissent qu'a leur propre volonté, la première catégorie, laissons les tranquilles, essayons d'améliorer leurs conditions de travail; pour la deuxième catégorie, que faire ? Pénaliser la prostitution, à mon avis, ne réglera pas le problème. On s'attaque toujours aux conséquences mais jamais aux causes, il serait peut-être temps de réfléchir à celles-ci.
     
    pépé le moko a BigUpé ce message
  9. Eiri

    Eiri
    Expand Collapse

    c'est bien le genre de débat où les extrêmes le semblent trop justement - il faut trouver une solution au juste milieu.

    Bien sur la traite d'humains est à abolir totalement et je pense que même celles qui le font par "choix" subissent des pressions -manque d'argent par exemple, comme en témoignait une madz ici... il est clair qu'aucune petite fille se dit "je veux être une prostituée quand je serai grande" mais bon... d'autres métiers ne sont jamais cités non plus.

    j'avais lu "le doux venin du scorpion" de Bruna Surfistinha qui est un témoignage intéressant, qui prouve je pense qu'il ne faut pas toutes les mettre dans le même sac.

    edit: en fait je pense surtout que (comme tout me direz vous) cela va dépendre du caractère de chacun(e), c'est ce livre que me fait dire ca.
    désolé si je répète ce que d'autres ont déjà dit, j'ai pas eu le temps de tout lire.
     
  10. Eiri

    Eiri
    Expand Collapse

    donc. j'ai relu tous les commentaires et effectivement tout ce que je voulais dire par rapport au caractère de chacun(e) a déjà été dit ! (mais elles l'ont dit mieux que moi alors voilà ^^

     
  11. OutrEspace

    OutrEspace
    Expand Collapse
    C'est moi le chat !

    Si le sujet vous intéresse, aujourd'hui à 13h30 l'émission les Pieds sur terre, sur France Culture, s'intéresse au prostituées du bois de boulogne. Néanmoins elle a été enregistrée avant la déclaration de NVB.
     
  12. Jenkins

    Jenkins
    Expand Collapse
    Besoin de rien. Envie de seske.

    " un acte sexuel pour lequel la femme (car il s’agit généralement de la femme)"

    Ce n'est pas parce qu'il y a eu moins d'études, moins de statistiques, et qu'on n'en parle pas qu'on peut se permettre de dire qu'il s'agit généralement de la femme. Cela reviendrai à dire que celle des hommes est encore rare.
    La prostitution masculine est toute aussi importante et devrait être traiter ( pour l'abolition et pour la protection des travailleurs ) comme la prostitution féminine.
    Puis si vous voulez vous en rendre compte par vous même je vous conseille de voir le documentaire "Homme à louer", qui est bizarrement le seul parlant de prostitution masculine contre des centaines d'autres concernant les femmes. Un peu comme les viols, je crois d'ailleurs qu'il n'y a qu'une seule association pour les hommes victimes de violences sexuelles, rha lala les tabous.
    Et ce n'est pas parce que ce sont des hommes qu'ils ne souffrent pas autant que les femmes vis à vis de leur métier.
     
Chargement...