« La République se mobilise enfin pour l’école », à lire sur Slate

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lea Bucci, le 24 janvier 2015.

  1. Lea Bucci

    Lea Bucci
    Expand Collapse

  2. Naudhiz

    Naudhiz
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Faire chanter la Marseillaise à l'école, est-ce une bonne idée ? Ma réponse, qui n'engage que moi, c'est un non clair et net. J'étais déjà un peu gênée pendant la Marche quand la Marseillaise éclatait, parce qu'elle ne correspondait pas (selon moi) à l'esprit de cette marche et à l'esprit de la République en général.
    Alors la faire chanter aux écoliers de 6 à 16 ans qui ne se reconnaissent déjà pas forcément en tant que français, je ne suis pas sûre que ce soit une solution.
     
    Culloden et Xenophilius Lovegood ont BigUpé.
  3. Faol

    Faol
    Expand Collapse
    Heavy seas of love

    Je trouve que la Marseillaise a très mal vieilli, donc pour moi la question n'est pas de savoir s'il faut faire chanter l'hymne national aux élèves, mais plutôt s'il ne faudrait pas changer d'hymne... Et personnellement, je n'attends que ça.
    Sinon, j'ai toujours trouvé le principe d'école/collège/lycée privé totalement stupide, vive la stigmatisation et la non-mixité sociale... Et en plus, elles sont financées par l'argent public ? Le minimum pour moi, si elles veulent continuer d'exister, c'est qu'elles se financent elles-mêmes... Enfin bon, je ne suis pas très renseignée là-dessus, mais personnellement j'aimerais bien voir disparaître ce genre d'établissements...
     
  4. Luz-

    Luz-
    Expand Collapse
    Je dois y arriver.

    Je ne suis pas française donc ma contribution sera surement useless - mais certains problèmes comme les écoles privées concernent le monde entier donc j'aimerais m'exprimer sur ce point.
    Les écoles privés c'est pour moi, vraiment, une honte en fait. Car elles entretiennent l'élitisme social et sa reproduction !
    Si on décide d'être dans un pays de démocratisation de l'enseignement, du savoir, de la culture et de l'éducation c'est clairement un réseau qui ne doit pas exister. Déjà en Belgique on a deux réseaux scolaires de base : le catholique "libre" et le public et ça pose déjà des soucis de différents niveaux + souvent les écoles catholiques sont plus cher donc cible déjà son public avec clairement un système de suppression des élèves "non désirés". Alors les écoles privés hors de prix en plus ça entretient la concurrence entre les écoles au lieu d'avoir un seul système de bonne qualité on a plusieurs systèmes avec parfois des écoles clairement pourrie et d'autres super cher avec un top niveau. Je trouve ça assez dingue en 2015 (j'ai failli mettre 2014 haha) alors que les valeurs de démocratisation sont utilisées depuis des dizaines d'années par nos politiciens respectifs.
    Ensuite concernant l'hymne national chanté en classe, personnellement je trouve ça bizarre car en Belgique on ne fait pas du tout ça et je comprends pas vraiment l'intérêt.... Après je ne pense pas comme @Faol qu'il faut changer les hymnes nationaux (car disons le platement ils ont tous mal vieilli... Que ce soit l'hymne allemand inchangé depuis le IIIe reich (quand même :d), ou celui de la Belgique pareil depuis 1830, clairement on est plus dans le même esprit. Mais je crois que historiquement c'est quelque chose a conserver et a enseigner dans les cours d'histoire par exemple avec une réelle explication des références que les hymnes contiennent.
    De là a les chanter en classe euh ? :d ça fait un peu début du XXe siècle haha, je serais assez intéressée de connaître les arguments de ceux qui sont "pour" ?
     
    margaret- a BigUpé ce message
  5. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    Moi, je trouve ça dommage d'attendre que ce soit pour "taper" sur les musulmans qu'on commence à parler laïcité ,République toussa.
    On pourrait aussi inclure car il me semble que ça fait aussi parti des valeurs de la République : la lutte contre les LGBT+phobies, le sexisme (coucou LMPT)dont certains universitaires s'inquiètent , le racisme (avec l'islamophobie dedans etc.)
    Sinon, il y a une initiative qui a l'air pas mal mais bon c'est plus pour les adultes :un diplôme de la laïcité à la fac de droit de Toulouse
     
    Ciga et Miodvla ont BigUpé.
  6. Cesar.

    Cesar.
    Expand Collapse

    Un peu fatiguée pour ma part d'entendre le sempiternel même discours sur les écoles privées ( ouh les méchantes !) qui soi-disant piqueraient l'argent des contribuables et devraient s'auto-financer parce ça leur ferait les pieds...

    Ayant moi-même été dans ces écoles et connaissant de nombreuses personnes y travaillant, j'aimerais bien lever un peu le voile sur certains clichés.

    Déjà, le financement: ces écoles sont très souvent moins financés que les écoles publiques, les bâtiments de tous les établissement scolaires où je me suis trouvée étaient le plus souvent vieux/vétustes/usés, il n'y avait pas d'infirmière scolaire, encore moins de psy ou de salle de sport tout équipée, ni même de labo neuf. Bref pour le financement large et généreux de l'Etat on repassera, merci. Les personnels enseignants ne sont quasiment jamais en grève et bénéficient souvent de moins d'avantages que leurs homologues du public. De plus, ayant été dans des écoles catholiques, j'ai souvent vu des religieuses ou des moines ( vivant dans des locaux proches et à part et plutôt âgés - en général leur congrégation avait fondé l'école elle-même -) donner un sacré coup de main pour maintenir l'école à flot financièrement en assurant l'entretien des lieux, l'accueil des parents, la surveillance de l'étude, etc, à des âges allant de 65 à 75 ans. Je vous laisse imaginer à quel point l'école était riche (ironie Inside).

    En ce qui concerne un point non évoqué mais qui revient souvent sur le tapis, les écoles privées ( cathos, je ne parle que d'elles car je ne connais qu'elles) ne font pas d’embrigadement religieux : jamais on ne m’a imposé de cours de catéchisme, de prière collective ou de signe de croix à faire en rentrant quelque part. Durant toute ma scolarité j’ai croisé plus de camarades athées que croyants et jamais ils n’ont à eu à subir quoi que ce soit de religieux. Il en va de même pour les élèves d’autres confessions qui ne sont pas du tout obligés d’être catholiques ou d’adhérer absolument aux valeurs catholiques.

    Enfin, pour celles et ceux qui trouvent que ces écoles n’ont aucune légitimité et devraient être remplacées par des écoles publiques, s'il vous-plaît posez vous la question inverse ? pourquoi est-ce que l’Etat laisse vivre ces écoles ? La réponse est qu’il a besoin de ces écoles car les ressources publiques ne sont pas suffisantes pour absorber la totalité des élèves de France dans le système purement public, sinon ça fait bien longtemps que cela aurait été fait. Les écoles privées rendent plutôt service à l’Etat en fournissant locaux et professeurs. De plus, les écoles privées sont assez développées dans les campagnes ( je le sais, je viens d’un joyeux trou paumé et je n’ai connu que cela jusqu’à mon arrivée dans les études supérieures) dans lesquels l’Etat n’a pas les moyens de créer des écoles publiques pour des raisons diverses : désintérêt de l’Etat pour la ruralité, nombre d’élèves jugé insuffisant pour qu’on s’en préoccupe … Dans ce cas les écoles privées prennent souvent le relais sous forme de petites structures qui s’occupent de 100, 200 élèves à peine. Certain(e)s pourront juger que ces élèves n’ont qu’à faire le déplacement dans de plus grandes structures, mais je me permets de signaler que quand je dis « trou paumé » cela signifie « à plus d’une demi-heure de route de l’école publique la plus proche » ( et c’est du vécu à 100%). Qui plus est, dans ce genre de cas ces petites écoles privées demandent aux parents d’élèves des paiements modiques et abordables, modulés selon les salaires des parents, voir rien du tout pour les boursiers.

    Voilà, je pense que mon post est peut être un peu HS mais ce sujet me tient à cœur. Je souhaite défendre un système scolaire qui m’a permis d’obtenir une éducation de qualité sans devoir aller en internat dès mon plus jeune âge et que l’on a tendance à blâmer de beaucoup trop de maux.


    PS : Je suis bien conscient que dans les grandes villes, la situation est parfois différente et que certains lycées privées notamment font réellement de la sélection sociale sur le critère de la richesse et du fait que l’élève vienne « d’un bon milieu ». ça me dégoûte franchement, mais il ne faut pas mettre toutes les écoles privées dans le même panier.

    Merci à celles qui me liront. Peace and love sur vos petits cœurs.
     
    lafillelabas et Atlas ont BigUpé.
  7. 1793

    1793
    Expand Collapse

    Je ne comprends pas en quoi parler de laïcité et de République, c'est pour "taper" sur les musulman-e-s ?
    D'ailleurs, "on" n'a rien attendu pour parler de laïcité à l'école, ça fait des années que le sujet est remis sur le tapis, et très récemment encore, notre ancien ministre Peillon a mis en place la charte de la laïcité à afficher dans tous les établissements. Je ne dis pas que c'est bien, mal, utile ou pas, mais force est de constater que le thème est très loin d'être nouveau. Ca a été réactivé parce qu'on s'est rendu compte qu'il y avait une mauvaise connaissance du concept de laïcité chez les jeunes et moins jeunes (mais est-ce vraiment étonnant quand on voit comment le discours politique et médiatique dévoie ce concept ?), mais ça n'est pas apparu magiquement après les attentats.

    Par ailleurs, sur le débat public / privé, il est vrai que tous les établissements privés ne sont pas élitistes (et à l'inverse, certains établissement publics le sont...), et la majorité accueillent des élèves de milieux populaires. Cela dit, les établissements privés ont de facto des moyens supplémentaires car ils bénéficient non seulement des subventions de l'Etat (qui paie les professeurs) mais aussi des frais d'inscriptions (qui sont rarement très élevés, sauf dans les établissements hors contrat, mais qui permettent quand même de mettre du beurre dans les épinards). Et surtout, ils ont des possibilités en terme de liberté d'organisation et de "tri" des élèves que les établissements publics n'ont pas. Très clairement, certains établissements privés sont remplis de gosses de riches qui veulent rester dans un entre-soi confortable. Et oui, c'est un problème. On parle tout le temps des quartiers ségrégués, des établissements ghettoïsés où se retrouvent les enfants de pauvres, mais il faut voir que cette situation est due à ce qui se passe de l'autre côté de l'échelle sociale, et à la culture de l'entre-soi des riches.
     
    Emel- a BigUpé ce message
  8. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    Non mais je sais très bien que ça ne date pas d'hier la laïcité ,je constate juste que lors des débats LMPT ont les a pas trop entendu concernant la laïcité et même quand Boutin a sorti la Bible lors du débat sur le PACS à l'époque .
    Oui ,il y a la charte de la laïcité mais quand on regarde bien ,on sait très bien que ça vise particulièrement les musulman-e-s sous couvert de séparation religion /Etat.
    Et j'en ai des tas d'exemples
     
    Ciga et Miodvla ont BigUpé.
  9. 1793

    1793
    Expand Collapse

    Je veux bien que tu précises ton propos, parce que je ne comprends pas de quoi tu parles précisément. :)

    Par exemple, dans ton premier message "on", c'est qui ? Et dans ton dernier message "on les a pas trop entendus", c'est qui "les" ? Et d'ailleurs, je pense que c'est assez contestable de dire que LMPT va à l'encontre de la laïcité... La laïcité n'interdit pas de prendre la parole dans l'espace public en tant que croyant-e / religieux/se.
     
  10. Carlawn

    Carlawn
    Expand Collapse

    @Miodvla c'est vrai qu'on pourrait penser que cela vise les musulmans, vu que les médias en rajoute beaucoup à ce sujet. Mais à l'ESPE, on nous apprend également que la laïcité, c'est aussi le respect de la liberté de culte, qu'il ne faut pas stigmatiser quelqu'un du fait de ses croyances personnelles. Donc, cela implique également de lutter contre toutes formes de discrimination, comme l'islamophobie (mais ça, les médias en parlent moins).
    Et je dirais que la réforme est beaucoup plus globale: c'est surtout l'échec scolaire, la non-mixité des établissements qui est mis en cause, et pas les jeunes qui ne comprennent rien à la laïcité. L'Etat sait bien que c'est le décrochage scolaire précoce qui empêche avant tout certains jeunes de s'intégrer pleinement dans la société française. La laïcité et les cours d'éducation civique permettent de donner des bases communes aux élèves, de leur donner envie de s'intégrer, mais si on ne leur en donne pas les moyens concrets à l'école et à l'extérieur de s'intégrer, ces cours ne changeront pas grand chose.
     
  11. HarleyQuinnn

    HarleyQuinnn
    Expand Collapse

    Grosse déception à la lecture de l'article... Je m'attendais à un autre type de "réforme".
    Tous les sujets abordés (laïcité, mixité sociale) son évidemment urgents et indispensables à mettre en œuvre, mais je me demande plutôt si ce n'est pas l'école française en elle-même qui est le fond du problème...
    Quand on compare avec les autres systèmes éducatifs (scandinaves notamment), on se rend bien compte que notre école n'est pas au niveau. Que ce soit pour l'enseignement au respect des autres, aux langues, ou même à l'éducation sexuelle, nous sommes bien en dessous. Pour moi, le seul moyen de mettre en œuvre une éducation plus efficace serait de modifier complètement notre système éducatif. Mais ce serait bouleverser les habitudes de pas mal de monde, donc on peut toujours rêver...
     
    1793 a BigUpé ce message
  12. 1793

    1793
    Expand Collapse

    Ah, pardon, j'ai dit les choses rapidement parce que c'était évident pour moi. ;) Je n'ai pas précisé, mais je suis prof d'histoire-géo éducation civique, et j'ai pu constater, directement ou indirectement, que le concept n'était effectivement pas maîtrisé par certain-e-s élèves, notamment par méconnaissance du contexte historique qui a abouti à la loi de 1905. Il ne s'agit pas d'élèves qui ne se sentaient pas Charlie, ou qui n'ont pas respecté la minute de silence, ça n'a rien à voir, en fait. Ce n'est pas parce que certain-e-s journalistes ont réduit le débat à ça qu'il faut tomber dans le panneau. ;) Je précise que c'est un sentiment partagé par de nombreuses/x collègues, et ce n'est pas propre à la laïcité (on en parle maintenant parce qu'on a beaucoup évoqué la laïcité suite aux attentats, c'est tout). Ensuite, il ne fallait pas prendre mon message comme un jugement de valeur. En tant qu'enseignante, je constate quand une notion est comprise, mais je ne trouve pas dramatique ou effroyable qu'elle ne le soit pas.
    Pour le reste, je crois que j'ai déjà précisé dans mon premier post, mais je le redis :
    1. ce n'est pas propres aux jeunes
    2. c'est -à mon avis- dû principalement au dévoiement de ce concept dans l'espace médiatique

    Sur le fond, je n'émettais pas un avis sur ces propositions, je répondais juste à un commentaire qui m'avait interpellée et que j'aurais aimé voir précisé. D'ailleurs, quand tu dis "la seule religion citée"... mais citée par qui ? Il y a plein de gens très différents qui parlent de laïcité. Qu'il y ait des réactionnaires qui instrumentalisent ce concept, tout le monde est d'accord, mais je crois qu'il ne faut pas réduire le débat à cette position.
     
Chargement...