La vie entravée des femmes - Carte postale d'Inde

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Roberte-, le 4 avril 2013.

  1. Roberte-

    Roberte-
    Expand Collapse

  2. Coco<3Corse

    Coco<3Corse
    Expand Collapse

    Merci de nous faire partager ton expérience, ton article est très intéressant. Et bravo pour le débardeur ! ;) Je n'imaginais pas que le sexisme était si prononcé en Inde...
     
  3. Lamina

    Lamina
    Expand Collapse
    Roule une pelle à la vie

    Je vais rebondir sur le débardeur, mais , tu ne penses pas que ton statut d'étrangère fais que justement tout le monde s'en fout. Je veux dire par là, ce n'est pas parce qu'une non indienne mais un débardeur que la mentalité des indiens eux même va changer, tu n'as pas le même statut que les habitants de ce pays, ils ne vont pas considérer ta façon de t'habiller de la même façon qu'une indienne lambda.
    Et j'ai pas trop compris le passage sur le frein majeur en Inde . Tu veux dire que le fait de mélanger croyance et coutume empêche les indiens d'évoluer?
     
  4. alice et caetera

    alice et caetera
    Expand Collapse

    d'abord big up pour cette carte postale, il y a tellement de choses  apprendre sur l'Inde et après le drame de Delhi, il est bon d'avoir quelques éclaircissements.
    cependant "s'est faite violée":sad: est non seulement grammaticalement incorrect; mais aussi "idéologiquement".."a été violée" suffira sans doute.
     
  5. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Tu as raison, j'ai corrigé :fleur:
     
  6. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    La seconde raison à ce battage médiatique prend ses racines dans le rôle passif qu’a joué la police

    Récemment, j'ai appris qu'à Mumbai, suite au viol de Delhi, les policiers interdisaient aux jeunes couples de s'afficher en public, parce que ce serait malsain et que ça mettrait leur sécurité en péril. Donc ils sont fliqués dans certains jardins publics et quartiers de la ville. Ca en dit très long  sur l'éthique professionnelle des policiers :facepalm: Et puis c'est  très révélateur de l'enracinement du problème dans la société indienne...

    Pour ce qui est du port du débardeur, je suis mitigée... Il m'arrive de porter des vêtements légers dans certains endroits précis (lieux touristiques, quartiers occidentalisés à Bombay...), mais ailleurs le risque de se faire emmerder est trop élevé. Même habillée en jean t-shirt, je surprends des mains baladeuses :stare: Et puis ça n'est pas quelque chose que je ferais par militantisme. Je comprends qu'on n'ait pas envie de se plier aux règles implicites pour X raison, mais de là à prétendre "éduquer" les autres...

    Sinon j'attends impatiemment l'article sur la circulation en Inde! :cretin: (ou comment risquer sa vie en traversant une rue!)
     
  7. loxlady

    loxlady
    Expand Collapse
    Fatiguée de ce monde

    Encore une fois une carte postale très enrichissante même si là le sujet était un peu triste.

    Je me demandais, ne connaissant pour ainsi dire absolument rien à l'Inde (à part le minimum syndicale, c'est à dire où sa se trouve :nerd:), est-ce que les castes existent encore ? C'est un sujet que je trouve fascinant (au même titre que leur religion) mais dont j'ai peu d'informations.

    Si c'est quelque chose qui existe encore aura t-on un jour une carte postale dessus? Si non c'est pas grave je verrai avec mon ami internet ou je chercherai des bouquins ^^

    merci en tout cas de nous faire voyager !
     
  8. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Oui, le système de castes existe toujours, même s'il est officiellement interdit. Je ne sais pas si Roberte a prévu un article sur le sujet, mais en attendant tu peux lire Dans la peau d'un intouchable de Marc Boulet. C'est un journaliste qui a vécu en immersion parmi les Intouchables de Bénares dans les années 1990. Je ne l'ai moi-même pas encore lu, mais il a l'air pas mal!

    Sinon les romans de Aravind Adiga semblent être de bonnes sources d'informations sur l'Inde contemporaine.
     
  9. MorganeGirly

    MorganeGirly
    Expand Collapse
    Si tu veux avoir quelque chose que tu n'as jamais eu, il va falloir que tu fasses quelque chose que tu n'as jamais fait

    Pour revenir sur l'histoire du débardeur et répondre à celles qui trouvent ça choquant comme @samsul, je ne suis pas d'accord de dire que c'est "imposer sa culture" que de refuser de se couvrir pour prévenir une agression.
    Il y a une différence entre la pudeur à respecter (dans ce cas je suis d'accord, on ne va pas se balder à moitié nue) et valider la croyance selon laquelle une femme dénudée provoque ou prend des risques (là je pense qu'on ne doit pas accepter de se conformer à des règles comme ça si on se sent le courage d'y résister).

    A Dubaï, on suggère aux femmes et aux hommes de se couvrir les épaules et les genoux dans les lieux publics (hors lieux de soirée etc.). Je ne trouve pas ça gênant et je suis 100% d'accord pour respecter ce principe. D'abord parce qu'il concerne les hommes et les femmes et montre donc bien que c'est une question de pudeur générale. Ensuite parce que la Police prend au sérieux le harcèlement des femmes qui ont légalement le droit de demander de l'aide si elles se sentent draguées trop agressivement.
    Donc on ne demande pas aux femmes de se couvrir en premier lieu pour se protéger et si elles ne le font pas tant pis pour elles (je parle des étrangères hein, en majorité à Dubaï et non des locales dont je ne connais pas le mode de vie) mais de se couvrir par respect pour les sensibilités des autres.
    Donc il y a bien un échange de respect : on te respecte, tu nous respectes. Et pas : respecte-nous d'abord et ensuite, si on est d'humeur, on te respectera peut-être.

    Ce que décrit @roberte ressemble plus à une oppression vestimentaire ciblée sous le prétexte de "c'est pour ton bien".
    Dans sa carte postale précédente (il faudrait la lire pour comprendre tout cet article parce qu'elle décrit d'autres choses sur les femmes), elle explique qu'elle se fait tripoter dans tous les sens dès qu'elle est trop dénudée... J'appelle pas le comportement des hommes qui agissent comme ça un comportement d'hommes offensés ou qui réagissent légitimement parce qu'on leur impose une autre culture...

    En tout cas c'est surtout pour ça que je réagis, par rapport à la carte postale précédente. @roberte, tu décrivais des choses que je trouvais horribles sur le harcèlement des rues et qui perso, m'ont fait repensé mon envie d'aller en Inde (je suis désolée pour ceux qui vont dire que c'est magnifique et que c'est dommage mais ya un moment j'ai plus le courage de faire face au sexisme ordinaire surtout quand il prend une forme d'attouchements physiques). Alors comment tu passes de ce statut de "femme couverte" à "femme dénudée"? Tu ne ressens pas un comportement plus agressif? Tu arrives à gérer?
     
    #9 MorganeGirly, 6 avril 2013
    Dernière édition: 6 avril 2013
  10. borislovesvodka-india

    borislovesvodka-india
    Expand Collapse

    Je rebondis aussi sur "l'affaire débardeur" parce que c'est un exemple qui me parle beaucoup (j'ai vécu quelques moi à Chennai)

    Tout en évitant les robes ras la salle de jeu et un open-nénés en haut, j'avais quand même pris quelques fringues un peu plus légères dans mes valises, histoire de...(en fait, en boîte, ça passe totalement bien)

    Et c'est vrai qu'au début, j'adoptais le point de vue "Je suis étrangère, si je mets un débardeur tout le monde comprendras. Lâchez moi, je fais ce que je veux, je suis un esprit libre".
    Et je pense que dans ma tête, inconsciemment, le sous-titre était : "Ouvrez un peu votre esprit à la norme européenne, il est grand temps bande de coincés rétrogrades".

    Sauf que ça ne marche pas comme ça.
    J'ai vite changé d'avis en réalisant que me couvrir, ce n'était pas seulement pour éviter de me faire violer par 15 mecs dans une ruelle sombre, c'était aussi accepter qu'en Inde, les gens sont quand même maxi méga over pudiques et que je mettais ces personnes vraiment mal à l'aise en exposant ma peau (ou en variante "en embrassant un mec dans la rue").
    Pour essayer de me mettre à la place des Indiens, je me disais que c'est grosso modo comme si quelqu'un débarquait en pleine supérette en France en sous-vêtements ou à peine plus couvert. Indécent.

    Débarquer d'ailleurs et imposer ma vision du monde, surtout quand on ne connait pas grand chose au fonctionnement et à la culture du pays, je ne sais pas si c'est la meilleure idée pour faire changer les mentalités en profondeur (ce qui ne m'a pas empêché d'avoir des débats enflammés sur le mariage arrangé et la place de la femme en Inde avec un paquet de gens, d'ailleurs). Mais choquer pour choquer, sans explication derrière, voilà quoi.

    Bon, je sais que les cyniques de la Grèce antique avaient la charmante habitude de faire "réfléchir les gens" en faisant crac-boum-hue sur la place publique et en prenant la défense des tabous les plus profonds type inceste, viol et compagnie, mais ces mecs avaient pour idéal de vie l'autarcie, je crois que ça n'est pas pour rien.

    (D'ailleurs, avec nos beaux discours de Français -moi incluse- si prompts à s'enflammer sur l'égalité des sexes, on oublie que l'Inde a déjà eu une femme à la tête de l'Etat, elle.)
     
  11. borislovesvodka-india

    borislovesvodka-india
    Expand Collapse

    Et bien sûr : "vécu quelques moiS" (problèmes d'ego, dirait Freud) et "tout le monde comprendra". Grammar nazi :)
     
  12. Noctys

    Noctys
    Expand Collapse

    En leur rappelant que lorsqu'on maltraite une femme, on maltraite Mataram - la mère patrie.
     
Chargement...