L'ABCD de l’égalité aux oubliettes ? De la gêne au malaise

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 29 mai 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Lucidite77

    Lucidite77
    Expand Collapse
    Je me cherche encore

    Ce serait bien que Hamon explique en quoi SA gêne est plus importante que la souffrance de millions de femmes au quotidien...
     
  3. Elawan

    Elawan
    Expand Collapse
    I want to break free!

    Pourquoi, pourquoi, POURQUOI?
    J'suis dégoutée... Ça me répugne ! !:mur: :caca: C'est la merde quoi...
     
  4. Idunn

    Idunn
    Expand Collapse
    Mais c'est un chien qui parle !

    Je suis tout à fait d'accord avec cet article. L'enseignement de l'égalité des sexes est indispensable à l'école. Sauf que...

    Les programmes sont déjà tellement imposants qu'il est impossible de placer l'ABCD de l'égalité. Ma mère qui est institutrice en CE1 CE2 n'a pas eu le temps d'en parler une seule fois depuis qu'elle a reçue le petit livret.
    Il serait plus intelligent de l'intégrer aux autres matières comme par exemple proposer des lectures avec des femmes intéressantes, etc (ce qu'elle a d'ailleurs fait)... Après j'imagine que les personnes qui ont mis ça en place n'imaginait pas un cours où on parlerait juste de l'égalité homme/femme mais plutôt comme je le disais à l'instant, une intégration globale...
     
    doudouillitsa a BigUpé ce message
  5. Freehug

    Freehug
    Expand Collapse
    Œil en goguette

    Très juste. D'autant plus que de petits gestes peuvent avoir beaucoup d'impact. Quelques exemples: les garçons sur-représentés dans les manuels de mathématiques et de sciences, peu ou pas de femmes écrivains, philosophes, ayant eu une influence historique, les cours de sport où les professeurs font systématiquement un groupe de filles/un groupe de garçons ou presque (je me souviens d'un prof qui organisait des "tournois" de volley où une fille finissait systématiquement le cours sur le terrain des plus forts, et ou le prof la forçait systématiquement à reprendre le cours suivant sur le terrain des FILLES les plus fortes, moins bon. Pourquoi?? Il interdisait aussi la boxe française mixte, soi-disant que les garçons étaient plus forts physiquement, alors que dans ce sport on fait des "touches" sans frapper et qu'une fille pratiquait depuis des années...bref).
     
  6. scarlet-starlet

    scarlet-starlet
    Expand Collapse
    Guest

    Mais c'est déjà comme ça que c'est prévu: intégré aux autres matières. Evidemment.

    Je suis étudiante à l'iufm et on a des cours sur les stéréotypes filles-garçons, statistiques à l'appui, prouvant que ça se joue dès la maternelle et que malheureusement les mentalités n'évoluent presque pas depuis des décennies.

    Et bien... devinez quoi? L'immense majorité de mes "collègues" étudiantEs (femmes pour la plupart) n'y ont rien compris à ces heures de sensibilisation, pour elles c'était du sectarisme, de l'idéologie. Les choses sont comme ça, hommes et femmes sont différents c'est normal. (Oui on est différents mais on a droit aux mêmes chances, elles ne comprennent pas la nuance). C'est désespérant, j'ai eu envie de démissionner de la vie après avoir écouté les réactions unanimes à la sortie de ces cours.

    En revanche, même si je suis bien sûr opposée aux anti dgender, il me faut bien reconnaître que l'accent est davantage mis sur les filles. Les filles comme victimes absolues de ces stéréotypes de genre. Or les garçons en pâtissent aussi bien sûr. Pour être plus efficace, moins suspecté d'idéologie partisane, et mieux accepté, cet ABCD devrait peut être faire l'objet d'une révision, en veillant bien à parler autant des filles et des garçons. Honnêtement ce n'est pas le cas, l'accent est mis sur les filles un peu plus.

    En tout cas, si le projet est arrêté certaines instits comme moi le mettront en place. Seulement d'après ce que je constate autour de moi, on a un sacré chemin avant que ce soit rentré dans les mœurs. Alors parents sachez-le et faîtes votre boulot aussi à la maison, ça aidera les profs en classe :)
     
    #6 scarlet-starlet, 30 mai 2014
    Dernière édition: 30 mai 2014
  7. Sr@tt

    Sr@tt
    Expand Collapse
    Cottonflower

    Big up ! Big up ! Big uuuuuup ! (puissance mille)
     
  8. thixuan

    thixuan
    Expand Collapse

    Juste BRAVO. J'espère que M. Hamon lira ses lignes.
     
  9. thixuan

    thixuan
    Expand Collapse

    oups. *Ces lignes
     
  10. Etoile d-araignée

    Etoile d-araignée
    Expand Collapse
    Je suis la descendante des sorcières qu’on n’a pas réussi à brûler. Nous existons encore.

    Mais ça parait normal dans les mesure où les stéréotypes de genre conduisent au sexisme, et que le sexisme est un système de domination d'une classe (les hommes) sur une autre (les femmes).
    Qui gagne moins ? les femmes. Qui a plus de difficultés à trouver du travail ? Les femmes. Qui est soi trop façile, soit trop prude ? Les femmes. Qui doit ne pas se plaindre si elle se fait insulter car elle porte une jupe, et par extension, perd le droit de 1) disposer d'une façon libre et entière de son propre corps, 2)perd le droit de circuler en sécurité dans l'espace public ? Les femmes. Qui est principalement victime de viol et d'agression sexuelles ? Les femmes. (Je peux continuer très longtemps, mais je pense que tu a compris où je voulais en venir.)

    Note bien que je ne parle pas en termes d'individus, au cas par cas. Je parle de classe, d'une entité générale, qui fait qu'on le veille ou non, on est soit dominant soit dominé (ex : un homme peut être féministe, mais être dominant, parce que dans un entretien d'embauche, on le choisira à la place d'une femme, alors qu'il a de meilleur qualifications.)

    Ce que je veux dire, c'est qu'effectivement les garçons peuvent souffrir des stéréotypes de genres, mais les femmes restent les victimes visées par le sexisme (d'ailleurs, c'est bien le terme de femme qui est utilisé comme insultes : espèce de fillette, fais pas ta gonzesse...).

    Les hommes sont des victimes collatérales (d'ailleurs, quand les hommes sont victimes, c'est qu'ils ne se conforment pas au système, donc, ils le mette en péril, mais au final, les femmes n'y gagnent rien (si un homme se faire insulter comme étant pas assez fort, ça ne ma valorise en rien ou ne me donne pas de pouvoir). En revanche, quand une femme est victime de sexisme, ça sert au final à donner plus de pouvoir à la classe masculine (ex : j'ai bien intégré qu'une fille devait être douce et humble, je m'affirme moins en demandant une augmentation de salaire, mon collègue, qui fait le même boulot, gagne plus.)

    Un homme féministe a écrit un très bon article sur le sujet, je t'invite à le lire :) : Moi, ça va.
     
  11. Earl

    Earl
    Expand Collapse
    Splash !

    @Marie.Charlotte : je ne comprends pas vraiment les raisons qui t'ont poussées à écrire cet article. Visiblement, tu ne te bases que sur un torchon article du Figaro, qui est entièrement au conditionnel et ne cite aucune source direct. "Selon nos informations" reviens deux fois, on cite une déclaration du ministre sans aucune preuve, puis deux sources anonymes ("un inspecteur général du primaire", "un ancien cadre").

    A aucun moment, il n'y a de source citée et tangible de cette "gêne" ou de ce "recul". Le Figaro se base en premier lieu sur un prérapport que les journalistes n'ont même pas eu entre les mains !

    Je ne comprends pas trop qu'en tant que journaliste, tu utilises comme une unique source un article aussi peu fiable. Il n'y a rien dans l'article qui prouve que le Gouvernement hésite. Au contraire, les seuls vrais documents cités et officiels sont deux rapports allant dans le sens de la généralisation de l'ABCD.

    Faut-il vraiment rappeler à quel point Le Figaro a tout intérêt à lancer des fausses rumeurs allant dans ce sens ?

    Et de toute façon, évidemment que le gouvernement va être gêné par cet outil et les débats qui vont avec, vu la folie de l'opposition en face. Mais "être gêné" ne signifie pas "reculer" ! Et si Le Figaro en conclue directement que le gouvernement va reculer, je ne comprends pas qu'à Madmoizelle vous lui emboitiez le pas dans un article qui mêle à la fois les conditionnels et les attaques directes. Quelle source te permet d'affirmer que le gouvernement "teste" notre attachement ?
     
  12. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Hello ! 

    Il s'agit d'un ballon d'essai du gouvernement : on fuite une information, pour voir comment l'opinion publique réagit. 

    Ils ont fait la même chose dernièrement en annonçant une possible suppression des APL pour les étudiants non boursiers. L'UNEF s'était immédiatement mobilisée, et 48h plus tard, Najat Vallaud-Belkacem démentait officiellement. 

    Fab avait expliqué cette technique dans les réactions à l'article sur les APL : 

    « Dans cette affaire, le gouvernement utilise la bonne vieille ficelle du ballon d'essai. Il teste la capacité de résistance de la population à la mesure qu'il envisage.

    D'où la réaction immédiate de l'Unef. Si la réaction du public est molle, il poursuivra sur cette voie. S'il fait face à une levée de boucliers, il nous dira qu'il n'a bien évidemment jamais envisagé une telle mesure. »


    :)
     
Chargement...