L'absurdité du monde du travail

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par Lord Griffith, le 13 octobre 2016.

  1. Lord Griffith

    Lord Griffith
    Expand Collapse
    Fais-nous le cri du scorpion qui meurt !

    Hey :)
    Je sais pas si ce sujet à sa place ici, auquel cas je le déplacerai. Mais je suis vraiment fatiguée, malade, de ce monde du travail, où je suis tout sauf moi-même.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Thedreaming, Adybou, Joyce-is-lucky et 43 autres ont BigUpé ce message.
  2. Neverland90

    Neverland90
    Expand Collapse

    Adybou, Aesma, Margay et 7 autres ont BigUpé ce message.
  3. Nacht

    Nacht
    Expand Collapse
    Sourire intérieur

    Aesma, PousseMoussue, Meligood et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. Starting Line

    Starting Line
    Expand Collapse

    Aesma, Kerne, Lullabyrock7 et 8 autres ont BigUpé ce message.
  5. Suzl

    Suzl
    Expand Collapse

    La façon dont tu en parles est très dure ! Ne peux-tu pas envisager de changer de boulot ? Surtout si c'est un travail d'appoint. C'est dur de trouver du boulot mais quand ça te gache la vie à ce point il faut trouver des solutions !

    J'ai l'impression que beaucuop d'entreprises nous tiennent comme cela : on a peur de ne pas trouver mieux ("on sait ce que l'on perd,.. blablabla") alors on accepte un travail pas motivant et sous payé sous prétexte qu'on a LA CHANCE de travailler, nous !
    Je partage votre déprime, quand on pense que l'on travaille pour gagner juste de quoi nous permettre de continuer à travailler. On a parfois l'impression d'être dans un cercle vicieux.

    Comme beaucoup j'aspire à un emploi qui ait plus de sens.
    Pour cela j'essaie de me poser les bonnes questions, "qu'est-ce que je pourrais faire ?" "où?" "qu'est-ce qui me donnerait l'impression d'être utile ?" Et en attendant j'essaie de profiter au maximum des moments en dehors du travail, qui sont plus épanouissants, qui me rendent heureuse !

    Bonne courage à toutes !
     
    #5 Suzl, 14 octobre 2016
    Dernière édition: 14 octobre 2016
    Anera, Aesma, PousseMoussue et 6 autres ont BigUpé ce message.
  6. Noir

    Noir
    Expand Collapse

    Thedreaming, Anera, _Nocturne et 12 autres ont BigUpé ce message.
  7. Noir

    Noir
    Expand Collapse

    @Griffith non mais c'est hallucinant...
    Je crois que c'est largement pire pour une femme de trouver un job parce que tu rajoutes la couche sexisme concernant "ta présentation physique" qui doit être plus qu'acceptable voire parfaite, qu'est ce que ça change par rapport à tes compétences, ça me rend dingue...sans parler de tous les jobs ou c'est jupe et talons obligé, du coup tu es mal à l'aise, c'est totalement contre-productif. Mais voilà si tu es une femme tu dois rentrer dans le moule qu'on attend de toi...
    C'est tellement épuisant moralement d'être toujours faux, d'avoir l'air parfait, sourire white bright et air enjoué...alors que les conditions de travail sont parfois complètement dingues, avec de la pression, des horaires difficiles, un salaire au ras des pâquerettes, un patron ou des collègues avec qui ça colle pas (ou qui sont des tyrans ou des pervers narcissiques) mais non voilà, ce qui compte c'est que tu portes des talons, que tu n'oublies pas de te maquiller et que tu souris non stop.
    Et après les gens s'étonnent qu'il y ai autant de burn-out et de stress...c'est pas sain tout ça :erf:
     
    Thedreaming, Aesma, misspoetia et 6 autres ont BigUpé ce message.
  8. Blutig

    Blutig
    Expand Collapse

    Je me retrouve dans beaucoup de choses. Depuis quelques temps (ça commence à se compter en années en fait) j'apprends à prendre beaucoup de recul par rapport au travail. J'ai fait un burnout alors que j'étais encore étudiante et ça a profondément changé ma façon de voir les choses.

    J'ai compris que le temps plein n'était pas fait pour moi (je préfère avoir du temps libre, quitte à avoir une paie plus petite) et surtout que je préférais m'épanouir en faisant du bénévolat. En ce moment, je travaille donc 20h par semaine et je consacre environ 2 aprèms à une asso qui traite de thèmes qui m'intéressent.
    Je considère mon taf comme une manière d'avoir suffisamment d'argent pour payer mon loyer et autre mais pas du tout comme une fin en soi. Et pourtant j'aime plutôt bien ce que je fais en ce moment. Simplement, c'est pas ma vie, mes collègues ne sont que des collègues (d'ailleurs je crois qu'ils ne comprennent pas pq mon besoin de cloisonner les choses comme ça) et le fait de prendre de la distance comme ça me permet de me protéger. J'ai arrêté de me chercher à tout prix un "travail qui correspond à mes aspirations et permet de m'épanouir pleinement" parce que je sais que les 3/4 du temps, ce n'est que du vent. Je ne nie pas que certaines personnes sont vraiment heureuses professionnellement, qu'elles ont un métier-passion, tant mieux, c'est super pour elles ! Mais si on demande aux gens autour de nous ce qu'ils pensent de leur travail, beaucoup répondront des trucs négatifs.
    Ce besoin de ralentir et finalement de bosser moins que la moyenne a parfois été mal perçu par certains membres de mon entourage mais finalement, quand je les vois complètement débordés, épuisés par leur taf, je me dis que j'ai raison de m'écouter et de faire ces choix.
     
    Thedreaming, Anera, Milminus et 30 autres ont BigUpé ce message.
  9. Pectine75

    Pectine75
    Expand Collapse

    @Setsunai : Ça me fait penser à un épisode de l'excellent 6 feet under où Claire (boudiou que ce personnage est bien travaillé, tellement réaliste sur les drames/difficultés de l'adolescence) se perd dans un job normé qui l'ennui au possible et elle pète un câble en se mettant à chanter (dans sa tête) sur son collant qui lui scie la taille, etc... :
     
    Thedreaming, Milminus, Illyria et 2 autres ont BigUpé ce message.
  10. Blutig

    Blutig
    Expand Collapse

    Je ne travaille que les matins. Ma tante qui me demande : "mais qu'est-ce que tu fais les après-midis du coup ? Tu vas prendre un deuxième travail ? - Ah non, je glande et j'adore ça :yawn:"
     
    Aesma, Lullabyrock7, misspoetia et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Starting Line

    Starting Line
    Expand Collapse

    @Suzl Le problème c'est que j'ai besoin d'argent. Sans ce job, je ne peux plus vivre. :erf: Je songe de plus en plus à démissionner et à retourner chez mes parents quand même...

    A l'entretien, on m'a aussi demandé pourquoi je postulais, qu'est-ce que je pouvais apporter et ce que le job pouvait m'apporter. ... De l'argent pour vivre ? :erf: Quand j'ai été en arrêt pendant l'été, ma supérieure m'a clairement dit que je n'avais pas été embauchée pour être malade. C'est sur que c'est une partie de plaisir de l'être, j'adore ça. :stare:
     
    Aesma, misspoetia, Meligood et 4 autres ont BigUpé ce message.
  12. Starting Line

    Starting Line
    Expand Collapse

    @Griffith :hugs::hugs:

    Moi qui ai toujours fantasmé sur avoir un job étudiant, si j'avais su. :lol:
     
    Lord Griffith a BigUpé ce message
Chargement...