L'association Parler : un an après, bilan et préparation de l'avenir

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mathilde Trg, le 9 juillet 2018.

  1. Mathilde Trg

    Mathilde Trg
    Expand Collapse
    Rédactrice à ses heures perdues
    Membre de l'équipe

    #1 Mathilde Trg, 9 juillet 2018
    Dernière édition: 8 novembre 2018 à 15:23
    ----- Publicité -----
  2. Azala

    Azala
    Expand Collapse

    Shadowsofthenight et Chips ont BigUpé.
  3. Emma Oscar

    Emma Oscar
    Expand Collapse

    C'était intéressant à lire, mais je me permets de faire un update 6 mois plus tard :
    Les actions ont vraiment été mises en place en Janvier, malgré les doutes évoquées par Sandrine au moment de l'article. Je suis dans l'asso depuis la première réunion, et Sandrine a bien assuré un rdv de convivialité par mois dans les villes citées dans l'article de Mathilde.
    Ensuite, sur le scepticisme de la journaliste ayant écrit l'article quant au contenu des rdv... En vérité, tout dépend ce que l'on cherche.
    Effectivement, les rdv ne sont faits qu'entre victimes, et les groupes de paroles "gérés" par des victimes. Pas de psy, pas d'avocat.e etc (sauf lorsqu'un des rdv est précédé par une rencontre avec un pro, il y en a eu plusieurs dans le semestre).
    Je ne parle qu'en mon nom, mais, avant de rejoindre Parler, en janvier, j'avais contacté d'autres associations. Leur travail était remarquable, certes, mais je n'arrivais quand même pas à parler comme je l'aurais voulu etc.
    A Parler, l'avantage d'être entre femmes ayant subi les mêmes actes, c'est qu'on ne se bride pas (ou plus). Et quand, X années après un viol, on vit toujours les mêmes angoisses et que les gens autour de nous ne nous comprennent plus, c'est plus simple de le partager devant des femmes qui écoutent, entendent, et comprennent d'emblée.
    En gros, si en tant que victime, tu cherches une écoute "pro" ou des conseils juridiques etc, effectivement, Parler n'est pas faite pour toi. Par contre, si tu veux partager avec d'autres femmes qui ont vécu les mêmes choses, si tu veux avoir un peu de serrage de coude et de moment de convivialité, se donner du courage etc... Ben cette asso est là pour ça. Après, l'asso n'a même pas un an, donc effectivement, il faut qu'elle se huile, mais on est de plus en plus de bénévole, et de plus en plus de projets vont être montés à l'avenir.
    Quant à Sandrine, elle a dû gérer énormément de choses en très peu de temps parce qu'elle a lancé l'association un peu seule, et elle a eu drôlement du courage de le faire.

    La conclusion : Pas bcp plus de prétention pour Parler que de se donner un peu de courage entre nous... Mais si, comme moi, c'est ce que tu cherchais... Alors ça vaut le coup. :)
     
    Azurhibis et Mathilde Trg ont BigUpé.
  4. Azala

    Azala
    Expand Collapse

    Je ne doute pas que certaines personnes y trouvent de l'aide/du soutien. Mais je pense que parmi les questionnements soulevés par l'article mis en lien, beaucoup restent d'actualité ; notamment concernant le fait qu'avoir été victime d'un viol ou d'une agression sexuelle ne rend personne "expert" du recueil de témoignages semblables au sien.