Le chômage - La petite vie (pro) d'Almira

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Almira Gulsh, le 4 janvier 2013.

  1. Almira Gulsh

    Almira Gulsh
    Expand Collapse
    EcriveuZ madmoiZelle

  2. phlaurianne

    phlaurianne
    Expand Collapse
    Guest

    Alala ça me fait aussi pensée à mon (trèspetitminuscule) parcours.
    J'ai eu mon diplôme en juin 2012, Licence pro, 4 mois de stage de fin d'études à Paris qui se sont hyper mal passés (des gros malades qui m'ont légèrement traumatisé). Je suis restée un mois chez moi (en Moselle, terre natale de la mirabelle et de Patricia Kaas) pour ma soutenance de mémoire de stage, puis je suis retournée sur Paris pour chercher du boulot (parce que bon la mirabelle ça rapporte pas des masses).
    J'étais aussi pleine de bonne volonté, je me suis dit que je trouverais rapidement sur Paris, même dans mon domaine ultramégabouché (graphisme, enfin quel domaine n'est pas touché par cette pute de crise ?). Je choisissais mes annonces, j'écrivais de belles lettres de motivation.
    J'ai eu un entretien, dans un cabinet de recrutement, où on m'a demandé ce qu'étaient mes valeurs dans la vie, et où on m'a dit que mon book était trop scolaire. Résultat, candidature pas retenue car trop peu d'expérience blablabla.
    Par la suite, j'ai cherché un mois. C'est pas très long, mais j'ai cru que j'allais mourir d'ennui. Pour moi c'était du temps perdu. J'étais loin de ma famille et de mes amis, j'étais à Paris à perte, je servais plus à rien en fait.
    Du coup, j'ai aussi bifurqué sur les annonces de vendeuses/caissières/troisiemeassistantesecrétaire/maître chien et j'en passe. Au bout de ce mois, j'ai envoyé une candidature spontanée chez Monoprix. Ils m'ont embauché deux semaines plus tard. J'y suis restée 3 mois, à faire les courses à la place de personnes qui dépensent la moitié de ton SMIC dans du champagne, mais j'avais retrouvé un rythme normal, et mon équipe était adorable.
    J'ai postulé par hasard à une autre offre, assistante chef de fabrication, je savais pas où c'était, tout ce que je savais c'est qu'il ne demandait pas 3 à 5 ans d'expériences comme partout ailleurs.
    J'ai eu un entretien alors que je travaillais toujours chez Monoprix, on m'a embauché 2 semaines après.
    Maintenant je travaille au siège d'une assurance, j'ai mes week-ends, je suis mieux payée, l'équipe aussi est sympa, mais c'est encore un CDD, et même si il finit en mai, je psychote rien que de penser à après.
    Alors je veux bien que la conjoncture soit mauvaise, que la crise sévisse partout, que c'est dur de se lancer dans la vie active. Mais si seulement les employeurs accordaient un peu plus de chances aux jeunes diplômés, sans leur demander d'avoir 3 ans d’expériences ou de sortir de grandes écoles à 10 000 euros l'année, les choses bougeraient un peu plus.
     
  3. Pow.

    Pow.
    Expand Collapse
    Accro au Pink

    J'étais au chômage il y a un peu moins de deux ans, et je viens vous apporter mon "témoignage" pour vous dire qu'il y a des recruteurs qui s'intéressent vraiment à votre parcours et vous envoyer toutes les ondes positives possibles.

    En résumé voilà mon parcours, j'ai commencé une fac de langue aprés le bac mais ça ne me plaisait, en paralléle j'avais commencé à faire du théâtre et ce fût ma révélation. Je voulais vraiment me tourner vers le milieu artistique et culturel.

    Aprés 2 ans de fac, remise en question et réorientation vers un BTS comm suivi d'une licence pro en évenementiel avec une spé culturelle par mes stages. Autant vous dire que c'est bien bouché comme domaine.

    J'ai eu mon diplôme en septembre 2010, et là la galére de Pôle Emploi a commencé, déjà les conseillers ne connaissaient pas mon métier donc il fallait expliquer et n'avaient du coup aucune piste pour moi; j'ai vite compris que je devrais me débrouiller seule. Je n'avais pas le droit au chômage parce que mes études avaient été faites en alternance mais sous contrat de stage.

    J'ai commencé à faire de l'intérim dans un boite d'agroalimentaire pour mettre un peu de sous dans la caisse (j'ai eu de la chance de trouver cette mission même si je détestais son contenu).

    En paralléle la valse des soirées sur PE, et autres sites avec écriture de lettres de motivation, préparation de CV etc a commencé. Pas de réponses, réponses négatives, convocation en entretien pour ensuite entendre dire qu'en faite les budgets ne sont pas passés etc. Au bout de 6 mois et aprés une grosse déception sur un poste qui me plaisait beaucoup le moral était au plus bas.

    J'ai postulé, sans conviction, à un poste de médiateur culturel en charge de l'événementiel sans grande conviction et là on m'a rappelé pour un entretien, et j'ai été prise car la directrice et les membres du jury ont vraiment valorisé les motivations, le parcours, la personnalité du candidat. Aujourd'hui je suis en poste en CDI et tout se passe à merveilles.

    Alors même si c'est dur, et qu'on a envie de baisser les bras, il y a des gens qui s'intéresseront à vous et qui vous donneront votre chance, alors essayez de garder le moral :)
     
  4. maw.ii

    maw.ii
    Expand Collapse

    J'ai un BAC +3 et sa fait 3 ans que je fais du ménage...
    COURAGE
     
  5. Black Mamba

    Black Mamba
    Expand Collapse
    Meurs, pourriture communiste.

    Je m'apprête à vivre la même chose, mais vu que je vais avoir le statut d'intermittente du spectacle, je vais pouvoir toucher les assedic et ça c'est cool.
    Par contre, l'inactivité m'angoissant, il me faut du travail vite, mais dans ce milieu c'est une sacré paire de manches..
     
  6. Lisette cacahuète

    Lisette cacahuète
    Expand Collapse

    J'ai un bac+5 et 2 diplômes avec mentions... et je suis caissière, prochainement chômeuse... Hahahaha.....snif
     
  7. Delphineee

    Delphineee
    Expand Collapse

    Oh tiens, c'est la même chose pour moi.
    On m'a dit: fais des études tant que tu peux, c'est toujours utile. J'ai pris un crédit et mon courage, j'ai maintenant un bac+3 (pas énorme, en plus), et je galère depuis juillet.
    Pas de rsa, pas d'aide, du coup je me suis remise au baby-sitting. Je ne pensais pas être un jour encore plus dans la dèche qu'en étant étudiante.
    Courage! On réussira! :hugs:

    Ma petite soeur est dans la même situation, elle est repartie chez nos parents en attendant d'avoir un peu d'argent de côté et de pouvoir faire d'autres études.
     
  8. Charuru

    Charuru
    Expand Collapse
    A une dinde rôtie

    Quand je me suis fait licenciée en septembre, je me suis dit "pas de panique dans 3 mois j'ai de nouveau un taff"... 4 mois plus tard je suis toujours au chomage.
    Mon profil intéresse puisque j'ai quand meme eu 5 entretiens (sans compter les entretiens d'inscription dans les interim et boite de recrutement) mais sur les 5 entretiens que j'ai passé, deux postes ont été annulés pour raison budgétaire, donc bon.
    Je commence légèrement à flipper.
     
  9. Kasiadanslesetoiles

    Kasiadanslesetoiles
    Expand Collapse
    Je veux bien arrêté de manger de la viande, mais vous ne me priverez pas de mon fromage.

    C'est réjouissant de se dire que faire des études est de plus en plus inutiles...
    Finalement, heureux ceux qui ont eu une vocation du genre "Je veux être pâtissier", la société actuelle veut peut-être faire des intellectuels mais en attendant, les BAC PRO/BEP, ils en trouvent du boulot.
    Et puis Ma Meilleure Amie moi, elle a tenue que deux mois de FAC, elle a juste son BAC, elle est conseillère en vente mais elle finira probablement manager en image.
    Et Moi, ça se trouve, je ferais "pire" avec mon BAC + 5.

    Vive la France :cheer:(Je dirai même vive l'Europe !)
     
  10. Alias Aka

    Alias Aka
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je te retrouve sur mon e-magazine préféré et ça e fait bien plaisir pour toi Almira. En tout cas ça fait plaiz' de connaitre une écriveuse de madmoizelle. Continue comme ça moi en tout cas j'kiff. (j'essaye de me la faire genre d'jeun's mais je crois que c'est loupé)
     
  11. bluefairy

    bluefairy
    Expand Collapse

    J'ai un bac+5 et je viens d'être licenciée économiquement pareil en mode "c'est pas toi quipose problème c'est comme çà"

    je galère entre le CSP contrat de sécurisation professionnelle ou comment sortir de la précarité! et le pôle emploi qui me vire l'indemnité pour un jour mais qui me redemande de justifier le mois d'après après des papiers qu'ils ont déjà pendant que moi j'attends mon "indemnité" comme je l'ai fait depuis un an avec mes salaires...

    J'ai l'impression que j'en verrai pas le bout et çà fait seulement un mois... c'est grave?!
     
Chargement...