Le crachat et le rêve français : lettre à Claude Guéant

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 7 décembre 2011.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. Dondilinger

    Dondilinger
    Expand Collapse
    J'aime pas le pâté.

    Née à l'étranger, de deux parents français, j'ai passé mon brevet, mon bac et ma licence en France, j'ai eu la nationalité française au bout de 19 ans... J'en ai 21. :clap:
     
  3. Akela

    Akela
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Une très jolie lettre :)
    Fort à propos et sans victimisation.
     
  4. rajounette

    rajounette
    Expand Collapse
    Accrochée a son ordi

    Cette lettre est très touchante, elle me renvoie vers la situation de mes propres parents, ma mère a mit prés de deux ans pour obtenir sa naturalisation, après multiples galères, 7 enfants français et 35 ans de vie en France...C'est devenu très compliqué d'obtenir la nationalité française, humiliation, brimades, de longues attentes devant la préfecture sans certitude de voir quelqu'un...merci encore une fois Laystary d'aborder ces questions.
     
  5. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    C'est très joli, écrit avec talent. Je vais la relayer sur facebook, je n'avais pas encore entendu parler de cette lettre.
     
  6. Ghost Town

    Ghost Town
    Expand Collapse
    Aime les barbes.

    Très belle lettre, et puis :

    "Quand le souffle de la gifle électorale qui se prépare aura balayé vos certitudes, votre arrogance et le système que vous dirigez, ma mère déposera un nouveau dossier."

    Quel style! Vivement 2012 :dada:!
     
  7. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

    Je suis très contente de lire ton commentaire, qui de toute évidence, apporte un autre éclairage sur cette lettre.

    Il est vrai qu'à l'instar de ce paragraphe...

    ... la femme dépeinte est l'immigrée idéale. Idéalisée ?

    Pour sa défense : je dirais que l'auteur a voulu rappeler le pastiche de l'idéal-type du français bien intégré :
    - cultivé (il possède un certain corpus de connaissances et est en mesure de citer les références les plus classiques de notre littérature)
    - patriote (il sait s'enthousiasmer des bons scores du sport national)
    - fruit de l'assimilation (il connaît l'histoire de France)

    et en a profité pour tabler sur ces caractéristiques du « bon français » pour créer la surprise : oui, sa mère, immigrée qui est arrivée de Casablanca il y a 28 ans, a tous les attributs les plus classiques du français type.

    Son argumentaire n'était peut-être pas fondé sur la volonté d'anoblir la naturalisation, mais (et c'est comme ça que je l'ai perçu) sur le désir de souligner l'absurdité du refus émis par les institutions françaises.

    « Même lorsqu'il se contente de remplir très mécaniquement les conditions les plus administratives de la naturalisation, l'immigré devrait pouvoir être naturalisé. [CQFD : ce que tu dis dans ton commentaire, donc] Il ne l'est pas toujours. Regardez, même dans ce cas poussé d'intégration impeccable, il ne l'est toujours pas. » C'est ce qu'Amine a voulu dire, je pense.
     
  8. Mademoiz'Elle'Mel

    Mademoiz'Elle'Mel
    Expand Collapse
    A chaud aux fesses

    Je pense (bien sûr je ne suis pas dans sa tête) que par là il a certes voulu montrer qu'elle n'était pas une simple arriviste qui ne sait même pas dans quel pays elle met les pieds, qu'elle le connait bien (peut-etre même mieux que certains français de "souche"), mais surtout la désillusion qu'elle a pu avoir après ce refus, alors qu'elle portait un amour inconditionnel à ce pays. A quel point c'est une humiliation, une vexation de n'être reconnu d'un peuple qu'elle aime, qui la passionne même sans vouloir en faire trop.

    Evidemment que malgré la nationalité, les discriminations futures dues à son statut d'immigrée ne disparaîtrons pas, mais c'est une reconnaissance, un pas, celle du gouvernement qui est censé représenter les valeurs des français, mais évidemment, on voit très bien que c'est loin d'être le cas.
     
  9. Apprentie-Diva

    Apprentie-Diva
    Expand Collapse
    Fuck that shit, I am in holidays !

    Je trouve que tu soulèves une question intéressante. Je pense que même si tu n'es qu'une citoyenne de seconde zone (malheureusement), au moins tu es une citoyenne. Tu sais, il y en a qui demande pas plus pas moi.
    Pour le "parfaitement intégrée", j'avoue qu'il me chiffonne aussi. Mais bon, c'est l'une des conditions requises pour accéder à la nationalité. Je pense qu'il voulait justement souligner le fait que ce n'était pas comme si elle ne parlait pas français, et qu'elle était complètement étrangère à la culture française.


    Je sais pas si j'ai le droit d'être chiffonnée mais les expressions " Français de la deuxième génération" ou "issus de la deuxième génération" m'irritent au plus haut point. Je sais bien que là, c'est pour bien faire comprendre aux lecteurs et lectrices les enjeux mais ça m'énerve quand même. Il est Français, un point c'est tout.
     
  10. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

    Bien sûr, et je te comprends.
    Je suis, à vrai dire, moi-même fille d'immigrés et donc ce que l'on appelle une personne faisant partie « de la 2e génération issue de l'immigration ».

    Dans ce cas précis néanmoins, on garde cette terminologie puisqu'il faut bien gagner en précision dans le sujet que l'on aborde. Mais dans l'absolu, je suis bien évidemment d'accord avec toi : un français est un français, qu'il soit « de souche » ou « issu de l'immigration, 1ère ou 2e ou 3e ou peu importe » et ces différenciations insidieuses, lorsque non-nécessaires à la compréhension d'un débat, peuvent parfois couvrir un racisme, si ce n'est assumé, au moins latent. Un racisme de la vie quotidienne, en somme.
     
  11. Lady Von Duck

    Lady Von Duck
    Expand Collapse
    Blame It On The Boogie

    j'ai juste envie de dire bravo.

    J'ai moi même vécu la stupidité du système il y a deux ou trois ans, beaucoup de français d'ailleurs en ont souffert: une de mes soeurs devait refaire sa carte d'identité, elle était majeur, avait déjà voté plusieurs fois, nous sommes (mes 2 soeurs et moi) nées en France de mère, grands parents et arrières grand parents français ... seulement mon père lui ne l'est pas (enfin ne l'est plus, l'histoire est compliquée, c'est celle des colonie). Du coup grand mic mac pour mes deux soeurs (toutes deux majeures ayant voté, nées en france tout ça, aucun problème pour refaire sa carte d'identité avant),ma mère à du passer au tribunal pour qu'on accepte, non qu'on daigne, leur refaire des papiers français.

    Du coup ma mère à fait les démarches pour moi et moi, mineure à l'époque j'ai du abandonné ma double nationalité (mon père étant né français du coup c'est on a pu faire valoir que j'étais une bonne française à 100%) pour que les démarches soient moins compliquées (astuce donnée à la mairie)

    A la même époque, la mère d'une pote, 60 ans française et tout le tralala à du prouver pour reaire faire son passeport qu'elle était bien français parce que son père (pas ses deux parents hein) résistant pendant la guerre, n'était pas français de naissance ... mais s'était fait naturalisé juste après la seconde guerre mondiale. Elle à du aller rechercher le document original (qui date donc d'à peu près 1947, 48 ) de la nationalisation de son père, pour prouver qu'elle, elle était bien française.

    Bref l'histoire à été médiatisé et depuis cette mesure à été retirée il me semble, mais elle me reste en travers de la gorge. Je suis quoi si je ne suis pas française ?j'ai jamais mis les pieds en Afrique de ma vie, mon père n'y est pas retourné depuis 30 ans (à qui d'ailleurs on a apprit nos ancêtres les gaulois, son père à faire la seconde guerre mondiale blabla)
    J'ai appris à cette occasion que je n'étais française parce que, comme le disait le papier: j'étais née de mère française, elle même née de parents français, la classe. Quand je pense que mon grand père fou de généalogie à remonté notre arbre généalogique jusqu'au 14ème siècle (en France)

    Bref la situation actuelle me rend malade, elle n'a ni queue ni tête et est seulement basée sur des considérations électoralistes, pour ne pas dire haineuses. Vraiment ça me met profondément en colère
     
  12. Ghost Town

    Ghost Town
    Expand Collapse
    Aime les barbes.

    Je suis d'accord avec toi, d'ailleurs le patriotisme exacerbé m'énerve profondément. Mais comme d'autres l'on dit, l'auteur de la lettre souligne que l'application des conditions requises ne mène même plus à une naturalisation, et ça les rend de fait encore plus absurdes. Et le ton de se passage m'a paru assez goguenard. Enfin c'est comme ça que j'ai interprété la lettre :shifty:.
     
Chargement...