Le meilleur et le pire du maquillage à travers l'Histoire par Lisa Eldridge

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 17 octobre 2015.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Siobhàn Salomé

    Siobhàn Salomé
    Expand Collapse
    Just because it burns, doesn't mean you gonna die

    Ah, Lisa <3
    J'étais déjà fan de ses tutos, mais là, elle m'épate : cette femme est tellement douée qu'elle arrive à rendre tous ces maquillages "particuliers" presque portables, agréables à l'oeil.
     
    Thedreaming et hey Louise ont BigUpé.
  3. palimpseste1401

    palimpseste1401
    Expand Collapse
    La pulpe dans les jus de fruits et les morceaux de fruits dans les yaourts sont des hérésies.

    Ca doit être la vidéo la plus juste historiquement que j'ai vu pour l'instant sur le maquillage ou la beauté féminine (vous savez, toutes ces vidéos qui cartonnent en ce moment, par exemple sur le corps idéal féminin à travers le temps, je me suis énormément tiré les cheveux devant, mon petit coeur d'archéologue ne supportait pas tant d'imprécisions et de fautes), MAIS, ils faut apporter quelques précisions tout de même : durant la Grèce Antique, le maquillage vu dans la vidéo n'a été fait que durant la période où la Grèce était encore libre, et surtout à Athènes. Quand Rome a colonisé le territoire, les grecques ont peu à peu adopté le maquillage exubérant des romaines (il faut savoir que les romaines avaient la main très, très, très, TRES lourde sur le maquillage, je peux affirmer qu'elles ont été les pires à ce niveau dans toute l'Histoire occidentale, le maquillage de Lady Gaga, c'est nude à côté). Pour le Moyen-Âge, le maquillage a beaucoup varié durant cette période (c'est quand même une période qui a duré 1000 ans !), au tout début, les femmes continuaient à se maquiller, surtout sur le territoire de l'ancien Empire Romain d'Occident (héritage antique quoi !), puis, peu à peu, l'Eglise a condamné cela et les femmes ont arrêté de se maquiller (ou ont trouvé des subterfuges : ou bien le maquillage était très discret, ou bien elles traitaient leur apparence "en profondeur", en utilisant toute une batterie de crèmes, pommades, lotions, décoctions... en tout genre afin d'embellir leur teint, traiter les problèmes de peau, etc. A cette époque, les femmes ont développé une science incroyable, que ce soit en cosmétique et en médecine !), ensuite, vers fin 1300, début 1400, la mode était aux cheveux ou très très clairs, aux sourcils foncés, à la peau très blanche et aux lèvres très rouges (on aimait le contraste), du coup, l'usage du maquillage est revenu, on utilisait du charbon pour tracer les sourcils, du la poudre de coquelicot sur les lèvres, de la poudre blanche à base de plomb ou de mercure, etc. Par la suite, on a arrêté de se maquiller les lèvres, parce que ça attirait l'attention vers la bouche, et il faut dire que durant tout les Temps Modernes, l'état des dents c'était pas trop ça, du coup, on continuait à se blanchir la peau à l'extrême (on n'hésitait pas non plus à se redessiner les veines en bleu, surtout les nobles, pour accentuer la blancheur de la peau et montrer son rang) et à se maquiller les yeux. Puis, durant le XIXè siècle, il y a eu "deux camps" pour la beauté : le camp de la bourgeoise bien en chair et bien joufflue, et celle de la belle malade mince (la fameuse Dame Aux Camélias). Pour les premières, le maquillage consistait à se mettre du rouge à joue, etc., pour les deuxièmes, on n'hésitait pas à exagérer les cernes avec de la poudre de charbon ou du khol, à se verdir :cretin: le teint de diverses manières, etc. Ensuite, vers la fin du XIXè et au début du XXè, le maquillage était redevenu de très mauvais ton et destiné surtout aux actrices, courtisanes et filles de mauvaise vie, c'est que dans les années 1920 qu'on reviendra au maquillage pour toutes. La suite vous la connaissez :d
    Pavé César, je vous laisse <3 :hello:C'était l'histoire de mamy Palimpseste :vieux:
     
    Sombre., aventurine, Dysnomia et 23 autres ont BigUpé ce message.
  4. Perth

    Perth
    Expand Collapse
    tout doux l'agneau

  5. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    @palimpseste1401 Diiiis, t'aurais pas aussi des connaissances sur le sujet pour les civilisations occidentales moins traitées ? Genre les normands, pictes, wisigoths...:puppyeyes:
     
    Mawrcan a BigUpé ce message
  6. palimpseste1401

    palimpseste1401
    Expand Collapse
    La pulpe dans les jus de fruits et les morceaux de fruits dans les yaourts sont des hérésies.

    De ce que je sais, les normands étaient plutôt tatouages que maquillage, même si avec le temps, ils ont adopté les préceptes de l'Eglise (pas de maquillage donc). Pour les pictes, on était plutôt pour des peintures corporelles à mi-chemin entre le tatouage et le maquillage, avec une substance bleue dont je ne me rappelle plus le nom, mais ces peintures étaient surtout faites pour les combats, dans la vie de tous les jours, il est peu probable qu'ils aient arboré ce maquillage. Pour les Wisigoths, Lombards, Francs, etc. je l'ai cité pour les civilisations de tout début du Moyen-Âge, les femmes ont plutôt continué avec l'héritage antique, jusqu'à la condamnation de l'Eglise sur ce point. Voilà o/ Pour les peuples antiques, c'est pas trop mon sujet, je suis médiéviste donc mon dada, c'est le Moyen Âge ^^
     
    Lunafey et Barbe Bleue ont BigUpé.
  7. Eros Thanatos

    Eros Thanatos
    Expand Collapse
    Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie

    Y'a un truc qui m'a fait un peu (beaucoup) mal dans la vidéo : quand elle parle de la France sous Louis XIV, elle parle du maquillage comme moyen de distinction entre l'aristocratie et les classes moyennes. Mais parler de classes moyennes à cette époque est un non-sens absolu. :dunno:
     
  8. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

Chargement...