Le revenu de base présenté en BD par Nepsie

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 10 septembre 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Lilimaow

    Lilimaow
    Expand Collapse
    " Il en faut peu pour être heureux " :3

    Salut Karl Marx ;)
     
  3. Mama Sara

    Mama Sara
    Expand Collapse
    C'est effrayant, la vie

    Mais, le revenu de base n'a rien à voir avec le communisme. :dunno: Qu'est-ce qui te fait dire ça?
     
  4. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Tu te trompes sur le concept du revenu de base. :fleur:
    Il ne s'agit pas d'un salaire égal pour tous, quoiqu'il arrive.

    Il s'agit de donner à tous les citoyens un revenu de base garanti, c'est-à-dire une somme d'argent "de base", un "socle", qu'ils toucheront quoiqu'il arrive. Si le citoyen décide de travailler, son salaire sera ajouté au revenu de base. Il sera donc possible de gagner bien plus que ce revenu (qui selon les gens, varie de 400 à 1000€ environ. Pour ma part, il doit se calquer au seuil de pauvreté du pays, pour la France c'est 900€, ce qui permet de se loger, de nourrir et de se soigner seulement).

    Il faut bien comprendre que le revenu de base ne rendra pas les gens riches, mais permettra de lisser les inégalités : chacun sera sûr d'avoir de quoi se nourrir, quoiqu'il arrive.

    Par exemple, pour quelqu'un qui gagnerait 2000€, si revenu de base mis en place, ce quelqu'un gagnera toujours 2000€. SAUF que ce salaire sera "divisé" : 900€ versés par l'Etat sous forme de revenu de base, et 1100€ de "vrai" salaire de la part de l'entreprise. Cette personne ne verra donc pas changer son niveau de vie, mais si son entreprise fait faillite ou doit la licencier, cette personne aura toujours cette sécurité de se dire "Si je me retrouve au chômage, j'aurais encore des revenus stables."

    :fleur:
     
    Cilece et L'océan de la vie ont BigUpé.
  5. titerin

    titerin
    Expand Collapse
    Guest

    Si je me souviens bien, l'idée d'un revenu de base, c'est qu'il ne correspond qu'aux besoins vitaux : tu n'achèteras pas le dernier gadget à la mode ou tu ne financeras pas ton addiction avec.
    Pour gagner plus, il faut travailler. Et cela permettrait aussi de mettre à égalité employeur et employé.

    Pareil, je ne sais plus où je l'ai lu (dans la note peut-être ?), mais les métiers qui semblent repoussants sont souvent ? parfois ? pratiqués par des personnes qui y reconnaissent l'utilité publique, et donc y trouvent leur propre utilité, et ça, ça fait du bien à l'égo.
    Et si ça peut permettre que des métiers jusque là ingrats puissent se voir récompenser par un meilleur salaire, je n'y vois pas de problème.
     
  6. Léona B.

    Léona B.
    Expand Collapse
    Actuellement en road trip en Grece :)

    Comme le dit Nepsie, ce ne sont que des pistes ... Mais je crois que la question du travail est intéressante et très bien (et joliment) posée dans ses notes.

    Pourquoi travaille-t-on ? Sommes-nous tous égaux face à l'emploi (enfonçage de portes ouvertes, bonjour) ? Ne serions-nous pas plus heureux sans travail et sans pression financière ?

    L'idée qu'on puisse travailler peu et vivre correctement quand même ne me parait pas invraisemblable. Il faudrait évidemment revoir toutes nos habitudes de vie, penser l'économie et la production à plus petite échelle que ce que nous faisons aujourd'hui, mais ça ne me semble pas irréalisable.

    Cela revient un peu à prôner la décroissance : c'est une idée à la mode aujourd'hui, mais toutes les modes ont une raison il me semble (à part les Crocs qui sont l'absurdité incarnée :yawn:). Je ne dis pas que c'est bien en soi ou que c'est la seule solution au gouffre économique dans lequel on s'enfonce, mais l'idée d'être utile à la société quelques soient tes qualités et tes capacités et d'être récompensé par un salaire minimum pour ça (plutôt que pour tes qualités/capacités en soi ; tout le monde n'a pas accès aux études de la même manière par exemple) me plait bien. Elle nous met tous sur un pied d'égalité.

    Je me souviens d'un témoignage sur Mad d'une jeune fille qui ne travaillait pas mais touchait le chômage pour vivre ses passions (la photo et le dessin, si je me souviens bien). A l'époque, j'ai trouvé la situation extrêmement injuste, et quelque fois, je continue de trouver ça "abusif". Mais aujourd'hui, je me demande si elle n'a pas raison de faire ce qui la rend heureuse plutôt que de se forcer à avoir un travail. En un sens, une société qui pourrait nous permettre de tous faire ce choix (être utile sans se forcer) est un idéal assez génial. J'aime mon travail, mais il me permet de faire beaucoup de choses à côté, et je trouve que ce confort de vie est une priorité.

    (Je doute d'avoir été claire ... je ne suis pas certaine de m'être comprise moi-même, désolée :fleur:)
     
  7. Mama Sara

    Mama Sara
    Expand Collapse
    C'est effrayant, la vie


    Le revenu de base permettrait à chacun de vivre dignement, de répondre à ses besoins vitaux (en gros, de pouvoir manger et d'avoir un toit sur la tête). Certaines personnes se contenteront effectivement de ça (et il n'y a aucun mal à vouloir vivre avec peu), mais la plupart des gens ne renonceront pas à leur confort et CHOISIRONT de continuer à travailler pour se payer vacances, iphone et voiture.

    Je te conseille ensuite de regarder ce documentaire sur le sujet. Lors d'un micro-trottoir, le journaliste demande aux passants si ils s’arrêteraient de travailler si on leur versait un revenu de base. Beaucoup répondent "jamais, j'aime mon travail, j'ai besoin de me sentir utile mais c'est évident que TOUS les autres choisiront de rester glander devant leur TV". Il y a donc une énorme différence entre ce que l'on imagine des autres et la réalité.

    J'en profite pour faire de la pub pour le forum qui se meurt un peu depuis quelques temps. Dans mon dernier message posté là-bas, j'ai mis un lien vers les conférences qui ont eu lieu lors de l'université d'été du RdB et qui répondent à pleins de questions. (dont une conférence sur le RdB et le féminisme)

    Et enfin, un petit article rapide à lire qui répond à tes questions et qui s'intitule: "dix mauvaises raisons de ne pas croire au revenu de vie". Tout un programme :)

    edit: @Lilly Lou cette conférence intitulée Travail et Plaisir pourra peut-être t'intéresser...
     
    #7 Mama Sara, 10 septembre 2014
    Dernière édition: 10 septembre 2014
  8. AgatheK

    AgatheK
    Expand Collapse

    Ah, ça c'est un truc que j'ai pas bien compris selon les différentes explications du revenu de base : le salaire horaire resterait le même, non ? Car l'idée c'est que les gens puissent passer à temps partiel plutôt que de rester à temps plein afin de s'occuper de leur famille ou de choses qui les passionnent.
    Dans le sens que j'ai compris, une personne gagnant 2000€ de salaire toucherait avec le Revenu de base 2900€ (selon ton exemple) pour le même temps passé à travailler. Mais si elle choisit de diminuer son temps de travail, le RDB lui permettrait de conserver le même niveau de vie avec ses 2000€ divisé entre l'Etat et l'entreprise.

    J'ai bon ?:lunette:
     
  9. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Le truc avec le revenu de base, c'est qu'il y a autant de versions que de personnes qui le prônent. :lunette:
    Dans la mesure où c'est une idée encore en débat, rien n'est fixé et tout est encore sujet à critique, amélioration...

    Moi tel que je l'ai compris, et surtout pour que ça passe plus facilement le jour où ça sera mis en place, le revenu de base viendrait s'intégrer au salaire, sans le rehausser. Pour la question des salaires et du salaire-horaire, du coup je n'ai pas de réponse Vraie et Unique, mais il me semble qu'il ne serait pas impossible, pas idiot de revoir le salaire minimum, quitte à l'abaisser.

    Après, à mes yeux là où les citoyens et employés gagnent énormément avec le revenu de base, c'est qu'ils auront le CHOIX de refuser un poste qui leur semble abusif, peu importe les critères. Du coup, cela va inverser le rapport de force : aujourd'hui, on est dans une société où le travailleur doit tout accepter de son employeur, tout simplement car il y a une longue file d'attente de chômeurs derrière qui seraient prêts à prendre l'emploi. On n'a pas le choix. Si on prend l'exemple des stagiaires, la question de la rémunération du stagiaire fait débat : d'un côté on a ceux qui considèrent que c'est un vrai travail qui exige d'être payé, de l'autre il y a ceux qui surgalèrent à trouver leur stage et qui sont bien contents d'en trouve un, même si celui-ci n'est pas payé. Du coup les entreprises peuvent favoriser le candidat pour qui la "formation" prime sur la rémunération... Et ça donne lieu à des arguments tels que : "Tant qu'il y aura des jeunes qui acceptent de se faire exploiter, le statut de stagiaire ne sera pas valorisé." Mais comment reprocher à un jeune de faire un stage certes non rémunéré, mais qui lui permet par la suite de valider son diplôme ?

    Du coup, avec le RDB, ce sont les entreprises qui devront rendre leurs postes attractifs ! Les gens ne seront pas pris à la gorge entre le chômage (et toute l'humiliation qui va avec) et un emploi mal payé/aux conditions déplorables, etc.

    Aux entreprises de donner envie aux travailleurs de venir travailler pour elles, soit en proposant une rémunération attractive, soit en proposant des avantages "en nature" (transport, tickets restau, etc...).
     
  10. natarocas

    natarocas
    Expand Collapse
    Heureuse, simplement. Guest

    J'adore les articles des Nepsie c'est toujours bourré d'intelligence :) Je sais pas si les solutions proposées sont les bonnes ou envisageables raisonnablement dans notre société du plus plus plus... En tous cas je me permet de rebondir sur la problématique du boulot qui nous bouffe et du commentaire qui évoque le témoignage d'une Madz quia profité du chômage pour se consacrer à ses passions: mon rêve depuis toujours c'est d'écrire un livre. Depuis deux ans je n'écris plus du tout, à cause de mon boulot qui me pompe 5j/7, avec des horaires qui laissent peu de temps libre (avant d'aller au boulot pour 9-10 ou 11h qui a le temps de faire plus que s'occuper un peu de son chez soi ou faire un chouille de sport?), rentrer à 20h très souvent... Plus des jours de repos esseulés dans la semaine avec un tas de trucs à faire, très vite on est submergés donc impossible de me trouver assez de temps pour me consacrer à mes projets Perso. Je viens de finir mon contrat et j'ai décidé de profiter de quelques mois de chômage pour trouver un taff qui me motive vraiment... et mener mes projets d'écriture ! En quelques semaines j'ai plus avancé qu'en deux ans et quelques. Ça me dérange d'être obligée d'en être la pour faire ce que j'aime, j'aime bien travailler mais mon boulot est "alimentaire" seulement et finalement il me prenait tout mon temps... Avec les conditions de merde qui vont avec un taff ou ni l'employeur ni les clients ne nous font sentir valorisés ! Alors des solutions comme celles proposées sont vraiment très intéressantes. En revanche il y aura forcément des réfractaires qui rageront que certains en ne faisant rien gagnent de l'argent (l'attitude qu'on voit déjà envers les chômeurs finalement ^^)
     
  11. Léona B.

    Léona B.
    Expand Collapse
    Actuellement en road trip en Grece :)

    Merci, je vais tacher de regarder ça dans les jours à venir 8)
     
  12. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Pense aux gens qui aujourd'hui n'ont même pas le strict nécessaire pour vivre. La précarité, c'est pas une légende ! ;)

    Je voulais revenir plus précisément sur ce que j'ai cité de ton post.

    Penses-tu qu'un étudiant (donc pas salarié pour le fait de faire des études) est inutile à la société ?
    Penses-tu que les personnes qui font du bénévolat sont inutiles à la société ? Ne donnent rien ?

    Qu'inclus-tu dans cette notion de "il faut donner" ? En tant qu'être humain, et donc constitutif de la société par essence, peut-on dire que les gens en eux-mêmes sont inutiles ?

    Si TOI tu n'avais pas besoin de travailler parce que tu aurais un revenu, que ferais-tu de tes journées ?
    Peut-être que tu commencerais d'abord par te tourner les pouces, regarder la télé, glander sur internet... Mais au bout d'une semaine, d'un mois de cette vie totalement oisive, penses-tu que tu te verrais vivre comme ça toute ta vie ? N'aurais-tu pas des projets qui te tiennent à coeur ?

    :fleur:
     
Chargement...