Le(s) handicap(s), l'emploi... et vous — Appel à témoignages

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lea Bucci, le 6 octobre 2015.

  1. Lea Bucci

    Lea Bucci
    Expand Collapse

  2. Tapioca

    Tapioca
    Expand Collapse
    -

    En lisant cet appel à témoignage je me suis posée la question : est-ce que Madmoizelle a 6% de personnes touchées par un handicap ? :confused:
     
  3. Lumiciole

    Lumiciole
    Expand Collapse

    @LorelweiBackSnow Ce n'est pas du tout pour me montrer désagréable mais à mon sens, recruter des personnes pour ne pas avoir à payer une taxe, ce n'est pas "ne pas être du tout discriminant". C'est un recrutement motivé par les intérêts de l'entreprise, aucunement par solidarité envers les personnes en situation de handicap.


    Je n'ai pas moi-même d'expérience en entreprise qui puisse être racontée, j'attends l'article avec impatiente. Je sais que malheureusement, le recrutement en lui-même n'est pas le seul problème, il y a aussi beaucoup de personnes avec des RQTH qui se retrouvent à faire des tâches moins intéressantes que leurs collègues, à être continuellement sous-estimées et à peiner énormément à évoluer dans la hiérarchie. Bien des entreprises recrutent le minimum de personnes en situation de handicap obligatoire et ne vont pas plus loin. :erf:

    Le message de @SarahBooksandTea me fait penser que ça pourrait être intéressant de faire un article à multiples témoignages sur le handicap invisible, mine de rien beaucoup de personnes en situation de handicap sont concernées et sont pourtant souvent oubliées. Penses-tu que ça pourrait se faire @Lea Bucci ? Pas forcément dans l'immédiat bien sûr. :)
     
    AprilMayJune, Lea Bucci et SarahBooksandTea ont BigUpé ce message.
  4. Dee.Holly

    Dee.Holly
    Expand Collapse

    Je travaille au sein de la mission handicap d'une grande entreprise et il est clair que la loi et la menace d'une pénalité financière pousse les entreprises à mettre en place des politiques de recrutement et d'intégration des personnes handicapées très actives. Mon entreprise a signé un accord avec les syndicats et agréé par la DIRECCTE pour conserver le montant de la pénalité due afin de pouvoir mener des actions en faveur de l'emploi des personnes handicapées. Dans cet accord, on s'engage par exemple à embaucher un certain nombre de travailleurs handicapés.

    Le souci? Les personnes en situation de handicap sont en moyenne sous diplômées par rapport au reste de la population active. L'entreprise est en quelque sorte contrainte de pallier le manque d'intégration des personnes handicapés dans le système scolaire supérieur du fait de l'Etat qui exclut encore trop largement ce public. Par exemple, dans le cas de ma boîte, l'anglais est un pré requis pour l'essentiel des postes. Les profils de personnes handicapées maîtrisant l'anglais sont trop rares pour que l'on puisse atteindre les 6%, malgré de gros efforts de sensibilisation, de formation des recruteurs et des managers....

    Clairement, je conseille aux personnes reconnues handicapées de le signaler sur leurs candidatures destinées à des boîtes qui ont mis en place une politique handicap. A profil similaire, on choisira la personne qui a une RQTH. Dans mon cas, les travailleurs handicapés bénéficient d'une attention particulière de leur recrutement à leur intégration, ainsi que dans leur déroulé de carrière. On met en place des aménagements et des accompagnements de plus en plus innovants afin de leur permettre de compenser le handicap et ce, avec la maximum de discrétion possible.

    @LorelweiBackSnow, Les entreprises qui ne sont pas sous accord et qui mettent en place des actions de recrutement, de formation ou de sensibilisation peuvent déduire ces dépenses de leur taxe Agefiph.
    Par ailleurs, la taxe ne concerne que les entreprises de plus de 20 salariés. Ensuite, la taxe est fonction de la taille de l'entreprise et du nombre de travailleur handicapé "manquant".
     
    #4 Dee.Holly, 8 octobre 2015
    Dernière édition: 8 octobre 2015
  5. Phong

    Phong
    Expand Collapse
    pois chiche

    @Dee.Holly Je suis un peu effarée quand tu dis que les personnes en situation de handicap sont en moyenne moins diplômées, et que les profils maîtrisant l'anglais sont trop rares. Moi-même j'ai un "handicap invisible", je n'ai pas rempli le dossier rqth parce que justement je me demandais si ça pouvait me porter préjudice ou pas (et pour le moment je m'en sors sans). Il y a beaucoup de handicaps invisibles ou non qui n'ont empêché personne d'aller à l'école et d'avoir un apprentissage normal (surtout de l'anglais qui n'est pas inapproprié à un handicap moteur). Peut-être que tu ne trouves pas de profil maîtrisant l'anglais parce que le poste à pourvoir requiert d'autres compétences que les candidats n'ont pas ?
     
  6. Dee.Holly

    Dee.Holly
    Expand Collapse

    @Phong C'est pourtant la réalité, 80% des personnes handicapées ont un diplôme inférieur au bac... Les personnes reconnues travailleur handicapé et qui sont diplômées sont vraiment recherchées par les entreprises.

    Les personnes handicapées accèdent plus difficilement aux études supérieures mais il faut également penser que 85% des handicaps apparaissent au cours de la vie (suite à une maladie professionnelle, à un accident du travail ou de la vie, à une maladie qui se déclare). Bien souvent, ce sont des personnes en deuxième partie de carrière, peu qualifiées et qui exercent des métiers physiques. Quand elles ne peuvent plus exercer leur métier du fait de restrictions médicales, il devient difficile de se reconvertir...

    Par ailleurs, les personnes qui sont diplômées ne ressentent souvent pas le besoin de faire reconnaitre leur handicap (car elles n'ont pas de difficulté à trouver et garder un emploi et n'ont pas besoin d'un aménagement -comme 85% des personnes handicapées- , comme ça a l'air d'être ton cas pour le moment) donc c'est une autre explication à la faible proportion de personnes reconnues handicapées qui sont diplômées.

    Je travaille en étroite collaboration avec des organismes d'insertion des personnes handicapées (type Cap Emploi), et le constat que nous faisons tous est l'inadéquation entre nos besoins et le profil des candidats RQTH.
    Le levier d'action des entreprises se situe au niveau de la formation et de l'alternance. On peut ainsi proposer des remises à niveau, accueillir des personnes en contrat de professionnalisation suite à une reconversion professionnelle et par la suite, les embaucher.
     
  7. Dee.Holly

    Dee.Holly
    Expand Collapse

  8. Pixieslechat

    Pixieslechat
    Expand Collapse

    Je suis une personne handicapée, cela ne m'a pas empêché d'être diplômée et de parler correctement anglais.
    Je sais que je vais devoir me "défoncer" plus qu'une autre pour me faire une place dans le milieu de l'emploi afin de prouver ma valeur.
    "Je sais", car je ne vis pas dans un monde édulcoré ou les oiseaux gazouillent, mais plutôt dans un monde ou il ne fait pas bon de "ne pas être comme tout le monde". Le marché du travail c'est un peu comme "la loi de la jungle", à savoir : les plus faibles ont moins de chances de survivre alors, ils doivent se battre deux fois plus.
    Je suis réaliste. Pour l'avoir vécu, le manque d'infrastructures spécialisées commence dès l'école et il y a vraiment un souci en France à ce niveau là ..

    Vos opinions sont toutes très intéressantes et je me reconnais dans chacune d'elle.
     
Chargement...