Les femmes qui arrêtent la pilule au cœur d'un reportage diffusé ce 24 mars à 20h50

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 23 mars 2018.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Rédac chef adjointe, lien rédac/forum, adoratrice du sel, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    #1 Mymy, 23 mars 2018
    Dernière édition: 26 mars 2018
    ----- Publicité -----
  2. Ysia

    Ysia
    Expand Collapse

    Génial, j'espère qu'il y aura un replay disponible!

    Perso j'ai arrêté la pilule du jour au lendemain fin de l'année passée et je ne le regrette pas! Non seulement je n'ai plus AUCUNE douleur lors de mes règles mais en plus leur durée a diminué de MOITIÉ : je passe d'un flux abondant de 6-7 jours à un flux "normal" voire faible de 3 jours... que du bonheur :nod:
     
    cherrycordia, Hellochicas, Thinocephale et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Momentanément en pause

    Je me demande quand même si ce revirement ne vient pas aussi du fait que les autres modes de contraception sont plus largement connus ?
     
    #3 Gabelote, 23 mars 2018
    Dernière édition: 24 mai 2018
    Ouestrion, Trémazane, Lady Stardust et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. Camoune45

    Camoune45
    Expand Collapse

    Il y a quelques années j'ai arreté la pilule car j'etais celibataire et mon corps ne s'est jamais senti aussi bien!
     
    Trémazane a BigUpé ce message
  5. Etp

    Etp
    Expand Collapse
    Fun fact : au XVIe siècle, les cavaliers portaient des salades sur la tête. Non, je ne donnerai aucun contexte, c'est plus drôle.

    J'ai arrêté la pilule il y a presque 4 mois, non pas par ras de bol ou parce que j'avais des tas de soucis comme beaucoup de monde avec ma pilule, mais parce que je n'avais bêtement plus d'ordonnance et la flemme d'aller voir ma médecine. La pilule n'a rien changé pour moi quand j'ai commencé à la prendre il y a 7 ans, et ça n'a rien changé non plus depuis que j'ai arrêté de la prendre il y a 4 mois. Je fais partie de ces chanceuxes pour qui la pilule n'a aucun impact négatif - c'est peut-être familial vu que ma mère et ma soeur n'ont jamais eu de problèmes non plus, donc je pense recommencer à la prendre dès que je me bougerais le cul pour aller chez læ médecin.e.

    Bien entendu, mon vécu n'invalide certainement pas tous les problèmes que celleux qui ne supportent pas la pilule ont eu à cause d'elle (libido disparaissant, infections, prise de poids, dépression). Même si personnellement la pilule a changé ma vie et que j'ai la chance de ne pas en subir les effets négatifs, je pense quand même que l'option du choix de la contraception devrait être laissée à læ patient.e, læ médecin.e n'étant là que pour informer sans donner son avis moral des avantages et inconvénients de chaque contraception.
     
    BastetAmidala, Querencia, Nefertitii et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. Hellochicas

    Hellochicas
    Expand Collapse

    Moi,
    Comme pour beaucoup de filles, dès ma première visite chez les gynéco: directe première prescription pour la pilule. Je n'ai pas eu l'impression d'avoir de choix, j'avais mes règles (depuis genre 3 mois), je devais prendre la pilule.

    Sur le coup, je n'ai absolument pas réfléchi. C'était mon médecin, je me suis dit que cela devait être pour mon bien.

    Le fait qu'à l'époque je n'avais aucune vie sexuelle n'est pas rentré en ligne de compte. Peut être parce que j'avais 17 ans (dans la famillle on est tardive) et que donc ma sexualité pouvait commencer à tout moment!
    Et...Absolument pas! J'ai eu mon premier rapport 25 ans (oui, dans la famille on est très tardive, en même temps à 17 ans j'avais l'air d'en avoir 12 et enfin à 25 ans, 17 lol).
    Je peux concevoir que prescrire à la pilule à titre préventif c'est pas en soi une mauvaise idée. Mais je trouve qu'avec ma gynéco on aurait dû plus en discuter: voir ce que je voulais, ce dont j'avais vraiment besoin et ce qui me conviendrait en guise de contraception si je choisissais d'en avoir une, moi en tant qu'individu.

    La pilule a été une catastrophe au niveau de la peau. J'ai normalement la chance d'avoir une peau fine avec presque jamais aucun bouton. Du jour au lendemain, la prise de la pilule à déclenché la crise d'Hiroshima sur mon visage! Et quand je me suis plainte à ma gynéco, elle m'a juste proposer la diane (si je me souviens bien) contre l'acné!
    Sauf que ma mère et moi on trouvait ça stupide, puisque la pilule était coupable de mon acné. Je pense que peut être pour elle cela n'avait rien à voir, que c'était un problème normal d'ado (elle m'a même suggérer que j'aille voir un dermato).

    J'ai donc arrêter la pilule, et en deux trois semaines, mon acné s'est calmée. Par contre pour récupérer complètement environs 4 à 5 mois. Presque 6 pour retrouver ma jolie peau habituelle.

    Bref, dégoutée depuis je n'ai plus voulu utiliser aucune contraception. C'est peut être idiot, mais ne pas avoir de boutons sur le visage, ça m'aide beaucoup niveau confiance en soi.

    De toute façon, je suis sensible aux médocs: à chaque fois qu'il y a des effets secondaires, on peut être sûr que c'est pour ma pomme.
    Puis j'ai toujours une vie sexuelle très faible, sans être asexuée (enfin je ne pense pas l'être, dès fois j'en ai envie, c'est juste que je m'auto-suffi lol. Pour l'instant ma best amante ever, c'est ma main droite), donc la capote c'est suffisant (enfin sans latex, je suis allergique aux latex. C'est ma punition pour avoir une peau de pèche sans ride ni bouton).

    Pour conclure je trouve qu'on ne parle pas assez des différentes contraceptions et que les gynéco ont la prescription de la pilule un peu facile. Il suffirait peut être de proposer à la jeune fille si elle va ou veut avoir des rapports sexuelles de lui prescrire la contraception de son choix à commencer QUAND elle sera prête.

    Voilà voilou
    Pas de contraception pour moi, mais bon vue mon abstinence je sais pas si mon témoignage est pertinent.

    Oh avant de partir! Je ne sais pas pour vous mais à chaque fois que je vais voir ma (nouvelle) gynéco, ou que je vais faire un dépistage VIH/Hépatite (je considère que quand on a été sexuellement actif, même si c'est un seul rapport et heureusement protégée, faire un dépistage une fois par an ça permet de mettre les pendules à l'heure et de se rappeler pourquoi on met une capote), ça choque pas mal que je n'ai aucune contraception. Et je ne compte pas le nombre de fois où on m'a fait la leçon. Comme si je n'avais pas réfléchi et que je n'étais pas consciente des risques. Par exemple, une infirmière tandis qu'elle prenait mon sang, m'a parlée des grossesses indésirables, que l'IVG bien qu'une solution ne devait pas être pris à la légère, qu'un accident de capote ça arrivait....

    Heu déjà y a pire que tomber enceinte, choper une maladie, elle devrait le savoir (non?). Puis j'ai quand même le droit d'avoir le choix, n'est-ce pas? Pour l'instant je n'ai jamais eu aucun accident de préservatif. Alors bon, oui ça peut arriver, je peux aussi en traversant la rue me faire renverser par une voiture, mais ça ne va pas m'empêcher de prendre les passages cloutés si je dois me rendre de l'autre côté. ;-)

    Bisouuuuus
     
    #6 Hellochicas, 23 mars 2018
    Dernière édition: 24 mars 2018
    BastetAmidala, Glitteroo, Bananou et 5 autres ont BigUpé ce message.
  7. Neverland90

    Neverland90
    Expand Collapse

    J'espère que ça ne sera pas culpabilisant pour les celles qui prennent toujours la pilule, en tout cas moins que la dernière vidéo que j'ai pu voir :rolleyes:
     
    zazouyeah, princess_cass, Karamelle et 18 autres ont BigUpé ce message.
  8. cléobulle

    cléobulle
    Expand Collapse

    aaaah la pilule... que de choses à dire dessus...

    Pour ma part comme pour une majorité d'entre-nous c'était la contraception de base, on ne cherche pas vraiment à savoir si ça nous convient.

    Je suis extrêmement distraite, j'ai eu beau mettre 50 alarmes à l'heure choisie (on en parle de la super contrainte horaire ???), je l'oubliais de temps en temps et là le drame est arrivé...

    Je vivais en campagne à l'époque la contraception n'était pas un sujet que l'on abordait et je ne connaissait pas vraiment les autres trucs (à part l'implant et le stérilet qui me faisaient peur à l'époque...)

    Et là, je suis tombée pour mon suivi IVG sur un bon gynéco, qui a compris que la pilule n'était pas pour moi, et que si j'y retournais... bah j'aurais de nouveau des problèmes ^^

    Depuis 10 ans bientôt je suis au patch contraceptif, il se change toutes les semaines (osef de l'heure :d ) et malgré un coût assez important (env 15€/mois) ça a été une contraception adaptée pour moi. J'ai eu un petit temps d'adaptation (au début j'avais une petite allergie cutanée au niveau du patch, mais mon corps s'est adapté)

    Je trouve que l'on ne parle pas assez de ce moyen de contraception qui est pourtant pratique pour celles qui auraient peur de solution à plus long terme et qui en ont marre de la pilule ou des capotes. (il existe l'anneau aussi dans le même genre, mais il ne me convient pas il faut le virer 3 semaines après l'avoir mis et comme je suis distraite... XD )

    Par contre je commence à avoir des soucis avec mon patch, mes règles durent plus longtemps et ça me gonfle ! Sans parler de la routine contraception qui m'agace, j'aimerais ne plus y penser ^^ Donc j'ai pris rdv avec un gynéco et on verra ce qu'il me propose, ça promet d'être épique ^^

    (désolée je poste toujours des pavés T.T mais je ne sais pas faire concis :d )
     
    BastetAmidala, Bananou, Shadowsofthenight et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. Coco l'asticot

    Coco l'asticot
    Expand Collapse

    La mienne a 12 h de marge d'oublie, je la prend généralement entre 10h et 16h plus une semaine sans avoir besoin de la prendre du tout....c'est plutôt tranquille niveau horaire je trouve ;)
     
    zazouyeah, Sadournette, ben quoi ? et 4 autres ont BigUpé ce message.
  10. titis

    titis
    Expand Collapse
    Parler vin, travailler vin, boire vin...

    A 16 ans, j’avais un nouveau corps d’adolescente (package acné-pilosité) et un copain. Ma gynéco m’a prescrit la pilule et je n’ai pas trop posé de questions... Pas d’effet secondaire pour ma part. A 21 ans, j’ai même troqué ma pilule pour un traitement hormonal miracle : l’acétate de cyprotérone. Avec ça, encore moins d’acné, moins de poils et plus de règles du tout ! 5 ans de bonheur :egyptian:

    Mais il se trouve que je prenais le même cocktail que la Diane 35 et ça n’affolait absolument pas ma gynéco (merci à mon généraliste pour l’info). Alors certes, j’ai eu la chance de ne pas souffrir d’une baisse de libido, déprime, prise de poids, migraines, etc. mais, vu le nombre d’AVC dans ma famille, il était hors de question que je prenne le risque.

    Je suis passée au DIU en cuivre l’an dernier et je le vis très bien. Mon acné s’est repointé les premiers mois et maintenant je n’ai plus rien si ce n’est le classique bouton de début de cycle (ce sale batard). Paradoxalement pour mon hirsutisme, je suis redevenue la candidate idéale pour le laser (poil plus épais). Je l’envisage pour les zones qui me complexent le plus.
     
  11. yeonra

    yeonra
    Expand Collapse

    Ca tombe à pic ! J'ai 26 ans, je prends la pilule depuis mes 14 ans je pense. Je l'ai très vite prise, même si je n'étais pas active sexuellement, parce que mes règles étaient totalement irrégulières. Je ne savais jamais quand elles arrivaient et combien de temps elles allaient rester. Et ça me convenait bien de prendre la pilule jusque maintenant.

    Je suis célibataire depuis quelques années, j'ai des aventures d'un soir mais rien de très régulier. J'ai l'impression que je bourre mon corps d'hormones pour "rien" au final, si ce n'est avoir le contrôle sur mes règles. Donc j'aimerais arrêter la pilule, et rester un temps sans contraception (la capote pour les coups d'un soir suffira). Le soucis, c'est que j'ai PEUR d'arrêter. Comme je l'ai dit, je la prends depuis mes 14 ans, donc je ne sais pas comment mon corps se comporte sans la pilule. J'ai peur de l'arrêter et de voir des changements sur mon corps que je ne désire pas...

    Je pensais prendre rdv avec le gynéco pour en parler, mais je suis pas sûre qu'il me sera d'une grande aide...
     
    Scamandre a BigUpé ce message
  12. Margaux Boubou

    Margaux Boubou
    Expand Collapse
    Coin. Coin coin. Coin coin coin.

    Pour ma part, j'ai troqué ma pilule pour un stérilet au cuivre depuis 10 mois et je ne le regrette vraiment pas. J'ai pris un peu de poids depuis que je l'ai arrêté mais rien de bien gênant, un peu de sport et ça ira très bien. Pour le reste c'est juste magique : j'ai de nouveau une libido (mon compagnon est ravi de ce changement lui aussi :banana:), je déprime beaucoup moins, j'ai moins de migraines, plus du tout de sécheresse intime... bref c'est cool ! Ma première gynéco m'a prescrit la pilule lorsque j'avais 17 ans. C'était une demande de ma part, dans un but contraceptif. J'ai donc pris la pilule pendant 7 ans. Elle m'allait bien les premières années et puis un jour j'ai commencé à me rendre compte que j'avais des effets secondaires. En plus, j'ai pas mal d’antécédents d'AVC dans ma famille alors j'ai préféré me tourner vers un stérilet au cuivre.
    Après, le truc un peu déstabilisant, c'est le retour des cycles naturels... Et moi qui étais réglée comme une horloge avant (même avant la pilule), ce n'est plus vraiment le cas aujourd'hui. J'ai des cycles à rallonge (genre entre 40 et 50 jours) et lorsque j'ai des douleurs utérines, je n'arrive pas à reconnaître si ce sont des douleurs qui annoncent les règles ou bien l'ovulation :sweatdrop: et ça, c'est casse-pied. Après je n'ai pas peur de tomber enceinte, j'ai confiance en mon stérilet. Mais une récente échographie a montré que mon ovaire droit a pas mal de follicules... en gros il ne produit pas ou peu d'ovules. Et ça, même si mon gygy ne m'en a pas parlé, j'en mettrais ma main à couper que c'est à cause de mes 7 années de pilules. Donc vraiment, si vous n'avez pas de problèmes hormonaux, optez de préférence pour un contraceptif sans hormones (stérilet au cuivre ou préservatif).

    Par contre, le stérilet ne convient pas à toutes les femmes. Certaines d'entre nous ont besoin d'un traitement hormonal pour vivre normalement (les règles hémorragiques, les malaises, l’acné carabinée, les ovaires polykystiques... ce n'est pas une vie) et là, la pilule peut être d'une grande aide. Mais si vous recherchez uniquement l'effet contraceptif, alors renseignez-vous auprès de votre médecin ou de votre gynécologue avant de faire votre choix, parce que la pilule ce n'est vraiment pas anodin...
     
    #12 Margaux Boubou, 24 mars 2018
    Dernière édition: 24 mars 2018