Les Françaises se masturbent plus souvent, mais en parlent toujours peu (et autres chiffres)

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anouk Perry, le 12 juillet 2017.

  1. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. Cilece

    Cilece
    Expand Collapse
    En cours de piéytchdi

    Hum, je sais pas trop quoi en penser. Le fait de parler ou pas de masturbation, c'est pas forcément un signe de libération sexuelle, si? Je veux dire, où on met le curseur alors entre pudeur et tabou, du coup? Je comprends que le concept de pudeur même est empreint de tabou, mais pas seulement (ex: des personnes très à l'aise avec leur corps peuvent ne pas aimer se retrouver nues devant d'autres personnes). Je veux dire par là que sans oublier qu'il y a un problème de visibilisation (et de représentation des corps) autour de la question de la masturbation féminine, la fonction-objectif n'est pas d'en parler à tout le monde, ni même à son partenaire, si? Je veux dire, c'est évidemment super de ne pas en avoir honte. Mais ici, la question n'est pas complétée par un "pourquoi vous n'en parlez pas?". Notamment parce que la pudeur et la timidité peuvent être empreintes de ce tabou socialement construit, mais pas seulement, je pense.

    Autre point (promis, je ne sais pas que faire des critiques, l'information m'a intéressée :fleur: ) je suis pas hyper à l'aise avec le choix des illustrations de l'article. Sans dénigrer les personnes correspondants aux modèles répandus du corps féminin désirables, les deux photos qui apparaissent sont très romantisées: des femmes anonymisées, minces, blanches, avec une pointe de malice et de mystère, un peu "coquines" mais pas "chaudasses". J'ai l'impression que cette imagerie-là participe de la représentation tronquée de la masturbation féminine qui peut être effectivement un acte romancé, scénarisé, sensuel etc mais dont l'image se construit en opposition à celle de la masturbation masculine, plus brutale, plus primaire, moins délicate. Je trouve ça dommage de retrouver ces images ici, parce que je pense que d'autres magazines féminins dits classiques, utiliseraient les mêmes, et donc véhiculeraient la même vision. Or, il y a trop peu de représentation plus simple, qui véhicule moins les clichés genrés que l'on retrouve beaucoup quand il est question du plaisir féminin.

    Je ne dis pas que ce sont des erreurs de l'article, hein, j'ai une certaine vision féministe de la question du sexe, et ce n'est ni la seule, ni la bonne. Mais c'est pour apporter une interprétation à la lecture de l'article qui ne saute peut-être pas forcément aux yeux mais qui me vient à l'esprit dès le premier coup d’œil. Mais je suis peut-être seule sur le coup :yawn:
     
    Arianette, DvasssT, sophiebrld et 17 autres ont BigUpé ce message.
  3. yuyunaâ

    yuyunaâ
    Expand Collapse
    Ja, genau

    @Cilece

    En même temps, le pourcentage de femmes ayant déjà parlé de masturbation avec leurs amies et très faible je trouve :
    Il n'y a pas de chiffres ici, mais je pense que si on comparait avec le pourcentage de femmes parlant de rapports sexuels (désolé c'est pas très sexy dit comme ça mais je ne sais comment l'exprimer autrement ^^) avec leurs ami.e.s on trouverai une nette différence (non ?).
    Alors que la masturbation est toujours considérée comme un truc vraiment honteux..

    Mais je suis d'accord avec toi pour dire que certaine personnes éprouvent juste de la pudeur et pas de tabou je trouve que ton message est intéressant :nerd:.
     
    just_in_case a BigUpé ce message
  4. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    @Cilece : C'est un peu le drame des images libres de droit : on fait « avec ce qu'on a » à notre disposition !
     
    Unebretonne a BigUpé ce message
  5. Cilece

    Cilece
    Expand Collapse
    En cours de piéytchdi

    @yuyunaâ tu as raison, c'est plutôt en décalage (voire carrément étonnant) si l'on considère la stat précédente: 65% des 18/24 ans interrogées ont déjà parlé masturbation avec leur conjoint.e, et seulement 38% pour les >60 ans. Du coup, ça me fait me poser (encore plus) de questions:
    - est-ce que c'est une moyenne? et s'il y a surreprésentation des >25 ans, le message est alors limite un message d'espoir: il y aurait corrélation entre l'âge et le niveau "d'aise" (ça se dit?!) et les femmes sont plus enclines à parler de masturbation avec leurs potes,
    - est-ce qu'il n'y a pas un décalage, voire carrément une illustration de la différence entre tabou et pudeur quand on voit la différence entre le % de filles qui parlent masturbation avec leur partenaire VS le % de filles qui en parlent avec leur(s) pote(s)? Je ne fournis qu'une seule interprétation, donc évidemment elle n'est pas pour autant valable, mais est-ce que la parole n'est pas déjà plutôt libérée seulement réservée à la personne avec laquelle on partage sa vie sexuelle (et avec qui on parle de sa vie sexuelle en solo)?

    Je comprends les interprétations qui sont faites dans l'article, seulement ce ne sont pas les seules. Quand on voit que dans le questionnaire, on pose la question de savoir si les répondantes ont déjà parlé de masturbation avec des membres de leur famille, je me dis que c'est plus une question de délimiter un périmètre d'acceptabilité (sur le sujet) que de définir réellement un tabou. Après, je ne comprends pas pourquoi membres de la famille et médecins sont mélangés, pour moi ça n'a aucun rapport. Notamment parce que la question du médecin est plus grave que ça. Là c'est in-interprétable en soi. Si la question du médecin était traitée à part et qu'elle était posée sous la forme "Mettons que vous vous griffiez grave pendant une séance de masturbation, en parlez-vous à votre médecin?" et que seulement 6% des femmes interrogées répondent "oui", alors là, ok il y a un tabou.
    Mais personnellement, je ne parle pas de masturbation avec mon médecin si le sujet n'a pas lieu d'être abordé.

    C'est évidemment le problème pour toutes les enquêtes par questionnaire, on est livré à nous-mêmes pour les interprétations. Dès lors que l'objectif de l'étude est différent de ce qu'on voudrait, nous lecteurs, y trouver, on n'a forcément pas toutes les réponses, normal.

    J'espère que tu ne vois pas mon message comme une envie de tout contredire hein, surtout pas, je suis juste prudente avec ce genre de chiffres :yawn:

    @Mymy merci d'avoir répondu sur ce point, effectivement c'est dommage. Je viens de taper "femme nue" (lol) et veni, vedi et repartie.
     
    PousseMoussue, Kaalyn, just_in_case et 5 autres ont BigUpé ce message.
  6. mielou35

    mielou35
    Expand Collapse

    @Cilece J'avoue que la mention du médecin accolée à celle de la famille m'a presque choquée... Pourquoi diable irait on parler masturbation avec son médecin ? :o Avec un-e sexologue ok, avec une-e gynéco pourquoi pas (et encore), mais la c'est juste médecin donc ça pourrait être n'importe lequel et c'est vraiment bizarre...
     
    just_in_case, Daily Mail, Ahn et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. PoussiM

    PoussiM
    Expand Collapse

    @mielou35 la mention ''médecin'' fait peut-être référence à généraliste et spécialiste (dans lequel serait un gynéco ou un sexologue par exemple), mais c'est vrai que c'est plutôt bizarre d'accoler les termes famille et médecin
     
    mielou35 a BigUpé ce message
  8. Loopyo

    Loopyo
    Expand Collapse

    Je suis plutôt d'accord avec ce qui a été dit dans le premier commentaire. Dans mon cas strictement personnel par exemple, je me vois pas aller parler de ça avec mes amies, juste parce que j'estime que ça ne regarde que moi mais pas nécessairement par tabou. Je pense que ne pas en parler ça peut avoir plein plein d'autres raisons !
    Par contre quelque chose a attiré mon attention dans l'article. C'est cette phrase "Cela est peut-être dû à une meilleur connaissance de leur anatomie…" en parlant du fort taux de masturbations chez les filles lesbiennes. Je suis pas franchement d'accord. Je pense que ça n'influe pas vraiment, chacune peut se découvrir à sa manière mais j'avoue que ce serait intéressant de creuser le sujet pour avoir un large champ de réponses !
     
    Pitiponk, mielou35 et yuyunaâ ont BigUpé ce message.
  9. PoussiM

    PoussiM
    Expand Collapse

    @Loopyo je suis assez d'accord avec toi pour la 2ème partie de ton message. Le plus fort taux de masturbation observé chez les lesbiennes peut être dû à une sexualité plus décomplexée. En effet, elles ont du accepter leur orientation sexuelle (j'en fait partie), décomplexer sur ça et le ''travail'' fait sur elles-même efface (peut-être) le tabou de la sexualité et de la masturbation.
     
    Daily Mail, Unebretonne, yuyunaâ et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  10. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Stupéfiant.

    Mais pourquoi on devrait en parler? :ninja:
     
    DvasssT, Aamu., Ymotana et 11 autres ont BigUpé ce message.
  11. SoChanie

    SoChanie
    Expand Collapse

    Oui, pour ce qui est de la communication sur le sujet, je trouve que c'est un sujet tabou, mais de manière générale, et pas spécialement pour les femmes.

    Je m'explique, car c'est pas tout à fait juste : autant c'est admis de manière générale que tout homme s'est déjà masturbé dans sa vie, autant c'est l'exact opposé chez les femmes. Mais par contre, ni homme ni femme ne vont aller dire qu'ils se masturbent (en tous cas, j'ai jamais eu vent de ce genre de choses).

    Après, c'est vrai que c'est vraiment un truc solo, et très intime, donc pour ma part je vois pas pourquoi j'en parlerais, et/ou comment je l’inclurais dans une conversation. Et c'est pas vraiment le genre de choses qu'on demande.
     
    Kaus Australis, mielou35 et yuyunaâ ont BigUpé ce message.
  12. Tante Clara

    Tante Clara
    Expand Collapse
    Dif tor heh smusma. Ni'tokor!

    Je ne parlerais pas plus de ça que de mes positions sexuelles (un forum est diffèrent à cause de l'impression d'anonymat).
    Ce n'est pas parce que c'est tabou mais plutôt parce que c'est privé :dunno:
    Tout comme je ne vais pas parler des fois où je me cure le nez ou pète au lit.
    Et ça ne m'empêche pas de "parler cul" d'ailleurs :hesite: Mais en mode sociétal ou deconnade, pas en mode je raconte une intimité qui n'est pas forcément que la mienne d'ailleurs ( pour le sexe, avec ou sans masturbation).
     
    Ymotana, yuyunaâ, narvali14 et 4 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...