Les haters ont-ils une tendance générale à tout détester ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 23 septembre 2013.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. Lord Edgar

    Lord Edgar
    Expand Collapse
    Refresh, not replay.

    J'ai jamais aimé le terme de hater  (ok, cette phrase est paradoxale) parce qu'il me semble hostile à toute critique. Je ne sais pas si je formule bien ma pensée mais pour reprendre un débat récent, la fameuse vidéo sur le viol qui a depuis été supprimée de YouTube, tous ceux - et toutes celles vu le nombre de pages dans le topic ici - qui se sont déclarées contre cette vidéo - et peuvent expliquer pourquoi, je ne parle pas ici des haters qui se contentent de dire "c'est de la merde" - sont, vis-à-vis du Youtuber ... des haters.

    Donc je trouve que le terme "hater" est un moyen pour le "haté" de rabaisser ses interlocuteurs en les tournant en dérision, échappant ainsi à la critique et à une possible remise en question.

    Je ne pense pas qu'englober tous les avis négatifs sous un seul terme soit intellectuellement correct.

    A moins qu'on considère vraiment au sens stricte le mot "hater" comme un individu qui n'argumente pas sa position et qui se contente de hurler "NUUUUUUUL", auquel cas cette catégorisation a un sens pour moi, mais je constate que ce n'est pas l'utilisation qu'en font beaucoup de gens.

    Dernier exemple, j'étais tombée sur le compte Twitter d'une gamine accro à Justin Bieber (pas très difficile de tomber là-dessus en général, je vous l'accorde) et elle disait tellement de la merde que pleins de trolls lui tombaient dessus, forcément, bienvenue sur Internet, mais parmi tous ceux qu'elle qualifiait de "haters la rendant plus forte", il y avait aussi des gens plus posés, qui argumentaient et essayaient de la raisonner. Mais aveuglée par sa conviction d'être assaillie par une horde impitoyable de haters, elle n'écoutait rien.

    Pour moi, qualifier ses opposants, et il y en a toujours, de haters, c'est se draper bêtement dans sa dignité en refusant d'écouter tout argument, c'est nier l'intellectualité de l'opposition, et je ne trouve pas ça très mature ...
     
  3. Lady Von Duck

    Lady Von Duck
    Expand Collapse
    Blame It On The Boogie

    @PlugInBaby  Que dire de plus ?

    Je ne remets pas en cause l'étude dont les conclusions sont plutôt logiques, mais est-il probant de la lier aux haters tel qu'on l'entend sur internet ?
    Parfois on se retrouve cataloguée dans cette catégorie simplement en se retrouvant dans une conversation ou la majorité des participants n'est pas d'accord avec vous.

    Ça et le fait que quand une majorité de personnes émettent un avis béat et sans nuance sur un sujet, on a tendance, quand on est pas d'accord avec eux, à se montrer un peu plus dur qu'on ne l'aurait été si tout le monde avait bashé le sujet en question (la réciproque est vraie aussi).

    Par exemple sur senscritique quand un film ou une série moyenne se fait déglinguer par les notes et/ou les commentaires, les gens qui aiment plutôt bien, sans forcément être des fans hardcor, vont consciemment surnoter pour contrebalancer l'ensemble. La même chose se passe pour les œuvres adulées. Quand l'ensemble des critiques sont dithyrambiques les gens qui n'ont pas aimé vont mettre un 1 ou un 2  au lieu d'un 4 ou 5 parce que cette note sanctionne à la fois le film en tant que film (ou série, jeux vidéo, livre ...) mais aussi l'adoration (jugée disproportionnée) qui l'entoure. Parfois cette sur-sous-note est modulée par un commentaire, mais pas toujours

    On peut rajouter à ça que sur youtube (et twitter) les gens écrivent rarement des pavés et vont avoir tendance à condensé leur pensée, à se caricaturer eux mêmes

    Sans parler des trolls dont on est même pas sûr qu'ils expriment vraiment ce qu'ils pensent au final

    Bref tout ça pour dire que "haters" ça veut tout dire et ça ne veut rien dire

    (et puis très sincèrement rien ne m'énerve plus que la phrase "haters gonna hate", même quand je trouve qu'un bashing est totalement injustifié. Ça me fait penser à la fameuse réplique "tu dis ça parce que t'es jalouse" :facepalm: ça tue toute possibilité de débats )


    édit : et puis cette étude dit que les gens qui ont tendance à critiquer ont tendance à critiquer. Ok je veux bien, mais est-ce que ça rend leurs critiques moins valides pour autant ? Ils voient peut être le négatif plus que le positif, mais est-ce qu'ils inventent le négatif pour autant ?
     
    #3 Lady Von Duck, 23 septembre 2013
    Dernière édition: 23 septembre 2013
  4. Yoow

    Yoow
    Expand Collapse
    Un bel dì vedremo

    C'est le genre d'article (assez rare) de Justine_ que j'ai du mal à saisir. Enfin non l'article est bien écrit tout ça, c'est le but des chercheurs que je comprends pas. Au final c'est quoi un hater ?
    Hater irl = personne qui a un avis négatif sur tout ?
    Hater sur l'internette = personne qui va tout critiquer ? À la limite du troll ?
    C'est une notion trop abstraite et indéfinie (en tous cas pour moi).

    @<a class="mention" href="http://jesuis.madmoizelle.com/lady-von-duck/">Lady Von Duck</a> jamais compris cette expresionn d'ailleurs, haters gonna hate ... en plus les images associées au meme ne font qu'accentuer ma confusion haha
     
  5. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    En fait, les auteurs s'interrogeaient sur une "attitude dispositionnelle" : est-ce que certaines personnes ont une disposition particulière à exprimer un avis négatif ?
    Est-ce que cette disposition pourrait faire partie de notre "personnalité" (je ne suis pas une fan du terme, mais c'est celui utilisé par les auteurs), de nous ?
    Selon leur recherche, la réponse serait affirmative : il y aurait, dans notre personne, une disposition à aimer/ne pas aimer les nouveaux stimuli. Certains auraient tendance à exprimer un avis positif sur les nouvelles choses, tandis que d'autres auraient tendance à faire l'inverse...
    On touche effectivement à des trucs un peu flous :) !


    A propos de ton edit : justement, tout ça ne veut pas dire que les avis de "ces" personnes qui ont le détestage facile ne sont pas valables - simplement qu'ils auraient une propension à percevoir les choses avec un "filtre" négatif... Ou non, disons plutôt : ils auraient tendance à réagir négativement (ce qui ne signifie pas forcément qu'ils perçoivent les choses de manière négative - juste qu'ils l'expriment de cette manière). En fin de compte, le sujet de l'étude est un peu un sac de noeud, mais il a le mérite de poser un tas de questions :)
    Pour la fameuse phrase "haters gonna hate", je me dis que ça peut aussi être une justification un peu rassurante, simplement pour accepter qu'il y aura toujours quelqu'un pour ne pas apprécier ?
     
  6. Lady Von Duck

    Lady Von Duck
    Expand Collapse
    Blame It On The Boogie

    J'avais pas perçu cette notion d'intolérance (ou rejet) de la nouveauté, mais c'est vrai que vu sous cet angle l'étude ouvre sur pleins d'autres questions comme par exemple : est-ce que l'age a une incidence sur ce filtre négatif ?
     
Chargement...