Les opposés s’attirent-ils vraiment ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 13 mars 2016.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. bubulle888

    bubulle888
    Expand Collapse
    euhhh...

    Je dirais que c'est une équation compliquée. J'en discutais avec une amie, justement qui argue qu'on apprécie une personne opposée parce qu'on lui reconnaît des qualités/ traits de personnalité qu'on aimerait bien avoir. Au delà de ça, qu'on ait des personnalités opposées ou semblables, je pense que si on a des attentes communes sur la relation à deux (ou plus?) ça a plus de chances de fonctionner. Si les visions/attentes sont trop opposées, non. Certes, les compromis me direz-vous, mais si les attentes sont trop opposées, cela risque de peser trop sur au moins une personne dans le couple. Ceci dit, ce n'est pas parce qu'on a des univers/ références en commun/vision similaire du couple que ça va forcément marcher, pour X ou Y raisons. En fait, c'est juste compliqué. Vraiment.
     
    MoBelieves, Nerprun, Tricoti-tricota et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. LaBeletteMasquée

    LaBeletteMasquée
    Expand Collapse

    Aaah, encore une magnifique recherche de nos amis psychologues/sociologues, dont la conclusion est : "ben, comme d'habitude, rien n'est tout noir ou tout blanc, tout est une question de mesure. Surtout quand il est question de relations humaines. En gros les gars, faites comme vous le sentez !".
    Merci pour ce grand moment de science.
     
    Roonie, MoBelieves, Nerprun et 4 autres ont BigUpé ce message.
  4. Tricoti-tricota

    Tricoti-tricota
    Expand Collapse

    J'aime bien les personnes similaires à moi sur les grands principes (respect patati patata), par contre pour les goûts, les différences peuvent être un plus. Les similarités aussi finalement.
     
  5. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    Bonjour, je suis une "amie psychologue" - mais je suppose que cela n'est pas quelque chose de très positif dans ton commentaire :erf:
    J'ai écrit l'article et, de mon côté, je ne vois pas du tout la conclusion de la même manière : il est plutôt question d'une recherche, dont les résultats sont publiés dans une revue à comité de lecture, qui nous explique que nous aurions plutôt tendance à être attiré-e-s par celles et ceux qui nous ressemblent.
    Les chercheurs-es responsables de cette étude expliquent que hé, pour eux, c'est une piste de réflexion, et que cette tendance peut avoir un aspect négatif (rester dans l'entre-soi).
    Peut-être l'ai-je trop vulgarisée ? :dunno:

    Pour être honnête, je suis un peu heurtée face à ce discours - je l'ai beaucoup entendu lors de mes études, et je le croise au quotidien dans mon travail. Je me dis que d'autres amis psychologues/sociologues font également face à cela : si jamais ils passent par là, je pose ce lien-là - de mon côté, il m'a aidée.
     
    Black Phillip, Margay, Cariboux et 12 autres ont BigUpé ce message.
  6. LaBeletteMasquée

    LaBeletteMasquée
    Expand Collapse

    Au temps pour moi, le but n'était pas du tout de blesser, je rencontre moi-même ce genre de discours qui dénigre dans ma profession, alors je ne voulais pas du tout faire la même chose.

    C'est juste que cette étude m'a fait l'effet de vouloir tout expliquer des relations humaines, et surtout de mettre tout et tout le monde dans le même panier, alors que tout ça c'est 1000 fois plus compliqué, mais je me doute bien que tu en sais quelque chose de par ta profession ! Ca me dérange simplement de voir qu'on essaie toujours de tout expliquer, surtout sur ce sujet là, parce que je pense qu'on aura autant de résultats que d'individus. Il y a je suis sûre des comportements communs à tout le monde, ou à certains types de population, mais là, je suis pas sûre. En plus, je sais comme les démarches expérimentales de ce type peuvent être soumises à tout un tas de biais, rien que par la manière dont étudie la chose.

    Et je pensais aussi à un article de Mad que j'ai lu il n'y a pas longtemps et qui disait en gros qu'on avait prouvé que la bienveillance au travail était un meilleur facteur de productivité que la peur ou la course à la récompense. Et pour moi ça tombe tellement sous le sens, que j'ai trouvé ça ridicule.
    En tout cas je te présente mes excuses si je t'ai heurtée, ce n'était pas le but, mais j'avoue que j'ai du mal avec ce genre d'études qui arrivent à des conclusions auxquelles on s'attendait complètement. Mais j'admets aussi ne pas avoir tout lu de cette étude, donc je me fourvoie peut-être complètement !

    Et je précise que je pense que le travail des psys et des sociologues est hyper important, et que ce n'est pas du tout une sous-branche de quoi que ce soit, vraiment. Je pense juste que certains sujets sont très complexes à étudier, trop peut-être, et ça peut amener à une généralisation dangereuse.

    Edit : je relis ton commentaire et l'article, et peut-être en effet l'ai-je mal compris. J'avais plus vu le côté : " les relations marchent mieux avec quelqu'un qui nous ressemble, ou pas en fait, ça dépend ". Mais je m'aperçois qu'on nous dit plutôt : " on va vers les gens qui nous ressemblent ", et là je suis d'accord, et ce n'est pas le même débat.
    Mea culpa donc, je réfléchirais avant de poster la prochaine fois ;) !
     
    bubulle888, Rocksteady, Antonina V. et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Ursinae

    Ursinae
    Expand Collapse
    Je suis désolée pour ce que je t'ai dit quand j'avais faim.

    Je suis d'accord sur les valeurs par contre en termes de compétences je suis clairement attirée par des profils ne me ressemblant pas et pouvant m'apprendre des choses.

    J'ai par contre déjà été avec mon parfait opposé (pas dans les valeurs) niveau tempérament, ça a être très éprouvant : moi à l'époque très directe, freaks control, asociale et solitaire, contemplative/overthinking, lui à ne pas dire ce qù'il pensait/ressentait, très immature (plusieurs fois je l'avais prévenu de pas faire les choses au dernier moment, lui n'aimait que la spontanéité et en fait c'était quelqu'un d'absolument pas fiable), ne supportant pas la solitude donc toujours entouré, aimant être le centre de l'attention... et refusant de réfléchir, et je parle au delà de l'anticipation. Une empathie très limitée contrairement à moi qui était hyperemotive à l'époque.

    Ça pouvait pas fonctionner. Maintenant quand j'y repense, je crois que ça pourrait mieux se dérouler car je l'ai pas mal rejoint sur le terrain de l'insouciance et de la spontanéité, mais à l'époque on était à deux extrêmes sur le spectre et c'était pénible pour l'un comme pour l'autre.

    Après en dehors des valeurs et tjrs sur les traits de personnalités, je vois pas qui pourrait m'être réellement opposé, en tout cas j'ai pas de critères précis par rapport au fait de me ressembler ou pas.

    Sinon socialement oui on a tendance à se diriger vers un certain confort et une connivence possible (éducation, croyances similaires etc) dans un premier temps puis découvrir d'autres personnes après?
     
    Black Phillip, Rocksteady et Siobhàn Salomé ont BigUpé ce message.
  8. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    @LaBeletteMasquée
    Merci beaucoup pour ton message - il me touche beaucoup :fleur:, en vrai !
     
    Antonina V. et LaBeletteMasquée ont BigUpé.
  9. Yaladaisa

    Yaladaisa
    Expand Collapse
    Je suis un nuage

    Je suis actuellement entrain de vivre une relation amoureuse avec quasi mon opposé. Nous sommes opposé déjà en couleurs, en tant que couple mixte, moi blanche, lui noir, et les cultures en vont de paire. Il est née croyant et pratiquant, contrairement à mes parents qui m'ont toujours éloignée de la foi. Nos traits de caractères suivent de même, il est renfermé, quant à moi j'ai un besoin d'extériorisé par exemple, nos points de vue politique aussi.. Personne ne misait sur nous, et pourtant nous fêtons nos 2 ans.
    Si il y à 3 ans on m'aurait dit que je vivrai une relation amoureuse comme celle-ci j'aurai niée. Mais finalement je me rend compte que c'est tellement mieux, moins ennuyeux, surprenant, chaque jour on découvre un nouvel élément différent, on apprend à s'adapter, à faire des compromis pour l'autre, chose qui nous renforce, et puis j'ai un adage qui dit "on avance quand on mélange les différences".:fleur:
     
    bubulle888 a BigUpé ce message
  10. Melle Sosostris

    Melle Sosostris
    Expand Collapse
    Vini vidi vici

    Je suis plutot d accord avec l etude. Nous sommes des societes qui privilegient les regroupements de ceux qui ont "les memes valeurs" (rilettes bordeaux chanel moment..). Y a qu a voir les inventions comme les castes sociales par exemples. Mais aujourd hui, ces castes sont obsoletes a cause des clivages; elles mettent dans des cases qui n existent plus. Donc on peut avoir aujourdhui des personnes aux memes valeurs (meme croyances ou opinions culturelles) mais issues de groupes sociaux differents.
     
    bubulle888 a BigUpé ce message
  11. Wheryam

    Wheryam
    Expand Collapse

    Les opposés s'attirent où qui se ressemble s'assemble ? Je déteste ce genre d'expression x)
     
  12. Black Phillip

    Black Phillip
    Expand Collapse

    Même quand quelque chose paraît évident ou paraît relever du bon sens pour certaines personnes, on ne peut pas en déduire que c'est une réalité et pas juste une hypothèse tant qu'on n'a pas fait d'études / d'expériences qui le démontrent et le mesurent factuellement.
    Perso je fais de la sociologie et parfois les gens me disent que les résultats qu'on obtient étaient des évidences, genre : "même moi j'aurais pu voir ça" (sous entendu on brasse du vent), mais on a passé des mois (ou plus) à travailler là dessus pour démontrer avec des méthodes scientifiques l'existence de ce / ces faits. Bien sûr qu'il peut y avoir des biais comme dans tout processus scientifique, mais normalement les recherches sont lues et discutées par pas mal de monde avant d'aboutir à la publication d'un article dans une revue scientifique sérieuse. On ne laisse pas passer n'importe quoi n'importe où (même si toute discipline à ses charlatans. poke M. Maffesoli)

    Je pense que c'est important de pouvoir démontrer l'existence concrète d'un fait social (ou d'un mécanisme psychologique), parce que pour évoluer politiquement et pour notre compréhension du monde et des personnes qui nous entourent ça a plus d'impact que de n'aborder la vie qu'avec des suppositions (et au risque de se tromper).
    Par exemple on peut penser qu'on s'en fout de savoir si les personnes semblables s'attirent ou pas, mais en réalité il y a déjà plein de chercheu/r/s/es en sciences sociales qui ont démontré que les couples se forment toujours au sein d'une même classe sociale et entre des personnes de capital social, culturel et économique très proche ou équivalent (contrairement à ce que disent certain/e/s madz - @Melle Sosostris - qui supposent que des couples de personnes avec des valeurs similaires mais de classes sociales différentes seraient courants et qu'il n'existerait plus de "castes", en fait ce n'est pas le cas. C'est plus courant de trouver des couples avec des valeurs et des goûts différents mais qui appartiennent à la même classe sociale, que l'inverse.) Alors "on s'en fout c'est une évidence "dirons certain/e/s, mais non on ne s'en fout pas, parce que par exemple l'homogamie de classe a un impact énorme dans la reproduction sociale et la répartition des richesses.

    Je ne pense pas que les relations humaines soient trop complexes pour être abordées de manière scientifique, ou que "chaque cas est différent". Dire ça, ça revient à ignorer les raisons sociales (ou/et psychologiques) des comportements des personnes et à tout naturaliser, alors que selon moi il n'y a pas beaucoup de choses dans la vie qui sont complètement "naturelles" et immuables.
    Le but des sciences sociales c'est justement de mettre en évidence les récurrences et d'essayer de les comprendre, et de montrer que souvent, ce qu'on considère comme inexplicable, trop complexe, naturel, inné, etc, a en fait 99% du temps des causes sociales/sociétales.
    Et je ne pense pas non plus qu'il y ait des sujets d'étude en psychologie ou en sociologie, etc, qui soient moins nobles ou moins intéressants que d'autres (dans l'absolu), puisque toute recherche nous aide à avancer dans notre compréhension du monde qui nous entoure, peu importe ce sur quoi elle porte elle a du coup son utilité.
     
    #12 Black Phillip, 5 octobre 2016
    Dernière édition: 5 octobre 2016
Chargement...