Les phrases stressantes de notre enfance

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 29 juillet 2013.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. rubyr

    rubyr
    Expand Collapse

    Y'a une "phrase" qui m'a pas mal marquée...
    Le fameux "Mamamiiiiiiiiiiiiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! :eek:" suivit généralement du "Je vais le dira à Maman/Papa" quand un gosse avait fait une bêtise :d
     
  3. Suomi

    Suomi
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je travaille avec des enfants et la première fois que j'ai entendu "on est arrivé, les carottes et les navets", je me suis dit WTF, ce gamin est très imaginatif. Ca m'est resté en tête jusqu'à ce qu'on parte en vacances avec des potes et que je sorte cette phrase à l'arrivée. Surprise, les petits frères d'une amie la disait aussi souvent. C'est donc une mode ! Bref, d'une manière générale, tout ce qui rime et dit de manière stridente en chantant est pour moi stressant. Cette phrase est donc stressante.
     
  4. Zoïzzz

    Zoïzzz
    Expand Collapse
    Graou boum boum

    Fonctionne aussi avec "Tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice"

    *Bonjourjesuisconditionnéeparlatélémaisjemesoigne* :gnih:
     
  5. Lisazerty

    Lisazerty
    Expand Collapse
    aware

    On disait souvent "uuuuun deuuux troiiis je ne jouuue plus" au moment le plus opportun :  avant de perdre quoi...
     
  6. Gianduja

    Gianduja
    Expand Collapse
    Vis ma vie de Valérie Damidot.

    Celle dont j'avais peur n'était pas "je vais l'dire à ma mère" mais "je vais l'dire à TA mère" ^^
    Ma mère qui disait tout le temps "on verra" et "tu veux que je te donne de l'élan ?" (phrase que je ne comprenais pas comme toutes les autres phrases employant le second degré type "tu veux mes doigts ?" - sous entendu: pour mettre dans ton nez-)
     
    #6 Gianduja, 29 juillet 2013
    Dernière édition: 29 juillet 2013
  7. PtitePlume

    PtitePlume
    Expand Collapse

    Je n'ai jamais cédé au "j'vais l'dire ..." . C'est pourquoi j'ai mis une grosse claque en maternelle, au premier garçon qui a osé m'embéter...

    Il a pleuré, m'a dit "j'vais l'dire" et est parti direct cafter à la maitresse ...

    ...VDM ^^
     
  8. zyliae

    zyliae
    Expand Collapse

    Ma soeur m'a tellement sorti le coup du "Y a pas d’arête dans le bifteak", et ça m'a tellement toujours gonflé...:bomb:
    qu'un jour, prise d'inspiration, je lui ai dit "oui, mais y a des nerfs, et là, tu me tapes sur les nerfs !"

    Ben elle a pas su quoi répondre :banana:
     
  9. Remus

    Remus
    Expand Collapse
    L'enfer, c'est les autres

    Je me rappelle aussi du " Ça te dérange tête d'orange ? Tu t'l'épluches et tu t'la manges " Phrase complètement insensée.

    Le " Toi-même " à toutes les sauces et en toute situation marchait bien aussi.

    Dans le top des trucs d'enfants sans aucun sens et absurde, il y a les " plouf plouf " aussi... Parce que " Trois petits cochons pendus au plafond, tiré lui (pourquoi tout à coup la chanson utilise-t-elle le singulier ?) la queue, il pondra des oeufs " dans le genre chanson surréaliste qui ne veut rien dire...
     
  10. liouba

    liouba
    Expand Collapse
    Guest

    Je me souviens que je rajoutais "quand tu pètes ça pue l'orange" ... Élégant, raffiné bref LA phrase de fin qui change tout !
     
  11. Zgu

    Zgu
    Expand Collapse

    Ah chez moi on disait plutôt "j'ai pas des arêtes j'ai des os !". Ca rime encore moins...
    Et une variante au "c'est celui qui a dit qui est", le fameux bouclier magique tout ce que tu diras reviendras sur toi. Avec le petit geste des deux mains... Là le mec il était KO direct, genre aaaarg blessé par ma propre arme :goth:

    Et puis si je me faisais balancer, je chantonnais "rapporteuuur de Pariiis mets ta couche et va au lit !". BIM.

    Ce serait marrant de voir des adultes rétorquer ces réparties fracassantes.
     
  12. Aleynna

    Aleynna
    Expand Collapse
    Joyeuse de vivre

    On doit venir du même endroit. Le rapporteur de Paris il allait se coucher aussi.
    Par contre nous avions une rime pour les arrête : J'ai pas d'arrêtes j'ai des os et des boyaux. Poésie. Oui.
     
Chargement...