Les Troubles Dysphoriques Prémenstruels, ce « super-SPM » qui me gâche la vie

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Tifaine P, le 21 juillet 2017.

  1. Tifaine P

    Tifaine P
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    Eternally a BigUpé ce message
  2. Amalthée Smith

    Amalthée Smith
    Expand Collapse
    Big up à tous les plaids du monde !
    Ambassadrice de Ville

    Oh, ce petit article qui m'a touché en plein cœur.
    J'ai toujours eu l'impression que mon humeur changeante à l'approche de mes règles était un sentiment que je m'étais préconçu avec les remarques du style " elle a encore ses règles celle là" et autres qui renforcent le fait que tu es une personne pénible pendant ce moment du cycle.
    Sauf que là, en dehors des symptômes qui me correspondent tous, même si je sais que je ne suis pas chez un médecin et qu'il faut me calmer, c'est vraiment le sentiment général qui m'interpelle.
    Puisque maintenant je retiens mes pulsions pendant ces moments là, au maximum. Mes larmes au bord des yeux , mes crises d'angoisses, mes insomnies, je refuse de les voir comme un réel handicap.
    Sauf que c'est le cas, là je suis dedans et j'ai eu un problème ce matin, pas d'ordre mineur mais qui ne devrait pas me rendre complètement apathique comme je le suis. Et c'est plus fort que tout, que l'amour de mon chéri, que le réconfort de mes proches... c'est comme ça.
    Mon copain s'est d'ailleurs fait à ces symptômes et ne me culpabilise jamais, au contraire ! c'est le meilleur ( et rien que d'écrire ça j'ai presque envie de pleurer TUWOI ) . Mais c'est insupportable, c'est comme si je ne me reconnaissais pas vraiment pendant cette période, et sur tout les plans ! Libido, habitudes alimentaires... c'est du tout au tout, absolument pas régulier... terrible quoi.
    Bref MERCI MERCI MERCI
    Même si ça ne change rien au problème, je sais que c'est un sentiment partagé, parce que oui j'ai déjà eu de vraies idées noires pendant cette période qui 2 jours après n'étaient même plus crédibles...
    Merci.
     
    Linckane, Thinocephale, kisskissbangbang et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. MelPop21

    MelPop21
    Expand Collapse
    Un poussin égal deux.

    Mais du coup j'ai pas compris la différence entre le SPM et le trouble dysphorique prémenstruel..? Je trouve que l'article n'est pas du tout clair sur ce point, je comprends pas quand commence l'un ou l'autre car finalement les symptômes et les recommandations sont exactement les mêmes. Ce sont deux trucs qui se suivent dans le temps, on peut en souffrir en même temps, bref c'est quoi la vraie différence entre les deux qui justifie un changement de nom ?
     
    Table, Linckane, abricotte et 7 autres ont BigUpé ce message.
  4. Neverland90

    Neverland90
    Expand Collapse

    Mon humeur en général reste la même mais niveau physiologique, tout ce qui est trouble du sommeil, mots de tête, douleur musculaire, j'ai. Je sens même mon sang circuler vers mes yeux quand je suis dans cette période.
     
    eloylö a BigUpé ce message
  5. MissWeird

    MissWeird
    Expand Collapse

    Bah, si je peux apporter ma pierre à l'édifice, avis aux non-fumeuses : ne commencez pas la clope !! Oui c'est le conseil obsolète qui atteint pas grand monde dit comme ça mais je m'explique : suite à un choc émotionnel, j'ai commencé à cloper y'a moins de 6 mois. Avant ça, j'avais des règles indolores, à peine une contraction quand elles arrivaient, une humeur très stable, la dolce vita... Mais là, j'enchaîne les migraines bien reloues, les douleurs reins/utérus qui me font tourner de l'oeil, les troubles digestifs et j'ai mis du temps à comprendre à quoi c'était potentiellement dû, surtout que durant fin mai/juin, j'ai arrêté pour diverses raisons. Les douleurs se sont fortement calmées, l'humeur était moins en dent de scie...puis j'ai recommencé la clope et tout est revenu. Alors oui, le plus logique et raisonnable serait de me "sevrer" mais on n'est pas toujours logique dans la vie, non ? :shifty:
     
    Thinocephale et MelPop21 ont BigUpé.
  6. MelPop21

    MelPop21
    Expand Collapse
    Un poussin égal deux.

    Arf je comprends, j'ai repris la cigarette après huit mois d'arrêt. Mes humeurs étaient tellement plus stables quand je fumais pas !
     
    Thinocephale et MissWeird ont BigUpé.
  7. Ahn

    Ahn
    Expand Collapse

    J'pense que je l'ai un peu, mais pas à un niveau où c'est vraiment insupportable... En général, quand je commence à pleurer pour rien, et que je m'enfile un paquet de chips (comme ce soir) je sais que c'est pour bientôt. J'ai tendance à être aussi méga patiente naturellement, mais quelques jours avant mes règles, le moindre truc de travers ça me plonge dans un profond désespoir :sweatdrop:
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    Je pensais pas que ça avait un nom...
     
    Thinocephale a BigUpé ce message
  8. kisskissbangbang

    kisskissbangbang
    Expand Collapse
    What a time to be alive

    C'est la première fois que je corresponds à 100% à quelque chose -_-. Bon j'avais déjà fait le rapprochement entre mes regles et mes changements d'humeur donc maintenant je gère à peu près mais qu'est-ce que c'est chiant !! Et puis tout mon entourage en prend pour son grade (désolée les copines) mais bon maintenant ils savent que ça n'est qu'une phase. En tout cas bon courage à toutes les madz qui subissent ce trouble, c'est plutôt "rassurant" de voir qu'on est pas folles ni seules dans notre peine.
     
  9. -Lully-

    -Lully-
    Expand Collapse

    Très intéressant cet article. Je pense que les personnes qui ressentent ces douleurs n'en parlent pas et le cachent la plupart du temps car la société les culpabilise..

    Par contre il me semble qu'ovule est un nom masculin donc dans le premier paragraphe ce serait "tous ces ovules":fleur:
     
    Thinocephale a BigUpé ce message
  10. Aibeleen

    Aibeleen
    Expand Collapse

    Merci pour cet article qui met en avant un problème encore trop peu connu.
    J'ai à peu près tout coché dans les symptômes surtout ceux psychologiques :langue:
    Avant je ne comprenais pas ce qui m'arrivait et depuis que j'ai mis un mot dessus j'ai beaucoup plus conscience de ce qui m'arrive! Je n'hésite pas, d'ailleurs, à en faire profiter mes copines (à base de "t'inquiète je suis en plein SPM, mdr") pour expliquer mes sautes d'humeurs intempestives! (la moindre contrariété me donne des envies, au choix, de meurtres, de fondre en larmes ou de me rouler en boule sous la couette, etc la joie quoi! :bomb::non:)
    Par contre, tout comme MelPop21 je ne comprends pas bien la différence entre SPM et trouble dysphorique prémenstruel du coup? C'est juste l'intensité des symptômes qui les différencie?
     
    Thinocephale a BigUpé ce message
  11. LutinDesbois

    LutinDesbois
    Expand Collapse
    Never give up.

    Merci pour cet article :) J'avais capté que mon corps me faisait la misère la semaine avant mes règles, je savais pas trop si c'était que moi ou pas XD En particulier sur le point de l'hyperphagie... ça me fait peur des fois cette faim qui ne s'arrête jamais. Quand j'en parlais, personne me croyait ^^'
     
    Aibeleen et Akanye ont BigUpé.
  12. MademoizelleCalamity

    MademoizelleCalamity
    Expand Collapse

    Mon Dieu, je savais que ça avait un nom! Tu viens de me le donner! J'ai lu avec fébrilité et émotion ton texte en me disant "c'est ça !? Dis-moi pas que c'est ça ?!"
    J'ai 33 ans et ces dernières années, tous les symptômes décrits dans l'article, à l'exacte période post ovulation (que je sens très bien d'ailleurs -je peux même vous dire quel ovaire travaille!) n'ont fait qu'empirer, avec quelques détails si vous avez envie de savoir:
    -Si je traverse un période difficile, les choses ne font qu'empirer: état dépressif total!
    -À ma puberté, j'ai atteint un certain surpoid contre lequel je me suis battue pdt des années: prendre 20kgs d'un coup ss savoir pourquoi, c'est un choc! La faute aux hormones.
    -Dans mon placard, j'ai 2 tailles de soutifs: les pré-ovulation et les post.
    -Sur ma balance, une variation de 2kg.
    -Une fatigue, mais une fatigue!
    -Je fais des tâches de soleil sur le visage, tu sais ces trucs qui apparaissent chez les femme enceintes et qu'on appelle masque de grossesse? J'ai même joué la fausse rousse pdt quelques années pr essayer de faite passer ça pr des tâches de rousseur!
    -Je ne supporte aucune pilule: +5kgs en 2mois, zéro libido, fatigue again, tachesx10000, psychique déroutant...
    ...etc...
    Comme je suis du genre hyperréceptive et hypersensible, ça ne facilite rien.
    Je savais bien qu'il y avait un truc qui clochait et que je ne devais pas être la seule et qu'il y avait à creuser. A mon sens, ça doit être reconnu, car ds certaines circonstances, ça peut être franchement handicapant.
    Aujourd'hui, je soigne ça avec du Lutéran: médicament progestatif que l'on peut utiliser comme contraception.
    Ça ne me ravit pas de me bourrer d'hormones, mais c'est la seule chose qui marche: humeur & poids régulés, tâches diminuées, etc... La différence est radicale. J'ai tenté d'arrêter pr voir, mais ça repartait et aujourd'hui, je me lance dans un projet et je ne peux pas me permettre d'être freinée par ce pb.
    Un médecin m'a dit un jour que ce pourrait être une hypersensibilité aux oestrogènes. Ça me semble tenir debout ou ne pas être loin de la vérité. Faudrait peut-être fouiller de ce côté. Ma gynéco me donne ce Lutéran, mais ne semble pas prendre mon pb très au sérieux.
    Pourtant, moi, ça me révolte: parfois je me dis que c'est injuste d'être une femme, de ne pas pouvoir être libre, piégée par sa physiologie. Ne pas pouvoir maitriser ses larmes, son humeur, son corps... Et surtout, ne pas être prise au sérieux: elle a "ses hormones"!
    Ça m'a tellement révoltée que j'ai pris le taureau par les cornes et que je suis en train de changer de vie : je quitte mon métier d'illustratrice et je pars ds le sport/santé/nutrition/santé/psycho. Je commence ma formation de coach sportif ds 2 semaines. Je veux comprendre. Car il semblerait qu'on ne soit pas tous égaux physiologiquement ds la grande course au bonheur. Là, je ne parle pas que du TDPM, mais de tous ces problèmes que les disfonctionnements physiologiques engendrent et qui ne nous donne pas la pleine maîtrise de notre vie. La dépression parmis les plus connus.
    Pour finir, je te cite, car c'est parfait: " la nature est bien faite" mais "la nature est une sale race". Et m'en vais faire une petite recherche Google!
     
    Aibeleen et Madeline et cie ont BigUpé.
Chargement...