Les violences obstétricales au cœur d'un rapport commandé par Marlène Schiappa

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 25 juillet 2017.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    just_in_case a BigUpé ce message
  2. Laoragwen

    Laoragwen
    Expand Collapse
    " It's not about deserve, it's about what you believe."

    Bon ne m'y connaissant pas assez sur ces actes, je ne vais pas écrire un long message.

    Mais je dois avouer que la phrase de Mme Schiappa : "Le chiffre est à vérifier mais il me semble que c’est cela."
    me choque un peu :sweatdrop:
    balancer des chiffres sans qu'ils n'aient été apparemment vérifiés et dire "il me semble" donc parler sans être sûre de ce qu'on dit, lors d'une audition pendant qu'on est ministre, me gêne énormément :sweatdrop:
     
    Shadowsofthenight, Sol Invictus, Aqua et 12 autres ont BigUpé ce message.
  3. Lilas DUPONT

    Lilas DUPONT
    Expand Collapse

    J etais tellement decue de pas entendre xe monsieur ce matin a la radio mais bon merci a madmoizelle ! Cependant si c est 27% comme il le dit, c est quand mm 2% en trop. C est ptet ke 2% mais sur une fiche medicale si vous etes au dessus vous etes au dessus. A 2% ou moins
     
  4. Loulalilou

    Loulalilou
    Expand Collapse
    j'ai un grain de folie qui a poussé dans ma tête, je danse, je danse, je danse

    On peut descendre bien plus bas en étant respectueux des parturientes et en prenant le temps : 4.9% au Danemark! En regardant les articles scientifiques publiés, on trouve beaucoup de reviews indiquant l'inutilité de l'épisiotomie car elle est souvent plus grave que les déchirures qui auraient pu avoir lieu (et parfois ne pas se produire en prenant le temps). Certains services veulent juste accélérer les naissances ( par manque de moyens ou par confort des praticiens) et découpent inutilement les femmes.
    La France n'est pas vraiment en avance sur le sujet.
    Et il n'y a qu'à aller lire le topic des parents sur Madz pour avoir certains témoignages d'épisiotomies non consenties, ou par surprise. ça n'empêche pas que dans certains cas ce geste médical doit être nécessaire, mais en l'état actuel des choses il y a de l'abus médical...
     
    Shadowsofthenight, Luna-Frog, Allitché et 12 autres ont BigUpé ce message.
  5. Audrey.t

    Audrey.t
    Expand Collapse

    Les 27% en France, et les 4.9% au Danemark sortent d'une étude datant de 2010, il serait en effet intéressant de savoir ce qu'il en est aujourd'hui !! ! Je suis sage-femme (certes depuis seulement un an), mais durant mes études, je suis loin d'avoir observée 27% d'épisiotomies. Il y a un réel changement des pratiques à ce niveau là, en tout cas dans le secteur public! En tant que sage-femme, j'en ai réalisé 2, en informant la patiente avant du pourquoi et du comment (dans les deux cas, elles bénéficiaient d'une péridurale, et avaient un périnée très tonique qui ne laissait pas passer le bébé malgré des efforts efficaces et un rythme cardiaque du bébé qui ralentissait du plus en plus). Après je suis d'accord que pour les extractions instrumentales (surtout les forceps), les obstétriciens y sont souvent recours, mais ça ne me parait pas injustifié dans la majorité des cas (qui dit extraction instrumentale dit souvent urgence et nécessité de sortir l'enfant rapidement).
     
    Shadowsofthenight, Lilas DUPONT, Ocytocine. et 5 autres ont BigUpé ce message.
  6. Lacus_Clyne

    Lacus_Clyne
    Expand Collapse
    Eternal, launching

  7. Ayrshire

    Ayrshire
    Expand Collapse

    ouais, j'ai suivi ça aussi... je sais pas trop à quoi joue Marlène Schiappa, ça me fait un peu peur.

    Personnellement, j'ai la conviction (mais rien pour le prouver) que ces 27% sont étrangement bas (d'ailleurs, si on en croit les détails donnés par les décodeurs du monde, 27% c'est pour tous les accouchements confondus... pour un premier enfant, on monte à 44% -->http://www.lemonde.fr/les-decodeurs...mais-de-vraies-questions_5164811_4355770.html).

    En plus de ça, je n'ai qu'une confiance relative dans le Collège des gynécologues obstétriciens... Personnellement, je suis pas super confiante quand je vois leur président s'exprimer en mode "nan mais les gynécos on fait du bon boulot hein, les femmes qui se plaignent sont des cas isolés". je vous la fais courte et bigrement raccourcie, c'est plus ou moins ce que je retiens de l'interview donnée par Israël Nisand, ledit président, au magasine Elle. vous pouvez en trouver une version commentée par martin winckler ici --> https://ecoledessoignants.blogspot.fr/2017/06/un-modele-contemporain-de-paternalisme.html ou lire la version originale.

    Ajoutons à ça le fait qu'il est un peu réducteur de s'arrêter à la pratique de l'épisiotomie pour parler des violences obstétricales... bref...

    Mais là, non, pitié Marlène Schiappa... on fait pas une enquête sur 983 femmes pour parler de la situation sanitaire d'un pays... je ne doute pas que les violences médicales faites aux femmes sont comme la partie immergée de l'ice berg, je suis la première à crier sur tous les toits qu'en 2017, on continue de mal soigner une moitié de l'humanité. mais avancer des chiffres discutables, voire un peu grossi pour faire dans le sensationnel, ou même complètement biaisés, j'ai très peur que ça décrédibilise la cause. et cette cause là en particulier, ça me ferait bien chier qu'elle ne soit pas prise au sérieux...

    Edit: au passage, j'aime beaucoup la remarque de l'interne en gynéco de l'article https://twitter.com/dapmatthieu/sta...le.com/rapport-violences-obstetricales-805731
     
    #7 Ayrshire, 26 juillet 2017
    Dernière édition: 26 juillet 2017
    Shadowsofthenight, yuyunaâ, Allitché et 6 autres ont BigUpé ce message.
  8. Dragize

    Dragize
    Expand Collapse

    Je suis tout à fait d'accord avec @Ayrshire et je trouve ça tellement, tellement dommage, parce qu'il y a un réel problème de manque de respect envers la patiente dans le domaine de la gynécologie - pas partout et par tout le monde mais bien plus répandu que ce que veut faire croire M. Nisand - et Mme Schiappa n'a pas l'air de travailler de façon sérieuse, balancer des chiffres d'une étude réalisée sur moins de 1000 personnes en disant "il me semble que c'est ça" c'est se décrédibiliser complètement et décrédibiliser complètement le problème.

    Je pense que le nombre d'épisiostomies à niveau national est un chiffre secondaire, parce que là-dedans on a des maternités comme celle de Besançon à moins de 1 %, mais aussi des gynécos qui balancent direct à leur patiente : "Moi de toute façon je fais une épisio à 90% des primipares et je ne vous demanderai pas votre avis" (lu sur le topic des parents cette année). L'épisiostomie est parfois nécessaire, mais souvent inutile, et doit être pratiquée avec le consentement de la patiente. Et il n'y a pas juste l'épisiostomie, il y a l'expression abdominale, les déclenchements sans consentement, le refus de laisser la femme accouchant prendre une position non classique, le point du mari, et hors accouchement, l'homophobie/transphobie de bon nombre de gynécos, le refus de poser des DIU, le refus de procéder à une stérilisation définitive des femmes le demandant, les examens gynéco brusques/non nécessaires, les violences orales... Une amie, l'année dernière, s'est fait traitée de traînée par son gynéco parce qu'elle avait attrapé un papillomavirus, les exemples ne manquent pas.

    Donc il y a quand même une situation réellement problématique, mais on a en face une personne qui se débrouille n'importe comment pour s'en occuper...
     
    Shadowsofthenight, Priestess of Mars, Ymotana et 9 autres ont BigUpé ce message.
  9. DvasssT

    DvasssT
    Expand Collapse

    Un jour, j'aimerai avoir des enfants, malheureusement ça me terrifie de penser à l'accouchement avec tout ce qu'on lit sur les pratiques obstétricales. Je ne suis pas du tout dans l'esprit de refuser toute intervention médicale, au contraire, j'estime que c'est largement justifié si le bébé souffre ou que la vie de la mère est en danger, mais dans mon entourage, à chaque fois que je pose la question de l'accouchement, j'ai eu droit à des réponses sous entendant que oui y'avait eu épisio mais davantage pour gagner du temps vu qu'il n'y avait pas d'urgence absolue.
    J'ai conscience que l'Etat ne donne clairement pas les moyens aux hôpitaux d'accueillir convenablement les patientes, clairement (et pas que dans les maternités) y'a un manque de ressources (financières et humaines) qui cause un grave tort aux patients sauf que l'Etat s'en fout et ça c'est inadmissible, ces violences elles sont aussi de la responsabilité d'un gouvernement toujours plus sévère avec la politique de santé.

    D'un autre côté, y'a aussi un gros soucis au niveau des institutions quand même, genre le président du Collège national des gynécologues obstétriciens qui dit ça :
    «Je suis surpris qu’une femme qui vient de vivre un acte ou une parole inappropriée, ne change pas sur l’instant de médecin ou de sage-femme. Les femmes ont toujours le loisir d’aller consulter ailleurs.»
    Genre oui, en plein accouchement, tu vas dire : "allez, vu que vous me respectez absolument pas et que vous tenez à me mutiler, ben ciao les gars, la tête est à peine sortie, si j'me débrouille bien, je peux arriver à la prochaine maternité pour couper le cordon" => En vrai, tu peux juste subir en la fermant et en te résignant vu qu'aucune plainte pour ce type de violence n'aboutit jamais.
    Autre pépite : "Au moment de l’accouchement, tout le sang est drainé vers l’utérus, au détriment du cerveau. La manière dont on vit et décrit a posteriori son accouchement peut ne pas correspondre complètement à la réalité."
    Je vous avoue que je suis légèrement septique sur cette explication ( aka "en fait vous devenez un utérus géant qui ne sait pas penser correctement") et ça me saoule un peu qu'un mec ayant cette responsabilité là se permette de juger de quelque chose auquel il ne sera jamais confronté et d'ignorer des dérives qui sont bien réelles ...
     
    Shadowsofthenight, yuyunaâ, Ymotana et 8 autres ont BigUpé ce message.
  10. Daily Mail

    Daily Mail
    Expand Collapse
    "You must go on. I can't go on. I'll go on." Samuel Beckett

    Corrigez-moi si je me trompe, mais ça serait pas totalement du gaslighting ça ?? Totalement choquant de la part d'un médecin.
     
    Shadowsofthenight, DvasssT, Allitché et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Dragize

    Dragize
    Expand Collapse

    C'est du même acabit qu'un truc qu'on m'a sorti un jour (aka: les hommes sont pas responsables quand ils commentent des viols parce que tout leur sang va vers leurs parties génitales et ils peuvent plus réfléchir).
    Une femme en train d'accoucher souffre et vit un moment unique dans une vie, elle est juste dans un moment de vulnérabilité extrême, c'est donc tellement facile de pas lui demander son avis...
     
    Shadowsofthenight, Priestess of Mars, yuyunaâ et 7 autres ont BigUpé ce message.
  12. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    Qui a dit ça et quand ? Si c'est un professionnel de la santé, c'est franchement grave.
     
    Shadowsofthenight, Daily Mail et Denderah ont BigUpé ce message.
Chargement...